Régiment Royal-Allemand cavalerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Régiment de Royal-Allemand)
Aller à : navigation, rechercher
Régiment Royal-Allemand cavalerie
Image illustrative de l'article Régiment Royal-Allemand cavalerie
Étendard du régiment Royal-Allemand cavalerie, avers

Création 1671
Dissolution 1792
Pays France
Allégeance Drapeau du Royaume de France Royaume de France
Type régiment
Rôle cavalerie
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir régiment de Kœnigsmark.

Le régiment Royal-Allemand cavalerie est un régiment de cavalerie du Royaume de France créé en 1671.

Lignage[modifier | modifier le code]

  • 10 août 1671 : création du régiment de Kœnigsmark cavalerie
  • 15 novembre 1688 : renommé régiment Royal-Allemand cavalerie
  • 1er décembre 1761 : renforcé par incorporation du régiment de Wirtemberg cavalerie[1]
  • 1er janvier 1791 : renommé 15e régiment de cavalerie
  • 1792 : déserte en totalité entrainant la renumérotation des régiments qui le suivaient

Équipement[modifier | modifier le code]

Étendards[modifier | modifier le code]

6 étendards « de ſoye bleue, Soleil, deviſe du Roi, nec pluribus impar, brodez en or & frangez d’or »[2].

Habillement[modifier | modifier le code]

Historique[modifier | modifier le code]

Mestres de camp-lieutenants et colonels[modifier | modifier le code]

  • 10 août 1671 : Guillaume Othon, comte de Kœnigsmark, brigadier le 15 avril 1672, maréchal de camp le 13 février 1674, lieutenant général le 25 juin 1676, † 1688
  • 15 novembre 1688 : N. de Bolhen
  • 29 août 1693 : Louis Craton de Nassau-Saarbrück, comte de Nassau, brigadier le 17 avril 1792, maréchal de camp le 30 mars 1693, lieutenant général le 23 décembre 1695, † 13 février 1713
  • 21 février 1713 : Guillaume Henri de Quadt de Landscron, brigadier le 10 février 1704, maréchal de camp le 20 mars 1709, lieutenant général des armées du roi le 1er octobre 1718, † 31 mars 1756
  • 19 juillet 1737 : Guillaume Henri, prince de Nassau-Saarbrück, brigadier le 1er mai 1742, maréchal de camp le 29 juin 1744, lieutenant général le 1er janvier 1748
  • 18 janvier 1742 : Louis IX landgrave de Hesse-Darmstadt
  • 12 mars 1746 : Frédéric Charles Louis de Schleswig-Holstein-Beck (° 05/01/1732), prince de Holstein, brigadier le 10 février 1759, maréchal de camp le 1er mai 1762. † 21 février 1772 à Strasbourg.
  • 24 mars 1772 : Charles Henri Nicolas Othon, prince de Nassau-Siegen
  • 8 avril 1779 : Charles Constantin de Hessen-Rheinfels-Rotenburg
  • 3 mars 1785 : Charles Eugène de Lorraine, prince de Lambesc
  • 23 novembre 1791 : N. de Mandell

Autres officiers[modifier | modifier le code]

Mastres de camp-lieutenants en second
  • 1743 : N. de Cauën
  • 1746 : Maximilien, baron de Guntzer
  • 1770 : Charles Henri Nicolas Othon, prince de Nassau-Siegen
  • 1772 : Frédéric Antoine, baron d’Andlau
  • 26 février 1783 : François Louis, comte d’Helmstadt
  • 10 mars 1788 : Jean Louis Connac, baron d’Hauteville

Campagnes et batailles[modifier | modifier le code]

Charge du prince de Lambesc à la tête du régiment Royal allemand, le 12 juillet 1789. Toile de Jean-Baptiste Lallemand.

Durant l'été 1789, sous les ordres du prince de Lambesc, son colonel propriétaire, le régiment fait partie des troupes appelées sur la capitale par le roi, pour contenir l'agitation. Il prend ses quartiers au bois de Boulogne.

Le 12 juillet 1789, il est chargé de disperser l'attroupement place Louis XV. Les cavaliers chargent la foule, puis se mettent en mouvement vers les Tuileries. Sur le chemin et dans les jardins, le régiment est confronté à la population. Dans la soirée, il se replie sur les Champs-Élysées, puis vers le Champ de Mars.

Concernant les évènements lors de la Révolution, voir aussi : Charles-Eugène de Lorraine#Sous la Révolution.

Son rôle dans l'affaire de Varennes reste sujet à controverses.

Quartiers[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ordonnance du 1er décembre 1761, État militaire de France pour l’année 1762, p. 380.
  2. a et b Cinquième abrégé de la carte générale du militaire de France, sur terre et sur mer, Lemau de la Jaisse, Paris, 1739

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Cinquième abrégé de la carte générale du militaire de France, sur terre et sur mer - Depuis novembre 1737, jusqu’en décembre 1738, Lemau de la Jaisse, Paris 1739
  • Chronique historique-militaire, Pinard, tomes 4, 5 et 7, Paris 1761, 1762 et 1764
  • État militaire de France pour l’année 1762, par MM. Montandre-Longchamps, chevalier de Montandre, et de Roussel, cinquième édition, chez Guyllin, Paris 1762

Liens externes[modifier | modifier le code]