Populaire (film)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Populaire.
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
L'introduction de cet article est soit absente, soit non conforme aux conventions de Wikipédia (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Ces motifs sont peut-être précisés sur la page de discussion. — Découvrez comment faire pour en améliorer la rédaction.

Populaire
Réalisation Régis Roinsard
Scénario Daniel Presley
Régis Roinsard
Romain Compingt
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Drapeau de la Belgique Belgique
Genre Comédie
Durée 116 minutes
Sortie 2012

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Populaire est un film français de Régis Roinsard, sorti en France le 28 novembre 2012.

Après avoir réalisé des publicités et des clips musicaux pour Jean-Louis Murat ou Jane Birkin, Régis Roinsard réalise avec Populaire son premier long métrage. Le titre du film vient du nom de la machine à écrire La Populaire de la marque Japy utilisée dans le film. Régis Roinsard a eu l'idée du film en 2004 lorsqu'il est tombé sur un documentaire autour de l’histoire de la machine à écrire. Ce reportage comportait une très courte séquence sur les championnats de vitesse dactylo. Ces trente petites secondes ont tellement fasciné le réalisateur qu'il en a tout de suite perçu le potentiel cinématographique et dramaturgie.

Pour le travail des couleurs, Régis Roinsard a consulté beaucoup de publicités américaines et françaises des années 1950 et a visionné la plupart des films en couleurs qui avaient été tournés à l’époque en France. "Ce n’était pas évident, car on tournait en France encore essentiellement en noir et blanc, et les rares films en couleurs étaient eux-mêmes des films d’époque réalisés en studios. Le Ballon rouge ou Zazie dans le métro nous ont servi de sources d’inspiration. Mais on a un peu triché puisqu’on a aussi vu les films en couleurs de la Nouvelle Vague, comme Une femme est une femme de Jean-Luc Godard" raconte le cinéaste.

Par ailleurs, Régis Roinsard revendique l’influence du réalisateur des Parapluies de Cherbourg pour l’identité visuelle de Populaire. Le scénario de Jacques Demy s'apparente pour lui à des "histoires qui semblent assez roses en apparence, mais qui ne le sont pas tant que ça au fond."

Pour préparer le film, Régis Roinsard a enquêté sur le "sport" de la vitesse dactylographique et sur les écoles qui enseignent la sténo et la dactylo. "C’était en 2004 et c’était un travail difficile, parce que toutes les écoles étaient en train de disparaître et que presqu'aucun document d’archive n’avait été conservé", explique le cinéaste. "Sur Internet, je n’ai trouvé que de courtes vidéos sur les concours de vitesse de dactylo. Parmi les documents les plus intéressants, j’ai découvert une photo d’un championnat américain qui se déroulait dans une salle semblable à un vélodrome devant des milliers de spectateurs. J’ai aussi déniché des éléments de publicité Japy – les fabricants de machines à écrire organisaient les concours de vitesse dactylo – qui recensaient des championnats régionaux et j’ai rencontré d’anciens champions et championnes de vitesse", termine-t-il.

Dès sa sortie, le film est très bien accueilli : il est distribué dans les quatre grands circuits d'exploitation en salles[1] et à fin 2012, les droits sont vendus dans le monde entier[2].


Synopsis[modifier | modifier le code]

En 1959, en Basse-Normandie, la jeune Rose Pamphyle, promise au fils du garagiste de son village, semble destinée à un avenir terne de femme au foyer. Aspirant à vivre en femme moderne, elle s’enfuit de chez elle, pour devenir secrétaire. À Lisieux, elle postule à ce poste chez l'assureur Louis Échard qui est, dans un premier temps, dubitatif quant aux qualités professionnelles de Rose. Mais il finit par l'embaucher. En dépit de la grande maladresse générale dont elle fait preuve pour le métier, Louis découvre son don exceptionnel de vitesse de frappe à la machine à écrire. Il lui vient l’idée d’inscrire Rose au concours régional de vitesse dactylographique, qui se solde par une défaite. Mais Louis, sûr du potentiel de Rose, la convainc de suivre un entraînement intensif en vue de la prochaine session du concours. Elle gravit peu à peu les échelons des concours jusqu'à atteindre le niveau international dont la finale a lieu à New-York. Les relations professionnelles entre Louis et Rose tournent peu à peu à l'amour, mais le mauvais caractère de Louis et son obsession pour la compétition constituent des obstacles à cette union.

Fiche technique[modifier | modifier le code]


Distribution[modifier | modifier le code]

Régis Roinsard voulait que son casting soit composé d’acteurs aux références diverses. Pour le rôle principal, "Romain Duris s’est imposé tout de suite car son sens du rythme et de la comédie m’impressionne", explique-t-il. Pour celui de Rose Pamphyle, Déborah François a été choisie parmi les 150 comédiennes auditionnées. Selon Régis Roinsard, "Elle mêle une vraie fragilité et une étourderie touchante qui peut évoluer vers quelque chose de glamour".

