200 mètres

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis 200 mètres (athlétisme))
Aller à : navigation, rechercher
Pix.gif 200 m Portail athlétisme
2006Pre200m.jpg
Départ d'un 200 mètres
Caractéristiques
Catégorie Sprint
Genre M/F
Surface Piste extérieure et couverte
Apparition JO Hommes : 1900 ; femmes : 1948
Records masculins
RM 19 s 19 : Drapeau : JamaïqueUsain Bolt (2009)
RO 19 s 30 : Drapeau : JamaïqueUsain Bolt (2008)
Records féminins
RM 21 s 34 : Drapeau : États-UnisF. Griffith-Joyner (1988)
RO 21 s 34 : Drapeau : États-UnisF. Griffith-Joyner (1988)
Champions en titre
JO Drapeau : Jamaïque Usain Bolt
Drapeau : États-Unis Allyson Felix
CM Drapeau : Jamaïque Usain Bolt
Drapeau : Jamaïque Shelly-Ann Fraser-Pryce

Le 200 mètres est une épreuve d'athlétisme consistant à parcourir un demi-tour d'une piste d'athlétisme de 400 m. Il est couru au très haut niveau en moins de 20 secondes pour les hommes et 22 secondes pour les femmes. Le record du monde masculin est détenu depuis le 20 août 2009 par le Jamaïcain Usain Bolt avec 19 s 19, tandis que l'Américaine Florence Griffith-Joyner détient depuis 1988 la meilleure performance féminine avec 21 s 34.

Pour les Anglo-Saxons, il équivaut à la distance impériale de 220 yards, qui n'est plus guère courue de nos jours[1].

Histoire de la distance[modifier | modifier le code]

La plus ancienne et l'épreuve phare des jeux grecs antiques portait le nom de « stadion » (en latin stadium), nom qui pourrait être traduit par longueur de stade. Elle consistait en un tour de piste (qui se courait en ligne droite à Olympie, sans virage). Ces jeux n'étaient accessibles qu'aux hommes (tant pour l'assistance que pour la participation), et la piste mesurait environ 200 mètres (environ 192 m à Olympie).

Avant les années 1960, le 200 m était parfois couru en ligne droite aux États-Unis et dans d'autres pays tels la France[2]. Depuis 1958, le 200 mètres doit être parcouru sur une piste de 400 mètres, ce qui implique de courir les cent premiers mètres en virage.

Les grandes figures de la distance[modifier | modifier le code]

Le premier homme à passer sous la barre des 20 secondes sur l'épreuve est l'Américain Tommie Smith en 1968 (en altitude, à Mexico), réalisant le temps de 19 s 83.

Une autre grande figure du 200 m est l'Italien Pietro Mennea qui a réalisé 19 s 72 en 1979, sur le même stade. Son record du monde a tenu 18 ans, et il est toujours l'actuel détenteur du record d'Europe de la distance avec ce chrono.

Une troisième légende de l'athlétisme s'est illustrée sur 200 mètres : il s'agit de Michael Johnson. L'athlète américain, surnommé « la locomotive de Waco » a tout d'abord battu le record de la distance lors des sélections américaines en 1996 en 19 s 66. Ensuite, il a battu spectaculairement le record à l'occasion des Jeux olympiques d'Atlanta en 1996 : 19 s 32.

Le Jamaïcain Usain Bolt porta ce record à 19 s 30 en remportant le titre olympique des Jeux de Pékin de 2008, puis le porta à 19 s 19 le 20 août 2009 aux Championnat du monde de Berlin, après avoir établi également un nouveau record du monde du 100 mètres quelques jours auparavant, en 9 s 58. En 2011, il confirme en réalisant à Daegu, le 4e chrono mondial de tous les temps, 19 s 40 (vent + 0,8 m/s) pour conserver son titre de champion du monde de la distance.

Chez les femmes, Florence Griffith-Joyner en tant que détentrice du record du monde occupe une place primordiale dans le panthéon de la discipline. Depuis 2003, deux femmes dominent sur la distance : la Jamaïcaine Veronica Campbell-Brown et l'Américaine Allyson Felix qui se sont partagées la grande majorité des titres du 200 m.

Records[modifier | modifier le code]

Records du monde[modifier | modifier le code]

Évolution du record du 200 m masculin

Le record du monde du 200 mètres est actuellement détenu, pour les hommes, par le Jamaïcain Usain Bolt, avec un temps de 19 s 19, depuis le 20 août 2009, lors des championnats du monde d'athlétisme de Berlin.

Chez les femmes, le record, aujourd'hui contesté, est officiellement détenu par l'Américaine Florence Griffith-Joyner, en 21 s 34, depuis le 29 septembre 1988.

