Antoine Bourdelle

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bourdelle.
Antoine Bourdelle
Antoine Bourdelle b Meurisse 1925.jpg
Portrait d'Antoine Bourdelle (1925),
Agence de presse Meurisse.
Naissance
Décès
Nom de naissance
Émile Antoine BordellesVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Maître
Lieux de travail
Influencé par
Conjoints
Stéphanie Vanparÿs (d) (de à )
Cléopâtre Bourdelle-Sevastos (d) (depuis )Voir et modifier les données sur Wikidata
Enfants
Pierre Bourdelle (d)
Rhodia Dufet-Bourdelle (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Distinctions
Œuvres principales
Héraklès archer,
Centaure mourant
signature d'Antoine Bourdelle
signature

Antoine Bourdelle, né Émile Antoine Bordelles le à Montauban[1] et mort le [2] au Vésinet, est un sculpteur français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il a été enregistré sous le nom d'Émile Antoine Bordelles à Montauban (Tarn-et-Garonne). L'artiste écrit dans une lettre manuscrite 1909 : « […] mon nom est Émile-Antoine Bordelles. Par modestie, je signe Bourdelle, et mon père signait lui-même Bourdelle, bien que mon nom veuille dire plusieurs petites fermes ou borderies […][3] ». L'artiste lui-même signe « Bordelles dit Bourdelle »[4].

L'enfance (1861-1874)[modifier | modifier le code]

Émile-Antoine Bourdelle naît le à Montauban d'un père menuisier-ébéniste, Antoine Bourdelle (1820-1906), et de son épouse Émilie Reille (1840-1888). Depuis son plus jeune âge, le jeune Émile Antoine préfère le dessin à l'étude. Dès 1874, il travaille avec son père dans l'atelier. Il quitte donc l'école à l'âge de 13 ans pour l'aider à l'ébénisterie[5].

Les années de formation (1874-1893)[modifier | modifier le code]

Bourdelle développe une précocité étonnante dans la réalisation de ses premiers ouvrages sculptés en bois. Son talent est rapidement repéré par un banquier, Hippolyte Lacaze, qui lui octroie une bourse d'études à l'Académie des beaux-arts de Toulouse en 1876.

En 1884, Bourdelle est reçu deuxième au concours d'admission à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris avec son Télémaque reçu à Pilos par Nestor. Il entre alors dans l'atelier d'Alexandre Falguière qui lui enseigne une pratique académique et libre. Malgré son premier envoi au Salon des artistes français avec le Buste d'Armand Saintis, il reste indépendant vis-à-vis du système et de ses récompenses.

Membre de la bande à Schnegg, il était l'ami de Gaston et Lucien Schnegg, François Pompon, Jane Poupelet, Léon-Ernest Drivier, Jules Desbois

En 1885, il exécute plusieurs allégories dont Première victoire d'Hannibal qui reçoit une mention honorable, saluée par la critique au Salon des artistes français. Il décide alors de quitter l'enseignement académique et l'École des beaux-arts ainsi que l'atelier Falguière en 1886.

Il loue un atelier modeste au 16, impasse du Maine à Paris dans lequel il travailla jusqu'à son décès. Cet atelier, après plusieurs extensions, est devenu l'actuel musée Bourdelle.

Pour gagner sa vie, il dessine et vend ses dessins au bureau des vendeurs d'arts parisiens Goupil & Cie. Il travaille aussi chez Théo van Gogh, le frère de Vincent. Sa création prend alors une orientation saturnienne[Quoi ?]. Ces œuvres à caractère symbolique, seront exposées lors des manifestations rosicruciennes de 1892 et 1893.

Cependant, le décès de sa mère en 1888 l'affecte particulièrement. Sa grand-mère et sa tante Rose le rejoignent alors à Paris pour pallier cette absence[5].

Les années Rodin (1893-1907)[modifier | modifier le code]

Bourdelle dans son atelier avec la danseuse américaine Grace Christie en 1925. Au fond, la tête de La France.