Musique du film[modifier | modifier le code]

Pour le choix des chansons dans la B.O, l’équipe a puisé dans le répertoire du jazz américain du milieu des années 1950. Un des morceaux du film intitulé Les secrétaires Cha Cha Cha (Las Secretarias) est un cha-cha-cha interprété par Jack Ary et son High Society Cha Cha, titre publié à l'origine en 1960. Les paroles "cha cha cha" y imitent le bruit des touches de la machine à écrire.

Tournage[modifier | modifier le code]

Les scènes de la compétition internationale ont été tournées dans la salle Le Forum de Liège, connue pour son style art déco[6].

Mais l'essentiel du film a été tourné en Normandie, à Lisieux dans le Calvados, Bacilly dans la Manche et Vimoutiers dans l'Orne, notamment l'ancien café près de l'église, choisi pour son état d'origine années 1950 (c'est le lieu principal où a été jouée une grande partie des scènes), et le magasin de sport rue du moulin (choisi pour sa façade datant de la reconstruction).

Anecdotes[modifier | modifier le code]

  • Un clin d’œil à un film d’Alfred Hitchcock s’est glissé dans Populaire, avec les dominantes de rouge et de bleu. Mais également à travers la scène où Déborah François sort de la salle de bain, comme Kim Novak dans Sueurs froides.
  • Devenir coach à l’écran a nécessité de la part de Romain Duris une préparation particulière. Avec Régis Roinsard, le comédien est allé à la rencontre de Régis Brouard, qui était alors l’entraîneur du club de foot de Quevilly. "Il avait déjà créé l’exploit en amenant cette "petite" équipe de National jusqu’aux demi-finales de la Coupe de France. Et il a récidivé, depuis, en atteignant la finale. J’ai donc pu observer en détails comment il parlait à son équipe, les mots qu’il choisissait de mettre en avant dans le vestiaire, son action au jour le jour. En fait, tout est question d’autorité. Il faut savoir à quel moment on peut être très froid avec ceux qu’on coache pour doper leur motivation et jusqu’où on peut aller sans briser leur confiance en eux. Comment créer une émulation sans écraser personne. C’est une mécanique de précision fascinante à observer" a confié l'acteur.
  • Pour son rôle, Déborah François s'est énormément entraînée à la dactylographie : "Je m’y suis consacrée deux à trois heures par jour pendant trois mois dans la phase de préparation, et ensuite pendant le tournage, mais pas tous les jours", confie la comédienne. "Lorsque je devais taper à la machine pour une scène, je ne m’entraînais pas le soir, parce que j’avais peur de me faire mal. Au début, d’ailleurs, j’ai failli avoir un "Dactylo Elbow", car ce n’est pas une posture naturelle et les touches des machines à écrire sont difficiles à enfoncer. C’est un geste à prendre assez particulier. Le fait d’utiliser l’auriculaire était d’autant plus compliqué pour moi que je n’avais l’habitude de taper avec tous les doigts", explique la comédienne.
  • Charlotte David était responsable des costumes de Populaire. Les années 1950 est une époque qu’elle connait bien, puisqu'elle a créé les costumes des deux films OSS 117.
  • Le film a couté environ 15 millions d’euros, ce qui représente un important budget pour une première réalisation. Pour convaincre les partenaires financiers, il fallait une tête d’affiche solide et « par chance, Romain Duris a adoré le scénario et s’est engagé tout de suite. »

Distinctions[modifier | modifier le code]

Récompenses[modifier | modifier le code]

Nominations[modifier | modifier le code]

Box-office[modifier | modifier le code]

