Basilique de Saint-Nicolas-de-Port

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Église Saint-Nicolas.
Basilique Saint-Nicolas
Vue sur la façade en contre-plongée
Vue sur la façade en contre-plongée
Présentation
Culte Catholique romain
Type Basilique
Rattachement Diocèse de Nancy-Toul
Début de la construction 1481
Fin des travaux 1545
Style dominant Gothique flamboyant
Protection Monument historique (première liste de 1840)[1]
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Meurthe-et-Moselle
Commune Saint-Nicolas-de-Port
Coordonnées 48° 37′ 54″ N 6° 18′ 14″ E / 48.63167, 6.30389 ()48° 37′ 54″ Nord 6° 18′ 14″ Est / 48.63167, 6.30389 ()  

La basilique de Saint-Nicolas-de-Port est une imposante basilique située à Saint-Nicolas-de-Port dans le département de la Meurthe-et-Moselle, en région Lorraine. De style gothique flamboyant, elle fut érigée aux XVe et XVIe siècles par René II duc de Lorraine et duc de Bar suite à sa victoire contre Charles le Téméraire, lors de la bataille de Nancy le 5 janvier 1477, qui a permis à la Lorraine de rester indépendante.

Histoire[modifier | modifier le code]

Origines[modifier | modifier le code]

Au XIe siècle est rapportée à Saint-Nicolas-de-Port par Aubert de Varangéville (parfois Albert) une relique : la dextre bénissante de saint Nicolas (selon la tradition il s'agit de l'os d'une phalange de la main droite de l'évêque). Elle est conservée dans un bras reliquaire de la fin du XIXe siècle en argent, or, émaux et diamants[note 1]. Une première église sera consacrée au saint dès le début du XIIe siècle.

Selon la légende, Cunon de Linange, sire de Réchicourt, un chevalier lorrain emprisonné en 1230 lors de la sixième croisade aurait été miraculeusement libéré de sa geôle dix ans plus tard par saint Nicolas. Transporté pendant son sommeil par le saint, il se réveilla devant le porche de l'église. Pendant la célébration de l'office qui suivit, les chaînes qui enserraient la taille et les membres du captif tombèrent d'elles-mêmes (ces chaînes sont censées avoir été sauvegardées et sont conservées dans un reliquaire en cuivre doré de la fin du XIXe siècle). Rentré dans son fief, le sire de Réchicourt ordonna qu'une procession ait lieu tous les ans, et on vit jusqu'à la Révolution une délégation des gens de Réchicourt lors de ces célébrations. (Cette « procession aux flambeaux » a encore lieu actuellement chaque année dans la basilique, le samedi le plus proche du 6 décembre, jour de la Saint Nicolas.)

La procession annuelle de la Saint Nicolas.

Rapidement le pèlerinage à Saint-Nicolas s'étend bien au-delà de la Lorraine, et le saint est considéré comme le saint patron des Lorrains. La légende veut que ce soit dans l'édifice précédent la basilique que vint se recueillir Jeanne d'Arc avant de partir porter son message au Dauphin de France. En réalité il est plus probable qu'elle soit passée à l'église Saint-Nicolas, afin d'y prier, après avoir rendu visite au Duc Charles II de Lorraine qui était très souffrant.

La victoire du duc René II face au « grand duc d'occident » Charles le Téméraire en 1477 lors de la Bataille de Nancy va déterminer le jeune souverain à faire édifier un édifice plus imposant pour symboliser le retour à l'indépendance de la nation Lorraine ainsi que sa reconnaissance au saint patron de la Lorraine. Le choix de Saint-Nicolas-de-Port qui s'appelait encore simplement Port fut évident, puisque la ville était le centre économique du Duché de Lorraine attirant de nombreux marchands de toute l'Europe lors des foires.

Construction[modifier | modifier le code]

La construction de la basilique actuelle commence en 1481 en pierre calcaire blanche extraite des carrières de Viterne. Simon Moycet (14??-1520) en est le maître d'ouvrage[2], et Valentin Bousch en est le maître-verrier[3]. Le prénom de l'un des architectes, un certain Michel, est connu par une expertise qu'il fit à Troyes en juin 1506[4].

De nombreux donateurs ont participé au financement de la cathédrale : le duc René II, les seigneurs, prélats, marchands, bourgeois du lieu, les pèlerins... Une partie de ces donateurs est visible dans les verrières de l'église, sous forme d'armoiries : ville de Strasbourg, ville de Bâle, évêque de Verdun, prieur de Varangéville Wary de Dommartin, les bourgeois Fiacre Fériet et Hans (ou Hanus) Berman[p 1],[5].

