Bouvard et Pécuchet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouvard.
Bouvard et Pécuchet
Image illustrative de l'article Bouvard et Pécuchet
Gustave Flaubert

Auteur Gustave Flaubert
Pays Drapeau de la France France
Genre Roman
Éditeur Alphonse Lemerre
Lieu de parution Paris
Date de parution 1881
Bouvard et Pécuchet, 1899

Bouvard et Pécuchet est un roman inachevé de Gustave Flaubert publié en 1881 à titre posthume.

Résumé[modifier | modifier le code]

Par un chaud dimanche d'été, près du canal Saint-Martin, sur le boulevard Bourdon, à Paris, deux promeneurs, Bouvard et Pécuchet, se rencontrent par hasard sur un banc public et font connaissance. Ils s'aperçoivent qu'ils ont eu tous deux l'idée d'écrire leur nom dans leur chapeau : « Alors ils se considérèrent. ». Tombés sous le charme l'un de l'autre, Bouvard et Pécuchet découvrent que non seulement ils exercent le même métier de copiste, mais qu'en plus ils ont les mêmes centres d'intérêts. S'ils le pouvaient, ils aimeraient vivre à la campagne.

Un héritage opportun de Bouvard va leur permettre de changer de vie. Ils reprennent une ferme à Chavignolles, dans le Calvados, non loin de Caen et se lancent, sans autre préparation que la lecture d'ouvrages de vulgarisation et des conseils pratiques glanés au hasard, dans l'agriculture (agronomie, arboriculture, jardinage, conserverie, distillerie). Leur enthousiasme de néophytes et leur incapacité à comprendre va n'engendrer que des désastres. De la même manière, ils vont s'intéresser, successivement, aux sciences (chimie, anatomie, physiologie, médecine, nutrition, astronomie, zoologie, géologie), à l'archéologie (architecture, muséologie, religion celtique, antiquités, histoire, biographie), à la littérature (roman historique, théâtre, critique littéraire, grammaire, esthétique), à la politique, à l'amour, à la philosophie (gymnastique, spiritisme, magnétisme, logique), à la religion, à l'éducation (phrénologie, dessin, histoire naturelle, morale, musique, urbanisme) avec les mêmes résultats.

Ils sont aussi emportés dans les débats, souvent houleux, de la politique — l'action se déroule après la révolution de 1848 —, de la religion, du positivisme. Comme dans les autres domaines, leurs opinions sont aussi peu assurées et peu enracinées que possible. Ils ne connaissent rien que par quelques poncifs tirés de leur lecture.

Le roman s'interrompt brusquement au chapitre dix sur l'échec éducatif de Bouvard et Pécuchet, les deux « orphelins » dont ils ont volontairement assumé la charge et entrepris l'éducation se montrant totalement rétifs à leur pédagogie (pourtant inspirée des meilleurs auteurs).

La fin ?[modifier | modifier le code]

Le manuscrit de Flaubert contient un plan de la fin du roman, où l'on voit que lassés par tant d'échecs, abandonnés par les orphelins, il leur vient une dernière idée : « copier comme autrefois », et ils font venir de Paris de quoi fabriquer un bureau. Raymond Queneau suggère que parmi les ouvrages qu'ils copieraient alors pourrait bien figurer le Dictionnaire des idées reçues[1].

Origine et accueil du roman[modifier | modifier le code]

Le projet de ce roman remonte à 1872, puisque l'auteur en fait part à George Sand dans un courrier où il affirme son intention comique. Dès cette époque, il songe à écrire une vaste raillerie sur la vanité de ses contemporains. Entre l'idée et la rédaction interrompue par sa mort, il aura eu le temps de collecter une impressionnante documentation : on avance le chiffre de mille cinq cents livres. Lors de l'écriture, Flaubert avait songé au sous-titre Encyclopédie de la bêtise humaine et la présence du Dictionnaire des idées reçues à la fin du roman est l'une des raisons de sa célébrité. Le comique vient de la frénésie des deux compères, à tout savoir, tout expérimenter, et surtout de leur incapacité à comprendre correctement. Le roman dans sa forme définitive ne constitue que la première partie du plan. Sur le moment, l'accueil fut réservé.

