Kommando de Landerneau

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher

À partir d'avril 1943, la Gestapo crée des unités d'action mobile, dirigés par le colonel Pulmer, spécialement destinées à lutter contre la résistance. Plusieurs kommandos sont constitués en Bretagne à Vannes, Pontivy, Locminé, Brest, Quimper, Saint-Brieuc, le plus connu étant le Kommando de Landerneau (kommando IC 343) constituée fin avril 1944 à Landerneau, connu aussi sous le nom de kommando Schaad, du nom d'un de ses membres allemands Herbert Schaad[1], même si c'était le lieutenant allemand Willy Krüger, chef de la Gestapo de Rennes, qui le dirigeait[2]. On le dénomme aussi parfois SD de Landerneau.

Les membres du kommando[modifier | modifier le code]

Le Kommando de Landerneau était composé de 18 hommes de troupe allemands et d'une dizaine d'agents de renseignement français, dont quelques nationalistes bretons, comme René Le Hir, André Geffroy (dit "Le Grand Gef" ; le , il « est condamné aux travaux forcés à perpétuité, à la colère de l'opinion qui s'attendait à une condamnation à mort »[3]), Paul Le Reste (d'origine brestoise) et Hervé Botros[4], originaire de Lanmeur, celui-ci faisait preuve d'une brutalité inouïe lors des interrogatoires de résistants), ainsi que des résistants retournés après leur arrestation, comme Jean Corre, d'Hanvec, arrêté fin août 1944 (son « comportement au tribunal indigne tous les témoins », il est condamné à mort, peine commuée en « travaux forcés à perpétuité » par un décret gouvernemental du 12 mars 1945[5]) et Gabriel Poquet qui « se voit infliger sept ans de travaux forcés »[5].

Neuf nationalistes bretons, membres de l'une ou l'autre des milices bretonnes (Bezen Perrot, Kommando de Landerneau, groupe de la Selbstschutzpolizei dirigé par Guy Vissault de Coëtlogon, miliciens de Joseph Darnand[6], ..) furent condamnés à mort et fusillés : Pierre Bernier (de Pénestin), Hervé Botros (de Lanmeur, exécuté à Quimper), Guy Vissault de Coëtlogon (de Rennes), André Geffroy (dit "Ferrand")[7], de Pommerit-Jaudy, Claude Geslin (de Rennes), Corentin Kergoat (de Châteaulin), Joseph Le Ruyet[8] (de Bubry) et Commandant Thomas (de Rennes). André Geffroy (dit "Le Grand Gef")[9], de Lannion, lui aussi condamné à mort , vit sa peine commuée. Douze furent condamnés à mort par contumace : Michel Chevillotte (de Brélès), Louis Feuntren (de Rennes), Gilbert Foix (d’Auray), Yann Goulet (de Saint-Nazaire), Hervé Le Helloco (de Pontivy), Guy Hernot (de Saint-Thégonnec), Edmond Joly (de Rennes), Célestin Lainé (de Nantes), Jean L’Haridon (de Châteaulin), Auguste Ménard (de Vitré), Olier Mordrel , déjà condamné à mort en 1939 en même temps que François Debauvais)(de Plerguer) et Ange Péresse (de Bubry) ; leurs peines furent par la suite commuées ou amnistiées.

Selon une liste dressée par Olier Mordrel, sept membres de l’une ou l’autre des milices bretonnes auraient été tués lors de combats contre les maquisards : Joseph Le Berre (de Pont-l'Abbé), Auguste Le Deuff (de Maël-Carhaix), Armel Guillo (de Vannes), Job Hirgair (de Brandérion), Yann Laizet (de Saint-Malo), Jean Larnicol (de Treffiagat) , tous les deux membres du Bezen Perrot et tués lors de combats à Ploërdut et Yann Louarn (de Guingamp). Trente et un bretons auraient été assassinés par des résistants pour faits de collaboration : Auguste Bocher et son frère (de Saint-Servais), Yann Bothorel (de Landrévarzec), Yann Bricler (de Quimper), Yves de Cambourg (de Gouesnach), Marcel Colin (de Rennes), Paul Gaïc (de Plessala), l’abbé Grivart, Étienne Guehenneuc, Jeanne du Guerny (de Quintin), Yann Guilcher (de Ploaré), Yves Kerhoas (de Plonévez-du-Faou) , l’abbé Lec’hvien (recteur de Quemper-Guézennec), Mahé, Ambroise, Bernard et Céline Maubré, deux frères et sœur (de Gourin), Mathurin Le Moigne et ses deux fils (de Silfiac), Loïc Moullec (de Saint-Barthélemy), Christian Le Part (de Rochefort-en-Terre), Job Le Pedellec (de Bubry), Jean-Marie Perrot (recteur de Scrignac), Philippon Le Ven (de Quimper), l’abbé Rallier (recteur de Bieuzy), Hélène Le Ruyet (de Bubry), Louis Stéphan (de Locminé), les deux frères Tattevin (de Nantes) et Valy (de Lorient). Toujours selon la même liste, sept seraient morts après la guerre alors qu’ils étaient détenus et selon Olier Mordrel à cause des mauvais traitements dont ils auraient été victimes) : Le Borgne (de Lennon), James Bouillé (de Perros-Guirec), le docteur Le Clair (de Saint-Pol-de-Léon), David, Gaston Jehannin (de Talensac), François Stéphan (de Saint-Pol-de-Léon), Jos Youenou (de Douarnenez)[10].

Une soixantaine de nationalistes bretons compromis dans la collaboration avec l’occupant nazi auraient donc été tués ou condamnés pendant la Seconde Guerre mondiale. Lors de cette même guerre, selon Christian Bougeard [11], 3 763 bretons furent déportés (dont la moitié au moins sont morts en déportation), au moins 2 273 bretons furent fusillés, sans compter les résistants morts au combat et les victimes civiles[10].

Les principales actions du kommando[modifier | modifier le code]

Le Kommando de Landerneau lutta contre de nombreux maquis bretons, participant à l'arrestation, l'interrogatoire, la torture et l'exécution sommaire de nombreux résistants. Les résistants sont "cuisinés" au siège du Kommando, le manoir de Colleville, une maison de deux étages construite au XVIIIe siècle, en plein centre de Landerneau. Ses principales actions connues (la liste n'est pas exhaustive) sont :

  • Le , l'arrestation d'une quinzaine de résistants au Faou (la plupart furent fusillés à Brest ou à Mousterlin)
  • Le , des membres du kommando torturent à Saint-Évarzec Mme Ollivier et son neveu Jean Autret[12] (celui-ci est traîné attaché derrière une voiture dans le bourg de Pleuven et est mort ensuite en déportation), ainsi que son commis Hervé Le Breton[13].
  • Le , arrestation de plusieurs jeunes gens (François Pengam, Jean Quintric, Auguste Abeguille, Jean Le Page, Pierre Duhot, Edmond Pochon, Eugène Saliou, Christian L'Her, François Corre et Henri Lagadec) membres du patronage Les Gars d'Arvor à Landerneau ; François Pengam, âgé de 19 ans, fusillé par les Allemands le à Brest[14].
  • À la suite de l'assassinat le de l'abbé Jean-Marie Perrot, l’enquête est alors conduite par le kommando de Landerneau (…) Le sergent Schaad reçoit de la Gestapo de Rennes une liste de suspects qui lui avait été adressée par une femme originaire de Huelgoat et vivant à Rennes (…) Au cours d’une expédition à Scrignac et à Huelgoat, les Allemands, accompagnés de militants nationalistes bretons, dont André Geffroy, arrêtent certaines des personnes figurant sur la liste. Mais Jean Thépaut parvient à passer entre les mailles du filet. Il semble qu’il se soit mis à l’abri en Normandie. Le Kommando reviendra à deux reprises au moins à Scrignac : en juin où il arrête notamment deux cousins, membres des FTP, Armel[15] et Francis Coant[16], qui furent fusillés à Rennes quelques jours plus tard ; le 19 juillet où il essuie le feu de trois résistants, en tue un, Jean Bernard[17], et met le feu à sa maison. »[18]. Cette description des faits de Thierry Guidet, à quelques détails près, est confirmée par une déposition d’André Geffroy, agent du Kommando de Landerneau et proche de l’abbé Perrot[19].Le , une rafle commise par le kommando de Landerneau provoque l'arrestation de trois personnes de Scrignac, qui sont torturées. Entre le 18 et le , les violences se succèdent à Scrignac. En représailles à la suite de l'assassinat de l'abbé Perrot, le bourg tout entier est mis au pillage ; terrorisés, les habitants s'enfuient. Les soldats allemands, aidés de membres du Bezen Perrot dirigés par Michel Chevillotte[20] se servent dans les maisons, incendient l'école, la mairie, ainsi qu'un hameau de la commune, et multiplient les rafles, les arrestations et les tortures.
  • Le , des membres du kommando de Landerneau arrêtent le colonel Paul Fonferrier[21], un des chefs de la résistance dans le nord du Finistère, et le arrêtent trois résistants à Ploudalmézeau : Henri Provostic[22], qui était le chef cantonal du réseau Alliance, Joseph (Job) Mouden[23], Jean Le Gall[24], qui furent atrocement torturés au château de Trouzilit en Tréglonou, tous trois déportés par le convoi de Langeais et morts en déportation.
  • Entre le 2 et le , des hommes du kommando de Landerneau participent, avec la Gestapo, à l'arrestation des douze membres du réseau de résistance "Antibes" dirigé par Aimé Talec, directeur de l'école publique de Ploudaniel, qui fut dénoncé par un habitant de Lesneven ; six d'entre eux parvinrent à s'évader en cours de transfert vers l'Allemagne, deux (Joseph Aballéa, Joseph Garnier) à Saint-Mars-du-Désert (Loire-Inférieure), quatre (François Guéguen[25], André Guéguen, Joseph Foricher, Pierre Loac) à Langeais (Indre-et-Loire); seul Yves Pellennec revint vivant de déportation où sont morts les autres membres du réseau : Albert Cavarec[26], Yves Corre[27] ; Ernest Cabon[28] ; Léon Moal[29] ; Aimé Talec[30] ; Jean Riou[31].