L'édifice est inauguré presque achevé en 1544, la façade en 1545 et enfin elle fut consacrée en 1560 peu après que les deux tours-clochers, édifiées en 1544, ont reçu leurs premières coupoles de plomb.

Incendie[modifier | modifier le code]

Au cours de la guerre de Trente Ans, en novembre 1635, elle subit un grand incendie[6] qui détruit la toiture et le mobilier et fait fondre le plomb de nombreux vitraux dont les verres s'effondrent. Noircies, bon nombre de peintures murales datant d'avant 1520 sont alors dissimulées sous un badigeon où elles seront redécouvertes lors de la restauration du XXe siècle.

Cet épisode qui marque les esprits (les flammes sont, dit-on, visibles depuis Nancy, à une dizaine de kilomètres), est le point de départ d'une nouvelle légende faisant état d'un miracle : le prieur bénédictin qui disait la messe lors de l'assaut de l'ennemi, Dom Moye, tentant d'échapper à une épée suédoise, aurait senti s'entrouvrir le pilier contre lequel il se serrait et aurait disparu à l'intérieur, la pierre se refermant sur lui. Depuis cette époque, en collant l'oreille contre ce pilier, le plus proche de la tour Saint-Pierre (tour sud), l'on pourrait entendre psalmodier le moine et, lorsque des évènements dramatiques menacent la Lorraine, l'on pourrait voir des gouttes suinter et couler le long de la pierre. Des paroissiens ont assuré que ce fut ainsi le cas peu avant les guerres de 1870 et 1914, renforçant la légende « du pilier qui pleure »[7].

Restaurations ultérieures[modifier | modifier le code]

Une nouvelle charpente en chêne est posée vers 1664 et les tours sont recouvertes des nouveaux dômes d'ardoise en forme de bulbes qui subsistent actuellement.

En 1840, la basilique est inscrite sur la première liste des monuments historiques. Elle est consacrée basilique en 1950 par le Pape Pie XII.

Fortement détériorée[note 2] lors de la Seconde Guerre mondiale par le bombardement du 19 juin 1940[note 3], elle est restaurée dès 1983 grâce au legs d'une riche Portoise mariée à un Américain : Camille Croué Friedman. La restauration prit quinze années pour redonner à l'édifice sa splendeur initiale.

Architecture[modifier | modifier le code]

La nef
Clochers à bulbes de la Basilique

La basilique possède les proportions d'une véritable cathédrale de style gothique flamboyant (onze travées, une nef principale et deux latérales avec deux bas-côtés terminés par deux absidioles). Ses dimensions sont pour le moins impressionnantes :

  • une nef culminant à 30 m au-dessus du sol,
  • au niveau du transept : deux colonnes élancées de 21,50 m (les plus hautes de France) dont l'une est torsadée afin de masquer un faux aplomb de vingt centimètres,
  • deux tours de 85 et 87 m respectivement coiffées de clochers à bulbes.
  • les dimensions globales de l'église sont de 71,5m de longueur pour 31m de largeur.

L'édifice est d'une grande homogénéité de style, d'une sobriété rare à la fin de l'époque gothique, du fait de sa construction assez rapide (environ 60 ans) pour ses dimensions avec respect des plans initiaux. Elle possède d'harmonieux volumes. On y retrouve des influences champenoises dues au premier architecte, Michel Robin  : le plan du chœur s'inspire de la basilique Saint-Urbain de Troyes et la coursière qui permet de faire le tour intérieur de l'édifice à la base des fenêtres basses, à sept mètres du sol, est un véritable passage champenois. Toutefois la tradition lorraine reste respectée puisqu'on peut noter l'absence de déambulatoire derrière le chœur ou les cinq pans de l'abside pourvus de très hautes fenêtres comme dans la cathédrale Saint-Étienne de Toul qui a également influencé la structure de la façade et notamment de ses tours (passage d'une section carrée à une section octogonale).

