Julian Barnes

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Barnes.
Julian Barnes
Alias
Dan Kavanagh
Naissance (72 ans)
Leicester, Drapeau de l'Angleterre Angleterre
Activité principale
Distinctions
Auteur
Langue d’écriture Anglais britannique
Genres

Œuvres principales

Julian Barnes, né le à Leicester, est un romancier, nouvelliste, essayiste et journaliste britannique publiant également des romans policiers sous le pseudonyme de Dan Kavanagh.

Biographie[modifier | modifier le code]

Après des études de langues et de littérature au Magdalen College de l'université d'Oxford, il travaille comme linguiste pour l'Oxford English Dictionary. Il entreprend une carrière de journaliste pour le Times Literary Supplement et, à partir de 1977, pour la New Review. Il est aussi un collaborateur occasionnel du magazine The New Yorker. Parallèlement, en 1981, il publie un premier roman, Metroland (Prix Somerset-Maugham 1981) et, la même année, un premier roman policier, Duffy, sous le pseudonyme de Dan Kavanagh[1]. Il publiera quatre romans policiers au total, toujours sous le même pseudonyme.

Il se consacre ensuite entièrement à l'écriture et publie des romans traduits en plus de vingt langues, dont Le Perroquet de Flaubert (Flaubert's Parrot, 1984) qui remporte en France le prix Médicis essai 1986 ; Love, etc. (Talking It Over, 1991), lauréat du prix Femina étranger 1992 et adapté au cinéma par la réalisatrice Marion Vernoux sous le titre Love, etc., avec Charles Berling, Yvan Attal et Charlotte Gainsbourg ; England, England (1998), une satire qui raconte comment Jack Pitman, un milliardaire excentrique entend créer sur l'île de Wight un parc d'attractions proposant un florilège de répliques des fleurons de la civilisation anglaise ; Dix ans après (Love, etc, 2000), sorte de suite de Talking It Over où Julian Barnes reprend ses personnages avec quelques rides et cheveux blancs en plus ; Arthur et George (Arthur & George, 2005), un imposant roman policier historiqueArthur Conan Doyle, le père de Sherlock Holmes, enquête pour le compte de George Edalji, un pasteur de descendance indienne, victime du système judiciaire raciste de l'Empire britannique ; Une fille, qui danse (The Sense of an Ending, 2011), lauréat du prix Booker ; enfin, Le Fracas du temps (The Noise of Time, 2016), roman historique qui évoque la liberté de l'artiste face au pouvoir par le truchement des difficultés rencontrées par le compositeur russe Dmitri Chostakovitch sous la dictature de Joseph Staline.

Il publie en outre des recueils de nouvelles, notamment Une histoire du monde en 10 chapitres 1/2 (A History of the World in 10½ Chapters, 1989) ; Outre-Manche (Cross Channel, 1998) et La Table citron (The Lemon Table, 2004), ainsi que des essais, dont Un homme dans sa cuisine (The Pedant in the Kitchen, 2003), et des chroniques Quelque chose à déclarer (Something to Declare, 2002).

Julian Barnes, traducteur de La Doulou d’Alphonse Daudet, est aussi l'exécuteur testamentaire de Dodie Smith, romancière, dramaturge et scénariste britannique connue pour son œuvre Les 101 Dalmatiens.

Parenté[modifier | modifier le code]

Il est le frère cadet du philosophe Jonathan Barnes.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Romans[modifier | modifier le code]

  • Metroland, Denoël, 1995 ((en) Metroland, 1980), trad. Jean-Pierre Aoustin
  • Avant moi, Denoël, 1991 ((en) Before She Met Me, 1982), trad. Michel Courtois-Fourcy
  • Le Perroquet de Flaubert, Stock, 1986 ((en) Flaubert's Parrot, 1984), trad. Jean Guiloineau
  • Le Soleil en face, Stock, 1987 ((en) Staring at the Sun, 1986), trad. Raymond Las Vergnas
  • Love, etc., Denoël, 1992 ((en) Talking It Over, 1991), trad. Raymond Las Vergnas
  • Le Porc-épic, Denoël, 1993 ((en) The Porcupine, 1992), trad. Raymond Las Vergnas
  • England, England, Mercure de France, 2000 ((en) England, England, 1998), trad. Jean-Pierre Aoustin
  • Dix ans après, Mercure de France, 2002 ((en) Love, etc, 2000), trad. Jean-Pierre Aoustin
  • Arthur et George, Mercure de France, 2007 ((en) Arthur & George, 2005), trad. Jean-Pierre Aoustin
  • Une fille, qui danse, Mercure de France, 2013 ((en) The Sense of an Ending, 2011), trad. Jean-Pierre Aoustin
  • Le Fracas du temps, Mercure de France, 2016 ((en) The Noise of Time, 2016), trad. Jean-Pierre Aoustin
  • La Seule Histoire, Mercure de France, 2018 ((en) The Only Story, 2018), trad. Jean-Pierre Aoustin

