Topaze (minéral)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Topaze.
Topaze
Catégorie IX : silicates[1]
Topaze « Impériale » – Mine de Vermelhão, Brésil.

Topaze « Impériale » – Mine de Vermelhão, Brésil.
Général
Classe de Strunz 9.AF.35
Formule brute Al2SiO4(F,OH)2
Identification
Masse formulaire 182.25 uma
Couleur Incolore à blanc ; bleu ; verdâtre ; brun jaune ; orange ; rose ; rougeâtre ; violet ; brun.
Classe cristalline et groupe d'espace Dipyramidal - Pbnm
Système cristallin orthorhombique
Réseau de Bravais Primitif P
Macle selon {010} et {001}.
Clivage parfait sur {001}
Cassure Irrégulière subconchoïdale
Habitus prismatique
Faciès prismatique, massif
Échelle de Mohs 8
Trait blanc
Éclat vitreux
Propriétés optiques
Indice de réfraction 1,069 - 1,643
Biréfringence Δ=0,008-0,014
Fluorescence ultraviolet Jaune (UV courts); Crème(UV longs)
Transparence Transparent à translucide
Propriétés chimiques
Densité de 3,49 à 3,57
Fusibilité Ne fond pas mais se trouble
Solubilité Soluble dans HCl sous pression[2];
lentement soluble dans H2SO4 chaud
Comportement chimique inaltérable dans l'acide
Propriétés physiques
Magnétisme aucun
Radioactivité aucune
Unités du SI & CNTP, sauf indication contraire.

La topaze est une espèce minérale du groupe des silicates, sous-groupe des nésosilicates, de formule Al2SiO4(F, OH)2 pouvant contenir des traces de fer, chrome, magnésium et titane.

Inventeur et étymologie[modifier | modifier le code]

Connue depuis l'Antiquité, la topaze a été décrite par le minéralogiste belge Anselmus Boëtius de Boodt (1550 - 1632) en 1609 ; le nom dérive du grec topazos, nom attribué dans l'Antiquité à certaines gemmes, du nom grec de l'île Zabargad en mer Rouge.

Cristallographie[modifier | modifier le code]

Structure de la topaze.
  • Paramètres de la maille conventionnelle : a = 4,35 Å, b = 8,8 Å, c = 8,4 Å, Z = 4 ; V = 321,55 Å3
  • Densité calculé = 3,76

Gîtologie[modifier | modifier le code]

Minéral typique des pegmatites et des veines quartzeuses de haute température. Sous l'effet d'une altération hydrothermale, la topaze se transforme facilement en muscovite, en séricite, en feldspath, en kaolinite... Les cristaux peuvent être de très grande taille, et atteindre plusieurs dizaines de kilogrammes dans certaines pegmatites brésiliennes.

Minéraux associés[modifier | modifier le code]

Elle peut être associée, dans les pegmatites, au béryl, mais aussi, dans certains filons, elle accompagne la fluorite et la cassitérite.

Synonymie[modifier | modifier le code]

Il existe pour ce minéral de nombreux synonymes[3]. À noter que le nom international retenu par l’IMA est Topaz sans (e). Topaze est le terme francophone.

Gisements remarquables[modifier | modifier le code]

  • Brésil
Mine de Vermelhão, Saramenha, Ouro Preto, Minas Gerais '[6].
Mine Xanda, Virgem da Lapa, District des Pegmatites d'Araçuaí, Minas Gerais, Région du sud-est [7]
  • États-Unis
Thomas Range, Comté de Juab, Utah[8].
  • France
Mine des Montmins (Filon Ste Barbe), Échassières, Ébreuil, Allier, Auvergne[9]
Chavence, Gilly-sur-Loire, Saône-et-Loire, Bourgogne[10].
Carrière de Vilatte-Haute (La Vilate), Chanteloube, Razès, Haute-Vienne[11].
  • Pakistan
Gilgit, Gilgit District, Northern Areas[12].

