Tombeau de Claude Debussy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Tombeau de Claude Debussy
Genre Tombeau
Musique Ouvrage collectif
Durée approximative env. 20 minutes
Dates de composition 1920
Dédicataire À la mémoire de
Claude Debussy
Partition autographe La Revue musicale
Création
Salle des Agriculteurs, Paris
Interprètes Ernst Levy, piano

Le Tombeau de Claude Debussy est une œuvre collective, commandée par Henri Prunières, directeur de la Revue musicale, en 1920 et créée l'année suivante dans le cadre des concerts de la SMI.

Il est constitué de dix pièces : six pièces pour piano seul (de Paul Dukas, Albert Roussel, Gian Francesco Malipiero, Eugène Goossens, Béla Bartók et Florent Schmitt), une pièce pour guitare de Manuel de Falla, une pièce pour violon et violoncelle de Maurice Ravel, une mélodie d'Erik Satie et une réduction pour piano extraite des Symphonies d'instruments à vent d'Igor Stravinsky.

La couverture de la partition a été réalisée par Raoul Dufy[1].

Contexte[modifier | modifier le code]

Contenu[modifier | modifier le code]

Le Tombeau de Claude Debussy est composé des pièces suivantes :

Autour du Tombeau de Claude Debussy[modifier | modifier le code]

Paul Dukas[modifier | modifier le code]

Maurice Ravel[modifier | modifier le code]

Albert Roussel[modifier | modifier le code]

Erik Satie[modifier | modifier le code]

La participation d'Erik Satie au Tombeau de Claude Debussy est particulièrement émouvante et pudique. Ornella Volta rappelle l'amitié ancienne des deux compositeurs, et le fait que « les Gymnopédies sont la seule œuvre d'un autre compositeur que Debussy ait orchestré[2] ». L'hommage de Satie se présente sous la forme d'une Élégie, une mélodie de seulement douze mesures[3], sur les vers de Lamartine[2] :

« Que me font ces vallons, ces palais, ces chaumières ?
Vains objets dont pour moi le charme est envolé ;
Fleuves, rochers, forêts, solitudes si chères,
Un seul être vous manque et tout est dépeuplé. »

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Monographies[modifier | modifier le code]

Notes discographiques[modifier | modifier le code]

  • (fr) Jean-Yves Bras et Marie-Catherine Girod (piano), « Le Tombeau de Claude Debussy », p. 2-5, Paris, OPES 3 3D 8005, 1990.
  • (nl + fr + en) Jan Michiels (piano) (trad. Michel Stockhem), « Quelques notes sur le chant du cygne pianistique de Debussy, ses dernières lettres et le premier hommage au musicien français… », p. 13-14, Bruxelles, Outhere Fuga Libera FUG590, 2011 (Lire en ligne).

Discographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]