La couleur       indique les pays où Populaire est en cours d'exploitation dans les salles de cinéma.
Pays Entrées
Drapeau de la France France 1 167 403[8]
Drapeau de l'Italie Italie 70 000[9]
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni 59 606[10]
Drapeau de l'Allemagne Allemagne 55 062[11],[12],[13]
Drapeau de la Belgique Belgique 40 100[14],[15],[16]
Drapeau du Brésil Brésil 28 211[17]
Drapeau de la Russie Russie 22 855[18],[15]
Drapeau des États-Unis États-Unis 22 400[19]
Drapeau de l'Espagne Espagne 20 000[20],[21]
Drapeau de la Pologne Pologne 18 000[15]
Drapeau de la Suisse Suisse romande 15 225[22]
Drapeau de l'Argentine Argentine 14 013[23]
Drapeau du Mexique Mexique 14 000[24]
Drapeau de la Corée du Sud Corée du Sud 13 029[25]
Drapeau de Hong Kong Hong Kong 11 850[26]
Drapeau de la Grèce Grèce 11 729[27]
Drapeau : Québec Québec 10 334[28]
Drapeau de l'Autriche Autriche 6 369[29]
Drapeau de la Suisse Suisse alémanique 5 954[22]
Drapeau des Pays-Bas Pays-Bas 4 392[30]
Drapeau de la Slovaquie Slovaquie 2 061[31]
Drapeau de la République de Chine Taïwan 2 060[32]
Drapeau du Luxembourg Luxembourg 1807[30]
Drapeau de la Turquie Turquie 1 550[33]
Drapeau de Singapour Singapour 1 400[34],[35],[36]
Drapeau de la Lituanie Lituanie 891[37]
Drapeau de la Roumanie Roumanie 810[38]
Drapeau de la Slovénie Slovénie 731[39]
Drapeau du Portugal Portugal 562[40]
Monde Total hors France 477 767[41] (au 26 janvier 2014)
Monde Total monde 1 645 170 (au 26 janvier 2014)
Monde Recettes mondiales 10 000 000 euros (13 millions de dollars américains)[42]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le belge Kinepolis, Gaumont, CGR, et UGC.
  2. « Mondialement populaire ! », L'Express, no 3204,‎ , p. 38 (ISSN 0014-5270)
  3. Filmsactu.com : Le film "Populaire" acheté par le producteur américain Harvey Weinstein consulté le 20 juin 2012
  4. a et b CNC.fr études : la production cinématographique en 2011 consulté le 20 juin 2012
  5. Y a-t-il un rapport avec la famille Leprince-Ringuet ?
  6. Liège: Romain Duris et Déborah François vont tourner un film au Forum - La Meuse, le
  7. http://www.unifrance.org/actualites/9617/prix-du-public-pour-populaire-au-festival-du-film-francais-au-japon
  8. http://www.jpbox-office.com/fichfilm.php?id=13015&affich=france
  9. http://www.unifrance.org/actualites/9670/box-office-international-les-seigneurs-decoivent-en-italie
  10. http://www.unifrance.org/box-office/107/royaume-uni/classement-films-francais?filter.annee=2013
  11. http://www.ffa.de/index.php?page=filmhitlisten&language=&typ=6&jahr=2013
  12. http://www.mediabiz.de/film/firmen/programm/mademoiselle-populaire/charts/140832?open=Mlohited
  13. http://www.kino.de/kinofilm/mademoiselle-populaire/140832
  14. http://www.audiovisuel.cfwb.be/index.php?eID=tx_nawsecuredl&u=0&file=fileadmin/sites/avm/upload/avm_super_editor/avm_editor/Publications/Telechargement_pdf/Bilan_CCA/Bilan_2012/Bilan2012_13_annexes.pdf&hash=7b29c6f16b1445b4cf51386d46fd5e7379780993
  15. a, b et c http://www.unifrance.org/actualites/9197/bo-films-francais-a-l-etranger-semaine-du-12-au-18-avril
  16. http://lumiere.obs.coe.int/web/film_info/?id=39213&market=BE
  17. http://oca.ancine.gov.br/notas_informes.htm
  18. http://www.kinopoisk.ru/box/weekend/2013-02-28/type/rus/cur/RUB/view/all/
  19. http://www.boxofficemojo.com/movies/?page=daily&view=chart&id=populaire.htm&adjust_yr=1&p=.htm
  20. http://boxofficemojo.com/intl/spain/?yr=2013&wk=27&currency=local&p=.htm
  21. http://www.fotogramas.es/Cine/Taquilla/Espana
  22. a et b http://www.procinema.ch/db_neu2009/details.asp?s_keyword=populaire&id=2216915
  23. http://www.otroscines.com/taquilla.php
  24. http://www.boxofficemojo.com/movies/?page=intl&country=MX&id=populaire.htm
  25. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées kobis.or.kr.
  26. http://boxofficemojo.com/intl/hongkong/?yr=2013&wk=26&currency=local&p=.htm
  27. http://www.sevenart.gr/movie.php?id=2691
  28. http://diffusion.stat.gouv.qc.ca/pls/hni/hni_maitr_detl.p_trait_detl?no_film=370544&lang=fr
  29. http://boxofficemojo.com/intl/austria/?yr=2013&wk=20&currency=local&p=.htm
  30. a et b http://eacea.ec.europa.eu/media/films/dist2.cfm?st=23&ltr=p&ft=&ot=&co=&ct=
  31. http://www.ufd.sk/wp/wp-content/uploads/2013/03/Weekend_14.03.2013_Top20.pdf
  32. http://app.atmovies.com.tw/movie/movie.cfm?action=BoxOffice&film_id=fpfr02070776&bo_code=taipeidays&more=Y
  33. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées boxofficeturkiye.com.
  34. http://boxofficemojo.com/intl/singapore/?yr=2013&wk=22&currency=local&p=.htm
  35. http://www.numbeo.com/cost-of-living/country_result.jsp?country=Singapore
  36. http://www.unifrance.org/box-office/725/singapour
  37. http://www.kinas.info/page.php?movie-money=9655
  38. Erreur de référence : Balise <ref> incorrecte ; aucun texte n’a été fourni pour les références nommées cinemagia.ro.
  39. http://www.cinemania-group.si/box_office.asp
  40. http://www.ica-ip.pt/Admin/Files/Documents/contentdoc1954.pdf
  41. http://www.unifrance.org/actualites/10227/box-office-francais-septembre-2013
  42. http://www.kinopoisk.ru/film/629974/box