Alphonse de Rothschild

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Famille Rothschild.

Alphonse de Rothschild

Description de l'image  Alphonse James de Rothschild.jpg.
Naissance
Paris (2e)
Décès
Paris (1er)
Nationalité autrichien
français (naturalisé)
Profession Banquier
Autres activités
collectionneur
Ascendants
Descendants
Famille

Le baron Alphonse de Rothschild ( à Paris - à Paris) est un banquier et collectionneur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils aîné du baron James de Rothschild et de Betty von Rothschild (fille de Salomon Mayer von Rothschild), il épouse en 1857 sa cousine Leonora de Rotschild (1837-1911), fille de Lionel de Rothschild (branche de Londres).

Le couple aura quatre enfants : Bettina (1858-1892, épouse de Albert Salomon von Rothschild (en)), René (né et mort en 1861), Béatrice (1864-1934) et Édouard (1868-1949).

Naturalisé français, il peut accéder au conseil de régence de la Banque de France (1855), dont la banque Rothschild est le premier actionnaire.

Carricature d'Alphonse de Rothschild dans le Vanity Fair de 1894.

Il finance, en 1855, les achats de blé que nécessitent de mauvaises récoltes. Seize ans plus tard, en 1871, il oeuvre à faire réduire l’indemnité de guerre exigée par l’Allemagne. L'opération donne en effet lieu aux plus vastes opérations de change que l'univers eut connu jusqu'alors[1]. Il contribue à son règlement en assurant toute l’émission d’un premier emprunt de deux milliards et en participant à l’emprunt complémentaire de trois milliards pour la libération du territoire. Grâce à ses relations de famille à Londres, Francfort et Hambourg[2], c'est le plus actif des 55 banquiers qui s'emploient à fournir au gouvernement les 700 millions de devises dont il a besoin[2].

Personnalité des chemins de fer, il est président du conseil d'administration de la Compagnie des chemins de fer du Nord. C'est à ce titre qu'il négocie des reprises de petites compagnies en difficultés, notamment le 12 juillet 1881 il signe le traité concernant la Compagnie du chemin de fer du Tréport[3].

En 1898, Alphonse de Rothschild et Eugène Goüin sont les représentants du groupe Les Banques Françaises[4].

Il créa la société "Société commerciale et Industrielle de Naphte Caspienne et de la Mer Noire, Société Anonyme" (appelée Bnito (en) en russe) pour exploiter le pétrole de Bakou, que sa famille dut vendre en 1911[5].

Il habite d'abord un hôtel particulier construit pour lui au 47, rue de Monceau, avant d'hériter à la mort de son père de l'hôtel de Saint-Florentin où il fait réaliser d'importantes transformations en 1868-1870 par les architectes E. Petit et Léon Ohnet.

Il posséda également l'immense domaine de Ferrières, sur lequel son père fit édifier sous le Second Empire le château le plus luxueux du XIXe siècle.

Grand collectionneur de tableaux de maîtres anciens (de Hooch, Rubens, Rembrandt, Hals), membre du comité de l'Exposition universelle de 1867, élu à l'Académie des Beaux-Arts, Alphonse de Rotschild fut un important donateur des musées français ; il fit ainsi entre autres, de 1888 à 1904, donation d'une vingtaine de tableaux au musée de Soissons.

Il était président du Consistoire central de 1873 à 1911, membre du Jockey Club et du Cercle des chemins de fer.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Alfred Colling, La Prodigieuse histoire de la Bourse, Paris, Société d'éditions économiques et financières,‎ 1949, p. 288
  2. a et b Colling 1949, p. 288
  3. Recueil des lois et conventions relatives aux chemins de fer du Nord, de l'Est, d'Orléans, de Paris-Lyon-Méditerranée et du Midi de 1883 à 1910, Paris, Imprimerie nationale,‎ 1873, 61-64 p. (lire en ligne), « Traité du 12 juillet 1881 : entre la Compagnie du Nord et la faillite de la Compagnie du chemin de fer d'Abancourt au Tréport », p. 61
  4. Archives diplomatiques: recueil mensuel de diplomatie, d'histoire et de droit international, Numéros 65 à 68, 1861
  5. voir Archives du Monde du Travail à Roubaix et tous les livres sur la Branche française des Rothschild

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Lien externe[modifier | modifier le code]