Salammbô

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Salammbo (homonymie).
Salammbô
Image illustrative de l'article Salammbô
Édition définitive de 1883.

Auteur Gustave Flaubert
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman historique
Éditeur Michel Lévy
Lieu de parution Paris
Date de parution 1862

Salammbô est un roman historique de Gustave Flaubert, paru le 24 novembre 1862 chez Michel Lévy frères.

Il prend pour sujet la guerre des Mercenaires, IIIe siècle av. J.-C., qui opposa la ville de Carthage aux mercenaires barbares qu’elle avait employés pendant la première guerre punique, et qui se révoltèrent, furieux de ne pas avoir reçu la solde convenue. Flaubert chercha à respecter l’histoire connue, mais profita du peu d’informations disponibles pour décrire un Orient à l’exotisme sensuel et violent.

À l'instar de son œuvre, les travaux de recherche et d'élaboration déployés pour l'écriture de Salammbô sont considérables. En effet, en avril 1858, Flaubert se rend en Tunisie afin de voir Carthage, de s'y renseigner, et de lui permettre de rendre avec justesse son sentiment sur les lieux où se déroule son récit.

Genèse[modifier | modifier le code]

Dès 1857, Flaubert entreprend de se renseigner sur Carthage. En mars, il écrit une lettre à Félicien de Saulcy, archéologue français, dans laquelle il lui demande des renseignements sur cette région. À partir de ce moment, il multipliera les lectures sur le sujet[1].

Du 12 avril au 5 juin 1858, Flaubert se rend en Tunisie afin de se documenter davantage sur Carthage. Il souhaite également observer par lui-même le lieu où se déroulera son roman. À son retour, Flaubert révise entièrement les idées qu'il avait à l'origine pour son récit. Il écrit une lettre à Ernest Feydeau dans laquelle il explique qu'il doit repartir à zéro dans son projet ; son projet initial se voulait, dit-il, « absurde et impossible »[1].

Lorsqu'il achève son roman en avril 1862, Flaubert écrit une lettre à Mlle Leroyer de Chantepie dans laquelle il annonce :

« J'ai enfin terminé, le 24 avril 1862, dimanche dernier [le 20 avril], à sept heures du matin, mon roman de Salammbô. Les corrections et la copie me demanderont encore un mois et je reviendrai ici dans le milieu de septembre, pour faire paraître mon livre à la fin d'octobre. Mais je n'en puis plus. J'ai la fièvre tous les soirs et à peine si je puis tenir une plume. La fin a été lourde et difficile à venir[2]. »

Résumé[modifier | modifier le code]

I. Le festin

"C'était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d'Hamilcar", la soirée puis la nuit qui suit la paix faite avec Rome par Carthage, par l'intermédiaire du général Giscon. D'abord est décrit le festin auxquels prennent part les mercenaires dans les jardins de leur général, Hamilcar. Échauffés par son absence et par le souvenir des injustices qu’ils ont subies de la part de Carthage, ils ravagent sa propriété. Le premier personnage à apparaître est Spendius, un esclave qui vient d'être libéré. Apparaît ensuite le général Giscon;qui tente de calmer les mercenaires qui veulent se saisir des coupes de la Légion sacrée, mais n'y parvient pas. Au sommet du palais apparaît alors la fille d'Hamilcar qui descend alors d'abord pour les tancer (en faisant pour la première fois allusion à son serpent noir) de leurs destructions, puis pour les calmer. Mais deux hommes la fixent : Narr'Havas, un chef numide hôte d'Hamilcar, et Mâtho le Libyen, ayant au cou un collier à lune. Elle tend une coupe à Mâtho, symbole de noces futures dans la symbolique gauloise, ce qui irrite Narr'Havas qui blesse Mâtho avec son javelot. Dans l'agitation, Salammbô disparaît dans son palais. Mâtho la suit mais en vain. Spendius se met alors au service de Mathô et lui conseille de prendre Carthage afin d’obtenir Salammbô au moment où le dieu Soleil se lève sur la ville. Ils assistent à son lever et à l'arrivée de deux femmes sur un char.

