Neil Marshall

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Marshall.
Neil Marshall
Description de cette image, également commentée ci-après
Neil Marshal au festival du Comic-Con en 2006.
Naissance (48 ans)
Newcastle upon Tyne, Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Nationalité Drapeau : Royaume-Uni britannique
Profession réalisateur, scénariste, monteur, producteur, producteur délégué
Films notables Dog Soldiers
The Descent
Centurion

Neil Marshall, né le à Newcastle upon Tyne en Angleterre au Royaume-Uni, est un réalisateur, scénariste, monteur et producteur britannique. Il débute sa carrière comme monteur, avant de réaliser les films à succès Dog Soldiers et The Descent.

Biographie[modifier | modifier le code]

Enfance[modifier | modifier le code]

Né le , Neil Marshall grandit à Newcastle upon Tyne en Angleterre. Alors qu'il a cinq ou six ans[1], ses parents le laissaient tard devant la télévision diffusant des films comme, Frankenstein, La Malédiction de Richard Donner (1976), The Shining[1] de Stanley Kubrick (1980), Les Aventuriers de l'arche perdue[2] de Steven Spielberg (1981), The Thing[1] de John Carpenter (1982). À onze ans, il s'en inspire pour réaliser son premier film avec une caméra Super 8 chez lui avec son meilleur ami[1].

En 1989, il fréquente l'école du cinéma à Newcastle Polytechnic — aujourd'hui l'Université de Northumbria — où, engagé par Bharat Nalluri en 1994, il travaille en tant que monteur, storyboarder et assistant réalisateur sur le court-métrage Driven pour la télévision et Killing Time pour le cinéma en 1998[1].

Carrière[modifier | modifier le code]

Il est engagé en 1995 comme scénariste (en compagnie de Caspar Berry et Fleur Costello) et monteur du premier film de Bharat Nalluri, Killing Time (1998). Ensuite, il continue à écrire des courts métrages comme The Gatherers de Ian D. Fleming (1998), Bully de Darren Mapletoft (1999).

En 2002, il réalise son premier long-métrage, Dog Soldiers, sur lequel il officie également en tant que scénariste et monteur. Le film est tourné dans la région des Highlands en Écosse et surtout au Luxembourg[3]. Il met en scène six soldats anglais inexpérimentés pris au piège des loups-garous. Ce film d'horreur devint vite un film culte au Royaume-Uni et aux États-Unis. Il obtient plusieurs récompenses comme un Corbeau d’or et un Pégase au Festival international du film fantastique de Bruxelles ainsi que le Grand Prix du film fantastique européen en argent au Festival international du film du Luxembourg. Neil Marshall déclare à ce propos : « Je suis étonné et très ravi. C'est un film d'horreur original avec de masses de gore et d'humour, parfait pour un post-pub session avec quelques boîtes de conserve. Pour moi, ce Dog Soldiers fait partie d'un film d'horreur, d'un film de militaire, de guerre et de western. Cela en fait de nombreux hommages aux Westerns comme La Horde sauvage et Rio Bravo, mais personne ne semble reprendre ces genres de film ! »[1].

En 2005, sort son second long métrage, The Descent. Ce nouveau film horrifique, dans lequel un groupe de jeunes spéléologues passionnées coincées dans une grotte souterraine et soudain pourchassées par des monstres difformes, est un succès. Il récolte par ailleurs de nombreuses récompenses dont le prix du meilleur réalisateur aux British Independent Film Awards et un prix de la meilleure réussite technique lors des Evening Standard British Film Awards en 2006. Son film connaitra une suite, The Descent 2 (2009) de Jon Harris, sur lequel Neil Marshall est uniquement producteur délégué.

En plein festival Fantastic'arts 2008 se réunissent, de gauche à droite, S. Gordon, N. Winding Refn, J. West, N. Marshall, K. Loken, J. Herz, L. Chouchan (fondeur du festival), P. Sachot (président de l'association Fantastic'Arts), J. Franco, T. Shimizu, R. Deodato, S.S. Cunningham.

