Guadalajara (Mexique)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Guadalajara (Jalisco))
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Guadalajara.
Guadalajara
Blason de Guadalajara
Héraldique
Drapeau de Guadalajara
Drapeau
Image illustrative de l'article Guadalajara (Mexique)
Administration
Pays Drapeau du Mexique Mexique
État État de Jalisco
Municipalité Guadalajara
Maire Francisco Ayón López (PRI)
Code postal 44100 à 44990
Fuseau horaire UTC -6
Indicatif (+52) 33
Démographie
Gentilé (es) tapatío
guadalajarien (enne)
Population 1 600 940 hab. (2005)
Densité 2 760 hab./km2
Population de l'agglomération 4 300 000 hab.
Géographie
Coordonnées 20° 24′ 00″ N 103° 12′ 36″ O / 20.400017, -103.210123 ()20° 24′ 00″ Nord 103° 12′ 36″ Ouest / 20.400017, -103.210123 ()  
Altitude 1 566 m
Superficie 58 000 ha = 580 km2
Divers
Fondation 14 février 1542
Fondateur Cristóbal de Oñate
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Jalisco

Voir sur la carte administrative du Jalisco
City locator 14.svg
Guadalajara

Géolocalisation sur la carte : Mexique

Voir la carte administrative du Mexique
City locator 14.svg
Guadalajara

Géolocalisation sur la carte : Mexique

Voir la carte topographique du Mexique
City locator 14.svg
Guadalajara
Liens
Site web http://www.guadalajara.gob.mx

Guadalajara est la capitale de l'État de Jalisco au Mexique. Elle est située à 500 km à l'ouest de Mexico. Elle est située dans la vallée d'Atemajac, à 1561 m au-dessus du niveau de la mer, à proximité du lac de Chapala. La zone métropolitaine de Guadalajara, avec les municipalités Zapopan, Tlaquepaque, Tonalá, Tlajomulco, Zapotlanejo et Ixtlahuacán del Río, forme une agglomération de plus de 4,1 millions d'habitants (2005). C'est donc la deuxième plus grande ville du pays, après la ville de Mexico. C'est le pôle économique et culturel de l'ouest du Mexique, considéré comme la Silicon Valley mexicaine. C'est également une ville très touristique grâce notamment à son architecture coloniale.

Histoire[modifier | modifier le code]

Des débuts laborieux[modifier | modifier le code]

Après la chute de l'Empire aztèque en 1521, Hernán Cortés charge le conquistador Nuño Beltrán de Guzmán de conquérir les territoires à l'ouest de la Nouvelle-Espagne. Accompagné de 500 soldats espagnols et 15 000 esclaves aztèques, emmenés pour servir de guides et de travailleurs dans les nouvelles mines découvertes, il rencontre au début peu de difficulté à vaincre les chefs des indiens Caxcanes.

Son capitaine Cristóbal de Oñate fonde une première fois Guadalajara, le 5 janvier 1532 à Nochistlán dans l'actuel État de Zacatecas. La ville est nommée ainsi en l'honneur de la cité natale de Beltrán de Guzmán, Guadalajara en Castille. L'objectif des Espagnols était de consolider leurs conquêtes et de pouvoir se défendre face aux attaques des autochtones.

Mais l'emplacement se révèle peu propice, et le 19 mai 1533, Nuño de Guzmán et Cristóbal de Oñate décident de déplacer l'établissement vers un lieu plus accessible avec un meilleur approvisionnement en eau, et moins de tempêtes de sable. La ville est refondée à Tonalá dans l'actuel Jalisco. Mais les autochtones empêchent Nuño de Guzmán, qui a reçu le titre de Marquis de la Vallée de Tonalá, de développer la colonie : il décide donc fin 1534 de la déplacer de nouveau.

Nuño de Guzmán fonde pour la troisième fois la ville à Tlacotán en 1535, mais le nouvel emplacement se révèle peu propice à l'agriculture et manque de ressources naturelles, qui se trouvent dans les montagnes. De plus les indiens Caxcanes s'y sont retranchés et s'en servent de base pour attaquer les Espagnols.

Les 63 Espagnols survivants finissent par trouver un emplacement protégé contre les attaques des autochtones dans la Vallée de Atemajac : le 14 février 1542 Cristóbal de Oñate et Nuño de Guzmán fondent définitivement Guadalajara à son emplacement actuel. En août la ville reçoit de Charles Quint le brevet royal lui accordant droit de cité et armes.

Le 10 décembre 1560 Guadalajara devient la capitale de la Nouvelle-Galice avec le déplacement de l'Audiencia royale et de l'évêché depuis Compostela, se transformant en la principale ville de l'ouest de la Nouvelle-Espagne, région qui sert alors de pont commercial entre l'Europe et l'Extrême-Orient. Les principales ressources de la région sont l'élevage et l'agriculture (plus que l'exploitation minière) avec la fondation de grandes haciendas.