II. À Sicca

Deux jours plus tard, après avoir été persuadés par les Carthaginois, les mercenaires quittent la ville avec la promesse de recevoir leur solde. Ils se mettent en route pour la ville sacrée de Sicca qu'ils atteignent après sept jours, non sans avoir vu, peu avant d'arriver, une lignée de lions crucifiés, ce qui suscite leur inquiétude. Là Spendius découvre Mâtho hanté par l'image de Salammbô dont il essaie, en vain, de se débarrasser par tous les moyens. Un soir arrive le suffète Hannon, gras et malade, qui cherche à convaincre les Barbares du mauvais état des finances de Carthage, mais Spendius, profitant de l'incompréhension de ces derniers, les monte contre Hannon. L'indignation augmente quand Zarxas, rescapé de Carthage, raconte le massacre des frondeurs des Baléares par les habitants de Carthage. Hannon s'enfuit, sa litière est mise à sac. Les Mercenaires décident de retourner à Carthage.

III. Salammbô

Une nuit de lune, Salammbô apparaît, accompagnée d'une esclave, sur une terrasse du palais. Elle invoque la déesse Tanit (= la lune), "déesse des choses humides" et fait de la lune un portrait paradoxal, alternant entre des caractéristiques de fécondation et de destruction. Elle fait également un portrait d'elle-même, de ses désirs de façon paradoxale, entre feu et langueur. Élevée de façon solitaire et loin de toute dévotion populaire, elle désire ardemment voir la statue de Tanit mais Schahabarim, le grand prêtre de Tanit, s'y refuse résolument, car "on en meurt", de la contempler. Il aperçoit alors l'armée des Barbares.

IV. Sous les murs de Carthage

L'armée des Mercenaires s'installe dans l'isthme, devant Carthage. Des envoyés de cette dernière sont envoyés aux Barbares pour négocier mais aucune stratégie claire n'est définie. Pour calmer les Mercenaires, on leur envoie Giscon qui commence à les payer, mais, excités par Spendius et Zarxas, ils se rebellent et tuent Giscon et ses capitaines. Le lendemain, ils sont pris de langueur et craignent la vengeance de Carthage. Spendius amène alors Mâtho à l'aqueduc par lequel ils pénètrent, de nuit, dans Carthage. Spendius veut aller au temple de Tanit.

V. Tanit

Sur le chemin du temple, Spendius révèle à Mâtho qu'il veut dérober le zaïmph, le voile de Tanit. Mâtho est saisi de terreur mais il suit tout de même Spendius. Ils pénètrent dans le temple où ils volent le voile dont Mathô se revêt. Sentant en lui une puissance nouvelle, il se dirige vers le palais d'Hamilcar pour aller voir Salammbô. Il la découvre endormie : Mais la lumière s'arrêtait au bord; - et l'ombre, telle qu'un grand rideau, ne découvrait qu'un angle du matelas rouge avec le bout d'un petit pied nu posant sur la cheville. Quand elle se réveille, Mâtho lui déclare son amour. Salammbô est fascinée par le voile qu'elle lui demande de lui donner. Quand elle se rend compte du sacrilège, elle déclenche l'alarme. Spendius s'enfuit par la falaise tandis que Mâtho sort de la ville par la grande porte, comme protégé par le zaïmph.

VI. Hannon

Narr'Havas le Numide vient faire alliance avec Mâtho, auréolé du vol du zaïmph, contre Carthage. Spendius va attaquer Utique, Mâtho Hippo-Zaryte (l'actuelle Bizerte) - il s'agit de deux villes qui n'ont pas pris parti contre Carthage, et Autharite, le chef des mercenaires gaulois, reste devant Carthage. Cette dernière a donné tout pouvoir à Hannon qui enrôle tous les citoyens et prépare les éléphants. Un jour, il attaque les Mercenaires devant Utique et les bat grâce aux éléphants mais Mâtho et Narr'Havas interviennent et la situation se retourne. Hannon fuit vers Carthage qui se tourne alors vers Hamilcar.

VII. Hamilcar Barca

Un matin, Hamilcar revient à Carthage sur son navire. Il se rend dans son palais où les hommes de son parti lui racontent la débandade. Un de ses serviteurs, Iddibal, vient lui parler de son fils caché secrètement. Ensuite il se rend, dans le temple de Moloch, à l'assemblée des Anciens où il a une violente altercation avec Hannon. Il y apprend que sa fille Salammbô aurait couché avec un Barbare. Les Anciens lui proposent tout de même le commandement des armées puniques mais il refuse. Il parcourt ensuite son palais et ses dépendances et les voit dévastés. Deux larmes jaillissent quand il voit les éléphants mutilés. Le soir, il accepte le commandement.

VIII. La bataille du Macar

Hamilcar prépare alors son armée et ses éléphants, mais, contre toute attente, il repousse le moment de partir en guerre. Il va souvent seul en reconnaissance. Une nuit, cependant, il mène son armée, par un chemin dangereux et bourbeux, jusqu'au pont sur le Macar. La bataille avec les Barbares s'engage, elle semble pencher en faveur de ces derniers, dirigé par Spendius, mais l'intervention des éléphants d'Hamilcar change tout. Quand Mâtho arrive en renfort, il ne peut que constater, pour la deuxième fois, le désastre.