Particularité bien visible dès l'entrée : l'axe de la nef n'est pas rectiligne, mais accuse une déviation de six degrés vers la droite. Cette déviation a suscité quelques hypothèses, certaines fantaisistes, d'autres plus sérieuses notamment celle évoquée par Dom Calmet écrivant que « les bâtisseurs n'étant pas maitres du terrain ont cru devoir donner cette tournure à l'édifice ». Les contraintes parcellaires (disponibilité du terrain) semblent, encore à ce jour, être les meilleures candidates à l'explication de cette déviation. Les maîtres de la seconde campagne de chantier, démarrée en 1515, utilisèrent des travées et voûtes non orthogonales pour conserver une homogénéité visuelle en dépit de cette déviation d'axe[p 1].

À l'extérieur, côté nord, la déclivité du terrain a permis d'insérer, sous le sol des chapelles latérales, six loges ouvrant sur la rue des Fonts et destinées à l'origine au commerce.

Intérieur de la basilique[modifier | modifier le code]

Orgue[modifier | modifier le code]

L'orgue actuel est le cinquième de la basilique. Reconstruit en 1994, il comporte 3 673 tuyaux répartis en 54 jeux y compris les deux tremblants pour 4 claviers et pédalier. Traction mécanique suspendue. L'instrument est installé dans un buffet de style troubadour de 16 mètres de hauteur et 7 mètres de large érigé en 1848 par le facteur d'orgue nancéien Joseph Cuvillier (1801-1893) d'après un dessin[8] de Désiré Laurent ; buffet classé monument historique en 1980. Un aigle grandeur nature symbolisant Saint Jean l'Évangéliste est disposé, comme sur un lutrin, à la base de la tribune en encorbellement.

L'instrument est situé à mi-hauteur dans le bras nord du transept, le plancher de tribune à environ sept mètres du pavé de l'église.


Vitraux[modifier | modifier le code]

Les vitraux de Saint-Nicolas-de-Port forment l'ensemble le plus prestigieux de Lorraine et ont bénéficié d'une étude stylistique et technique de fond grâce au démontage et à la restauration entrepris en 1983 et publiée en 1993[9]. Bien qu'une grande partie des vitraux ait été détruite pendant le saccage de la ville et l'incendie des toitures de l'église provoqué par les pilleurs en 1635, la basilique dispose encore d'une part non négligeable de vitraux du XVIe siècle, œuvres attribuées à Valentin Bousch, Nicolas Droguet, Georges Millereau ou anonymes.

Les vitraux sont notamment l'œuvre du verrier Lyonnais Nicolas Droguet ou de l'Alsacien Valentin Bousch[p 2],[10].

Fresques[modifier | modifier le code]

De nombreuses peintures sur pierre sont également visibles sur les colonnes (descente de Croix, Job, Saint Yves, Saint Martin, Sainte Aprône, Saint Didier) ou en fresques (ravissement de Sainte Marie-Madeleine).

Les cloches de la basilique[modifier | modifier le code]

Fichier audio
Le carillon de la basilique en 1973. (info)
Extrait de la Chanson Maudit carillonneur.

Des difficultés  pour  écouter le fichier ? Des problèmes pour écouter le fichier ?

La basilique possède 18 cloches encore en fonction, dont 12 peuvent sonner à la volée, ce qui constitue l'un des ensembles de sonneries de cloches les plus grands de France.

La tour Sud abrite la plus grosse cloche, le bourdon "Joseph-Auguste-Edmond", coulé par Ch. Martin à Nancy en 1897 et qui donne la note Sol 2, pour un poids de près de 5 tonnes.

La tour Nord quant à elle contient 14 cloches dont 8 de volée (donnant les notes do 3 - ré 3 - mi 3 - fa 3 - sol 3 - la 3 - si 3 et do 4). Quatre ont été coulées à Robécourt dans les Vosges par la fonderie Perrin-Martin en 1853, quatre autres coulées à Nancy par le fondeur Jules Robert ont été ajoutées en 1896. Les six dernières, servant uniquement à un usage de carillon datent de l'an 2000 et ont été coulées par la fonderie Paccard en Haute-Savoie.

Le clocheton qui surplombe le chœur abrite trois autres cloches, en volée manuelle, coulées pour l'une en 1856 et pour les deux autres en l'an 2000. Une quatrième cloche datant de 1839 fondue par Thuielle a été endommagée lors du bombardement de juin 1940 et est actuellement déposée dans la chapelle Sainte-Marguerite.

