Chazeuil (Nièvre)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Chazeuil.
Chazeuil
L'église de Chazeuil
L'église de Chazeuil
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Nièvre
Arrondissement Clamecy
Canton Brinon-sur-Beuvron
Intercommunalité Communauté de communes du Val du Beuvron
Maire
Mandat
Armelle Poras-Hameau
2014-2020
Code postal 58700
Code commune 58070
Démographie
Gentilé Chazuilois, Chazuiloises
Population
municipale
54 hab. (2011)
Densité 12 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 16′ 38″ N 3° 24′ 09″ E / 47.2772222222, 3.4025 ()47° 16′ 38″ Nord 3° 24′ 09″ Est / 47.2772222222, 3.4025 ()  
Altitude Min. 227 m – Max. 382 m
Superficie 4,61 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Chazeuil

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Chazeuil

Chazeuil est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne.

Ses habitants sont les Chazuilois.

Géographie[modifier | modifier le code]

Sa superficie est de 461 ha, la commune est propriétaire de 8 ha de bois et de 20 ha de terres dans le Canard, lequel se jette dans le Beuvron. A l’écart des routes principales, la commune s’étire le long de la vallée verdoyante du Porteau, à partir de sa source, et sur lequel sont situés deux lavoirs.

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Corvol-d'Embernard Chevannes-Changy Rose des vents
Champlemy
Arzembouy
N
O    Chazeuil    E
S
Authiou

Histoire[modifier | modifier le code]

L'origine du nom de la commune a deux versions :

  • Casottum, petite maison, dérivé du latin casa, maison
  • Cassus oculus (cas-ottum, petite maison) puis Chazeuil-Lavault (la vallée)

Seigneur de Chazeuil

  • 1641 : le seigneur de Chazeuil s'appelle Jehan Jarreau et vit aux Duprés à Colméry [1].

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
2007 2014 Daniel Barbier   Retraité
2014 en cours Armelle Hameau    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 54 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
239 271 253 268 293 270 270 312 338
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
307 303 272 279 291 307 278 224 223
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
200 191 166 144 120 108 110 110 87
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 -
73 66 73 54 39 51 68 54 -
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2004[3].)
Histogramme de l'évolution démographique


L'habitat[modifier | modifier le code]

Les noms donnés à d’importants domaines château d’en bas, château d’en haut, ne font que conforter l’importance prise au XIXe siècle par la bourgeoisie rurale, en l’absence de véritable demeure seigneuriale.

La Paroisse[modifier | modifier le code]

La paroisse fut fondée au IXe siècle par l’évêque Eumène de Nevers, qui était propriétaire du château de la commune voisine : Arthel.

Patrimoine religieux : jusqu’à la révolution, l’église Saint-denis du XVe siècle est placée sous la nomination du prieuré de Saint-Révérien. Elle conserve quelques caractéristiques du gothique tardif comme son portail ouvrant dans un clocher-porche, il est surmonté d’un tympan ogival vitré qui repose sur deux doubles colonnettes. Le plan est simple, sans travée.

Dans l’ancien cimetière, proche de l’église, quatre tombes en pierre sont étrangement dressées.

Elle a été restaurée en 1994 (ravalement et toiture)

Dans l’église :

  • Vitrail du chœur du XIXe siècle. Ce vitrail, comme les deux autres qui l’entourent, est en partie orné de feuilles d’acanthe.
  • Statue de Saint-Denis du XVIe siècle. En pierre polychrome (H.90cm)
  • Statue de la vierge à l’Enfant de la fin du XVIe siècle. En pierre polychrome (H.90cm)
  • Plaque commémorative des morts pour la patrie (1919-1920). En tôle émaillée (78x40cm)-l’émailleur : atelier Françoise

Messe célébrée environ deux fois par an-Le 9 octobre, Messe de la Saint-Denis, avec une procession.

Agriculture et élevage[modifier | modifier le code]

L’habitat est dispersé, les exploitations agricoles actuelles et les bâtiments anciens montrent l’origine d’un fief à revenus agricoles.

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

  • Henri Carré, instituteur, auteur d'une monographie consacrée à Chazeuil[4]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Chazeuil, Henri Carré, Mémoires de la Société académique du Nivernais, 1911, 40 pages

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. 3 E 8 / 4 - Archives du notaire Edme Gaudinot (Champlemy) - Archives départementales de la Nièvre
  2. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2011
  4. Mémoires de la Société académique du Nivernais, 1976