En 1893, il entre comme praticien dans l'atelier d'Auguste Rodin et participe au concours pour le Monument aux morts de la guerre de 1870 à Montauban, sa ville natale. La première maquette de ce monument, Monument aux combattants et défenseurs du Tarn-et-Garonne de 1870-1871, est présentée en 1896. Mais pour la première fois, Bourdelle fait face à la critique. Les membres du comité chargé du projet l'accueillent très défavorablement. La composition choque car elle rompt avec un académisme figé. Finalement, il obtient cette commande en 1897 grâce à l'intervention de Rodin. Cette même année, il expose aussi pour la première fois à l'étranger, notamment à Nashville dans le Tennessee aux États-Unis.

L'année 1900 est un tournant décisif dans l'œuvre et la carrière de Bourdelle. Elle est marquée par sa participation à l'Exposition universelle. Il exécute également une première version de la Tête d'Apollon, se détachant ainsi de l'esthétique de Rodin et de son inflexion vers la modernité. Avec des surfaces saillantes, des plans nets et une frontalité sévère, il s'inscrit alors directement dans l'héritage de la Grèce archaïque. Il fonde avec Rodin et Jules Desbois une école libre d'enseignement de la sculpture, mais elle ne vivra que très peu de temps.

En 1903, l'arrivée de Cléopâtre Sévastos à Paris, et plus précisément dans son atelier pour y apprendre la sculpture, va bouleverser sa vie sentimentale et artistique.

Il épouse, le , Stéphanie Van Parys (1877-1945), avec le grand critique d'art Élie Faure pour témoin. Leur union donne naissance à Pierre Bourdelle (1903-1966), qui deviendra sculpteur et décorateur[6] et fera carrière aux États-Unis.

La première version de Pénélope, épouse d'Ulysse dans la mythologie grecque, est réalisée en 1905. Plusieurs versions suivront par la suite jusqu'en 1912. Pénélope emprunte les traits de Stéphanie Van Parys pour le visage et la silhouette de Cléopâtre. L'œuvre, volontairement ambiguë, témoigne des conflits entre les deux époux. Cléopâtre devient la même année le modèle explicite de L'Offrande.

Antoine Bourdelle père disparaît en 1906. Émile-Antoine adopte alors son prénom et en fait le portrait sur son lit de mort. À la suite de cet événement dramatique, Cléopâtre supplante définitivement Stéphanie dans le travail et le cœur de l'artiste.

Auprès de Rodin, il rencontre Camille Claudel et en 1926, il écrit ces vers en souvenir de son visage : « 

Cette chair de cristal moite de vivre encore
se dés-ombrage aux yeux attesté du soleil […]
Et le marbre émouvant des paupières mi-closes
s’accomplit de rosée au long éclair obscur
Dans le grand regard tiède où s’animent les roses[7]. »

L'affirmation de son style à la consécration (1907-1924)[modifier | modifier le code]

De 1907-1909, sollicité à l'étranger, Bourdelle voyage à Genève, Berlin, Varsovie, Prague, et reçoit la commande du Monument à Mickiewicz, sur lequel il va travailler jusqu'à sa mort. Il exécute le buste d'Ingres, Beethoven dans le vent, Beethoven aux deux mains et le Bélier couché. Mais cela lui permet, surtout en 1909, de terminer ses études autour de la Tête d'Apollon et de réaliser son œuvre principale : Héraklès archer. L'œuvre est auréolée l'année suivante d'un succès public et critique qui vaut à l'artiste la nomination de chevalier de la Légion d'honneur.

En 1910, année de son divorce avec Stéphanie Van Parys, il participe au projet de construction du théâtre des Champs-Élysées (aujourd'hui, au numéro 15 de l'avenue Montaigne), lancé quelques années plus tôt par Gabriel Astruc. Pendant deux ans, il s'occupera de la décoration intérieure et extérieure de ce temple dédié aux arts. Il y mêlera sculptures, bas-reliefs et, pour la première fois dans toute l'Histoire, des fresques directement appliquées sur du béton armé. Pour l'occasion, il se réinvente un peu architecte, achevant les plans abandonnés par Henry Van de Velde. L'inauguration du théâtre, en , représente aux yeux de l'artiste le mariage heureux et durable de l'architecture et de la sculpture.