En 2008, il a comme projet une adaptation du roman Drive de James Sallis avec Hugh Jackman dans le rôle principall[4]. Le projet sera finalement repris par Nicolas Winding Refn : Drive sort en 2011 avec Ryan Gosling[5]. En , 20th Century Fox l'approche pour mettre en scène Predators, troisième film mettant en scène les créatures du même nom[6]. Le poste revient finalement à Nimród Antal, alors que le film sort en 2010[7]. En , Paramount Pictures songe à Neil Marshall et Neill Blomkamp comme remplaçant de Peter Berg qui avait abandonné le projet de remake de Dune (1984) de David Lynch[8], mais le Français Pierre Morel semble alors avoir les faveurs du studio[9].

Toujours comme scénariste et réalisateur, il tourne ensuite en Afrique du Sud et en Écosse le thriller post-apocalyptique Doomsday (2008), avec Rhona Mitra, Bob Hoskins et Malcolm McDowell. Avec un budget de dix-sept millions de livres[10], le film est un échec public avec seulement 22 millions de dollars de recettes mondiales[11].

Il aborde ensuite un autre genre cinématographique, le péplum, pour Centurion, avec Michael Fassbender et son épouse Axelle Carolyn. Sorti en 2010, ce film est tourné en Angleterre dans la forêt d'Alice Holt[12] et en Écosse, notamment à Badenoch, ainsi que Strathspey[13].

Dès 2012, il se focalise sur la réalisation d'épisodes de séries télévisées : Game of Thrones, Black Sails, Constantine ou Hannibal. Il revient au cinéma en 2015 avec le film d'horreur à sketches Tales of Halloween, dans lequel il réalise le segment Bad Seed. Il retourne ensuite à la télévision, notamment en 2016 pour les séries Timeless et Westworld et le téléfilm Poor Richard's Almanack. En 2018, il produit la série Perdus dans l'espace et réalise 2 épisodes.

2019 marque son retour au cinéma avec Hellboy, 3e film adapté du personnage de comics Hellboy créé par Mike Mignola, déjà porté à l'écran dans Hellboy (2004) et Hellboy 2 : Les Légions d'or maudites (2008) de Guillermo del Toro.

Vie privée[modifier | modifier le code]

Neil Marshall est marié depuis 2007 à la journaliste belge Axelle Carolyn, qui est également actrice, maquilleuse, scénariste et romancière[14].

Filmographie[modifier | modifier le code]

Information icon with gradient background.svg Sauf indication contraire ou complémentaire, les informations mentionnées dans cette section peuvent être confirmées par la base de données IMDb.

Réalisateur[modifier | modifier le code]

Scénariste[modifier | modifier le code]

Producteur, producteur délégué[modifier | modifier le code]

Caméos[modifier | modifier le code]

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a, b, c, d, e et f (en) « Neil Marshall Biography », sur Moviefone.com (consulté le 13 août 2010)
  2. (en) Bill Muller, The Arizona Republic : Director rises to 'Descent',
  3. (en) « Trainspotting Star Gets Teeth Into Scottish Werewolf Movie », sur Iofilm.co.uk, (consulté le 12 août 2010)
  4. PitouWH, « Drive : Neil Marshall Sur La Route », sur Excessif.com, (consulté le 12 août 2010)
  5. « Ryan Gosling prend le volant », sur Cinemovies.fr, (consulté le 12 août 2010)
  6. (en) Élodie Leroy, « Neil Marshall réalisera Predator ? », sur Filmsactu.com, (consulté le 12 août 2010)
  7. (en) Trivia for Predators' sur l’Internet Movie Database
  8. Maximilien Pierrette avec Pajiba.com, « Un nouveau réalisateur pour "Dune" ? », sur Allociné, (consulté le 12 août 2010)
  9. Yohan Labrousse, « Un Français pour le remake de Dune », sur Commeaucinema.com, (consulté le 12 août 2010)
  10. (en) Coreena Ford, « Preview Cine : From Doomsday to Hollywood », sur Sundaysun.co.uk, (consulté le 12 août 2010)
  11. (en) « Box-office de Doomsday », sur Box Office Mojo (consulté le 5 juin 2018)
  12. « Secrets de tournage », sur Allociné (consulté le 12 août 2010)
  13. (en) Coreena Ford, « Neil's back into battle », sur Sundaysun.co.uk, (consulté le 12 août 2010)
  14. (en) Elaine Lamkin, « Axelle Carolyn Talks Horror, Acting, Writing, and Journalism », sur Dreadcentral.com (consulté le 13 août 2010)
  15. (en) Filming locations sur l’Internet Movie Database

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :