Aérodrome de Saint-Chamond - L'Horme

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Saint-Chamond - L’Horme
Localisation
Pays Drapeau de la France France
Département Loire
Ville Saint-Chamond
Coordonnées 45° 29′ 31″ nord, 4° 32′ 04″ est
Altitude 398 m (1 307 ft)

Géolocalisation sur la carte : Rhône-Alpes

(Voir situation sur carte : Rhône-Alpes)
-
-

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
-
-
Pistes
Direction Longueur Surface
10/28 700 m (2 297 ft) Non revêtue
Informations aéronautiques
Code OACI LFHG
Nom cartographique SAINT CHAMOND
Type d'aéroport Civil, ouvert à la CAP
Gestionnaire Aéro-club de Saint-Chamond et de la vallée du Gier
Site web gestionnaire Consulter
Site web aéroport Consulter

L’aérodrome de Saint-Chamond - L’Horme (code OACI : LFHG) est un aérodrome civil, ouvert à la circulation aérienne publique (CAP)[1], situé sur la commune de L'Horme à 2,5 km au nord-est de Saint-Chamond dans la Loire (région Rhône-Alpes, France).

Il est utilisé pour la pratique d’activités de loisirs et de tourisme (aviation légère) et ULM.

Histoire[modifier | modifier le code]

Dans les années 1930, la vallée du Gier avait déjà ses passionnés de l'aviation. Ils avaient pour nom Antoine Merle, Louis Foultier, Jean Moco et René Pichon. Leur association avait pour nom "Le club des amateurs aériens de Saint-Chamond". Ils se réunirent un jour de 1937 sous la présidence de René Pichon pour créer un terrain à Planèze, un bout de pré au milieu des champs presque plat, un terrain nu, un porte-avion comme l'on appelé certains pilotes venant de l'extérieur.

C'est l'année suivante, en 1938, qu'un CAUDRON C60 réalisa pour la première fois le vol Bouthéon-Planèze. Aux commandes se trouvait l'instructeur de l'époque, Henri PETIT, qui fut quelques années plus tard le colonel ROMAN dans la résistance du Vercors. En 1943, le club des amateurs aériens de Saint-Chamond, mis en sommeil durant la guerre, fut transformé en Aéro-club de Saint Chamond et de la vallée du Gier par un Saint-Chamonais, Auguste Seine.

Le lundi 18 avril 1949, les travaux du terrain d'aviation de Planèze furent lancés. D'importants travaux de terrassement furent entrepris avec le concours des Acieries du Nord installées à l'Horme pour venir expérimenter leurs engins de nivellement. Ces travaux ont été entrepris sous l'égide d'un syndicat communal créé un an auparavant auquel étaient inscrites une quinzaine de communes de la vallée du Gier. C'est grâce à la persévérance, à l'opiniâtreté, et à la ténacité de ces municipalités et des membres de l'aéro-club présidé par Auguste Seine que ces travaux ont pu être réalisés. Ces travaux effectués pour viabiliser l'aérodrome furent d'une importance capitale pour son développement.

1950 : Grâce à l'attribution par l'État d'un Stampe « décroché » par Paul Garin, un industriel Saint-Chamonais, l'aéro-club put enfin voler de ses propres ailes.

1955 : disparition de Auguste Seine dans un tragique accident de planeur sur le terrain de Corbas.

1957 : Un Piper club acheté en Suisse et provenant du surplus américain vint à la rescousse du biplan.

1958 : Construction d'un hangar auquel fut adjoint un baraquement ce qui permit le transfert du Piper de Bouthéon.

1975/1976 : Construction du club house et mise au norme du terrain pour respecter les nouvelles règles de circulation aérienne (déplacement de la route, création du parking…).

1987 : Construction d'une piste d'accélération financée par le syndicat intercommunal.

1993 : Construction du bâtiment Atelier

2007 : À la demande de la préfecture (pour réduire les coûts de fonctionnement) dissolution du Syndicat intercommunal du terrain d'aviation de Planèze. La ville de Saint-Chamond s'est donc substituée à ce dernier dans toutes ses obligations.

2014 : création de la section ULM avec la construction complète d'un Savannah

Installations[modifier | modifier le code]

L’aérodrome dispose d’une piste en herbe orientée est-ouest (10/28), longue de 700 mètres et large de 60.

L’aérodrome n’est pas contrôlé. Les communications s’effectuent en auto-information sur la fréquence de 123,500 MHz mais l'utilisation de la radio n'y est pas obligatoire.

S’y ajoutent :

Activités[modifier | modifier le code]

  • Aéro-club de Saint-Chamond et de la vallée du Gier : vols d'initiation, école avion et ULM, balade, voyages. Modèles réduit

Le club possède 3 avions (Rallye ST-150, Rallye MS-880, Jodel D-112) et un ULM 3 axes (Savannah).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Liste des aérodromes dont la création et la mise en service ont été autorisées, liste no 1 : Aérodromes ouverts à la circulation aérienne publique (Journal officiel no 0159 du 10 juillet 2012, p. 11268)
  2. N.B. : les informations aéronautiques contenues dans cette section sont citées sans garantie de mises à jour régulières. Seules les informations publiées par le Service de l'information aéronautique (SIA) et/ou le gestionnaire de l’aérodrome peuvent être utilisées pour la navigation aérienne.

Articles connexes[modifier | modifier le code]