IX. En campagne

Hamilcar s'en va chercher l'aide des tribus du Sud. Il envoie des prisonniers de guerre barbares à Carthage où ces derniers sont exécutés, contre sa volonté. La stratégie d'Hamilcar demeure incompréhensible aux quatre chefs barbares (Mâtho, Spendius, Narr'Havas et Autharite). Mais, vers le lac d'Hippo-Zaryte, ils parviennent à l'encercler. Débute alors le siège du camp carthaginois qui peu à peu n'a plus de vivres. Hamilcar en veut au Conseil des Anciens de ne pas le soutenir, tandis que les Carthaginois le tiennent pour responsable de la défaite. On se tourne alors vers Moloch au détriment de Tanit qui a perdu son voile, dont Salammbô est indirectement responsable. On rêve de la punir.

X. Le serpent

Dans le palais, Salammbô est inquiète car son serpent - un python - dépérit et elle se sent responsable de la disparition du zaïmph. Le prêtre-eunuque Schahabarim - désespéré d'avoir vu enfant sa virilité sacrifiée - la convainc d'aller chercher le zaïmph chez Mâtho, sous sa tente, en le séduisant. Salammbô accepte sans comprendre. Le python reprend alors des forces. Le jour venu, Salammbô exécute une danse de l'amour avec lui, puis l'esclave Taanach la pare magnifiquement, comme pour ses noces. Salammbô s'en va alors, une ombre gigantesque marchant à ses côtés obliquement, ce qui était un présage de mort.

XI. Sous la tente

Avec un esclave de Schahabarim, Salammbô se rend au camp des Mercenaires qui encerclent l'armée d'Hamilcar. Elle demande à voir Mâtho en se faisant passer pour un transfuge. Il la conduit sous sa tente où elle voit le zaïmph et dévoile son identité. Mâtho est subjugué. Elle lui dit être venue chercher le zaïmph, mais il ne l'entend pas. Il la contemple, puis la touche du bout du doigt, il lui déclare sa passion, oscille entre le désir d'être son maître et celui d'être son esclave. Alors "Mâtho lui saisit les talons, la chaînette d'or éclata, et les deux bouts, en s'envolant, frappèrent la toile comme deux vipères rebondissantes. Le zaïmph tomba, l'enveloppait; elle aperçut la figure de Mâtho se courbant sur sa poitrine. - "Moloch, tu me brûles!" et les baisers du soldat, plus dévorateurs que des flammes, la parcouraient; elle était comme enlevée dans un ouragan, prise dans la force du soleil."

Après qu'un incendie s'est déclenché dans le camp, Salammbô, après avoir vu Giscon qui la maudit d'avoir couché avec Mâtho, s'enfuit au camp de son père avec le zaïmph. Hamilcar, qui voit la chaînette brisée, la donne alors en mariage à Narr'Havas qui vient de trahir Mâtho, au moment où les troupes du suffète attaquent les Barbares.

XII. L’aqueduc

"Douze heures après, il ne restait plus des Mercenaires qu'un tas de blessés, de morts et d'agonisants." Le courage manque aux survivants, qui se vengent alors en torturant, puis en tuant les prisonniers puniques. Spendius parvient, non sans mal, à leur redonner le goût du combat. Ils s'en vont par voie de terre sur Hippo-Zaryte tandis qu'Hamilcar s'y rend par mer. La ville tombe aux mains des Barbares qui prennent en chasse l'armée carthaginoise. Arrivés à Carthage, ils en débutent le siège. Spendius, une nuit, sabote l'aqueduc : "c'était la mort pour Carthage" qui n'est plus approvisionnée en eau.

XIII. Moloch

Les Mercenaires se préparent à l'assaut ainsi que les Carthaginois, assaut qui se produit bientôt. Après quelque temps, les Carthaginois, qui subissent le siège, commencent à souffrir de la soif et de la faim. "Moloch possédait Carthage." Salammbô, malgré les reproches de Schahabarim, ne s'en sent nullement responsable. Un soir, Hamilcar lui amène son fils de dix ans - Hannibal - qu'elle a charge de garder. Peu à peu les Barbares prennent le dessus. Les Anciens pensent que Moloch est offensé et décident de lui sacrifier des enfants, dont le fils d'Hamilcar, qui envoie un esclave à sa place. L'horrible sacrifice a lieu.

XIV. Le défilé de la Hache

À la suite du sacrifice, la pluie tombe et les Carthaginois reprennent courage. Hamilcar, grâce à un subterfuge, entraîne une grande partie des Mercenaires dans le Défilé de la Hache où il les affame durant trois semaines, ce qui les contraint à des actes de cannibalisme. Hamilcar les achève lorsqu'ils sortent pour se rendre (scène où les hommes sont écrasés par les éléphants). Après cela, Hamilcar se rend à Tunis pour prendre la ville. Là Hannon se fait crucifier par les Barbares tandis que les ambassadeurs des Barbares sont crucifiés par le suffète. La guerre s'enlise alors devant Carthage. Mâtho propose un défi à Hamilcar : en finir dans une dernière bataille. Hamilcar accepte. Le lendemain, le combat s'engage mais les Mercenaires sont défaits à cause de l'aide inattendue des citoyens de Carthage et du dernier éléphant. Mâtho est alors fait prisonnier. Les derniers Mercenaires de la Hache sont dévorés par des lions.

XV. Mâtho

"Carthage était en joie (…). C’était le jour du mariage de Salammbô avec le roi des Numides. (…) La mort de Mâtho était promise pour la cérémonie. (…) Les Anciens décidèrent qu’il irait de sa prison à la place de Khamon, sans aucune escorte, les bras attachés dans le dos ; et il était défendu de le frapper au cœur, pour le faire vivre plus longtemps, de lui crever les yeux, afin qu’il pût voir jusqu’au bout sa torture (…). Mâtho se mit à marcher. (…) Un enfant lui déchira l’oreille ; une jeune fille, dissimulant sous sa manche la pointe d’un fuseau, lui fendit la joue ; on lui enlevait des poignées de cheveux, des lambeaux de chair ; d’autres avec des bâtons où tenaient des éponges imbibées d’immondices lui tamponnaient le visage. Du côté droit de sa gorge, un flot de sang jaillit : aussitôt le délire commença. Ce dernier des Barbares leur représentait tous les Barbares, toute l’armée. (…) Il n’avait plus, sauf les yeux, d’apparence humaine ; c’était une longue forme complètement rouge (…). Il arriva juste au pied de la terrasse. Salammbô était penchée sur la balustrade ; ces effroyables prunelles la contemplaient, et la conscience lui surgit de tout ce qu’il avait souffert pour elle. Bien qu’il agonisât, elle le revoyait dans sa tente, à genoux, lui entourant la taille de ses bras, balbutiant des paroles douces ; elle avait soif de les sentir encore, de les entendre ; elle allait crier. Il s’abattit à la renverse et ne bougea plus. (…) Salammbô se leva comme son époux, avec une coupe à la main, afin de boire aussi. Elle retomba, la tête en arrière, par-dessus le dossier du trône, blême, raidie, les lèvres ouvertes, et ses cheveux dénoués pendaient jusqu’à terre. Ainsi mourut la fille d’Hamilcar pour avoir touché au manteau de Tanit."

Principaux personnages[modifier | modifier le code]

Carthaginois[modifier | modifier le code]

  • Hamilcar Barca, l’un des deux suffètes de Carthage. Il revient de Sicile pour reprendre le contrôle de l’armée. Le personnage d'Hamilcar serait fortement inspiré du Hannibal Barca historique. On peut notamment rapprocher leur impiété et leur génie militaire insurmontable.
  • Salammbô, fille d’Hamilcar, dédiée à la déesse Tanit. Son nom a été inspiré à Flaubert par un des noms de la déesse Astarté : Salambo (provient du phénicien Shalambaal « image de Baal »[3])
  • Hannibal, fils secret d’Hamilcar, caché par l’esclave Abdalonim.
  • Giscon, général et diplomate.
  • Hannon, l’autre suffète de Carthage, atteint par une maladie de peau.
  • Schahabarim, prêtre de Tanit et instructeur de Salammbô.

Mercenaires[modifier | modifier le code]

  • Mâtho, chef des mercenaires libyens.
  • Narr’Havas, chef des mercenaires numides, à qui Salammbô est promise en cas de victoire.
  • Spendius, esclave grec animé d'une haine féroce de Carthage qui se met au service de Mâtho
  • Autharite, chef d’une partie des mercenaires.