  • Le des hommes du kommando de Landerneau attaquent le maquis du Bot en Quimerc'h, arrêtent et fusillent dans le bois du Bot Henri Cevaer[32] ; son corps fut retrouvé affreusement mutilé.
  • Le , ils attaquent le maquis de Saint-Méen, arrêtant huit jeunes résistants : François Kerbrat[33] (de Landivisiau), Jean Lamandé (de Saint-Méen), Jean Berlivet[34], Jean Gouriou[35], Joseph Nicolas[36], Louis Berthou (tous les quatre de Lambézellec), Robert Le Page[37] (de Saint-Marc), Jean Le Bris (de Brest) ; l'agriculteur chez qui ils étaient cachés, Louis Thépaut, est fusillé et sa maison incendiée[10] et sont fusillés par les Allemands à Saint-Méen dans un immeuble dépendant de la ferme de Kerougon[38].
  • Le , des troupes allemandes, aidées par des hommes du kommando de Landerneau et une unité de Russes blancs de l'armée Vlassov, attaquent le maquis de Scaër : les combats, qui opposèrent 160 résistants (une cinquantaine de maquisards FTP de Scaër et une centaine de maquisards FTP de Rosporden, ces derniers cantonnés depuis la veille à Quillien et commandés par le capitaine Mercier[39]) à environ un millier d'Allemands venus de Châteauneuf-du-Faou et du Faouët, firent 18 victimes (neuf victimes membres du maquis de Scaër : Pierre Cabellic, Grégoire Le Cam, François et Jean Jacob, Pierre Capitaine, Corentin Guillou, René Turquet, Louis Massé et Étienne Millour et neuf victimes membres du maquis de Rosporden : Yves Baron, Hervé Delessart, Corentin Guillou, René Le Gall, Roger Kerjose[40], René Mao, Jean-Louis et Marcel Rannou et Pierre Salomon) parmi les résistants, et le matériel fut récupéré par les Allemands. Ces combats sont commémorés par le mémorial de Kernabat[41] en Scaër, où furent enterrés les maquisards tués, et la stèle de Quillien en Tourch[42].
  • Le , l'encerclement du maquis du Nivot par le kommando de Landerneau aidé de collaborateurs français, essentiellement des membres du Parti nationaliste breton, fait 5 morts : Pierre Baron et Georges Salaun, tous deux de Brasparts ; Bertrand Le Faou Keruzoré, de Plonévez-du-Faou ; Camille Omnès, de Quimerc'h; Le Cloarec, de Quimper[43].
  • Un adolescent de 17 ans, surnommé Peti-Coq, membre du Kommando de Landerneau, parvint à infiltrer un groupe de maquisards de la région du Faouët, provoquant l'arrestation d'une dizaine de maquisards[10].
  • Quatre résistants de Plougasnou (Marcel Aubertin, Louis Guilloux, J.A. Loyen, Augustine Vom-Hoevel) sont dénoncés par Hervé Botros, membre du kommando de Landerneau. D'autres résistants seront également dénoncés par Hervé Botros : Isidore Masson (de Morlaix), Charles Bescond, Yves, Emile et Yvonne Jegaden (tous cinq de Plougasnou) sont arrêtés 3 juillet 1944. Isidore Masson, Charles Bescond, Yves et Yvonne Jegaden furent exécutés par les Allemands le et leurs corps enterrés dans une fosse à Ruffélic où ils sont exhumés le [44]. Une stèle est érigée à leur mémoire à Ruffélic, face à la mer. Émile Jegaden fut déporté au camp de Natzweiler-Struthof, puis dans le commando de Shomberg en Allemagne. il reviendra vivant dans le courant du mois de mai 1945[45]. Le un charnier est trouvé derrière un talus près de la ferme de Merdy-Bras, contenant les corps de quatre résistants exécutés le par des hommes du kommando de Landerneau : Claude Kerguiduff, Alexis Moal, Pierre Moal et Jean Scour ; leur souvenir est commémoré par une stèle qui se trouve à Pontplaincoat, à proximité du manoir qui avait été réquisitionné pendant l'Occupation par les troupes allemandes[46].