L'année 1917 est marquée par le décès de son maître et ami Auguste Rodin à Meudon.

Il épouse Cléopâtre Sévastos (1882-1972), le à Saint-Cloud. Ils ont une fille, Rhodia (1911-2002), épouse de Michel Dufet[8].

Il mène une activité d'enseignement dans l'atelier qu'il dirige à l'Académie de la Grande Chaumière, où il a notamment, parmi ses élèves, Germaine Richier, Alberto Giacometti et la sculptrice roumaine Margaret Cossaceanu, qu'il engage ensuite comme collaboratrice dans son atelier de l'impasse du Maine, lui faisant exécuter des agrandissements de certaines de ses œuvres, comme sa Sapho.

Promu officier de la Légion d'honneur en 1919, il réalise au lendemain de la Première Guerre mondiale, la Vierge et l'Offrande pour un industriel alsacien. L'œuvre a pour modèle son épouse Cléopâtre tenant Rhodia, leur fille, dans ses bras.

Il est le créateur, avec Albert Besnard, et le vice-président du Salon des Tuileries qui ouvre en 1923. Il y expose son Monument à Carlos María de Alvear, érigé à Buenos Aires à la mémoire de l'homme d'État argentin. En 1924, est élevé au grade de commandeur la Légion d'honneur[9],[10].

Les dernières années (1924-1929)[modifier | modifier le code]

Bourdelle sur son lit de mort.

En 1924, Antoine Bourdelle souffre de violents rhumatismes qui ralentissent ses projets. Cependant, en 1925, il expose dans le monde entier, des États-Unis au Japon. Il figure à l'Exposition internationale des Arts décoratifs et industriels modernes de 1925.

Le , le Monument à Carlos María de Alvear est inauguré en Argentine à Buenos Aires. En 1928, Bourdelle est célébré comme l'un des plus grands sculpteurs de sa génération. En témoigne l'envergure de l'exposition de son œuvre au Palais des beaux-arts de Bruxelles.

En 1929, la Ville de Paris consacre l'artiste en inaugurant place de l'Alma son Monument à Mickiewicz. Bourdelle, malade, va se reposer dans la maison de son ami, le fondeur Eugène Rudier, au 18, route des Bouleaux, au Vésinet[11], près de Paris. Pendant plusieurs semaines, Antoine Bourdelle est si faible que l'on ne peut lui montrer les lettres adressées par son ami André Suarès. Il se rétablit en juillet, peut travailler et recevoir André Suarès qui vint le visiter plusieurs fois au cours de l'été. Mais, à la fin septembre, il rechute et meurt le .

Antoine Bourdelle est enterré à Paris au cimetière du Montparnasse.

En 1930, André Suarès avait écrit à sa veuve : « Notre Bourdelle doit avoir son Musée : et il ne l'aura que par vous[12] ». Fidèle au vœu de son mari et grâce à une importante donation, Cléopâtre Bourdelle fonde un musée monographique organisé autour des ateliers préservés d'Antoine Bourdelle. Le musée est ouvert au public en 1949.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Sculpture[modifier | modifier le code]

  • 1909 : Héraklès archer, il devait être initialement réalisé en un seul exemplaire selon Gabriel Thomas, qui avait commandé l'œuvre. Mais dès 1916, d'autres exemplaires furent vendus, tant le succès fut important. Le modèle de la sculpture est le commandant Doyen-Parigot, qu'il avait rencontré aux Samedis Auguste Rodin. Ce militaire, sportif accompli, inspira Bourdelle qui se tourna vers la légende d'Héraclès. Parmi les douze travaux, Bourdelle choisit l'extermination des oiseaux du lac Stymphale. Toutefois, Bourdelle modifia la tête de son modèle, celui-ci ayant demandé qu'il ne soit pas identifiable. La sculpture fit sensation au Salon de 1910[17]. Un exemplaire, fonte datée de 1915, est conservé à Rome à la galerie nationale d'Art moderne et contemporain. Un autre est visible au musée des Beaux-Arts de Lyon, bronze acquis de l'artiste en 1927.
  • Monument au général Alvear, à Buenos Aires en Argentine.
L'Épopée polonaise, Paris, musée Bourdelle.

