Musique symphonique

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

Dans la musique instrumentale classique, la musique symphonique désigne l'ensemble des œuvres et des genres musicaux destinés à l'orchestre symphonique. La musique symphonique se distingue donc de la musique de chambre, c'est-à-dire, de la musique pour un ou plusieurs solistes, mais également, de la musique pour petits ensembles instrumentaux, généralement appelés orchestres de chambre.

Historique[modifier | modifier le code]

Au début du XVIIe siècle, les effectifs et la structure de l'orchestre ne sont pas encore stabilisés : celui est essentiellement composé de la basse continue, de cordes frottées, et selon les circonstances, de quelques instruments d'appoint — flûtes, hautbois, cornets à bouquin (plus tard trompettes), bassons, quelquefois trombones... Au cours de la période baroque, les compositeurs prennent progressivement l'habitude de répartir les musiciens de l'orchestre en quatre véritables pupitres : les cordes frottées, les bois, les cuivres et les percussions. Parallèlement, les anciens genres musicaux — concerto grosso, suite, sonate... — évoluent, et tendent de plus en plus à prendre en compte ce nouveau type de formation. C'est ainsi qu'au début du XVIIIe siècle, l'apparition de nouveaux genres — d'abord, le concerto de soliste et, un peu plus tard, la symphonie — marque la véritable naissance de la musique symphonique. Plus tard, au XIXe siècle celle-ci se dotera en outre de nouvelles formes musicales, comme le ballet et le poème symphonique.

Traités d'orchestration[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sujets connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]