Tommie Smith

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tommy Smith.
Tommie Smith Portail athlétisme
Tommie Smith-modified.jpg
Tommie Smith en 2007
Informations
Disciplines 200 m, 400 m
Période d'activité Années 1960
Nationalité Drapeau : États-Unis Américain
Naissance 6 juin 1944 (70 ans)
Lieu Clarksville[1], Texas
Taille 1,91 mètre[2]
Poids 84 kilos[2]
Surnom « Tommie jet »[3]
Records
Ancien détenteur des records du monde du 200 m et du 400 m
Distinctions
Élu au Temple de la renommée de l'athlétisme des États-Unis en 1978
Palmarès
Jeux olympiques 1 0 0
Universiade 1 0 0

Tommie Smith, né le 6 juin 1944 à Clarksville au Texas[1] est un athlète américain. Surnommé Tommie jet[3], cet athlète de 1,91 mètre pour 84 kilos[2] fut l'un des meilleurs athlètes de tous les temps sur 200 mètres, mais il est surtout resté célèbre pour avoir protesté avec son compatriote John Carlos contre les discriminations dont étaient victimes les Noirs aux États-Unis sur le podium du 200 mètres des Jeux olympiques d'été de 1968 à Mexico.

Biographie[modifier | modifier le code]

Jeunesse[modifier | modifier le code]

Tommie Smith est né le 6 juin 1944, jour du débarquement américain en Normandie, à Clarksville au Texas[1]. Il est le septième d'une famille de douze enfants[1]. Il souffre d'une pneumonie peu après sa naissance mais survit[1]. Smith considère ses débuts dans l'athlétisme lorsqu'il est en 4e du primaire (plus ou moins l'équivalent du CM1 en France) et qu'il fait une course contre le meilleur coureur de l'école qui n'est autre que sa sœur[4].

Études[modifier | modifier le code]

Il étudie la sociologie à l'université d'État de San José où il s'entraîne sous la direction de Lloyd « Bud » Winter[2] en compagnie de Lee Evans et John Carlos. Il survole les disciplines des 200 et 400 mètres entre 1965 et 1968 grâce à son accélération de fin de course.

Le 7 mai 1966 à San José il établit ses premiers records du monde en courant un 220 yards (201 m; 17) en ligne droite en 19 s 5, soit une vitesse moyenne de 37 km/h 139, pulvérisant le record du monde précédent de 5 dixièmes de seconde. Ce temps fut également homologué comme record du monde du 200 m en ligne droite. Ce record aura une longévité exceptionnelle, puisqu'il tiendra 44 ans avant d'être battu par Tyson Gay en mai 2010, avec un temps de 19 s 41 sur 200 m. Mais il est vrai que le 200 m ne se court plus beaucoup en ligne droite.

Le 11 juin 1966 à Sacramento il bat le record du monde du 220 yards avec virage en 20 s 0. La encore, ce temps est également le nouveau record du monde du 200 m bien qu'il ait couru un peu plus que la distance. Toujours en 1966, le 25 juillet à Los Angeles, il bat le record du monde du Relais 4 x 400 mètres avec l'équipe nationale américaine en 2 m 59 s 6. C'est la première fois que l'on descend sous les 3 minutes dans cette discipline. Le 20 mai 1967 à San José il s'approprie dans la même course le record du monde du 440 yards (402 m 34) en 44 s 8, et le record du 400 mètres en 44 s 5. Il semble capable de faire bien mieux sur cette distance, mais il préfère se concentrer sur le 200 mètres. Au total, durant sa période universitaire, il égalera ou dépassera treize records mondiaux[1] et sera reconnu « Most Valuable Athlete » (meilleur athlète) trois années consécutives en basket-ball, football américain et athlétisme[4].

Après avoir passé son baccalauréat en arts de sociologie avec comme spécialité la science militaire et l'éducation physique auprès de l'université d'État de San José[1], Tommie Smith reçu sa maîtrise en sociologie à Goddard-Cambridge, Boston[1].