Il lutta aussi contre les maquis de Trégarantec, Rosnoën, Plomodiern...

Le Kommando est acculé dans la poche de la presqu'île de Crozon à l'arrivée des Américains à l'été 1944.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Herbert Schaad fut jugé par le Tribunal Permanent des Forces Armées de Paris, du 26 au , pour assassinats, meurtres, coups et blessures volontaires, pillages, incendies criminels, commis entre avril et août 1944 dans la région de Landerneau. Il fut condamné aux travaux forcés à perpétuité, mais fut libéré le
  2. Le passé trouble d'Edouard Leclerc pendant l'Occupation
  3. Collectif, 1939-1945 en Centre-Bretagne, Tome 4: Des lendemains qui chantent, pages 180 et 181, Liv'Éditions, Faouët, 2006, (ISBN 2-84497-096-6)
  4. Hervé Botros, au service de la Gestapo de Morlaix, se fit passer à Plougasnou pour un résistant et dénonça des vrais résistants qui préparaient une embuscade dans la nuit du 9 au . Engagé lors de la Libération dans la Légion étrangère afin de se cacher, Hervé Botros fut arrêté le , jugé à Quimper, condamné à mort et fusillé le , voir : Jean Bouteiller, Michel Guillou et Jean-Jacques Monnier, "Été 1944. Résistances et Libération en Trégor", Skol Vreizh, 2004.
  5. a et b Collectif, 1939-1945 en Centre-Bretagne, Tome 4: Des lendemains qui chantent, page 181, Liv'Éditions, Faouët, 2006, (ISBN 2-84497-096-6)
  6. Des miliciens bretons membres d’un groupe organisé par Joseph Darnand et installés au 25, rue d’Échange à Rennes pratiquèrent aussi la torture ; parmi les membres de ce groupe, Di Constanzo, Lucien Imbert, Emile Schwaller et Du Perron de Maurin, originaire de Dinard, engagé à la LVF, commissaire régional aux questions juives, chef régional de la Milice.
  7. André Geffroy (dit Ferrand), né le à Pommerit-Jaudy, forgeron, membre du Bezen Perrot, fut fusillé à la Libération le à Rennes
  8. Joseph Le Ruyet, originaire de Bubry, agent du groupe de Guy Vissault de Coëtlogon, déguisé en résistant, réussit à pénétrer plusieurs maquis, provoquant l'arrestation en novembre 1943 de plusieurs résistants (Jean L'Hours, Le Doaré et Flaud) dans la région de Châteaulin, puis de 17 résistants le à Bubry, Camors, Quistinic et Baud, voir http://www.histoquiz-contemporain.com/Histoquiz/Lesdossiers/LaFrance19391945/pnb/Dossiers.htm
  9. André Geffroy, dit "Le Grand Gef", né en 1911 à Lannion, membre du Service spécial de Célestin Lainé et du Kommando de Landerneau, qui participa par la suite aux rafles de Callac et Saint-Nicolas-du-Pélem, voir Françoise Morvan, "Miliciens contre maquisards : enquête sur un épisode de la Résistance en Centre-Bretagne", éditions Ouest-France, 2013, [ISBN 978-2-7373-5063-4]; il fut condamné aux travaux forcés à la Libération, puis condamné à mort, mais sa peine fut commuée et il fut libéré après une campagne en sa faveur en Irlande et au Pays de Galles.
  10. a, b, c et d Georges Cadiou, "L'Hermine et la Croix gammée", Mango Document, 2001, [ISBN 2-914353-065]
  11. Christian Bougeard, Histoire de la Résistance en Bretagne, Universels Glisserot, 1992
  12. Jean Autret, né le à Quimper, déporté de Compiègne vers le camp de concentration de Neuengamme le , disparu en février 1945, voir http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/deportation/29/p6-list-ab.htm
  13. Hervé Le Breton, né le 9 novembre 1922 à Saint-Évarzec, déporté de Compiègne vers le camp de concentration de Neuengamme le , puis à Bergen-Belsen où il décède le , voir http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/deportation/29/p6-list-l.htm
  14. http://francois.pengam.1944.free.fr/francois_pengam_arrestation.htm
  15. Louis Armel Coant, né le à Scrignac, fusillé le à la caserne du Colombier à Rennes, cultivateur et militant communiste
  16. Francis Coant, né le à Scrignac, fusillé le à la caserne du Colombier à Rennes, cultivateur et militant communiste
  17. Jean Bernard, né le au Faou, gravement blessé lors d'opérations militaires contre les Allemands et le kommando de Landerneau à Scrignac, mort des suites de ses blessures le à Commana.
  18. Thierry Guidet, Qui a tué Yann-Vari Perrot ?
