Basilique du Bois-Chenu

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Basilique Sainte-Jeanne-d'Arc et Église Sainte-Jeanne-d'Arc.
Basilique du Bois-Chenu
Image illustrative de l'article Basilique du Bois-Chenu
La façade de la Basilique du Bois-Chenu
Présentation
Culte Catholique romain
Type Basilique
Rattachement Diocèse de Saint-Dié
Début de la construction 1881
Fin des travaux 1926
Architecte Paul Sédille
Style dominant Néoroman
Protection  Inscrit MH (2006)[1]
Géographie
Pays Drapeau de la France France
Région Lorraine
Département Vosges
Commune Domrémy-la-Pucelle
Coordonnées 48° 25′ 41″ N 5° 40′ 10″ E / 48.4280556, 5.66944444 ()48° 25′ 41″ Nord 5° 40′ 10″ Est / 48.4280556, 5.66944444 ()  [2]

Géolocalisation sur la carte : Lorraine

(Voir situation sur carte : Lorraine)
Basilique du Bois-Chenu

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Basilique du Bois-Chenu

La basilique du Bois-Chenu, du Bois Chênu ou encore Sainte-Jeanne-d'Arc de Domrémy-la-Pucelle, est un édifice religieux dédié à Jeanne d'Arc, qui a été élevé au XIXe siècle sur un coteau forestier de Domrémy-la-Pucelle, son village natal.

Histoire[modifier | modifier le code]

La première pierre du bâtiment a été posée le 3 novembre 1881 à proximité immédiate du lieu où Jeanne, bergère, aurait entendu ses voix. Il a été bâti sur les plans de l'architecte Paul Sédille (après la mort de ce dernier en 1900, les frères Émile et René Demay, architectes à Neufchâteau, prendront la direction des travaux jusqu'à leur achèvement en 1926). L'édifice initial, prévu plus petit, était initialement dédié à saint Michel étant donné que Jeanne n'était pas encore été béatifiée. La première messe y fut célébrée en 1896, l'église étant alors toujours en construction. En 1897 4 cloches furent ajoutées au nouveau clocher.

En 1909, la béatification de Jeanne d'Arc par le pape Pie X, constituera la première étape vers la sainteté, mais il faudra encore attendre onze années pour qu'elle soit canonisée en 1920 par le pape Benoît XV. En 1922, le pape Pie XI la proclame sainte patronne secondaire de la France[3], et la consécration de l'édifice à Sainte-Jeanne-d'Arc eut lieu quelques années plus tard, en 1926. Le , l'église reçut le titre de basilique mineure.

Elle a été inscrite aux monuments historiques par un arrêté du signé par le préfet de région, Pierre-René Lemas[4],[1].

Son clocher est pour l'IGN un point géodésique d'ordre 4 dans le système NTF[5].

Architecture[modifier | modifier le code]

L'intérieur de la basilique
Jeanne et ses voix

L'édifice est caractérisé par sa polychromie, composée d'une alternance de granit rose des Vosges et de la blancheur de la pierre d'Euville, de la Meuse.

Illuminée chaque soir, la basilique domine la vallée de la Meuse. D'un style plutôt néoroman, la basilique est décorée de gigantesques mosaïques ainsi que de huit peintures de Lionel Royer représentant la vie de la sainte. Dans la crypte dédiée à Notre-Dame des Armées se trouve la statue de Notre-Dame de Bermont, celle-là même que connut Jeanne et devant laquelle elle avait l'habitude de prier.

Sur le parvis de la basilique se dressent plusieurs statues, notamment : « Jeanne s'offrant à Dieu pour l'accomplissement de sa mission » (œuvre du sculpteur Couteau, offerte en 1946 par le gouvernement de la province canadienne du Québec), « Jeanne et ses voix » du sculpteur André-Joseph Allar, datant de 1894, et les parents de Jeanne (statues de fonte datant de 1911 et représentant Jacques d'Arc et Isabelle Romée).

Deux toiles d'Alphonse Monchablon sur le même thème :Le sacrifice de l’armée de terre et de la marine pendant la guerre de 1870 (l'une consacrée à l'armée de terre, l'autre à la marine) se trouvent dans la crypte de la basilique[6].

Les cloches de la basilique[modifier | modifier le code]

La sonnerie de la basilique comprend actuellement 5 cloches de volée. En 1897 4 cloches de volée de 3 440kg coulées par Farnier de Robécourt intègrent la nouvelle basilique de Domrémy, auxquelles s'ajouta en 1926 une cinquième cloche offerte en souvenir des noces de diamant sacerdotales de Monseigneur Foucault, évêque de Saint-Dié. Elle eut pour marraines les filles du donateur Georges Farnier.

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b « Notice no PA88000042 », base Mérimée, ministère français de la Culture.
  2. Coordonnées trouvées sur Géoportail et Google Maps
  3. Lettre apostolique Galliam, Ecclesiæ filiam primogenitam, pape Pie XI, 2 mars 1922
  4. Arrêté portant inscription au titre des monuments historiques de la basilique Sainte Jeanne d'Arc à Domrémy-la-Pucelle (Vosges), 2006 SGAR no 315, 24 juillet 2006, Bulletin officiel : Actes et publications de la Préfecture de la Région Lorraine, no 7, juillet 2006, p. 37–38.
  5. Site no 8815401 : Domrémy-la-Pucelle I, Service Géodésie et Nivellement, IGN.
  6. http://www.fondation-patrimoine.org/fr/lorraine-15/tous-les-projets-722/detail-toiles-peintes-de-alphonse-monchablon-a-domremy-la-pucelle-14487

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Lieux johanniques lorrains[modifier | modifier le code]

Autour de Neufchâteau[modifier | modifier le code]