Route nationale 315

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

Route nationale 315
Cartouche de la route
Image illustrative de l’article Route nationale 315
La route nationale 315.
Caractéristiques
Direction sud-ouest / nord-est
Extrémité nord-est Paris
Réseau Route nationale
Territoire traversé
1 région Île-de-France
2 départements Hauts-de-Seine
Villes principales Gennevilliers, Asnières-sur-Seine

La route nationale 315, ou RN 315, est une route nationale française reliant l'autoroute A15 à la commune de Gennevilliers.

Tracé[modifier | modifier le code]

Elle suit en fait le tracé du prolongement non réalisé de l'A15 vers la porte Pouchet et le boulevard périphérique de Paris.

En partant du nord, elle commence à l'échangeur entre la A15 et la autoroute A86. Elle passe sous le rond-point Pierre-Timbaud par le tunnel des Sévines, qui longe le boulevard Camelinat.

Une seule chaussée a été construite et elle ne va que jusqu'au pont de Gennevilliers (également appelé pont de Lorraine) entre Asnières-sur-Seine et Clichy en doublant l'avenue Laurent-Cély.

Au-delà de la Seine, l'Avenue de la Liberté à Clichy et Saint-Ouen (ex-BUCSO) assurera le lien entre le pont de Gennevilliers et la gare de Saint-Ouen.

Historique[modifier | modifier le code]

Auparavant, la RN 315 reliait Barentin à Veules-les-Roses et a été déclassée prématurément en RD 142 en 1962[1]. Le décret du 5 décembre 2005 prévoit son maintien dans le réseau national.

Le bidonville de Gennevilliers[modifier | modifier le code]

Au début de l'année 2017 un bidonville a vu le jour le long de la route nationale 315, sous la forme d'un camp d'habitations précaires[2]. Son installation a rapidement été dénoncée par la municipalité de Gennevilliers, mais aucune solution de relogement n'avait été trouvée au cours de l'été 2017 malgré une décision de justice du ordonnant son démantèlement[3]. La situation sanitaire et sociale y est dramatique. Une manifestation de blocage de la RN 315 a d'ailleurs été organisée par les élus locaux[4] pour tenter de faire bouger les choses. En , ce bidonville était démantelé[5].

Ancien tracé de Barentin à Veules-les-Roses (D 142)[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]