Incipit[modifier | modifier le code]

L'incipit du roman est très célèbre. Celui-ci s'ouvre sur « C'était à Mégara, faubourg de Carthage, dans les jardins d'Hamilcar. »

Structure[modifier | modifier le code]

Dans son article, "Positions, distances, perspectives dans Salammbô", Jean Rousset propose l'analyse suivante de la structure du roman:  

Le récit, chez Flaubert, fonctionne sur le mode de la répétition et de la transformation des mêmes éléments, ce qui leur donne un nouveau sens. Salammbô peut également se lire comme un jeu de relations entre positions et perspectives des personnages.

Un diptyque : le début et la fin de Salammbô sont constitués de deux solitudes représentant la communauté adverse (Salammbô / Mâtho) au milieu d’un mouvement de foule (les Mercenaires / les Carthaginois), avec une relation d’inversion entre les personnages. Ces personnages sont à la fois séparés de la foule et encerclés par elle. A cette inversion s’ajoute également les différences de niveaux : Salammbô se trouve en haut du palais, les mercenaires, puis Mâtho l’observent depuis le bas, avant que ce dernier adopte un point de vue surplombant en allant à sa poursuite. La fin reprend le même procédé, avec Salammbô sur une terrasse, s’identifiant à Tanit et à la cité. C’est elle qui voit d’abord le héros vaincu Mâtho, puis c’est le point de vue de la foule qui prend le relais (inversion du procédé initial). A l’inverse du début, Mâtho descend vers Salammbô pour s’abattre à ses pieds.

La passion des distances : dans l’ensemble du roman, les positions des personnages (en haut / en bas) commandent les distances entre les personnages. Ce qui change, d’une séquence à l’autre, c’est soit la position (en haut / en bas), soit la perspective adoptée (un personnage isolé ou une entité collective). Le schéma général du roman est celui de l’opposition (Carthaginois / Barbares ; Salammbô / Mâtho) où les protagonistes sont en conflit, d’où l’importance des postes d’observation pour abolir optiquement la distance avec les adversaires.

Dans ce jeu des perspectives, Flaubert a tendance à personnaliser le conflit politique à travers le regard des protagonistes (Salammbô vue comme Carthage par Mâtho, Mâtho vu comme le chef des Barbares par Salammbô). Mais au duel politique s’ajoute également le duel érotique. La guerre comme l’amour se fait à distance, dans la séparation. Seule la bataille du Macar est vue comme une grande étreinte amoureuse et cruelle, tandis que l’autre étreinte, celle des amants, est évoquée de façon elliptique grâce au récit indirect (c’est seulement par métaphores et allusion, avant et après que l’acte est évoqué). Même dans cette scène du contact, Flaubert ne veut pas le dire directement.

Les effets de la perspective : le statut des positions et des distances a des conséquences stylistiques : il provoque la déformation de la perception à travers les points de vue adoptés. Ces visions déformées sont signes d’incertitude sur le réel ; celui-ci apparaît au regard non tel qu’il est, mais tel qu’il semble être. Flaubert propose souvent d’abord la vision fallacieuse, puis la cause véritable du phénomène, soit par le biais du narrateur, soir par le biais de l’auteur. La rectification de l’illusion se fait souvent grâce au c’était. Ce modèle de présentation suit l’ordre des perceptions. Proust opère de même, mais il suspend la présentation juste avant le c’était. Il y aurait passage de la comparaison (Flaubert) à la métaphore (Proust) où le terme de comparaison n’est plus présent.

Dans Salammbô, on assiste à la naissance de la comparaison, au moment où le personnage, dans l’incertitude perceptive, interprète le phénomène à l’aide d’un comparant qui se trouve confirmé (ou infirmé) par la rectification objective. L’acteur au centre de la perspective est l’auteur et l’origine de la forme comparative.

Noces à distance : dans la scène initiale et dans la scène finale, on assiste aux noces de sang de Salammbô et de Mâtho (Mâtho blessé par Nar’Havas à la suite du verre versé par Salammbô ; Mâtho écorché venant mourir au pied de l’épouse de Nar’Havas qui meurt elle-même). Mais la symétrie ne l’est plus : du début à la fin quelque chose d’irrémédiable s’est produit. « Etreinte des regards sans contact des corps, mariage mystique, intimité à distance ; c’est bien le sens des relations de personnes dans ce livre. »

C’est pourquoi il faut placer l’interprétation sur le plan mythique, où Salammbô s’identifie à Tanit, la Lune, et Mâtho à Moloch, le Soleil, deux principes qui s’attirent tout en ne pouvant jamais s’atteindre.

Les objets[modifier | modifier le code]

Le zaïmph[modifier | modifier le code]

Dans son article, "La zaïmph métamorphique : objet et réification dans Salammbô de Flaubert", Mireille Dobrzynski propose l'analyse suivante du zaïmph, du voile de Tanit.

