Suite bergamasque

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Suite bergamasque
FL 82
Image illustrative de l'article Suite bergamasque
La Porte Saint Jacques à Bergame, de nuit.

Genre Suite
Nb. de mouvements 4
Musique Claude Debussy
Effectif Piano seul
Dates de composition 1890 - 1905

La Suite bergamasque est une pièce pour piano de Claude Debussy. Elle compte parmi les plus célèbres de ce compositeur et est souvent considérée [Par qui ?] comme une des plus fascinantes. La Suite bergamasque, dont la première rédaction remonte à 1890 environ, a été publiée en 1905 et compte quatre mouvements[1] :

  1. Prélude
  2. Menuet
  3. Clair de Lune
  4. Passepied

La pièce a connu plusieurs transcriptions pour orchestre, dont celles d'André Caplet, de Leopold Stokowski et de Lucien Cailliet.

Mouvements[modifier | modifier le code]

"Prélude"[modifier | modifier le code]

La première pièce de la suite le Prélude en fa majeur, en tempo rubato, joyeux et animé, est tout en contrastes, avec un début et une fin particulièrement spectaculaires. Cette une pièce festive qui s'inspire grandement du modèle baroque qu'on retrouve souvent dans les préludes.

"Menuet"[modifier | modifier le code]

Le deuxième mouvement est un menuet en la mineur. Son thème principal joueur contraste avec une section centrale mystérieuse et dramatique. Faisant allusion aux menuets des suites baroques, il n'en est pas moins frais en couleurs harmoniques et invention mélodique. Pleine d'humour, cette pièce est assez sophistiquée du point de vue de la forme. Cette pièce est particulièrement originale au regard de la manière dont elle se distingue du style particulier de la plupart des menuets. À la place du caractère léger et délicat qu'on trouve dans un menuet, celui présente plutôt les aspects d'une sorte de comédie brute. Debussy met en place un type nouveau de pièce en lieu et place de l'ancien style de danse.

Le Clair de Lune[modifier | modifier le code]

Extrait de la partition du Clair de lune.
Fichier audio
Clair de Lune
Interprétée par Laurens Goedhart en 2011 (5:04)

Le troisième mouvement est le célèbre Clair de Lune en ré bémol majeur, sur un tempo andante très expressif, joué essentiellement pianissimo. C'est peut-être la pièce la plus connue de la Suite bergamasque pour piano seul, composée en 1890. Il est probable que son nom s'inspire du poème Clair de lune de Paul Verlaine. La plus grande partie du mouvement est jouée pianissimo, et les allers et retours entre une grande intensité émotionnelle et une grande distance en font un chef-d'œuvre de l'époque impressionniste. Elle est jouée en ré bémol majeur, à l'exception de son point de plus grande intensité, en do dièse mineur[2]. Le Clair de Lune est composé d'une exposition du thème (lente) puis d'une réexposition dans une partie rapide, le thème revient à la fin dans la partie lente. C'est désormais une œuvre jouée par beaucoup de harpistes, notamment parce que la partition peut être jouée sans modification de notes.

Ce mouvement musical est mis en scène le 22 août 2013 dans un Doodle musical et animé[3] dédié au 151e anniversaire de la naissance de Debussy [4] : un cheminement virtuel sur les quais du Paris de la fin du XIXe siècle, par une nuit de pleine lune, fait apparaître des ballons, les lumières de la ville qui clignotent, un moulin à vent, des fumées de cheminée, des automobiles d’époque, un cycliste en grand-bi, un bateau à vapeur et, en guise de scène finale romantique, deux rameurs en barque qui se rejoignent, l'homme et la femme étant réunis sous un parapluie rouge alors que la pluie commence à tomber.

"Passepied"[modifier | modifier le code]

Passiepied le mouvement final est en Fa dièse mineur sur un tempo allegretto ma non troppo. Le passepied est une danse originaire de Bretagne. Le "Passepied" de Debussy est assez différente de la danse ancienne du même nom[1]. C'est une pièce joyeuse, au caractère étrangement médiéval qui diffère de façon surprenante de son modèle baroque dans la mesure où il est plus rapide. Pendant toute sa durée, la pièce est jouée avec des arpèges en staccato à la main gauche.


La suite dans la culture populaire[modifier | modifier le code]

Au cinéma[modifier | modifier le code]

Clair de Lune a été utilisé de nombreuses fois au cinéma :

À la télévision[modifier | modifier le code]

  • Dans South Park, le « Clair de Lune » est joué à la fin de l'épisode 1212 comme un clin d'œil parodique relatif au film Ocean's Eleven.
  • Dans Skins, le « Clair de Lune », ainsi que d'autres compositions de Debussy composent essentiellement la bande originale de l'épisode 7 de la saison 3.
  • Dans Hōrō Musuko, on peut entendre le « Clair de Lune » à la fin du premier épisode de la série.
  • Dans Nip/Tuck, saison 6, épisode 5, le Clair de lune revient à trois reprises durant l'épisode.
  • Dans Malcolm in the Middle, Dewey joue du piano.
  • Dans Les Simpson, le « Clair de Lune » est joué dans les épisodes Le Péché de Ned, Privé de jet privé et Gym Tony
  • Dans Falling Skies, le « Clair de Lune » est joué à la guitare à la fin de l'épisode 4 de la saison 2.
  • Dans Flesh and Bones.
  • Dans Westworld, le « Clair de Lune » est joué à la fin de l'épisode 5 de la première saison.

Dans la publicité[modifier | modifier le code]

Dans la danse[modifier | modifier le code]

Dans la musique[modifier | modifier le code]

  • Hiromi Uehara a fait un arrangement de clair de lune pour le jazz.
  • Le groupe de bluegrass The Punch Brothers, sur leur album The Phosphorescent Blues, interprète une version arrangée du Passepied.
  • Il a été joué également à la harpe, sans nécessiter de transcription, notamment par Susan Drake[6].

Dans le jeu vidéo[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Guide de la musique de piano et de clavecin, Fayard, , p. 294-295
  2. Jennifer Larcher, « Claude Debussy : Un Doodle pour la chanson de Robert Pattinson », sur 24matins.fr,
  3. (en) Archives imagées des Google Doodles
  4. « Claude Debussy célébré par Google », sur lefigaro.fr,
  5. (en) Dave Smith, Disney A to Z: The Updated Official Encyclopedia, p. 106
  6. Notice de l'enregistrement de l'œuvre par Susan Drake dans « Caprices & fantasies, romantic harp music of the 19th contury », collection Helios, éditions Hypérion