Universiade de 1967[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Universiade d'été 1967.

Tommie Smith participe à l'Universiade d'été 1967 à Tokyo où il remporte la médaille d'or sur 200 mètres.

Les Jeux olympiques de 1968[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Jeux olympiques d'été de 1968.
Affiche représentant le podium du 200 m des Jeux olympiques de 1968 : l'Australien Peter Norman et poings levés, les Américains Tommie Smith et John Carlos.

Aux Jeux olympiques à Mexico, le programme ne lui permet pas de s'aligner sur le 400 mètres. Sur le 200 m des sélections olympiques américaines, il est battu par John Carlos, en 19 s 9 contre 19 s 7 pour Carlos (19 s 98 électroniques). Ce temps n'est pas homologué comme record du monde, car Smith et Carlos portent des chaussures spéciales, interdites par le règlement. À Mexico, le duel entre les deux hommes est très attendu, d'autant que Carlos est aussi le champion en titre du 200 mètres aux Jeux panaméricains de 1967.

Le 16 octobre 1968 Tommie Smith est le vainqueur du 200 m olympique, malgré une légère blessure aux adducteurs contractée lors des demi-finales. Avec un chrono de 19 s 83[5], favorisé il est vrai par l'altitude, il bat le record du monde du 200 mètres grâce à une éblouissante ligne droite, devant l'Australien Peter Norman 20 s 06, et Carlos, 3e en 20 s 10. Il se relâcha ostensiblement durant les derniers mètres de la course, levant les bras au ciel en signe de victoire[2], et gaspillant par là même quelques centièmes voire quelques dixièmes de seconde[6].

Lors de la montée sur le podium le 17 octobre, il est en chaussettes noires montantes et lève un poing ganté de noir, tête baissée pendant l'hymne américain The Star-Spangled Banner[7]. Son compatriote John Carlos l'accompagne en levant son autre poing puisqu'à cause de l'oubli de sa propre paire de gants, il partage la même paire de gants que Smith[8]. Très symbolique, ce geste est souvent associé au Black Panther Party, bien que Tommie Smith n'en ait jamais fait partie. En effet, il se revendiqua de l'Olympic Project for Human Rights, groupe qui proposait un boycott des Jeux olympiques par les athlètes afro-américains tant que leurs droits civils ne seraient pas respectés. Des badges de l'organisation seront d'ailleurs portés lors du geste, y compris par John Carlos et Peter Norman, athlète australien deuxième de la course, qui suggèra lui-même le partage de la paire de gants des autres athlètes[8].

Le président du CIO, Avery Brundage, déclare qu'une protestation concernant la politique intérieure d'un pays n'a pas sa place au sein d'un évènement apolitique tels que le sont les Jeux olympiques. En réponse à leur action, il ordonne que Smith et Carlos soient suspendus de l'équipe américaine et bannis du village olympique. Les deux athlètes seront suspendus puis exclus à vie des Jeux Olympiques[9]. Peter Norman sera lui aussi mis à l'écart par son pays[8]. Suite à ce geste que Smith appellera la « Stand for Victory »[5], les deux hommes recevront également des menaces de mort contre eux et leur famille. Smith n'est alors âgé que de 24 ans et son record homologué ne sera pas battu avant 1979 et restera un record olympique jusqu'en 1984[5].

L'athlète américaine Wyomia Tyus, remportant à Mexico le titre du 100 mètres féminin qu'elle défendait après l'avoir remporté aux Jeux olympiques d'été de 1964 offrit ses médailles d'or de cette épreuve et du relais 4 × 100 mètres à Smith et Carlos pour leur geste[10].