Gemmologie[modifier | modifier le code]

La topaze est un cristal utilisé en joaillerie, classée comme pierre fine. La topaze se présente en une large variété de couleurs à l'état naturel. Parmi les plus convoitées figure la Topaze impériale que l'on trouve essentiellement au Brésil (Ouro Preto) dans sa couleur caractéristique doré intense à rouge-orangé. Certaines topazes du Pakistan et de Russie s'en rapprochent. Certaines nuances plus foncées peuvent être obtenue par chauffage (les topazes jaune pâle deviennent rosées) ou irradiation (pour renforcer la couleur bleue). Les différentes couleurs sont dues à une très faible substitution de l'aluminium de la structure cristalline par du chrome, du fer, du cobalt, etc. Une longue exposition à la lumière solaire peut provoquer un changement de couleur, surtout pour les variétés brunes.

Terminologie en gemmologie[modifier | modifier le code]

Ces terminologies sont interdites par le C.I.B.J.O (Word jewellery confederation).

  • TOPAZE DE BOHÈME : Quartz citrine ou fluorine jaune
  • TOPAZE BRULÉE : topazes jaunes chauffées pour leur donner une teinte rose
  • TOPAZE DE CALIFORNIE : Variété de topaze bleu pâle, trouvée en Californie
  • TOPAZE CHRYSOLITE : topaze jaune pâle ou vert-jaunâtre
  • TOPAZE D'ÉCOSSE : Quartz fumé
  • TOPAZE ENFUMÉE : Quartz fumé
  • TOPAZE D'ESPAGNE : améthyste qui est devenue jaune par chauffage
  • TOPAZE DORÉE : citrine ou améthyste chauffagée
  • TOPAZE FUMÉE : Quartz fumé
  • TOPAZE GOUTTE D’EAU : topaze blanche venant du Brésil
  • TOPAZE INDIENNE : topaze jaune safran de Sri Lanka ; corindon jaune ;citrine
  • TOPAZE MADÈRE : améthyste chauffage brun-jaunâtre à brun-rougeâtre
  • TOPAZE DU NEVADA : obsidienne enfumée
  • TOPAZE OCCIDENTALE : citrine
  • TOPAZE ORIENTALE : saphir jaune
  • TOPAZE PALMYRE : Quartz devenu jaune par chauffage
  • TOPAZE-SAFRANITE : citrine
  • TOPAZE SALAMANCA : citrine de Cordova (et non de Salamanca)
  • TOPAZE DE SAXE : citrine
  • TOPAZE SYNTHÉTIQUE : corindon ou une spinelle synthétique de couleur jaune

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Galerie gemmologie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. La classification des minéraux choisie est celle de Strunz, à l'exception des polymorphes de la silice, qui sont classés parmi les silicates.
  2. (en) Thomas R. Dulski, A manual for the chemical analysis of metals, vol. 25, ASTM International,‎ 1996, 251 p. (ISBN 0803120664, lire en ligne), p. 75
  3. « Index alphabétique de nomenclature minéralogique » BRGM
  4. Dictionnaire des sciences naturelles, Volume 9 Par André Jean François Marie Brochant de Villers, Alexandre Brongniart, Frédéric Georges Cuvier p. 163 1817
  5. Henri Landrin - Dictionnaire de minéralogie, de géologie, et de métallurgie 1852 p. 377
  6. Bancroft, Peter. 1984. "World's Greatest Crystal Treasures"
  7. Rocks & Min.: 63: 45, 389.
  8. Lanny Ream (1979) The Thomas Range, Wah Wah Mountains, and vicinity, western Utah. The Mineralogical Record 10:261-278
  9. G. Aubert : "Les coupoles granitiques de Montebras et d'Echassières (Massif Central Français) et la genèse de leur minéralisations (BRGM, 1969)
  10. MOUREY Y. (1985b) - Le leucogranite à topaze de Chavence. Un nouvel exemple de massif à Sn, W, Li dans le Nord du Massif central français. C. R. Acad. Sci., Paris, t. 300, série II, no 19, p. 951-954.
  11. Boisson, J. M. (1988) - Les monts d'Ambazac, Le Cahier des Micromonteurs, (2), 3-33.
  12. Blauwet, D., Smith, B., and Smith, C., 1997. A Guide to the Mineral Localities of the Northern Areas, Pakistan. Mineralogical Record 28(3), 183-200.