La période coloniale et la guerre d'Indépendance[modifier | modifier le code]

Carte de la partie occidentale de la Nouvelle-Espagne, issue de l'Atlas de Janssonio et Guiljelmus Blaew (XVIe siècle).

La cité s'agrandit au XVIIe siècle, notamment grâce à l'annexion des villages de Mezquitán, Analco y Mexicaltzingo en 1667. L'Université de Guadalajara est inaugurée le 3 novembre 1792 dans les anciens locaux du Colegio Santo Tomás. En 1793 la première presse typographique de la région y est installée. La loi proclamée par le roi réformateur Charles III le 4 décembre 1786 crée un système d'intendances pour la Nouvelle-Espagne, qui aboutit au remplacement de la Nouvelle-Galice par une Intendance de Guadalajara aux pouvoirs et au territoire réduits. Ce système perdurera avec quelques modifications jusqu'à l'indépendance au début du siècle suivant.

Guadalajara joue un rôle important durant la Guerre d'indépendance du Mexique puisque le chef des insurgés Miguel Hidalgo y Costilla y proclame l'abolition de l'esclavage et que le célèbre journal El despertador americano (Le réveil américain) y est publié. Le chef insurgé José Antonio Torres avait pris la ville le 11 novembre 1810. C'est également près de Guadalajara, à la bataille du pont de Calderón, que les insurgés d'Hidalgo et d'Ignacio Allende sont vaincus le 17 janvier 1811, entraînant la fin de la première phase de la Guerre d'indépendance.

De l'Indépendance à la Révolution[modifier | modifier le code]

Capitale de l'État du Jalisco, Guadalajara poursuit son expansion et renforce son rôle de métropole de l'ouest du Mexique au XIXe siècle. Elle subit néanmoins les conflits qui agitent le pays à cette époque : durant la Guerre de Réforme, le président Benito Juárez transfère la capitale fédérale à Guadalajara et il y échappe à une tentative d'assassinat (grâce à une intervention passée à la postérité de Guillermo Prieto) qui aurait mis fin au camp libéral. Durant l'invasion française, le gouverneur de Guadalajara Pedro Ogazón y mène un mouvement de rébellion jusqu'à la victoire.

Durant le régime de Porfirio Díaz, la ville est reliée par le chemin de fer à Nogales, Manzanillo et Mexico. Le célèbre kiosque à la française du centre-ville est un cadeau fait par l'autocrate à la cité. La ville est peu touchée par la Révolution, les combats se dirigeant vers la ville de Mexico.

Géographie[modifier | modifier le code]

Le relief de la ville est plat mais elle est entourée par plusieurs collines dont le Cerro del Coli et le volcan de la Primavera, toujours en activité. La région est soumise à une activité sismique modérée.

Climat[modifier | modifier le code]

Forêt La Primavera (le printemps)

Le climat est tempéré avec une température moyenne d'environ 18° sur l'année.

Données climatiques de Guadalajara
Jan Fev Mar Avr Mai Juin Juil Août Sep Oct Nov Déc Moy
Temp. max (°C) 24 26 28 30 32 30 27 27 27 27 26 24 27,3
Temp. min (°C) 4 6 9 12 14 17 17 17 16 13 9 7 11,7
Moy (°C) 16 17 19 21 23 23 22 22 22 20 18 16 18,2
Precipitations (mm) 18 5 3 8 33 168 249 208 150 48 18 13 76,7

Tourisme[modifier | modifier le code]

Ancienne maison reconvertie en café sur l'avenue Vallarta

Guadalajara est également un haut lieu touristique. Son climat, son patrimoine colonial, les champs d'agaves tequilana servant à produire la téquila et les nombreux bars, discothèques et centres commerciaux de la ville attirent de nombreux visiteurs nationaux et internationaux. La ville est découpée en plusieurs secteurs:

  • Centre Historique
  • Guadalajara, Zona centro (Centre Ville).
  • Zone Metropolitaine
  • Zapopan
  • Tlaquepaque
  • Tonalá

Centre historique[modifier | modifier le code]

Les fameux sombreros

C'est le lieu de fondation de la ville où l'on trouve un grand nombre de monuments historiques de style colonial:

Institut Culturel Cabañas

Autour de ces monuments se trouvent un grand nombre de places, parcs et fontaines:

  • La Place de Guadalajarra
  • La Place de la Libération
  • La Rotonde des Grands Hommes de Jalisco
  • La Place des Armes
  • La Place Tapatia
  • La Place des Fondateurs
  • Les Armes de la Ville
  • La fontaine de l'imolation à Quetzacoatl
  • Le recoin du Diable

Guadalajara, Zone Centre[modifier | modifier le code]

Le centre historique se situe dans la Zone Centre de Guadalajara. C'est la partie la plus ancienne de la ville et compte avec des bâtiments coloniaux, du début du XIXe siècle, de l'époque de l'intervention française et du gouvernement de Porfirio Díaz mais aussi des monuments modernes.