Après 1968[modifier | modifier le code]

Après 1968, Smith est invité à différents camps d'entraînement d'équipes professionnelles de football américain comme celui des Bengals de Cincinnati et des Raiders de Los Angeles[11]. Ce fut par l'intermédiaire de l'ancien copain de chambre de Smith à San José et désormais joueur à Cincinnati Saint Saffold, que Smith tente sa chance chez les Bengals alors en AFL[11]. Là, Bill Walsh, l'entraîneur assistant de l'époque, confie pour mission au quart-arrière remplaçant Sam Wyche d'envoyer le ballon aussi loin que possible afin que Smith ne puisse pas le rattraper et ainsi tester la vitesse de course de Smith[11]. Smith rattrapa tous les ballons, impressionnant tout le monde[11]. La franchise de Cincinnati s'attache donc ses services et Smith est posté comme receveur éloigné spécialisé dans les réceptions lointaines[11]. Cependant, le quart-arrière titulaire de l'équipe Greg Cook manque de puissance pour envoyer le ballon sur lui, obligeant Smith à faire régulièrement marche arrière pour espérer attraper des ballons[11]. Lors d'un match contre les Raiders, il rattrape en l'air une passe devant George Atkinson et Chip Oliver mais est blessé à la clavicule par les joueurs en revenant au sol[11]. Smith est donc indisponible le reste de la saison et s'il participe à la saison suivante, il ne fait aucune réception officialisée et annonce son retrait de l'équipe, après notamment des menaces de mort[11]. Smith ne sera comptabilisé que de deux matchs en 1969 pour une réception et 41 yards gagnés[12].

Tommie Smith retournera ensuite à l'athlétisme et sera entraîneur des équipes de sprint du Oberlin College dans l'Ohio puis de l'université de Santa Monica en Californie.

La reconnaissance[modifier | modifier le code]

Bien qu'étant le seul athlète à avoir tenu onze records mondiaux simultanément[1] en comprenant les records universitaires et par équipe, Tommie Smith ne fut pas directement élevé au statut d'athlète majeur mais le sera au fur et à mesure, avec l'évolution des mentalités. Le déclic vient en 1978 où il est intronisé au Temple de la renommée de l'athlétisme des États-Unis[13].

En 1995, il est un des entraîneurs aux Championnats du monde d'athlétisme en salle 1995 à Barcelone mais ne put participer aux Championnats du monde d'athlétisme 1997 d'Athènes à cause de son travail à l'université[13]. En 1995 également, il est intronisé au Hall of Fame afro-américain de Californie du sport[13].

Le documentaire Fists of Freedom: The Story of the '68 Summer Games (août 1999) sur les événements des Jeux olympiques de Mexico est diffusé sur la chaîne HBO[1]. Celui-ci permet à Smith de donner sa version de l'histoire.

Néanmoins, il faut attendre 2004 pour qu'un équipement sportif porte son nom, à Saint-Ouen, inauguré en sa présence. Pour l'occasion, il a aussi donné une conférence au lycée de la ville.

Une statue de l'artiste Rigo 23 à l'Université d'État de San José commémorant le geste de Tommie Smith et de John Carlos lors des Jeux olympiques d'été de 1968 est créée en 2005[8]. À la place du numéro 2, celle où se tenait l'Australien Peter Norman, on peut voir une plaque qui rend hommage au soutien de Peter Norman pour ses collègues athlètes, et qui invite le passant à prendre parti en prenant la place et en devenant un acteur de la statue.

Le 17 mars 2007, La Courneuve donne son nom à la Maison des Sports inaugurée aussi en sa présence[14] et Smith publie son autobiographie intitulée Silent Gesture avec l'écrivain David Steele.

En juillet 2008, Tommie Smith et John Carlos reçoivent le Arthur Ashe Award for Courage en hommage à leur geste.

Une statue de l'artiste Claude Cauquil, "L'Homme Droit " est érigée en Martinique au stade Pierre Aliker à Fort de France. réalisation polychrome en tôle d'acier, de 8 m de haut, elle a été inaugurée le 04 novembre 2011 en présence de Tommie Smith et de son épouse [15].

Divers[modifier | modifier le code]

En août 2008, Tommie Smith donne comme cadeau d'anniversaire au triple médaillé d'athlétisme aux Jeux olympiques d'été de 2008 de Pékin Usain Bolt une des chaussures qu'il portait aux Jeux olympiques d'été de 1968[16].