Statues[modifier | modifier le code]

La chapelle des fonts[modifier | modifier le code]

La basilique étant à l'origine exclusivement dévolue au pèlerinage (la ville de Saint-Nicolas-de-Port ne deviendra paroisse qu'en 1803), les habitants de Saint-Nicolas-de-Port devaient se rendre en l'église de Varangéville pour les baptêmes. Pendant l'érection de la basilique fut construite contre l'absidiole nord, en contrebas, une chapelle baptismale destinée à la population et qui servit également pour la continuation du pèlerinage lequel ne fut jamais interrompu pendant les quelques soixante années que dura l'édification de la basilique. Cette chapelle, de style gothique flamboyant, présente une remarquable voûte avec pendentif et un magnifique retable exposant notamment le Christ et les douze apôtres.

Le trésor[modifier | modifier le code]

Premiers dons[modifier | modifier le code]

Le trésor de la basilique est connu grâce notamment à quatre inventaires[a 1] de 1584, 1604[11], 1715 et 1737[t 1]. Le premier don provient du roi Louis IX [t 2], il s'agit d'une nef d'argent. Le trésor est constitué en majorité de dons des grands familles de Lorraine [t 2] : don du bras d'argent par le duc Charles II qui accueille la relique, du bras d'or par René II en 1471[a 2], mais aussi don de Marguerite de Gonzague de Mantoue d'une chasuble, deux tuniques et d'un devant d'autel en 1619, d'Henry de Lorraine d'une chasuble en 1623, d'Anne du Chatelet, en 1624, d'un calice d'argent doré, de Louis de Lorraine, en 1626, d'un ciboire d'argent doré...

Ponctions pour fonte[modifier | modifier le code]

En 1635, au cours de la guerre de Trente Ans, la ville est menacée de pillage ; pour protéger le trésor, les pièces les plus importantes sont transférées chez les bénédictins de Nancy jusqu'en 1636[t 2]. Pendant l'occupation de la Lorraine par Louis XIV, le pouvoir royal ordonne, en 1691, que le clergé donne l'argenterie non nécessaire au culte au bénéfice du pouvoir royal ; Dom Placide Beaufort supervise ce don en 1691 et envoie pour 4 052 francs d'argent pour être fondu à Metz[t 2]. Louis XV effectue le même genre de demande pour financer la guerre de Sept Ans[t 3]. Mais la plus grosse ponction au trésor date du décret révolutionnaire du 10 septembre 1792 qui demande que tous les objets d'or et d'argent du clergé soient envoyés à l'Hôtel des Monnaies pour soutenir l'effort de guerre[a 1],[a 3].

Reconstitution[modifier | modifier le code]

Les premières reconstitutions datent du 3 juin 1797 : les commissaires de la République avaient confié à des femmes pieuses de Saint-Nicolas-de-Port plusieurs reliques, notamment de saint Nicolas, afin qu'elles ne soient pas saisies par la Révolution[t 2]. Parmi les pièces sauvées, on peut citer Le buste reliquaire de saint Nicolas, daté du XVIIe siècle dont la mitre n'est pas d'origine mais remonte au XIXe siècle et les pierres précieuses, cadeau de Marie Leszczynska, ont été remplacées par des pierres colorées[t 3] ; La nef du cardinal de Lorraine, achetée le 10 novembre 1851 à monsieur Butte, amateur nancéien par le curé de la paroisse et dont on ne retrouve aucune trace précise dans les anciens inventaires[t 3] et Le reliquaire de la vraie croix, offert par Conrad de Bâle et cité dans l'inventaire de 1584[t 4].

Une monstrance du XVIIIe siècle enfermant des reliques de saint Sigisbert, don de Reine Delz à l'abbaye de Bouxières-aux-Dames en 1741 et œuvre de l'orfèvre nancéien Jean-Louis Artault entre 1737 et 1745 sous la maîtrise d'Antoine Aubertin vient enrichir le trésor au XIXe siècle[t 4]. Elle est rejointe en 1894 par une croix processionnelle offerte par le marquis de Lambertye, exécutée par l'orfèvre Meissonier de Paris et reprenant le modèle de la croix de Saint-Jean de Latran[t 4]. Grâce à Émile Badel et un don de 10 000 francs, un nouveau reliquaire en vermeil, pesant plus de six kilos, est exécuté par l'orfèvre Berger-Nesme de Lyon et intégre deux topazes présentant les bustes de Marie et de Jésus ; ces topazes avaient été offertes par le pape Pie IX au marquis de Lambertye, puis celui-ci les offrit à la basilique[t 4].

Ces quatre pièces sont intégrées en 1893 dans des vitrines d'Eugène Vallin dans la salle du trésor de la basilique[t 4].