Le chronométrage électrique est officiel depuis le 1er janvier 1975.

Records continentaux[modifier | modifier le code]

En plein air[modifier | modifier le code]

Région Sexe Temps Vent Athlète Nationalité Date Lieu
Monde M 19 s 19 -0,3 Usain Bolt Drapeau de la Jamaïque Jamaïque 20 août 2009 Berlin
F 21 s 34 1,3 Florence Griffith Joyner Drapeau des États-Unis États-Unis 29 septembre 1988 Séoul
Afrique M 19 s 68 0,4 Frankie Fredericks Drapeau de la Namibie Namibie 1er août 1996 Atlanta
F 22 s 07 -0,1 Mary Onyali-Omagbemi Drapeau du Nigeria Nigeria 14 août 1996 Zurich
Amérique du Nord, centrale
et des Caraïbes
M 19 s 19 -0,3 Usain Bolt Drapeau de la Jamaïque Jamaïque 20 août 2009 Berlin
F 21 s 34 1,3 Florence Griffith Joyner Drapeau des États-Unis États-Unis 29 septembre 1988 Séoul
Amérique du Sud M 19 s 81 -0,3 Alonso Edward Drapeau du Panama Panama 20 août 2009 Berlin
F 22 s 48 1,0 Ana Cláudia Silva Drapeau du Brésil Brésil 6 août 2011 Rio de Janeiro
Asie M 20 s 03 0,6 Shingo Suetsugu Drapeau du Japon Japon 7 juin 2003 Yokohama
F 22 s 01 0,0 Li Xuemei Drapeau de la République populaire de Chine Chine 22 octobre 1997 Shanghai
Europe M 19 s 72 A 1,8 Pietro Mennea Drapeau de l'Italie Italie 12 septembre 1979 Mexico
F 21 s 71 0,7 Marita Koch Drapeau : Allemagne de l'Est RDA 10 juin 1979 Karl-Marx-Stadt
0,3 Marita Koch Drapeau : Allemagne de l'Est RDA 21 juillet 1984 Potsdam
1,2 Heike Drechsler Drapeau : Allemagne de l'Est RDA 29 juin 1986 Iéna
0,8 Heike Drechsler Drapeau : Allemagne de l'Est RDA 29 août 1986 Stuttgart
Océanie M 20 s 06 A 0,9 Peter Norman Drapeau de l'Australie Australie 16 octobre 1968 Mexico
F 22 s 23 0,8 Melinda Gainsford-Taylor Drapeau de l'Australie Australie 13 juillet 1997 Stuttgart

En salle[modifier | modifier le code]

Région Sexe Temps Athlète Nationalité Date Lieu
Monde M 19 s 92 Frankie Fredericks Drapeau de la Namibie Namibie 18 février 1996 Liévin
F 21 s 87 Merlene Ottey Drapeau de la Jamaïque Jamaïque 13 février 1993 Liévin
Afrique M 19 s 92 Frankie Fredericks Drapeau de la Namibie Namibie 18 février 1996 Liévin
F 23 s 00 Regina George Drapeau du Nigeria Nigeria 13 février 2013 Fayetteville
Amérique du Nord M 20 s 10 Wallace Spearmon Drapeau des États-Unis États-Unis 11 mars 2003 Fayetteville
F 21 s 87 Merlene Ottey Drapeau de la Jamaïque Jamaïque 23 février 1993 Fayetteville
Amérique du Sud M 20 s 65 Robson da Silva Drapeau du Brésil Brésil 26 février 1989 Sindelfingen
F 23 s 69 Aliann Pompey Drapeau du Guyana Guyana 12 février 2010 Boston
Asie M 20 s 63 Koji Ito Drapeau du Japon Japon 5 mars 1999 Maebashi
F 22 s 99 Susanthika Jayasinghe Drapeau du Sri Lanka Sri Lanka 9 mars 2001 Lisbonne
Europe M 20 s 25 Linford Christie Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 19 février 1995 Liévin
F 22 s 10 Irina Privalova Drapeau de la Russie Russie 19 février 1995 Liévin
Océanie M 20 s 71 Damien Marsh Drapeau de l'Australie Australie 14 mars 1993 Toronto
F 22 s 64 Melinda Gainsford-Taylor Drapeau de l'Australie Australie 10 mars 1995 Barcelone
Melinda Gainsford-Taylor Drapeau de l'Australie Australie 11 mars 1995 Barcelone

Records en compétition[modifier | modifier le code]

