Marthe Robert

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Robert.

Marthe Robert, née le à Paris où elle est morte le (à 82 ans)[1], est une critique littéraire française.

Connue pour sa lecture psychanalytique de la littérature (Roman des origines et origines du roman, 1972) et ses traductions d’auteurs germanophones – notamment Goethe, les frères Grimm, Nietzsche, Freud, Robert Walser et Franz Kafka –, elle est considérée comme une des plus éminentes spécialistes de l’œuvre de Kafka.

Aperçu biographique[modifier | modifier le code]

Ayant décidé d'apprendre l'allemand parce que son père, combattant dans la Première Guerre mondiale, était devenu un militant de la paix, Marthe Robert intègre, après ses études à la Sorbonne, l'université Johann Wolfgang Goethe de Francfort-sur-le-Main où elle achève ses études en germanistique. Là, elle rencontre le peintre Jacques Germain, qui étudie à l'école du Bauhaus et qu'elle épouse.

De retour à Montparnasse, elle devient l'amie d'Arthur Adamov, d'Antonin Artaud et de Roger Gilbert-Lecomte. Elle crée aussi la revue L'Heure nouvelle dans laquelle elle publie ses « premières » traductions de Kafka. Elle contribue, ainsi que son mari, au mouvement qui vise à la libération d'Artaud de l'asile de Rodez. En 1941, elle rencontre le psychanalyste Michel de M'Uzan, qui deviendra son second mari.

Comme traductrice « fidèle » de Kafka, elle a laissé les traductions du Journal, de la Correspondance 1902-1924, des Lettres à Félice, de Préparatifs de noces à la campagne, etc.

Elle est aussi une essayiste et une lectrice avisée.

Prix[modifier | modifier le code]

Marthe Robert a été, selon ses termes, la première non-juive à recevoir le prix de la Fondation du judaïsme français. Elle a aussi reçu, en 1977, le prix des critiques pour le Livre de lecture ; en 1981, le grand prix de la critique pour la Vérité littéraire ; en 1995, le grand prix national des Lettres[2].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Essais[modifier | modifier le code]

  • Introduction à la lecture de Kafka[3], Éditions du Sagittaire, coll. « L'heure nouvelle », 1946
  • Un homme inexprimable. Essai sur l’œuvre de Heinrich von Kleist, 1955
  • Heinrich von Kleist, Paris, L'Arche, « Les Grands dramaturges », 1955
  • Kafka, 1960
  • L’Ancien et le nouveau, 1963
  • La Révolution psychanalytique, 1964, 2 vol.
  • Sur le papier : essais, éditions Grasset, 1967
  • Seul comme Franz Kafka, 1969
  • Roman des origines et origines du roman, 1972
  • D'Œdipe à Moïse : Freud et la conscience juive, 1974
  • Livre de lectures I, 1977
  • Artaud vivant, et al. 1980
  • La Vérité littéraire : livre de lectures II, 1981
  • En haine du roman : étude sur Flaubert, 1982
  • La Tyrannie de l’imprimé : livre de lectures III, 1984
  • Le Puits de Babel : livre de lectures IV, 1987
  • La Traversée littéraire, 1994

Traductions[modifier | modifier le code]

  • Contes de Grimm, Gallimard, 1976
  • Kafka (textes choisis), Gallimard, coll. « Bibliothèque idéale », 1960
  • Ainsi parlait Zarathoustra de Frederich Nietszche coll. « Club français du livre », 1958

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Le Monde : « décédée dans la nuit du 11 au 12 avril 1996 » — mentionné dans la notice d'autorité.
  2. Le Monde, 14-15 avril 1996.
  3. Suivie de L'Épée, Dans notre synagogue, L'Invité des morts, Lampes neuves.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externes[modifier | modifier le code]