L'œuvre graphique[modifier | modifier le code]

Isadora Duncan, illustration pour Écrits sur la danse (1927).

Le dessin a été pour Bourdelle une passion impérative. Il a commencé à dessiner très jeune et n'a jamais cessé. Chaque jour à l'aube, il dessinait ses visions d'artiste. À l'Académie de la Grande Chaumière, à un élève à qui il demande s'il dessine et qui lui répond : « Oui, un peu », Bourdelle s'enflamme : « Un peu ! mais ce n'est pas un peu qu'il faut dessiner, c'est constamment. Le dessin c'est de la discipline et c'est là que résidait la grande force d'Ingres. La base de la beauté, le savoir c'est le dessin. La sculpture finalement ce n'est pas autre chose que du dessin dans tous les sens[21]. » Il a illustré en 1927 un ouvrage d'Isadora Duncan[22]. Le musée Bourdelle de Paris conserve près de 6 000 de ses dessins. Parmi ceux-ci, les études à l'encre pour la façade du théâtre des Champs-Élysées, des dessins d'Isadora Duncan, la danseuse américaine, la cathédrale Notre-Dame de Reims en flammes…

Le peintre[modifier | modifier le code]

Fillette à la rose, Paris, musée Bourdelle.

On ignore souvent que Bourdelle a également été un peintre. Il a exécuté plus de200 toiles et pastels, essentiellement des portraits, à l'huile et au pastel[23]. Si ces œuvres sont demeurées peu connues, c'est en raison du prestige mondial que devait lui apporter sa sculpture qui maintiendra dans l'ombre son activité de peintre à part entière.

Dans un premier temps, il signa ses œuvres « Émile Bourdelle », puis il signera « Émile Antoine Bourdelle », ou simplement « Bourdelle ».

Il exposera à de nombreuses reprises son œuvre peint. En 1891, il envoie quelques pastels au Salon de la Société nationale des beaux-arts, et ce jusqu'en 1898. En 1905, il présente sept pastels au Salon d'automne. La même année, il tient sa première exposition personnelle galerie Hébrard, rue Royale, à Paris, où il présente quelques peintures parmi ses sculptures.

Il participa de 1911 à 1913 à la décoration du foyer du théâtre des Champs-Élysées où la majorité des fresques sont de lui (et de certains de ses élèves)[13].

Les praticiens[modifier | modifier le code]

En 1926, Bourdelle est entouré de deux praticiens, les sculpteurs suisses Arnold Geissbuhler (1897-1977) et Otto Bänninger (1897-1973), anciens élèves de l'Académie de la Grande Chaumière et de l'Académie Julian.

Les fondeurs[modifier | modifier le code]

Antoine Bourdelle travailla avec de nombreux fondeurs, en privilégiant son ami Eugène Rudier, la fonderie Susse, ainsi que la fonderie Valsuani.

Il demande à Louis Duhec[24], mouleur, sculpteur et meilleur ouvrier de France, titulaire des Palmes académiques, de reproduire certaines de ses œuvres, comme La Jeanne d'Arc à l'étendard, à Barentin.

Enseignement[modifier | modifier le code]

L'Institut Rodin[modifier | modifier le code]

L'Institut Rodin est fondé en à Montparnasse. Les cours devaient être assurés par Auguste Rodin lui-même, mais aussi par Antoine Bourdelle et Jules Desbois. Malgré son succès, l'entreprise échoue faute d'une bonne gestion et des absences de Rodin. Cette expérience permet à Bourdelle de découvrir sa vocation d'enseignant[25].

L'Académie de la Grande Chaumière (1909-1929)[modifier | modifier le code]

À partir de 1909, Antoine Bourdelle enseigne à l'Académie de la Grande Chaumière[26] à Montparnasse, une école d'art située au 14, rue de la Grande-Chaumière à Paris, fondée en 1902 par la Suissesse Martha Stettler (1870-1946). Cette école a surtout été fameuse au début du XXe siècle.