Continent Hommes Femmes
Temps Athlète Nation Temps Athlète Nation
Jeux olympiques 19 s 30 Usain Bolt Drapeau de la Jamaïque Jamaïque 21 s 34 Florence Griffith-Joyner Drapeau des États-Unis États-Unis
Championnats du monde 19 s 19 Usain Bolt Drapeau de la Jamaïque Jamaïque 21 s 74 Silke Gladisch-Möller Drapeau de l'Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est
Championnats d'Europe 19 s 85 Konstantínos Kentéris Drapeau de la Grèce Grèce 21 s 71 Marita Koch
Heike Drechsler
Drapeau de l'Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est
Drapeau de l'Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est

Athlètes les plus rapides[modifier | modifier le code]

Hommes (au 19 juillet 2014)[3]
Temps Vent Athlète Pays Date Lieu
1. 19 s 19 −0.3 Usain Bolt Drapeau de la Jamaïque Jamaïque 20 août 2009 Berlin
2. 19 s 26 +0.7 Yohan Blake Drapeau de la Jamaïque Jamaïque 16 septembre 2011 Bruxelles
3. 19 s 32 +0.4 Michael Johnson Drapeau des États-Unis États-Unis 1er août 1996 Atlanta
4. 19 s 53 +0.7 Walter Dix Drapeau des États-Unis États-Unis 16 septembre 2011 Bruxelles
5. 19 s 58 +1.3 Tyson Gay Drapeau des États-Unis États-Unis 30 mai 2009 New York
6. 19 s 63 +0.4 Xavier Carter Drapeau des États-Unis États-Unis 11 juillet 2006 Lausanne
7. 19 s 65 0.0 Wallace Spearmon Drapeau des États-Unis États-Unis 28 septembre 2006 Daegu
8. 19 s 68 +0.4 Frankie Fredericks Drapeau de la Namibie Namibie 1er août 1996 Atlanta
-0.5 Justin Gatlin Drapeau des États-Unis États-Unis 18 juillet 2014 Monaco
10. 19 s 72 +1.8 Pietro Mennea Drapeau de l'Italie Italie 12 septembre 1979 Mexico
Femmes (au 19 juillet 2014)[4]
Temps Vent Athlète Pays Date Lieu
1. 21 s 34 +1.3 Florence Griffith-Joyner Drapeau des États-Unis États-Unis 29 septembre 1988 Séoul
2. 21 s 62 −0.6 Marion Jones Drapeau des États-Unis États-Unis 11 septembre 1998 Johannesburg
3. 21 s 64 +0.8 Merlene Ottey Drapeau de la Jamaïque Jamaïque 13 septembre 1991 Bruxelles
4. 21 s 69 +1.0 Allyson Felix Drapeau des États-Unis États-Unis 30 juin 2012 Eugene
5. 21 s 71 +0.7 Marita Koch Drapeau de l'Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est 10 juin 1979 Karl-Marx-Stadt
+1.2 Heike Drechsler Drapeau de l'Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est 29 juin 1986 Iéna
7. 21 s 72 +1.3 Grace Jackson Drapeau de la Jamaïque Jamaïque 29 septembre 1988 Séoul
−0.1 Gwen Torrence Drapeau des États-Unis États-Unis 15 août 1992 Barcelone
9. 21 s 74 +0.4 Marlies Göhr Drapeau de l'Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est 3 juin 1984 Erfurt
+1.2 Silke Gladisch-Möller Drapeau de l'Allemagne de l'Est Allemagne de l'Est 3 septembre 1987 Rome
−0.6 Veronica Campbell-Brown Drapeau de la Jamaïque Jamaïque 21 août 2008 Pékin

Meilleures performances mondiales de l'année[modifier | modifier le code]

Meilleures performances mondiales de l'année (MPMA) sur 200 m, en athlétisme, à partir de l'année 1964 en plein air.

Pour que la performance soit considérée comme MPMA, la vitesse du vent doit être inférieure ou égale à 2 m/s, sinon elle n'est pas homologuée. Cela est d'autant plus vrai pour un record du monde.

Hommes[modifier | modifier le code]

Toutes ces performances ont été homologuées par l'IAAF.

Femmes[modifier | modifier le code]

Technique et spécificités[modifier | modifier le code]

Une demi-finale du 200 mètres à Berlin en 2009

Le 200 m est une course beaucoup plus longue que le 100 m, de ce fait, certains points diffèrent de ce derniers. Cependant, le 200 m reste une discipline de vitesse qui gagne un aspect technique avec le virage.

