Paul Buffet

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Buffet.
image illustrant un peintre image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un peintre français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

Paul Buffet
Naissance
Décès
Nom de naissance
Paul BuffetVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Activité
Formation
Fratrie
Distinction

Paul Buffet, né le à Paris 7e[1] et mort en 1941, est un peintre, un illustrateur et un prêtre catholique français.

Son frère cadet est le peintre Amédée Buffet (1869-1934).

Biographie[modifier | modifier le code]

Paul Buffet est l'élève de Gustave Boulanger et de Jules Lefebvre à l'École des beaux-arts de Paris. Peintre orientaliste, peintre d'histoire et de paysage, il expose pour la première fois au Salon de 1890. En 1892, alors qu'il expose à la Galerie Durand-Ruel, il adhère à la Société des peintres orientalistes que vient de fonder Léonce Bénédite (1856-1925)[2] .

Au Salon de 1894, il expose Salammbô, tableau d'après le roman éponyme de Gustave Flaubert. Cette œuvre lui vaudra une récompense sous la forme d'une bourse de voyage qu'il effectuera en Abyssinie, où il sera reçu à la cour du Negusse Negest d'Éthiopie, Menelik II.

En 1900, il reçoit commande du directeur de la Compagnie des chemins de fer PLM (Paris-Lyon-Méditerranée) pour la décoration des salles du restaurant Le Train bleu de la Gare de Lyon à Paris.

Il participe à l'Exposition Coloniale de Marseille en 1906.

En 1907, Paul Buffet participe avec cinq autres peintres à la décoration de l'Hôtel de Ville de Neuilly-sur-Seine en illustrant des métiers urbains[3].

En 1909, il effectue un second voyage en Algérie. Buffet devient sociétaire de la Société des artistes français.

Pour l'église paroissiale Sainte-Geneviève et Saint-Maurice de Nanterre, il réalise un vitrail et La Vie de la Vierge située dans l'arc en plein cintre du mur Sud du transept[4].

En 1916, Paul Buffet se destine à la prêtrise. Il devient l'aumônier de l'Union des Catholiques des beaux-arts et de la Société de Saint-Jean. En 1940, il prépare Édouard Branly (1844-1940) alité à faire ses Pâques à son domicile et ce dernier meurt quelques jours plus tard.

Collections publiques[modifier | modifier le code]

Vitrail
Peinture

Illustrations[modifier | modifier le code]

  • Négus Ménélik à la bataille d'Adoua, illustration de la couverture du Petit Journal, No 406 du 28 août 1898
  • Hugues Le Roux, Ménélik et Nous, récit de voyage et chasse, été 1900, demi reliure à coins, couverture illustrée par Paul Buffet, conservée en page de garde 446p. à Paris Nilsson. Per Lamm., 1901
  • Chez le Lion de Juda, collectif d'éditeurs, non daté

Expositions[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

Publications[modifier | modifier le code]

  • Bibliographie. Discours et opuscules divers de Mr Louis Buffet, Paris, P. Renouard, non daté
  • Jean-Pierre Laurens chef d'atelier à l'École des beaux-arts, membre de l'Institut, allocution prononcée sur sa tombe le 27 avril 1932, non daté
  • « Le Maître », in L'Art Sacré, 3 septembre 1935
  • « Notre-Dame du Calvaire de Châtillon », in La Semaine religieuse de Paris, 28 août 1937, au sujet de Paul Flandrin et Jean-Pierre Laurens

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Florence Austin, L. Thomton, Les Africanistes, peintres voyageurs 1860-1960, éditions ACR, 1990
  • Le Livre des peintres exposants au salon de la Société des peintres Orientalistes Français, Vol. 14, Paris, 1931
  • Collectif, Le Train Bleu, imprimerie Presse Lois Unis Service, Paris, 1990, (ISBN 2-908557-01-0)
  • Monseigneur Villeplet, L'Abbé Paul Buffet du chevalet à l'autel, Paris Bonne Presse, 1950
  • J.C. Bouderrot, Comment Branly a découvert la radio, éditions EDP Sciences édition, 2005, (ISBN 2-868838-39-1)
  • Lynne Thomton, La femme dans la peinture orientaliste, éditions ACR, 1993
  • Pierre Sanchez, Stéphane Richemeond, La Société des peintres orientalistes français (1889-1943), L'Échelle de Jacob, 2008, (ISBN 978-2-913224-73-5) (notice BnF no FRBNF41278590)

Archives inédites[modifier | modifier le code]

  • M.C. Depierre, Les œuvres Orientalistes de la 2e moitié du XVIIIe et du XIXe au Musée des beaux-arts de Nantes, mémoire de maîtrise, Université de Rennes, 1980

Sources[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives de l’état civil de Paris en ligne[réf. insuffisante], acte de naissance N° 7/607/1864.
  2. Historien d'art et conservateur du musée du Luxembourg, Léonce Bénédite fut le premier conservateur du musée Rodin. Les cofondateurs de cette société sont Louis-Auguste Girardot (1856-1933), Maurice Bompard (1857-1936), Jean-Adolphe Chudant (1860-1929), Étienne Dinet (1861-1929) et Eugène Girardet (1853-1907). À partir de 1908, cette société sélectionne les boursiers de la Villa Abd-el-Tif à Alger. Léonce Bénédite a été le premier a réuni les peintres orientalistes dans le Pavillon de l'Algérie décoré à l'occasion par Armand Point (1860-1932).
  3. Les toiles marouflées sont mises en place par Félix Bonheux en 1908.
  4. Les cinq médaillons qui forment la croix centrale et les quinze médaillons formant l'encadrement seraient l'œuvre des élèves de l'École des beaux-arts de Paris.