Bourdelle y accueille de nombreux élèves qui seront, pour certains, tels Alberto Giacometti[27], Henri Matisse, Aristide Maillol, René Iché et Germaine Richier, des artistes majeurs de leur génération, ainsi que Jean Toth, le « virtuose du mouvement ». Son influence dans le domaine de la sculpture en fut renforcée et Bourdelle sera bientôt considéré comme l'incarnation d'une césure esthétique, alternative fondamentale à la politique de tabula rasa des avant-gardes. Célébré de par le monde, il est plébiscité par ses contemporains, tels Anatole France, André Suarès et André Gide, ainsi que par les plus prestigieuses institutions muséales internationales, de Rome à Stockholm en passant par Bucarest ou Bruxelles.

Les séances d'enseignement se divisent en deux temps distincts : les corrections des travaux, puis la lecture et l'étude de leçons préparées. Antoine Bourdelle enseigne à la Grande Chaumière hebdomadairement, accompagné d'un assistant qui retranscrit l'enseignement du maître. Selon Bourdelle, l'apprentissage artistique exige le contact avec des œuvres, ainsi Bourdelle organise en une visite de la cathédrale de Reims. Ce séjour nourrit par la suite plusieurs leçons de Bourdelle. Le musée du Louvre, le Salon des Tuileries ou le musée de sculpture comparée font partie des visites récurrentes de Bourdelle et de ses élèves. Ces visites collectives différencient l'enseignement de Bourdelle par rapport à ses confrères[28].

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Gustave Flaubert, "Trois contes" avec "La légende de Saint Julien L'hospitallier", illustrations d'Antoine Bourdelle, Paris, Édition du Centenaire, Librairie de France, 1929.
  • La Sculpture de Rodin, avec vingt-deux compositions d'Antoine Bourdelle, dont dix-neuf inédites, et précédé de Quatre pages de journal, par Claude Aveline, Paris, Émile-Paul, 1937, 238 p. Réédition : La Sculpture et Rodin, précédé de Quatre pages de journal et un avant-propos de Claude Aveline, Paris, Arted, 1978, 208 p. (ISBN 2-85067-051-0).
  • L'Atelier perpétuel : Proses & Poésies, Paris, Éditions des Cendres/Paris-Musées, , 28 ill. en couleur + 280 p. (ISBN 978-2-759-60073-1)
    Édition établie par Marc Kopylov et Colin Lemoine.
  • Cours et leçons à l'Académie de la Grande Chaumière, t. 1 : Cours, Paris, Éditions des Cendres/Paris-Musées, , 336 p. (ISBN 978-2-759-60034-2)
    Édition établie par Laure Dalon.
  • Cours et leçons à l'Académie de la Grande Chaumière, t. 2 : Leçons, Paris, Éditions des Cendres/Paris-Musées, , 408 p. (ISBN 978-2-759-60035-9)
    Édition établie par Laure Dalon.
  • Écrits sur l'art et sur la vie, Paris, ARTED, Éditions d'Art, 1981, 125 p. (ISBN 2-85067-041-3).