En littérature, et plus particulièrement chez Flaubert, les objets ne servent pas seulement à créer un effet de réel. Parmi tous les objets de Salammbô, le zaïmph – le voile sacré de la déesse Tanit – joue le rôle d’un fil d’Ariane. Il construit toute une mythologie de la séduction et conduit Salammbô vers l’émancipation. Il s’agit d’un objet protéiforme (parure, manteau, chiffon, etc.), qui est enjeu de possession et de pertes pour les protagonistes.

Qu’est-il ? Il est décrit de façon métaphorique par référence aux éléments naturels et apparaît comme impalpable et immatériel et comme divin. Il est décrit simultanément comme dangereux – fatal pour celui qui le touche – et comme vide – puisqu’on ne doit pas le voir. Aucun protagoniste ne met en doute l’efficacité de son pouvoir. Il est le symbole du désir de pouvoir et de domination et chaque camp veut se l’approprier. C’est pourquoi Mâtho et Salammbô, lorsqu’ils le prennent à l’autre camp, sont considérés avec reconnaissance par les leurs. Mais ils en meurent aussi. Le voile fonctionne cependant de façon privative : ceux qui l’ont ne reçoivent pas de pouvoirs spéciaux, mais ceux à qui il est dérobé perdent leurs puissances. C’est pourquoi progressivement le culte de Tanit est remplacé par celui de Moloch.

Le voile a également une dimension érotique. Il intervient au moment des ébats des amants : il est le symbole de la découverte de la sexualité par la vierge Salammbô. Le zaïmph signifie également en hébreu l’organe sexuel mâle, ce qui explique la fascination du voile sur Salammbô. Il symbolise – dans une perspective psychanalytique - également l’hymen, à la fois mariage – celui de Salammbô – et le voile de la virginité – que Salammbô va perdre. La couleur pourpre – dominante – renvoie d’ailleurs au sang de la déchirure de l’hymen et à la mort de l’héroïne après son hymen. Le voile est plus particulièrement associé au personnage de Salammbô. Pour elle, le voile est d’abord lié à son désir de savoir, qui devient désir de dominer et de devenir déesse. Ce qui la rend audacieuse.

Le roman s’inscrit dans l’iconographie biblique de Salomé, fille d’Hérodias, qui, en récompense de sa danse, a demandé la tête de Jean-Baptiste. Salammbô danse également avant de récupérer le zaïmph et qui préfigure le passage à l’acte avec Mâtho.   

Les voilages se retrouvent partout dans le roman. Dans le fantasme fétichiste de Mâtho, le zaïmph et Salammbô s’identifient. Tant qu’il ne la possède pas, le zaïmph est le substitut de Salammbô, qu’il désire mais ne peut atteindre. Le personnage de Salammbô disparaît d’ailleurs derrière la description de ses vêtements, en particulier de son manteau pourpre qui ressemble au voile sacré. Elle ressemble de plus en plus à la statue de Tanit. Elle passe de la femme-sujet à la femme-objet. Le personnage subit de plus en plus une réification. Le voile de Tanit devient, à la fin, le linceul de Salammbô.

Dans un monde qui opposent en conflit les hommes et où les femmes sont seulement monnaie d’échange, le voile sacré permet à Salammbô de s’émanciper en lui octroyant le pouvoir, mais paradoxalement elle se libère (du jugement des hommes) en se réifiant (dans la mort).

 Commentaire[modifier | modifier le code]

Gustave Flaubert

Salammbô vient après Madame Bovary. Flaubert en commence les premières rédactions en septembre 1857. Quelques mois plus tôt, après avoir gagné le procès qui avait été intenté contre Madame Bovary, il avait fait part dans sa correspondance (lettre à Mlle Leroyer de Chantepie) de son désir de s’extirper littérairement du monde contemporain, et de travailler à un roman dont l’action se situe trois siècles avant Jésus-Christ. En avril-juin 1858, il séjourne à Tunis pour s’imprégner du cadre de son histoire. Si l’intrigue est une fiction, il se nourrit des textes de Polybe, Appien, Pline, Xénophon, Plutarque, et Hippocrate pour peindre le monde antique et bâtir la couleur locale. Dès sa parution en 1862, le roman connaît un succès immédiat, en dépit de quelques critiques réservées (Charles-Augustin Sainte-Beuve) mais avec d’appréciables encouragements (Victor Hugo, Jules Michelet, Hector Berlioz).

