Rubato

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

Rubato est un terme italien signifiant « dérobé ». Il s'agit d'une indication d'expression, commandant d'accélérer certaines notes de la mélodie ou d'en ralentir d'autres pour abandonner la rigueur de la mesure. Ces variations de vitesse sont appliquées selon l'inspiration de l'interprète ou du chef d'orchestre. À l'origine, le tempo rubato affectait uniquement la mélodie, l'accompagnement ne connaissant pour sa part aucune variation de vitesse. Par la suite, mélodie et accompagnement furent affectés dans une même mesure.

Caractéristique du jeu des musiciens romantiques et de Frédéric Chopin en particulier, le tempo rubato permet aux interprètes classiques de marquer le morceau joué d'une expression émotionnelle qui leur est propre.

Par ailleurs, le tempo rubato est fréquemment utilisé par les chanteurs pour légèrement démarquer le chant de l'accompagnement musical, ceci permettant non seulement de sublimer l'expression de la mélodie, mais aussi de donner une touche personnelle, authentique à leur interprétation.

À noter la citation de René Leibowitz : « Il n'y a pas de musique possible sans rubato »[réf. souhaitée].

Arthur Rubinstein, selon David Soyer, violoncelliste, lui a dit, à propos du tempo figurant sur le Scherzo du quatuor en sol mineur de Fauré, qu'il « n'était là que pour la première mesure ». Cependant, le pianiste Eugen Indjic rapporte que Rubinstein supportait mal, surtout vers la fin de sa vie, que les temps ne soient pas respectés. Autrement dit, il existe une fine limite entre le rubato approprié, et le rubato de mauvais goût.

Articles connexes[modifier | modifier le code]