Hommages[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives départementales de Tarn-et-Garonne, acte de naissance 462 du .
  2. « | Musée Bourdelle », sur www.bourdelle.paris.fr (consulté le 8 mai 2016).
  3. Dossier de l'ordre de la Légion d'honneur d’Émile Antoine Bordelles, lettre manuscrite, Base Leonore
  4. Dossier de l'ordre de la Légion d'honneur d’Émile Antoine Bordelles, base Leonore.
  5. a et b Cléopâtre Bourdelle-Sevastos, Marc Kopylov et Colin Lemoine, Ma vie avec Bourdelle, Paris-musées, (ISBN 2879009383 et 9782879009384, OCLC 64303543, lire en ligne).
  6. Pierre Bourdelle, sur ladepeche.fr.
  7. « Émile-Antoine Bourdelle » sur Musées Midi-Pyrénées.
  8. docantic.com.
  9. Les insignes de commandeur lui sont remis par Albert Besnard.
  10. « Dossier de l'ordre de la Légion d'honneur d’Émile Antoine Bordelles », base Léonore, ministère français de la Culture.
  11. histoire-vesinet.org.
  12. « Lettre d'André Suarès à Cléopâtre, Collioure, 21 janvier 1930 », cité in André Suarès, Antoine Bourdelle, De l'amitié. Lettres, documents et dessins inédits, Paris, Arted, 1977, p.97.
  13. a et b Basdevant 1982.
  14. André Arcellaschi et Albert Hari, Petit guide de Notre-Dame du Raincy, Éditions du Signe, 2003 (ISBN 2-7468-0717-3).
  15. muma-lehavre.fr.
  16. Jianou et Dufet 1965, p. 36.
  17. « Bellenot-sous-Pouilly : Paul Doyen-Parigot héros du canton », sur bienpublic.com, Le Bien public, (consulté en 54 décembre 2015).
  18. economie.gouv.fr.
  19. http://www.stedelijk.nl/kunstwerk/8682-penelope
  20. Base Arcade, cote F/21/4776.
  21. Dossier de l'art, no 10, janvier 1993, p. 52.
  22. Isadora Duncan, Écrits sur la danse, Paris, Éditions du Grenier, 1927.
  23. Voir dans la bibliographie l'ouvrage de Jean Selz, conçu par sa fille Rhodia Dufet-Bourdelle, consacré à sa peinture.
  24. Louis Duhec, Gentilly, 19 mars 1888-Bagneux, 26 avril 1957.
  25. Livret de présentation de l'exposition Antoine Bourdelle, « le meneur de rêves », du 15 janvier au 20 avril 2008 au musée Bourdelle.
  26. « grande-chaumiere.fr »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) (consulté le 5 août 2017)
  27. Plus tard, Giacometti dira ne pas accorder une grande influence de Bourdelle dans sa formation.
  28. Cours et leçons à l'Académie de la Grande Chaumière, édition établie et présentée par Laure Dalon, Édition des Cendres, 2007, 315 p. (ISBN 978-2759600342).
  29. theses.enc.sorbonne.fr.
  30. Nathalie Mougin et Édith Matis, « Paul Guéry, sculpteur des botanistes », Caux, bulletin municipal, Caux, no 101,‎ , p. 14 (présentation en ligne, lire en ligne [PDF], consulté le 14 décembre 2018) (consulté le 14 décembre 2018)
  31. http://www.texasescapes.com/TexasArtists/Raoul-Josset.htm Raoul Josset aux États-Unis.
  32. http://www.ville-bergerac.com/eva/spip.php?rubrique119 Musée Costi à Bergerac.
  33. paris.fr.
  34. MB PL.4566

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Denise Basdevant, Bourdelle et le Théâtre des Champs-Élysées, Hachette, , 119 p. (ISBN 978-2851082992).
  • Stéphanie Cantarutti, Stéphane Ferrand, Antoine Bourdelle… que du dessin, Paris, Édition des Cendres, Paris-Musées, 2001, 315 p. (ISBN 978-2-7596-0178-3).
  • Stéphanie Cantarutti, Bourdelle, Alternatives, coll. « Art en scène », 2013, 174 p. (ISBN 978-286227-731-8).
  • Pierre Descargues, Antoine Bourdelle. La matière et l'esprit dans l'art, Les Presses Littéraires de France, 1952 (ASIN B0018HM0ES).
  • Pierre Descargues, Bourdelle, Les Amis de Bourdelle, musée Bourdelle, 1954 (ASIN B00SKB8SLO).
  • Stéphane Ferrand, Jérôme Godeau, Stéphanie Cantarutti, Colin Lemoine, Le broyeur de sombre : dessins de jeunesse de Bourdelle : Musée Bourdelle du au , Paris Musées, Paris, 2013, 96 p (ISBN 9782759602100), (OCLC 844785320)
  • Véronique Gautherin, « L'élève de Rodin. Le maître de Giacometti », Dossier de l'Art, no 10, janvier-, p. 56-61.
  • Véronique Gautherin, L'Œil et la main. Bourdelle et la photographie, Sand, coll. « Eric Koehler », 2000, 256 p. (ISBN 978-2710706601).
  • Ionel Jianou et Michel Dufet, Bourdelle, Arted, , 216 p..
  • Marina Lambraki-Plaka, Bourdelle et la Grèce. Les sources antiques de l'œuvre de Bourdelle, 1985, 24 p. (ASIN B000GOTPFG).
  • Colin Lemoine, Antoine Bourdelle. L'œuvre à demeure, Paris, Paris-Musées, coll. « Petites capitales », 2009, 71 p. (ISBN 978-2759600984).
  • Colin Lemoine, Bourdelle, Paris, Éditions Cercle d'art, coll. « Découvrons l'art », 2004, 64 p (ISBN 978-2702207499).
  • Antoine Bourdelle, passeur de la modernité, catalogue de l'exposition de Bucarest (commissariat : Roxana Theodorescu, Juliette Laffon et Colin Lemoine, catalogue Colin Lemoine), Bucarest, Musée national d'art de Roumanie, 2006.
  • Colin Lemoine, « Le Fruit : une œuvre majuscule d’Antoine Bourdelle », Ligeia, janvier-, nos 57-58-59-60, p. 60-78.
  • Colin Lemoine, « … sans ce modelé à la Rodin, à la XVIIIe siècle qui beurre le tout : Bourdelle et la question d'un primitivisme occidental », Bulletin du musée Ingres, , no 78, p. 49-66.
  • Giovanni Lista, « Antoine Bourdelle ou la modernité à rebours », in Antoine Bourdelle, Kitakyushu Municipal Museum of Art, -, Kitakyushu, musée Bourdelle, Paris.
  • Giovanni Lista, « Antoine Bourdelle », in Célébrations nationales, ministère de la Culture et de la Communication–Archives de France, Paris, 2010.
  • René-Jean, Emile Antoine Bourdelle, Coïmbra, Coïmbra Editora, 1930.
  • Emmanuel Schwartz, Les Sculptures de l'École des Beaux-Arts de Paris. Histoire, doctrines, catalogue, École nationale supérieure des Beaux-Arts, coll. « Catalogues et guides », Paris, 2003, 232 p. (ISBN 978-2840561354).
  • Jean Selz, Bourdelle peintre 1861-1929, éditions 666, Paris, ouvrage conçu par madame Rhodia Dufet-Bourdelle.
  • Cléopâtre Sevastos (sa seconde épouse), Ma vie avec Bourdelle, Paris-Musées et Éditions des Cendres, 2005 (édition annotée par Colin Lemoine).
  • Rhodia Bourdelle, Des artistes à la Coupole. Montparnasse, 1918-1940. musée Bourdelle, 1er juin-30 septembre 1990, Paris, Paris Musées, , 64 p. (ISBN 2-901-78415-1).
  • Chloë Théault, Amao Damarice, Musée Ingres et Musée Bourdelle, De bruit et de fureur : Bourdelle, sculpteur et photographe (ISBN 9782847423419, OCLC 957655674). (ISBN 9782847423419), (OCLC 957655674).
  • Bourdelle et l'antique : une passion moderne, exposition présentée au Musée Bourdelle, du au / sous la direction de Claire Barbillon, Jérôme Godeau et Amélie Simier. Avec les contributions de Catherine Chevillot, Branka Fotić, Bénédicte Garnier, Violaine Jeammet, Colin Lemoine, Nicholas Penny. Paris : Paris Musées, 2017, 224 p. (ISBN 9782759603671).
  • Du relief au texte. Catalogue raisonné des livres illustrés par Antoine Bourdelle, sous la direction de Juliette Laffon, avec les contributions de Annie Barbera, Ségolène Le Men, Colin Lemoine. Paris, Paris Musées, 2009, non paginé. (ISBN 978-2-7596-0070-0).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Il existe une catégorie consacrée à ce sujet : Antoine Bourdelle.