Le départ d'un 200 m est plus technique qu'il n'y parait. Le virage oblige le sprinteur à redresser ses épaules pour lutter contre la force centrifuge mais il ne faut pas que ses épaules soit trop redressées sinon le sprinteur ne pourrait plus pousser, il est donc obligé de doser son effort et de sentir sa course. La force centrifuge s'appliquant plus sur les premiers couloirs que sur les couloirs extérieurs ; un sprinteur placé au couloir 1 aura donc une course moins bonne que s'il était au centre, ce qui rend les demi-finales du 200 m des grands championnats plus intéressantes et plus dangereuses que celles du 100 m. Le départ est plus technique mais aussi plus long que sur le cent mètres. Le sprinteur peut et doit pousser plus longtemps pour deux raisons, la première est qu'il gaspille de l'énergie à lutter contre la force centrifuge, il lui faut donc plus temps pour arriver à son amplitude de sprint ; la seconde est que la course est plus longue, donc si le sprinteur veut tenir la distance et ne pas craquer sur la fin, il doit avoir une poussée plus longue pour retarder le moment où son accélération sera maximale.

Le virage change aussi de nombreuses choses dans la course qui doivent être prises en compte lors de la préparation. La plus importante est le placement du pied ; le virage oblige le coureur à lutter contre la force centrifuge, il gaspille donc de l'énergie dans la direction opposée à celle vers laquelle la force centrifuge le repousse, énergie qu'il ne peut donner qu'avec son pied. De ce fait, s'il veut avoir le même rendement, son temps d'appui au sol sera plus long ; son pied doit donc accélérer son mouvement, si bien que sa poussée ne sera jamais aussi parfaite qu'en ligne droite. Le virage oblige aussi le sprinteur à adapter sa musculature ; il doit être encore plus solide et gaîné et ses appuis doivent l'être également. Le virage peut aussi être à l'origine de disqualifications : le sprinteur peu attentif peut mordre le couloir d'à côté s'il est déporté par la force centrifuge ou s'il lui résiste trop.

Une fois le virage terminé, la fin de la course se joue dans la ligne droite où le sprinteur applique la même méthode que lors d'un 100 m. Il doit cependant faire attention de ne pas revenir trop sur la gauche à la sortie du virage, au risque de mordre dans le couloir intérieur.

Le 200 m, la plus rapide des distances[modifier | modifier le code]

De toutes les épreuves officielles de course à pied, le 200 mètres était, historiquement, celle dont la vitesse moyenne était la plus grande. En effet, depuis l'entrée en vigueur du chronométrage électronique, le record du monde masculin du 200 m était pratiquement toujours[évasif] resté inférieur à 2 fois celui du 100 mètres. Autrement dit, le record du monde du 200 mètres s'était toujours couru plus vite (en vitesse moyenne) que le record du monde du 100 mètres[réf. nécessaire] jusqu'au record du monde de Leroy Burrell sur 100 m en 9 s 85 en 1994.

Depuis, ce constat n'est plus toujours vrai, puisque qu'il varie au gré des nouveaux records du 100 m et du 200 m. Actuellement, on peut dire que la vitesse moyenne du record du 100 mètres est quasiment la même que celle du 200 m et dépasse 10,4 m/s, soit plus de 37 km/h[réf. nécessaire].

Longtemps[évasif], le record du monde du 200 mètres présentait une vitesse moyenne plus élevée que celui du 100 mètres. C'est pourquoi, des recordmen du monde du 200 mètres ont revendiqué le titre de l'« homme le plus rapide du monde », traditionnellement attribué par les médias aux coureurs du 100 mètres.

Cela dit, la vitesse de pointe instantanée est plus élevée sur 100 mètres[réf. nécessaire]. Le 200 mètres est néanmoins plus rapide en vitesse moyenne parce que le temps de mise en train au démarrage est moins important par rapport au temps total de la course que pour un 100 mètres.

On notera également que ces remarques ne sont pas valables pour les courses femmes[réf. nécessaire].

Déclinaisons du 200 mètres[modifier | modifier le code]

4 × 200 mètres[modifier | modifier le code]

Cette épreuve consiste en la succession de relais pour quatre athlètes qui doivent chacun parcourir une distance avoisinant les 200 mètres et se transmettre un témoin (sous forme de bâton cylindrique). Le coureur qui va recevoir le témoin prend son élan dans une zone d’élan, la transmission du témoin se passe dans une zone de transmission de 20 mètres. Si le passage du témoin est réalisé avant ou après cette zone, l'entièreté du relais est disqualifiée à la suite de la course[8]. Bien qu'elle ait un caractère officiel et que l'établissement de records sur cette épreuve soit dûment reconnu par l'IAAF et par les fédérations concernées, ce relais est assez rarement disputé, sauf au sein des universités américaines. Ce relais n'est disputé ni pendant les Jeux olympiques ni pendant les Championnats du monde d'athlétisme.