  19. Le monde en guerre
  20. Fils d'Olivier Chevillotte (qui fut candidat du Parti national breton à Morlaix en 1936), Michel Chevillotte fut sous l'Occupation chef cantonal du PNB à Plougonvelin, commune dont il était originaire. Il s'engagea dans la Bezen Perrot en décembre 1943 et devint rapidement chef du groupe cantonné au château du Bouéxic en Guer. Au moment de la débâcle allemande, en juillet 1944, en route vers l'Allemagne, il participa à l'exécution de 49 résistants à Creney-près-Troyes (Aube) et s'engagea dans les Waffen-SS. Il fut condamné à port par contumace et à la confiscation de tous ses biens, mais en fait ne fut jamais inquiété, voir Françoise Morvan, "Miliciens contre maquisards : enquête sur un épisode de la Résistance en Centre-Bretagne", éditions Ouest-France, 2013, [ISBN 978-2-7373-5063-4]
  21. Paul Fonferrier, né le à Brest, arrêté à Argenton en Landunvez, déporté à Neuengamme le , décédé le à Bergen-Belsen, voir http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/convoi44/fiches/fonferrier.htm
  22. Henri Provostic, né le à Ploudalmézeau, notaire, dit Benoît, déporté le de Belfort à Natzwiller, puis à Dachau, mort à Melk le , voir http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/biogr/provostic.htm
  23. Joseph Mouden, né le à Tréglonou, déporté le à Natzwiller, puis à Dachau, mort le à Neuengamme, voir http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/deportation/29/p6-list-m.htm#deb
  24. Jean Le Gall, né le 11 janvier 1895 à Rosporden, déporté le à Natzwiller, puis à Dachau, décédé le à Flossenbürg
  25. http://memoiredeguerre.pagesperso-orange.fr/biogr/gueguen.htm
  26. Albert Cavarec, né le à Lesneven, déporté de Rennes début août 1944, mort en déportation le à Lunebourg (Allemagne)
  27. Yves Corre, né le à Plouider (Finistère), arrêté le à Lesneven, déporté de Rennes via Belfort au camp de concentration de Natzwiller-Struthof, puis à Dachau et à Mauthausen ; il meurt le à Melk (Autriche)
  28. Ernest Cabon, né le à Kernilis (Finistère), déporté le depuis Compiègne au camp de concentration de Neuengamme, décédé le à Watenstedt-Salzgitter (Allemagne)
  29. Léon Moal, né le à Lesneven, mort en déportation à Neuengamme le
  30. Aimé Talec, né le à Plouguerneau (Finistère), décédé le au camp de concentration de Bergen-Belsen (Allemagne)
  31. Aucune information plus précise n'a été trouvée concernant Jean Riou
  32. Henri Cevaer, né le à Concarneau), réfractaire du STO et maquisard. Son père, Henri Cevaer également, né le à Quimerc'h, ingénieur des Ponts et chaussées de la subdivision de Concarneau depuis 1919, appartint pendant la Seconde guerre mondiale au réseau Vengeance, fut fusillé à Landerneau le après avoir tenté vainement de libérer son fils. Le nom d'Henri Cevaer a été donné successivement à trois bateaux ravitailleurs du Service des phares et balises, voir Memorialgenweb.org, http://www.concarneau.fr/ville/images/stories/actu/08_2011/liberation_concarneau/historique_liberation_concarneau.pdf et http://4sardines.canalblog.com/archives/2014/06/22/30118853.html
  33. François Kerbrat, né le à Landivisiau
  34. Jean Berlivet, né le au Drennec
  35. Jean Gouriou, né le à Lambézellec
  36. Joseph Nicolas, né le à Plouguin
  37. Robert Le Page, né le à Brest
  38. Memorialgenweb.org - Saint-Méen : stèle commémorative des fusillés du 14 juillet 1944
  39. « dossier-jedbourgs-p6 », sur norrac.com (consulté le 25 janvier 2016)
  40. Roger Kerjose, né le à Kernével
  41. « Le Télégramme - Scaër - Résistance. Les combats de Kernabat ont 70 ans », sur Le Telegramme, (consulté le 25 janvier 2016)
  42. « Une cérémonie émouvante à Quillien pour le 14 juillet », sur Ouest-France.fr (consulté le 25 janvier 2016)
  43. Le monde en guerre 39-45 et http://www.lesamisdelaresistancedumorbihan.com/resources/ami-148.pdf
  44. http://cerp22.free.fr/Lieuxdememoire22/_Hors%2022/29%20Plougasnou%20Ruffelic/2.html
  45. http://afmd.asso.fr/TEMOIGNAGE-D-UN-RESISTANT-DEPORTE.html
  46. http://storage.canalblog.com/45/27/616476/40825320.pdf

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]