Loi de 1905[modifier | modifier le code]

Le 14 décembre 1905; le maire de Saint-Nicolas-de-Port demande au curé de réaliser un inventaire du trésor ; conformément à la loi du 9 décembre 1905, celui-ci appartient désormais à l'état français et est laissé à disposition de l'église[a 4]. Le 23 janvier 1906, l'inventaire a lieu sans le curé ni le président de la fabrique, mais est interrompu par une centaine de femmes chantant des cantiques[t 4]. L'inventaire se termine le 15 mars 1906 et révèle la disparition des douze pièces principales du trésor, notamment la nef de nacre, le bras reliquaire et le buste reliquaire d'argent, qui seront tous retrouvés le 5 décembre dans la maison Rolin de Saint-Nicolas-de-Port[t 4].

Association[modifier | modifier le code]

Une association, intitulée Connaissance et renaissance de la basilique de Saint-Nicolas-de-Port, a été créée le 7 avril 1973[12] et reconnue d'utilité publique par un décret du 9 mars 1981[13]. Elle se donne pour missions de contribuer à la connaissance et à la restauration de la basilique. Elle fait paraître trois fois par an la revue La Gargouille (ISSN 1278-2327).

Critiques de l'édifice[modifier | modifier le code]

L'architecte italien Vincenzo Scamozzi admire l'église, en particulier sa luminosité[14]. Dom Simplicien Gody en parle aussi laudativement dans Odes sacrées[p 3]. Le Père Benoît Picard en parle comme une « architecture très délicate et très hardie »[15], expression reprise par Dom Calmet vingt ans plus tard[16].

Divers[modifier | modifier le code]

Les clochers de la basilique constituent pour l'IGN des points géodésiques d'ordre 5 dans le système NTF[17].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  • Pierre Sesmat, « Le Pèlerinage de Saint-Nicolas-de-Port - la « grande église » de Saint-Nicolas », dans Musée Lorrain, Saint Nicolas et les Lorrains, entre histoire & légende, Editions serpenoise,‎ 2005 (ISBN 2-87692-682-2)
  1. a et b Sesmat 2005, p. 45
  2. Sesmat 2005, p. 46
  3. Sesmat 2005, p. 47
  • Alde Harmand, « Le Pèlerinage de Saint-Nicolas-de-Port - Le trésor de la « grande église » », dans Musée Lorrain, Saint Nicolas et les Lorrains, entre histoire & légende, Editions serpenoise,‎ 2005 (ISBN 2-87692-682-2)
  1. Harmand 2005, p. 49
  2. a, b, c, d et e Harmand 2005, p. 50
  3. a, b et c Harmand 2005, p. 51
  4. a, b, c, d, e, f et g Harmand 2005, p. 52
  1. a et b Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, H 283.
  2. Archives départementales de la Meurthe-et-Moselle, 1 B 919, déclaration des pierres précieuses enchâssées au bras d'or.
  3. Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 1 Q 728
  4. Archives départementales de Meurthe-et-Moselle, 2 Q259.
  • Autres références
  1. « Notice no PA00106362 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Jacques Baudoin, La sculpture flamboyante en Champagne et Lorraine, Nonette, Créer, coll. « La sculpture flamboyante »,‎ 1990, 366 p. (ISBN 2-902894-72-4, lire en ligne), p. 50
  3. http://www.culture.gouv.fr/public/mistral/palissy_fr?ACTION=CHERCHER&FIELD_98=REFM&VALUE_98=PV004015
  4. Michel, "maistre maçon de Saint Nicolas en Lorraine" est de passage à Troyes avec un maître maçon du duc de Lorraine, cf. Florian Meunier, "Les cathédrales flamboyantes de Martin et Pierre Chambiges", dans Revue de l'art, n° 138 / 2002-4, p. 36, d'après les archives de la fabrique de la cathédrale de Troyes de 1505-1506. .
  5. Pierre Marot, Saint-Nicolas-de-Port et le pèlerinage,‎ 1963
  6. Le drame lorrain et le sac de Saint-Nicolas-de-Port, Henri Sacchi, La guerre de Trente Ans, tome 3, pages 42-43.
  7. Histoire du pilier qui pleure dans Contes et légendes de Lorraine de Louis Pitz, pages 17 à 20 (Fernand Nathan)
  8. archives municipales de Nancy Ville de Nancy - Carte Jeunes Nancy Culture, recueil de dessins de l'architecte Prosper Morey
  9. Michel Hérold, Les vitraux de Saint-Nicolas-de-Port (Corpus Vitrearum. France. VIII/1). Paris, CNRS, 1993. Compte rendu dans la Revue de l'Art, n° 107, 1995, p. 96 : Revue de l'Art dans Persée.
  10. Michel Hérold, Les vitraux de Saint-Nicolas-de-Port,‎ 1996
  11. Henri Lepage, Inventaires du trésor de l'église de Saint-Nicolas-de-Port, Nancy,‎ 1584
  12. Présentation de l'association, sur le site de l'association.
  13. Code 54.000.1349 dans Liste des associations reconnues d'utilité publique, sur le site du ministère de l'Intérieur. Publiée le 8 avril 2008, mise à jour en juin 2009. Consultée le 13 juillet 2009.
  14. Paulette Choné, « La Lorraine vue par un architecte italien. Le voyage de Vincent Scamozzi : 28 mars - 15 avril 1600 », Le Pays Lorrain, 1982? n°2, pages 65-88
  15. Père Benoît Picard, Histoire ecclésiastique et civile de la ville et du diocèse de Toul,‎ 1707
  16. Dom Calmet, Histoire de la Lorraine,‎ 1728
  17. Saint-Nicolas-de-Port I, site no 5448301, service Géodésie et nivellement, IGN. Consulté le 13 juillet 2009.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

XIXe siècle[modifier | modifier le code]

  • Charles-Georges Balthasar, Notice historique et descriptive sur l'église de Saint-Nicolas-du-Port, Paris, 1847, 12 p.
  • Auguste Digot, Notice sur l'église de Saint-Nicolas-de-Port, Vagner, Nancy, 1848, 20 p.
  • Auguste Digot, Inventaire des objets contenus dans le trésor de l'église de Saint-Nicolas de Port, publié avec des notes, A. Hardel, Caen, 1849, 16 p.

XXe siècle[modifier | modifier le code]

  • Léon Germain, La statue de Saint Nicolas à l'église de Saint-Nicolas de Port, R. Vagner, Nancy, 1904, 7 p.
  • Félix Raugel, Les grandes orgues de la basilique de Saint-Nicolas-de-Port, Floury, Paris, 1949, 16 p.
  • Pierre Marot et André Philippe, Saint-Nicolas-de-Port et le pèlerinage, Nancy, Berger-Levrault,‎ 1963, 175 p. Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Marcel Thiriet, Francis Roussel, Serge Saunier, Pierre-Marie Marquet, Pierre Gérard, Alain Brix, François de Vienne, La Basilique de Saint-Nicolas en Lorraine, Association Connaissance et renaissance de la basilique de Saint-Nicolas-de-Port, Saint-Nicolas-de-Port, 1979, 206 p.
  • Pierre Colas, « La Basilique de Saint-Nicolas de Port », Monuments historiques, CNMHS, no 141,‎ octobre-novembre 1985, p. 86–90 (ISSN 0242-830X)
  • Jacques Baudoin, La sculpture flamboyante en Champagne et Lorraine, Nonette, Créer, coll. « La sculpture flamboyante »,‎ 1990, 366 p. (ISBN 2-902894-72-4, lire en ligne), p. 50 Document utilisé pour la rédaction de l’article
  • Michel Hérold, Les vitraux de Saint-Nicolas-de-Port, Comité français du Corpus vitrearum, CNRS,‎ 1996, 219 p. (ISBN 2-222-04735-8) Document utilisé pour la rédaction de l’article

XXIe siècle[modifier | modifier le code]

  • Jean Cayon, Église de Saint-Nicolas-de-Port en Lorraine, P. Trenel, Saint-Nicolas-de-Port, 1835, 16 p. ; éd. en fac-similé C. Lacour, coll. « Rediviva », Nîmes, 2006 (ISBN 2-7504-1211-0)
  • Cyrille Bronique, Découvrir la basilique de Saint-Nicolas-de-Port, Association Connaissance et renaissance de la Basilique de Saint-Nicolas-de-Port, Saint-Nicolas-de-Port, 2008, 32 p. (ISBN 2-9525452-2-7)
  • Musée Lorrain, Saint Nicolas et les Lorrains, entre histoire & légende, Editions serpenoise,‎ 2005 (ISBN 2-87692-682-2) Document utilisé pour la rédaction de l’article


Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]