Trivy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Trivy
Trivy
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Mâcon
Canton La Chapelle-de-Guinchay
Intercommunalité Saint-Cyr Mère Boitier entre Charolais et Mâconnais
Maire
Mandat
Bernard Seigle-Vatte
2014-2020
Code postal 71520
Code commune 71547
Démographie
Population
municipale
274 hab. (2016 en augmentation de 1,48 % par rapport à 2011)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 23′ 14″ nord, 4° 29′ 34″ est
Altitude Min. 318 m
Max. 511 m
Superficie 11,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Trivy

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Trivy

Trivy (treûvi en patois charolais) est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Géographie[modifier | modifier le code]

Communes limitrophes[modifier | modifier le code]

Rose des vents Sivignon Curtil-sous-Buffières Rose des vents
Verosvres N La Chapelle-du-Mont-de-France
O    Trivy    E
S
Dompierre-les-Ormes

Histoire[modifier | modifier le code]

En 1628, les sires de La Guiche de Sivignon sont seigneurs haut-justiciers de Trivy[1].

L'église[modifier | modifier le code]

L’église St Germain de Trivy comporte deux parties bien distinctes : un ancien bâtiment construit dans la première moitié du XIIIe siècle sous l’impulsion des moines de Cluny, orienté Est-Ouest ; et une construction datant de 1866 traversant perpendiculairement l’édifice roman qu’elle utilise comme une sorte de transept. De nombreuses sculptures de modillons attestent de l’ancienneté des bâtiments. À l’intérieur il reste des traces d’anciennes peintures

Cloche[modifier | modifier le code]

2 cloches se partagent le beffroi. La première date de 1899 et pèse 600 kg. Elle sonne en Fa#  de la 3e octave. Elle a été coulée par Ferdinand Farnier à Robécourt.

Outre ses décors, voici son texte sur 5 lignes :

Ligne 1 : + J'ai été fondue en l'année 1899 pour la Paroisse de Trivy Ligne 2 : Je M'appelle Jeanne Marie Thérèse .Ligne 3 : Mon Parrain a été Mr Jean Thevenet Ducroux. Ligne 4 : Ma Marraine a été Mme Marie Bougeon femme Clément. Ligne 5 : Mr Labbe Marraud curé de la Paroisse ma bénite.

La seconde cloche quant à elle n'est électrifiée qu'en tintements. Elle date de 1817 et pèse 230 kg. Sa note est le Si 3. Elle est l'œuvre du fondeur Gouyot. Elle est fêlée.

Culture[modifier | modifier le code]

Depuis 1997, l'association Les Nuits musicales de Trivy organise 4 ou 5 fois par an des concerts dans l'abside de la petite église romane du village : musique sacrée, classique, chorale, jazz ou encore gospel. Ainsi, l'événement "Jazz in Trivy" propose tous les ans des concerts de jazz où sont invités à se produire nombre de musiciens de renommée internationale.

Politique et administration[modifier | modifier le code]

DE A Identité Etiquette Qualité
? mars 2001 J. Rozier
mars 2001 mars 2014 Gérard Renier
mars 2014 en cours Bernard Seigle-Vatte
UDI

Démographie[modifier | modifier le code]

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[2]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[3].

En 2016, la commune comptait 274 habitants[Note 1], en augmentation de 1,48 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
561518510613638681698734757
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
755770795820846849886908858
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
817814772726677636640598438
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
397407353288257241283272274
2016 - - - - - - - -
274--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[4] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique

Tourisme[modifier | modifier le code]

Article détaillé : Tourisme en Haut-Clunisois.
Article détaillé : Tourisme en Saône-et-Loire.

Trivy, situé au bord de la RCEA dispose d'une place de choix et d'une excellente accessibilité à 20 minutes de Mâcon. Outre les gîtes ruraux et chambres d'hôtes autour de la commune, on trouve deux complexes touristiques sur la commune voisine, à Dompierre-les-Ormes : le Village des Meuniers, camping quatre étoiles avec piscines, et le Domaine des Monts des Mâconnais, village de chalets avec piscine.

Lieux et monuments[modifier | modifier le code]

À Trivy 
  • Église romane (Saint-Germain) de Trivy.
Aux alentours 

Personnalités liées à la commune[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Marcel Dazy, Portrait d'un terroir, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 16 (décembre 1972), pp. 3-7.
  2. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  3. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  5. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.