Adaptations[modifier | modifier le code]

  • L'adaptation télévisée de l’œuvre en 1989, avec Jean-Pierre Marielle et Jean Carmet dans les rôles titre.
  • Une adaptation théâtrale a été écrite et mise en scène par Jean-Louis Sarthou, sous le titre Boubou et Pécuche en Basse-Normandie. Elle a été créée en 1980 au Théâtre Marie-Stuart (Paris), puis a tourné en France (En Île-de-France puis à Rennes, au Théâtre de la Parcheminerie) et à l'étranger (Dakar et Abidjan). Elle a été reprise au Théâtre à Orly en 1985 sous le titre Bouvard et Pécuchet en Goguette, dans une scénographie d'Yves Charnay. Elle a chaque fois été interprétée par Dany Tayarda, Daniel Dubois et Olivier Proust.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Raymond Queneau, Bâtons, chiffres et lettres, Folio essais, pp ?? (lire en ligne)

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Éditions[modifier | modifier le code]

  • Bouvard et Pécuchet — œuvre posthume, Paris, Alphonse Lemerre, 1881 — sur Gallica.
  • Bouvard et Pécuchet — œuvre posthume, Paris, Bibliothèque Charpentier, 1891.
  • Bouvard et Pécuchet, 2 tomes illustrés par Charles Huard, Paris, L'Édition d'art Henri Piazza, 1904.
  • Œuvre complète, l'un des 18 tomes, Paris, Louis Conard, 1909.
  • Bouvard et Pécuchet de Gustave Flaubert, illustrations par Auguste Leroux, Paris, F. Ferroud, 1928 — lettrines ornés par Madeleine Leroux, hors-texte et en-têtes gravés à l'eau forte par Eugène Decisy, frontispice gravé sur bois en couleurs par Georges Beltrand, planches in-texte gravées sur bois par Pierre Gusman.
  • Bouvard et Pécuchet : avec un choix des scénarios, du Sottisier, l’Album de la Marquise et Le Dictionnaire des idées reçues (édition présentée et établie par Claudine Gothot-Mersh), Paris, Gallimard, coll. « Folio » (no 1137), , 570 p. (ISBN 2-07-037137-9)

Travaux critiques[modifier | modifier le code]

  • René Descharmes, Autour de Bouvard et Pécuchet : Études documentaires et critiques, Paris, (ISBN 9781171914075)
  • D. L. Demorest, À travers les plans, manuscrits et dossiers de Bouvard et Pécuchet, Paris,
  • Michel Butor, « À propos de Bouvard », dans Improvisations sur Flaubert, La Différence,
  • Yvan Leclerc, La Spirale et le monument. Essai sur « Bouvard et Pécuchet », Paris, S.E.D.E.S,
  • Thanh-Van Ton-That, Lectures d'une œuvre : Bouvard et Pécuchet, une odyssée de la bêtise, Du Temps, , 127 p. (ISBN 978-2842740962)
  • Jean-Paul Santerre, Leçon littéraire sur Bouvard et Pécuchet, Presses Universitaires de France, (ISBN 978-2130501985)
  • Stéphanie Dord-Crouslé, Bouvard et Pécuchet de Flaubert : une encyclopédie en farce, Belin, , 139 p. (ISBN 978-2701128269)
  • Mihara Tomoko, La communauté et l'autre dans Bouvard et Pécuchet — thèse de doctorat, Université de Rouen, (ISBN 978-2284023463)
  • Thierry Poyet, Bouvard et Pécuchet, le savoir et la sagesse, Paris, Kimé, 2012

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]