Romans policiers signés du pseudonyme de Dan Kavanagh[modifier | modifier le code]

  • La nuit est sale, Gallimard, coll. « Série noire », 1981 ((en) Duffy, 1980), trad. France-Marie Watkins
    Réédité sous le titre Duffy, aux éditions Actes Sud, coll. « Polar Sud », en 1992, traduit par Philippe Loubat-Delranc
  • Le Port de la magouille, Gallimard, coll. « Série noire », 1982 ((en) Fiddle City, 1981), trad. Rosine Fitzgerald
    Réédité sous le titre Vol à tous les étages, aux éditions Actes Sud, coll. « Polar Sud », en 1993, traduit par Philippe Loubat-Delranc
  • Arrêt de jeu, Actes Sud, coll. « Polar Sud », 1985 ((en) Putting the Boot In, 1985), trad. Richard Matas
  • Tout fout le camp, Actes Sud, coll. « Polar Sud », 1991 ((en) Going to the Dogs, 1987), trad. Christine Le Bœuf

Recueils de nouvelles et de récits[modifier | modifier le code]

  • Une histoire du monde en 10 chapitres 1/2, Stock, 1990 ((en) A History of the World in 10½ Chapters, 1989), trad. Michel Courtois-Fourcy
    Réédité aux éditions Mercure de France en 2011
  • Outre-Manche, Denoël, 1998 ((en) Cross Channel, 1996), trad. Jean-Pierre Aoustin
  • La Table citron, Mercure de France, 2006 ((en) The Lemon Table, 2004), trad. Jean-Pierre Aoustin
  • Pulsations, Mercure de France, 2011 ((en) Pulse, 2011), trad. Jean-Pierre Aoustin

Essais et chroniques[modifier | modifier le code]

  • Lettres de Londres, Denoël, 1996 ((en) Letters from London, 1995), trad. Josette Chicheportiche et Maryse Leynaud
    Anthologie d'articles parus dans The New Yorker
  • Quelque chose à déclarer, Mercure de France, 2004 ((en) Something to Declare, 2002), trad. Jean-Pierre Aoustin
  • Un homme dans sa cuisine, Mercure de France, 2005 ((en) The Pedant in the Kitchen, 2003), trad. Josette Chicheportiche
  • Par la fenêtre, Mercure de France, 2015 ((en) Through the Window, 2012), trad. Jean-Pierre Aoustin
    Composé de dix-huit essais et d'une nouvelle (dans l'édition française, l'essai A Life With Books (paru dans une édition à part en 2012) a été ajouté au recueil original)
  • Ouvrez l'œil !, Mercure de France, 2017 ((en) Keeping an Eye Open: Essays on Art, 2015), trad. Jean-Pierre Aoustin et Jean Pavans

Mémoires[modifier | modifier le code]

  • Rien à craindre, Mercure de France, 2009 ((en) Nothing to Be Frightened Of, 2009), trad. Jean-Pierre Aoustin
  • Quand tout est déjà arrivé, Mercure de France, 2014 ((en) Levels of Life, 2013), trad. Jean-Pierre Aoustin

Notes et références[modifier | modifier le code]

Prix et distinctions[modifier | modifier le code]

Il est le seul écrivain étranger à avoir été couronné successivement par le Médicis et le Femina.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Vanessa Guignery, Julian Barnes, l'art du mélange, Bordeaux, Presses universitaires de Bordeaux, 2001
  • (en) Vanessa Guignery, Flaubert's Parrot de Julian Barnes, Paris, Armand Colin, 2001.
  • Flaubert's Parrot de Julian Barnes : un symbole du logos ? , actes du colloque organisé à l'université de Rouen, les 9 et 10 novembre 2001 par le CELCLA, textes réunis par Antoine Capet, Philippe Romanski, Nicole Terrien, Aîssatou Sy-Wonyu, Publications de l'Université de Rouen, 2001.
  • (en) Vanessa Guignery, The Fiction of Julian Barnes, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2006.
  • (en) Vanessa Guignery (éd.), Worlds within Words: Twenty-first Century Visions on the Work of Julian Barnes, Special issue : American, British and Canadian Studies 13 (Dec. 2009), Sibiu, Lucian Blaga University Press, 2009.

Liens externes[modifier | modifier le code]

  1. Grégoire Leménager, « Le Booker Prize pour Julian Barnes », sur http://bibliobs.nouvelobs.com, (consulté le 19 octobre 2011)