En octobre 2010, il met en vente sa médaille d'or olympique à une enchère de départ de 250 000 dollars[17].

Palmarès[modifier | modifier le code]

International[modifier | modifier le code]

Palmarès international
Date Compétition Lieu Résultat Épreuve
1967 Universiade Tokyo 2e 100 m
1er 200 m
1968 Jeux olympiques Mexico 1er 200 m

National[modifier | modifier le code]

Records du monde[modifier | modifier le code]

  • 200 mètres ligne droite : 19 s 5 (1966) temps également sur 220 yards
  • 200 mètres : 20 s 0 (1966) temps également sur 220 yards, 19 s 83 (1968)
  • 400 mètres : 44 s 5 (1967) et 440 yards : 44 s 8 dans la même course
  • 4 × 200 mètres : 1 m 22 s 1 (1967)
  • 4 × 400 mètres : 2 m 59 s 6 (1966)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • 19 secondes 83 centièmes, Pierre-Louis Basse, 2005 (ISBN 2-234-06044-3)
  • (en) Tommie Smith, Silent gestures: The Autobiography of Tommie Smith.
  • Robert Parienté La fabuleuse histoire de l'athlétisme, éd. ODIL 1979.
  • Miroir de l'athlétisme n° 26, novembre 1966 : Records du monde au 15 octobre 66

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e, f, g, h, i et j (en) « Tommie Smith Bio », sur tommiesmith.com (consulté le 6 mars 2009)
  2. a, b, c, d et e (en) « About Tommie », sur tommiesmith.com (consulté le 6 mars 2009)
  3. a et b Tommie Jet, Les coulisses de l'exploit, ORTF, 21 juin 1967.
  4. a et b (en) « Tommie Smith Humble Beginnings », sur tommiesmith.com (consulté le 7 mars 2009)
  5. a, b et c (en) « Tommie Smith Life As A Champion », sur tommiesmith.com (consulté le 7 mars 2009)
  6. Vidéo de la course
  7. Tommie Smith et John Carlos poings gantés mains levées, Jeux olympiques de Mexico, ORTF, 17 octobre 1968.
  8. a, b, c et d (en) « The other man on the podium », sur bbc.co.uk (consulté le 6 mars 2009)
  9. http://www.rue89.com/2012/07/23/une-feministe-hyperactive-en-lutte-contre-les-jeux-olympiques-234081
  10. (en) Wyomia Tyus, georgiaencyclopedia.org
  11. a, b, c, d, e, f, g et h (en) « Running with the Bengals », sur tommiesmith.com (consulté le 8 mars 2009)
  12. Tommie Smith, NFL.com
  13. a, b et c (en) « Tommie Smith Life After », sur tommiesmith.com (consulté le 7 mars 2009)
  14. Regards, journal municipal de La Courneuve, n°234
  15. http://www.politiques-publiques.net/L-Homme-droit-s-installe-a-Fort-de.html#.Um2Klii7ZQI http://www.fortdefrance.fr/-936-L--homme-droit-erige-ce-matin-au-stade-Pierre-ALIKER- http://www.martinique.franceantilles.mobi/actualite/sports/tommie-smith-est-desormais-l-homme-droit-04-11-2011-131726_31.php?p
  16. (en) Puma, « Time To Dance: Usain v Asafa »,‎ août 2008 (consulté le 23 avril 2009)
  17. AFP, « Tommie Smith vend sa médaille d'or des JO de Mexico », Le Point,‎ 13 octobre 2010 (consulté le 13 octobre 2010)
  18. (en)« Palmarès des Championnats des États-Unis d'athlétisme », sur gbrathletics.com (consulté le 12 janvier 2012)
  19. (en)« Palmarès des Championnats NCAA d'athlétisme », sur gbrathletics.com (consulté le 12 janvier 2012)

Liens externes[modifier | modifier le code]