200 mètres en salle[modifier | modifier le code]

Il s'agit d'une course de 200 mètres en salle mais avec des virages beaucoup plus courbés car l'anneau de la piste d'athlétisme fait 200 mètres en salle contre 400 mètres dans un stade en plein air. Les sprinteurs réalisent alors un tour de piste complet contre seulement la moitié en course d'extérieur. Pour des raisons pratiques ou de dimensions, de nombreuses épreuves olympiques ne sont pas disputées en salle et n'ont pas d'équivalence. Ainsi, le 200 mètres a été disputé en championnats internationaux jusqu'en 2005 puis supprimé pour des raisons d'inégalité de réussite en fonction des couloirs, la courbe des couloirs intérieurs étant très difficile à négocier. Il reste malgré tout toujours disputé aux championnats de France.

150 mètres[modifier | modifier le code]

Le 150 mètres n'est pas une distance officielle mais elle se court lors d’évènements, souvent en zone urbaine. Il n'y a ni statistiques officielles ni record officiel. Toutefois, parmi les 150 mètres célèbres figurent celui opposant Donovan Bailey et Michael Johnson. Après une très grande campagne publicitaire, à laquelle Johnson participe, se déclarant « l'homme le plus rapide du monde », il est décidé d'organiser une rencontre entre Johnson et Donovan Bailey, afin de départager les deux hommes. Le Texan conteste en effet ce titre à Bailey bien que ce dernier possède la plus haute vitesse jamais atteinte par l'homme : 43,5 km/h[9]. L'événement se tient, sous l'œil des caméras de télévisions, le 1er juin, à Toronto, au Rogers Centre (rebaptisé depuis SkyDome), sur une distance de 150 m (75 m de virage et 75 m de ligne droite). Le vainqueur de la course empochera le montant de 1,5 million de dollars. Pendant la course, les deux hommes sont à égalité jusqu'à la sortie de virage, où Johnson abandonne sur blessure, laissant le champ libre à Bailey qui gagne facilement la course. Une autre course de 150 mètres connue pris place le 17 mai 2009 où Bolt s'aligne lors d'une course exhibition disputée en ligne droite dans les rues de Manchester. Il signe en 14 s 35 le meilleur temps jamais réalisée sur la distance[10].

200 mètres handisport[modifier | modifier le code]

Le 200 mètres handisport est une des épreuves d'athlétisme handisport. Elle se court en fauteuil ou debout. Peuvent y participer les amputés inférieurs comme supérieurs, les Infirmes Moteurs Cérébraux (IMC) debout ou en fauteuil, les déficients visuels ou auditifs et les athlètes en fauteuil roulant (paraplégiques, tétraplégiques)[11]. Des catégories sont constituées selon le handicap des athlètes[12].

Aux Jeux paralympiques de Pékin, la Française Assia El Hannouni remporte la médaille d'or du 200 mètres, avec un nouveau record du monde de la discipline en 24 s 84.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Distance équivalent à 201 m environ ; cette distance n'est plus guère courue de nos jours, le système métrique ayant pris le dessus sur le système anglo-saxon.
  2. Le club de L'Étoile Oignies Athlétisme en possédait une en schiste. Dans le livre de Maryse Éwanjé-Épée (page 118), le hurdleur Guy Drut en parle ainsi : « C'était une piste en cendrée avec des virages très serrés, et une ligne droite de 200 mètres. Il n'y avait rien de luxueux, mais tout était fonctionnel. »
  3. (en) Men 200 Metres All Time, site de l'IAAF, consulté le 19 juillet 2014
  4. (en) Women 200 Metres All Time, site de l'IAAF, consulté le 19 juillet 2014
  5. a, b, c, d, e et f "A" : altitude
  6. Meilleures performances mondiales féminines, site Apulanta.fi, consulté le 15 septembre 2008
  7. IAAF - Top Lists, consulté le 3 juillet 2012
  8. (en) « Règle 170.14 - Competition Rules 2010-2011 », IAAF (consulté le 24 mai 2011)
  9. (fr) Biographie de Bailey sur archives.radio-canada.ca
  10. (en) « Bolt runs 14.35 sec for 150m; covers 50m-150m in 8.70 sec! », site de l'IAAF, 17 mai 2009
  11. « Présentation de l'athlétisme handisport », Site athletisme-handisport.org (consulté le 25 mai 2011)
  12. (en) « Classification Handbook », International Paralympic Committee (consulté le 25 mai 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]


Articles connexes[modifier | modifier le code]