Pointes (athlétisme)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pointe.
Des chaussures à pointes.
Pointes de 6 millimètres.

Les pointes désignent les extrémités pointues et fines souvent vissées ou parfois moulées sur la semelle des chaussures de course, de lancer de javelot ou de saut qui permettent notamment d'améliorer l'adhérence.

Il s'agit de jeu de pointes qui se fixent à l'aide d'une « clé ». Très souvent en acier, avec une forme pyramidale ou en aiguille, elles existent en plusieurs tailles : 4 mm, 6 mm, 9 mm, 12 mm, 15 mm, voire 17 mm. Plus celles-ci sont longues, plus elles correspondent à la pratique du cross-country avec des terrains boueux et herbeux par exemple, tandis que les courtes sont plus adaptées à la pratique d'épreuves sur piste. Elles ont une utilité proche de celle des crampons au rugby ou au football.

Histoire[modifier | modifier le code]

Les pointes ont été inventées à la fin du XIXe siècle par un Britannique nommé Joseph William Foster[1], qui n'est autre que le fondateur de Reebok. Le groupe est né au Royaume-Uni, à Bolton dans les années 1890, à l'époque où Joseph William Foster était l'un des premiers à fabriquer des chaussures d'athlétisme à pointe (par exemple, souliers pour golf). La société J.W. Foster and Sons fabrique tous ses souliers à la main et acquiert une clientèle d'athlètes internationaux, en fournissant notamment les chaussures portées aux Jeux olympiques d'été de 1924 à Paris[2]. En 1934, le joueur et coach de football américain Pop Warner recommande ces pointes pour la course sportive dans son ouvrage à succès intitulé "Pop" Warner's book for boys[3].

Analyse technique[modifier | modifier le code]

Les coureurs de sprint prennent essentiellement leurs impulsions sur l'avant du pied au niveau du métatarse et de la pulpe des cinq orteils. Les tendons ont ainsi tendance à travailler beaucoup plus que d'ordinaire lors des prises d'appui des sprinteurs qui sollicitent davantage les pointes avants de leurs chaussures.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Janssen Frederick William, A history of American amateur athletics and aquatics: with the records,‎ 1888 (OCLC 38503721, lire en ligne), p. 126
  2. (fr) « Reebok - Un géant américain d'origine britannique et au nom de gazelle », sur Le Devoir,‎ 4 août 2005 (consulté le 20 mai 2011).
  3. (en) Warner Glenn Scobey, Frank J. Taylor, "Pop" Warner's book for boys, R.M. McBride & company,‎ 1934 (OCLC 4198647, lire en ligne), p. 125

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]