Adaptations[modifier | modifier le code]

Peinture & Sculpture[modifier | modifier le code]

Salammbô, peinture par Gaston Bussière, 1907

Musique classique[modifier | modifier le code]

Florent Schmitt, qui avait orchestré le film Salammbô de Pierre Marodon en 1925, en tira Trois suites d'orchestres, opus 76, créées en 1927, 1928 et 1931.

Opéra[modifier | modifier le code]

Cinéma[modifier | modifier le code]

Bande dessinée[modifier | modifier le code]

Philippe Druillet a librement adapté le roman en bande dessinée, dans laquelle son personnage fétiche « Lone Sloane » s’incarne en Mâtho. Cette série qui relève autant de l’histoire antique que de la science-fiction, est initialement parue dans Métal hurlant puis dans Pilote à partir de 1980. Les aventures ont été réunies par les éditions Dargaud en trois albums : Salammbô, Carthage et Mâtho, conjointement signés Gustave Flaubert et Philippe Druillet.

Jacques Martin, en éditant sa bande dessinée Alix (dans l'épisode intitulé Le Spectre de Carthage) revient en détail sur les événements qui font la trame de Salammbo.

Jeu vidéo[modifier | modifier le code]

En 2003, Cryo Interactive réalise un jeu vidéo Salammbô, adapté à la fois du roman et de la bande dessinée de Philippe Druillet ; ce dernier participe au développement du jeu et en conçoit les graphismes.

Arts visuels[modifier | modifier le code]

Le 9 août 1980, au Musée des beaux-arts du Canada, pour célébrer le centenaire de la mort de l’écrivain, l’artiste québécois Rober Racine lisait en public, seul et sans arrêt, le roman Salammbô de Gustave Flaubert pour une durée de 14 heures sur un escalier construit d’après les données propres du roman (nombre de chapitres = nombre de marches, nombre de mots, de phrases, de paragraphes…).

Musique populaire[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. a et b Gustave Flaubert, Salammbô, Le Livre de Poche, , Dossier, p. 431 à 526
  2. Gustave Flaubert, Salammbô, Le Livre de Poche, , p. 493-494
  3. Gisèle Séginger Salammbô, Flammarion "GF", 2001 : "Salammbô", le nom d’Astarté [1]
  4. Salammbô chez Mâtho, Je t’aime ! Je t’aime, conservé au Musée d'Orsay
  5. Article de jetsetmagazine.net sur la traduction de Salammbô en arabe par l'écrivain Taïeb Triki