Certains quartiers historiques comme :

  • San Juan de Dios (connu pour son marché)
  • Santa Teresa
  • San Felipe
  • Analco (quartier originellement indigene)
  • Mezquitan
  • Mexicaltzingo

Dans cette zone, on peut trouver de très belles constructions comme le temple expiatorio en style néogothique, l'ancien rectorat de l'Université de Guadalajara, les temples de San José à Analco, de San Francisco, de Nuestra Señora de Aranzazú, de San Juan de Dios, de San Felipe, de Nuestra Señora del refugio... et bien d'autres.

Zona metropolitana[modifier | modifier le code]

La ville est aussi appelée La ciudad de las Rosas (La ville des Roses) du fait de sa beauté. Aujourd'hui Guadalajara est une mégalopole de près de 4 millions d'habitants et l'un des centres culturels, social et économiques les plus importants du Mexique. Ainsi, Guadalajara mélange ancien et moderne d'une manière harmonieuse qui lui vaut son nom. La Zona Metropolitana de Guadalajara comprend plusieurs municipalités : Zapopan, Tlaquepaque, Tonala, El Salto, et Tlajomulco de Zunica.

Zapopan[modifier | modifier le code]

Zapopan est une municipalité qui jouxte celle de Guadalajara à l'ouest. La forte croissance urbaine de Guadalajara durant les années soixante a fini par annexer le centre ancien de Zapopan. C'est dans cette ville que l'on trouve aussi les « beaux quartiers » de la Zona Metropolitana ainsi que de grands axes de développement économique. Zapopan est connu pour sa Virgen de Zapopan dont la fête annuelle célébrée le 12 octobre réunit des millions de fidèles. Zapopan possède de nombreux sites touristiques :

  • La basilique de Zapopan
  • Los Arcos de Zapopan (place entourée de bars et restaurants)
  • L'ancienne Place des Amériques, aujourd'hui rebaptisée Place Jean-Paul II
  • La future Torrena : tour de communication la plus haute d'Amérique Latine.
  • La colonia Chapalita: ce quartier conçu dans les années soixante est le premier quartier de Zapopan jouxtant les quartiers ouest de la municipalité de Guadalajara. Il est conçu comme une cité-jardin et offre de belles avenues plantées et des maisons modernes. (nombreux restaurants)

Tlaquepaque[modifier | modifier le code]

À 20 minutes du Centre de Guadalajara se trouve Tlaquepaque. Ce petit village autrefois éloigné de Guadalajara a été annexé suite à l'agrandissement rapide de Guadalajara. Tlaquepaque est un haut lieu de vente d'artisanat mexicain connu grâce à son célèbre décorateur David Luna, vitrine du lieu de production voisin, la municipalité de Tonala. San Pedro, le centre historique, est très agréable avec sa place principale, ses perroquets et ses habitants chaleureux qui font de Tlaquepaque un village typique. De très belles maisons coloniales existent à Tlaquepaque. Leur visite est un délice pour ceux qui cherchent un petit coin de paradis. Outre ce centre historique préservé Tlaquepaque a subi une urbanisation galopante et informelle. Le cas du quartier appelé El Cerro del Cuatro est significatif de ce type d'urbanisation. Celui-ci est perché sur une montagne qui domine tout le bassin urbain de Guadalajara.

Tonala[modifier | modifier le code]

Tonala est connu comme Tlaquepaque pour son artisanat. Le nom de Tonala vient du nahuatl Tonallan qui signifie « lieu où sort le soleil ». L'histoire de Tonala est intéressante puisque ce fut là que Guadalajara fut fondé pour la deuxième fois. (En tout il aura fallu quatre tentatives pour arriver à fonder la ville). Tonala est connu mondialement pour sa céramique unique dans son genre. Son immense marché chaque jeudi et dimanche attire aussi un grand nombre de visiteurs.

Personnalités nées à Guadalajara[modifier | modifier le code]

Jumelages[modifier | modifier le code]

Méga-projets[modifier | modifier le code]

Il y a actuellement (environ) quatre méga-projets en cours de développement à Guadalajara :

  • La Torrena : une tour qui sera la plus haute de la ville pour des activités commerciales, touristiques, bureaux, et télécommunication. Elle est actuellement en cours de construction
  • Le Centre JVC : un immense complexe de bâtiments et d'allée pour des activités culturelles. Actuellement, Jorge Vergara du Groupe Omnilife concentre ses efforts sur le nouveau stade de las Chivas de Guadalajara dont il est le propriétaire.[réf. nécessaire]
  • Le Centre Culturel Universitaire
  • Les Jeux Panamericains de 2011: un ensemble de projets urbains sont en œuvre pour cette occasion entre équipements sportifs et aménagements urbains.
  • Le musée Guggenheim de Guadalajara (es) à l'avenir compromis[1].

Galerie[modifier | modifier le code]

Cliquez sur une vignette pour l’agrandir

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Références[modifier | modifier le code]

  1. Milenio.com 26/10/2009, Oficial, Guadalajara se queda sin Guggenheim, consulté le 22 novembre