Châtillon-en-Bazois

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Châtillon-en-Bazois
Entrée du village par la D978 (à gauche, le château)
Entrée du village par la D978 (à gauche, le château)
Blason de Châtillon-en-Bazois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne
Département Nièvre
Arrondissement Château-Chinon (Ville)
Canton Châtillon-en-Bazois
(chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes du Bazois
Maire
Mandat
Michèle Dardant
2014-2020
Code postal 58110
Code commune 58065
Démographie
Gentilé Chatillonnais, Chatillonnaises
Population
municipale
959 hab. (2011)
Densité 50 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 03′ 11″ N 3° 39′ 23″ E / 47.0530555556, 3.6563888888947° 03′ 11″ Nord 3° 39′ 23″ Est / 47.0530555556, 3.65638888889  
Altitude Min. 224 m – Max. 282 m
Superficie 19,26 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Châtillon-en-Bazois

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Châtillon-en-Bazois

Châtillon-en-Bazois est une commune française, située dans le département de la Nièvre en région Bourgogne.

Géographie[modifier | modifier le code]

Géologie[modifier | modifier le code]

Hydrographie[modifier | modifier le code]

Villages, hameaux, lieux-dits, écarts[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Mont-et-Marré Ougny Rose des vents
Montapas N Tamnay-en-Bazois
O    Châtillon-en-Bazois    E
S
Alluy Brinay

Histoire[modifier | modifier le code]

Le pape Alexandre III, par une bulle d'avril 1164, confirme les donations faites jadis à l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun, dont la cure de Châtillon (ecclesiam Castellione[1]).

Le fief de l'Eschenault à Saint-Honoré-les-Bains, relevait de Châtillon-en-Bazois.

Entre 1790 et 1794, la commune absorbe celle voisine de Frasnay-les-Chatillon[2].
Au cours de la période révolutionnaire de la Convention nationale (1792-1795), la commune a porté provisoirement le nom de Châtillon-sur-Aron[2].
En 1859, le territoire communal de la commune voisine de Mingot est partagé entre Châtillon-en-Bazois et Mont-et-Marré[2].

Héraldique[modifier | modifier le code]

Blason Blasonnement :
« Losangé d'or et d'azur. »

Politique et administration[modifier | modifier le code]

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 mars 2008 Sylvain Théveniaud    
mars 2008 en cours Michèle Dardant    
Les données manquantes sont à compléter.

Démographie[modifier | modifier le code]

En 2011, la commune comptait 959 habitants. L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir du XXIe siècle, les recensements réels des communes de moins de 10 000 habitants ont lieu tous les cinq ans, contrairement aux autres communes qui ont une enquête par sondage chaque année[Note 1],[Note 2].

           Évolution de la population  [modifier]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
637 664 683 858 1 012 1 231 1 306 1 436 1 463
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 186 1 576 1 715 1 946 2 061 2 111 1 975 1 860 1 751
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 702 1 725 1 588 1 450 1 358 1 244 1 151 1 215 1 128
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2011
1 027 1 071 1 151 1 179 1 161 1 056 986 975 959
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[3] puis Insee à partir de 2004[4].)
Histogramme de l'évolution démographique


Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

Le Canal du Nivernais à Châtillon-en-Bazois
Château construit sur un piton rocheux, il est habité depuis les années 900. Son site est une ancienne place forte, située dans la boucle de la rivière Aron et celle du Canal du Nivernais. La tour de défense, le cellier et des pièces souterraines du XIIIe siècle sont encore visibles. Une sortie du château menait à la crypte de l'église d'Alluy, commune proche de Châtillon-en-Bazois.
Les premiers occupants furent les Sires de Chatillon jusqu'en 1370. Les maitres successifs furent ensuite en 1371 les ROCHEFORT, en 1477 les CHANPDIOU, 1499 les PONTAILLER, 1588 une autre maison des ROCHEFORT, 1664 AERSSENS DE SOMELSVICK, les VILLEFORT, 1716 LES BETHUNE-CHABRIS, 1735 les PRACOMTAL, 1972 SRIBNY et MOREAU-SRIBNY.
Aujourd'hui le château se visite. Les jardins sont labellisés JARDIN REMARQUABLE. Le parc a été dessiné par le Comte Lavenne de Choulot. Le tout est ISMH. Pour des séminaires de direction et des évènements privés le château peut se louer.
  • La forêt domaniale de Vincence de 1 700 ha

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Marquis de Corberon, Les Sires de Châtillon-en-Bazois, 1911, réédition, 1991, Paris, Res Universis, 117. pages. (ISBN 2-877760-554-X[à vérifier : ISBN invalide])

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Au début du XXIe siècle, les modalités de recensement ont été modifiées par la loi no 2002-276 du 27 février 2002, dite « loi de démocratie de proximité » relative à la démocratie de proximité et notamment le titre V « des opérations de recensement », afin de permettre, après une période transitoire courant de 2004 à 2008, la publication annuelle de la population légale des différentes circonscriptions administratives françaises. Pour les communes dont la population est supérieure à 10 000 habitants, une enquête par sondage est effectuée chaque année, la totalité du territoire de ces communes est prise en compte au terme de la même période de cinq ans. La première population légale postérieure à celle de 1999 et s’inscrivant dans ce nouveau dispositif est entrée en vigueur au 1er janvier 2009 et correspond au recensement de l’année 2006.
  2. Dans le tableau des recensements et le graphique, par convention dans Wikipédia, et afin de permettre une comparaison correcte entre des recensements espacés d’une période de cinq ans, le principe a été retenu, pour les populations légales postérieures à 1999 de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique que les populations correspondant aux années 2006, 2011, 2016, etc., ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Cartulaire de l'Abbaye de Saint-Martin d'Autun: Charte N°XVIII
  2. a, b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Châtillon-en-Bazois », École des Hautes Études en Sciences Sociales (EHESS) (consulté le 4 août 2012)
  3. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  4. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2011
  5. Journal du Centre du 2 aout 2011


Liens externes[modifier | modifier le code]