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Laurent Adert, « Salammbô ou le roman barbare », Poétiques barbares, Ravenna, Longo, 1998, p. 47-64.
  • Jean-Louis Backès, « Le Divin dans Salammbô », La Revue des Lettres Modernes, 1994, no 1165-1172, p. 115-34.
  • B. F. Bart, « Flaubert et le légendaire », Revue d’Histoire Littéraire de la France, 1981, no 81 (4-5), p. 609-20.
  • Christa Bevernis, « Historicité et actualité dans le roman de Flaubert Salammbô », Flaubert et Maupassant : écrivains normands, Paris, PUF, 1981, p. 255-63.
  • Arthur Bieler, « La Couleur dans Salammbô », French Review, février 1960, no 33 (4), p. 359-70.
  • Marc Bizer, « Salammbô, Polybe et la rhétorique de la violence », Revue d’Histoire Littéraire de la France, Nov-décembre 1995, no 95 (6), p. 974-88.
  • Lionel Bottineau, « La Représentation de l’espace dans Salammbô », La Revue des Lettres Modernes, 1984, no 703-706, p. 79-104.
  • Michel Butor, « Demeures et dieux à Carthage », Corps Écrit, février 1984, no 9, p. 127-47.
  • Raymonde Debray-Genette, « Génétique et poétique : Le Cas Flaubert », Essais de critique génétique, Paris, Flammarion, 1979, p. 21-67.
  • Janine Delort, « Le Motif de Salammbô », Cahiers Jean Giraudoux, 1979, no 8, p. 84-6.
  • Mireille Dobrzynski, « Le Zaïmph métamorphique: Objet et réification dans Salammbô, de Flaubert », Cincinnati Romance Review, 2004, no 23, p. 47-59.
  • Raymond Dugan, « La Couleur et le faux dynamisme dans Salammbo, de Gustave Flaubert », Essais sur Flaubert : en l’honneur du professeur Don Demorest, Paris, Nizet, 1979, p. 331-44.
  • Claude Foucart, « Reflexion sur une page de Flaubert (Salammbo). », Literatur in Wissenschaft und Unterricht, 1971, no 4, p. 237-50.
  • Bernard Gagnebin, « Salammbô: La Tache aveugle du caléidoscope », Revue d’Esthétique, 1989, no 16, p. 61-5.
  • Suzanne Hélein-Koss, « Discours ironique et ironie romantique dans Salammbô de Gustave Flaubert », Symposium, Spring 1986, no 40 (1), p. 16-40.
  • Suzanne Hélein-Koss, « Le Discours textuel du rire dans Salammbô de Flaubert », Symposium, Fall 1985, no 39 (3), p. 177-194.
  • Aouicha Elosmani Hilliard, « Le Retour au préœdipien : Salammbô et le rejet du patriarcat », Mosaic, Winter 1993, no 26 (1), p. 35-52.
  • Francis Lacoste, « L’Orient de Flaubert », Romantisme, 2003, no 119, p. 73-84.
  • François Laforge, « Salammbô: Les Mythes et la Révolution », Revue d’Histoire Littéraire de la France, 1985, no 85 (1), p. 26-40.
  • Dorothea Lauterbach, « L’Endroit 'impassible' : les images de la ville chez Flaubert », La Mémoire des villes, Saint-Étienne, Université de Saint-Étienne, 2003, p. 31-40.
  • Éric Le Calvez, « Génétique, poétique, autotextualité (Salammbô sous la tente) », Esprit Créateur, Summer 2001, no 41 (2), p. 29-39.
  • Éric Le Calvez, « L’Horreur en expansion : Génétique de la « Grillade des moutards » dans Salammbô », Romanic Review, mars 1999, no 90 (2), p. 167-94.
  • Éric Le Calvez, « Salammbô : Génétique des voiles sous la tente », Il velo dissolto: Visione e occultamento nella cultura francese e francofona, Bologna, CLUEB, 2001, p. 111-34.
  • Catherine Lowe, « Salammbô ou la question de l’autre de la parole », L’Arc, 1974, no 58, p. 83-8.
  • Hans Peter Lund, « Salammbô de Flaubert : Art et mythe », Revue Romane, 1993, no 28 (1), p. 59-74.
  • Bernard Masson, « Salammbô ou la barbarie à visage humain », Revue d’Histoire Littéraire de la France, 1981, no 81 (4-5), p. 585-96.
  • Alain Michel, « Salammbô et la cité antique », Flaubert, la femme, la ville, Paris, PUF, 1983, p. 109-121.
  • Jacques Neefs, « Allegro Barbaro, la violence en prose », MLN, September 2013, v. 128, n°4, p. 744-61.
  • A. W. Raitt, « L’Éternel Présent dans les romans de Flaubert », Flaubert et le comble de l’art : nouvelles recherches sur Bouvard et Pécuchet, Paris, SÉDES, 1981, p. 139-47.
  • Claude Reichler, « Pars pro Toto : Flaubert et le fétichisme », Studi Francesi, Jan-Apr 1985, no 29 (1 [85]), p. 77-83.
  • Jean Rousset, « Positions, distances, perspectives dans Salammbo », Poétique, 1971, no 6, p. 145-54.
  • Corinne Saminadayar-Perrin, « L’Archéologie critique dans Salammbô », La Mémoire des villes, Saint-Étienne, Université de Saint-Étienne, 2003, p. 41-55.
  • Naomi Schor, « Salammbô enchaînée, ou femme et ville dans Salammbô », Flaubert, la femme, la ville, Paris, PU de France, 1983, p. 89-108.
  • Gisèle Séginger, « La Tunisie dans l’imaginaire politique de Flaubert », Nineteenth-Century French Studies, Fall 2003-Winter 2004, no 32 (1-2), p. 41-57.
  • André Stoll, « Sous la tente du barbare: L’Espace de la séduction dans Salammbô de Flaubert », Actes du XIIe congrès de l’Association Internationale de Littérature Comparée: München 1988 Munich, III: Espace et frontières dans la littérature (suite), Munich, Iudicium, 1990, p. 146-52.
  • Heidi Suhner-Schluep, L’imagination du feu ou la dialectique du soleil et de la lune dans Salammbô de Gustave Flaubert, Zurich, Juris-Verlag, 1972.
  • Antoinette Weber-Caflisch, « À propos de Salammbô : Enjeux du « roman archéologique » », Travaux de Littérature, 1997, no 10, p. 253-79.
  • P. M. Wetherill, « Une Version manuscrite du premier chapitre de Salammbô », Les Lettres Romanes, 1978, no 32, p. 291-331.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :