Cinq poèmes de Charles Baudelaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Cinq poèmes de Charles Baudelaire
Genre Mélodies avec piano
Musique Claude Debussy
Durée approximative env. 25 minutes
Dates de composition de décembre 1887 à mars 1889

Les Cinq poèmes de Charles Baudelaire (CD 70) constituent un cycle de mélodies pour chant et piano de Claude Debussy, sur des poèmes tirés des Fleurs du mal de Baudelaire. Composées de décembre 1887 à mars 1889, ces cinq pièces vocales très développées sont mal accueillies par les milieux musicaux parisiens, en raison de l'influence wagnérienne qu'elles révèlent.

Cette esthétique, dans le prolongement des innovations harmoniques de Tristan und Isolde, est progressivement abandonnée par Debussy, abordant la composition de Pelléas et Mélisande. De ce fait, les Cinq poèmes de Charles Baudelaire représentent un moment particulier de l'évolution musicale de Debussy. Les musicologues s'accordent à y voir « une œuvre de crise et de transition[1] ».

Présentation[modifier | modifier le code]

  1. Le Balcon
  2. Harmonie du soir
  3. Le jet d'eau
  4. Recueillement
  5. La mort des amants

Composition[modifier | modifier le code]

La composition des Cinq poèmes de Charles Baudelaire s'étend sur plus d'un an : La mort des amants est achevée décembre 1887[2], Le balcon en janvier 1888[1], Harmonie du soir en janvier 1889[2] et Le jet d'eau en mars de la même année[2]. Recueillement est une mélodie non datée[2].

Publication[modifier | modifier le code]

L'œuvre est mal accueillie par les milieux musicaux parisiens. Après le succès des Ariettes oubliées, « personne ne veut éditer ni exécuter les Cinq poèmes de Charles Baudelaire », selon Jean Barraqué[3]. Debussy en est réduit à faire paraître une édition de ses mélodies par souscription, à cent-cinquante exemplaires seulement[4].

Accueil critique[modifier | modifier le code]

Analyse[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Monographies[modifier | modifier le code]

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Harry Halbreich 1980, p. 633
  2. a, b, c et d Harry Halbreich 1980, p. 634
  3. Jean Barraqué 1962, p. 104
  4. Edward Lockspeiser 1980, p. 155

Liens externes[modifier | modifier le code]