Camion équipé d'un système d'artillerie

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
(Redirigé depuis Pièce d'artillerie Caesar)

CAESAR
Image illustrative de l’article Camion équipé d'un système d'artillerie
Engagement d'un CAESAR français en Irak en 2018
Caractéristiques de service
Utilisateurs Drapeau de la France France
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite
Drapeau du Danemark Danemark
Drapeau de l'Indonésie Indonésie
Drapeau du Liban Liban
Drapeau du Maroc Maroc
Drapeau de la Tchéquie République tchèque
Drapeau de la Thaïlande Thaïlande
Conflits Guerre d'Afghanistan (2001-2014)
Conflit frontalier entre le Cambodge et la Thaïlande
Guerre du Mali
Seconde guerre civile irakienne
Guerre civile syrienne
Guerre civile yéménite
Production
Concepteur GIAT Industrie puis Nexter
Année de conception 2008 - présent
Constructeur Nexter
Variantes CAESAR 6 × 6
CAESAR 8 × 8
Caractéristiques générales
Équipage 5 hommes (3 au minimum, en cas d'urgence)
Longueur 10,50 m (6x6)
12,30 m (8x8)
Largeur 2,55 m (6x6)
2,80 m (8x8)
Hauteur 3,70 m (6x6)
3,10 m (8x8)
Masse au combat 15.9 - 17,7 tonnes (6x6)
28.7 - 32 tonnes (8x8)
Blindage (épaisseur/inclinaison)
Blindage Cabine blindée : protection contre les tirs de 7,62 mm (niveau 2 STANAG 4569). Une nouvelle cabine est proposée assurant une protection contre les mines (niveaux 2a et 2b) et les IED
Armement
Armement principal Canon de 155 mm/52 cal. à chargement semi-automatique. Portée : 4,5 km à 42 km (obus ERFB), plus de 50 km (obus roquette), jusqu'à 2 000 m en tir direct
Mobilité
Moteur Diesel
Puissance 215 ch (6x6)
410 ch (8x8)
Vitesse sur route 100 km/h sur route (50 km/h en tout-terrain)
Puissance massique
Autonomie 600 km

Le camion équipé d’un système d’artillerie (CAESAR) est un canon automoteur français en service depuis la fin des années 2000 dans les forces armées françaises et exporté dans plusieurs pays. C'est un canon de 155 mm, long de 52 calibres (soit un peu plus de huit mètres[1]) conçu et fabriqué par Nexter Systems à Bourges et intégré par Nexter sur son site de Roanne, monté sur la plate-forme arrière d’un camion.

Il complète la gamme 155 mm équipant l'armée française en fournissant un matériel intermédiaire entre la très grande facilité de projection mais la faible protection du personnel du canon tracté 155 TRF1 et la très haute protection (y compris NRBC) mais la faible mobilité des canons autotractés AuF1. Les cinq artilleurs sont peu protégés (davantage cependant que dans le cas d'un TRF1), mais ce canon est beaucoup plus mobile qu'un automoteur d'artillerie classique, notamment l'AuF1. Le véhicule a été initialement monté sur un camion 6x6. Une seconde version sur un chassis 8x8 est ensuite proposée, améliorant la protection des personnels.

En 2020, un total de 401 véhicules ont été vendus, dont 77 pour l'armée française et 324 à l'export, toutes versions confondues.

Son coût unitaire est de 5 millions de dollars américains[2] pour la version 6x6.

Historique[modifier | modifier le code]

Un CAESAR sur châssis Unimog U2450.

Le système CAESAR fut développé dans les années 1990 en tant que démonstrateur technologique par GIAT Industries. Il fut révélé au public en 1994 et, quatre ans plus tard, un exemplaire de pré-production effectua des essais dans l'armée de terre[3].

En décembre 2004, la Délégation générale pour l'Armement octroya à Giat Industries l'équivalent de 358 millions de dollars US pour la construction de 72 canons automoteurs, considérant cette option plus économe que le programme de modernisation AuF2. En juillet 2008, le premier système CAESAR[4] fut réceptionné.

Le coût opérationnel du CAESAR est annoncé par le constructeur, Nexter, comme particulièrement économique, notamment en regard du coût opérationnel des automoteurs blindés, avec un coût de possession quatre fois moindre qu’un automoteur blindé à chenilles et équivalent à celui d’un canon tracté avec son tracteur. Son coût de maintenance serait trois fois moindre que celui d’un automoteur blindé à chenilles par la facilité d’entretien du châssis[5].

D’après Nexter, il a été produit en février 2017 à 270 exemplaires, a tiré plus de 80 000 obus et « couvert une distance de plus d’un million de kilomètres ».

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Type
Automoteur léger d'artillerie ;
Châssis
Deux types de chassis sont proposés : 6 × 6 tout-terrain (Renault Sherpa 5 pour la France et Soframe-Mercedes-Benz Unimog U2450 ou Tatra 815 pour l'export, aérotransportable en classe C-130H avec un seul fardeau), 8 × 8 tout-terrain (Tatra 815, aérotransportable en classe A400M) ;
Mobilité
Les différents châssis offrent une grande mobilité en termes de franchissement : pente de 40 %, dévers de 30 %, gué jusqu'à 1,20 m. Un système de télégonflage permet d'adapter au mieux la pression des pneumatiques en fonction du type de sol rencontré. Le véhicule peut atteindre 100 km/h sur route et 50 km/h en tout-terrain ;
Armement
Canon de 155 mm / 52 cal. conforme au JBMoU ERO (18 coups en version 6x6 et 36 coups en version 8x8) à chargement semi-automatique ;
Portée
4,5 km à 42 km (obus ERFB), plus de 50 km (obus roquette), jusqu'à 2 000 m en tir direct ;
Capacité de tir
6−8 coups/min ;
Guidage
Pointage par centrale inertielle, conduite de tir par calculateur ;
Munition
Toute munition de 155 mm au standard OTAN comme l'obus BONUS antichar spécifiquement proposé avec cette pièce d'artillerie et utilisé pour la première fois au combat le [6] ou de type ERFB ou le M982 Excalibur qualifié en 2019[7]. Un obus F1 a une flèche maximale (altitude atteinte par le projectile) de 14 772 m pour un tir plongeant à 38 km, et de 19 456 m pour un tir vertical à 34 km[8].

Chaque pièce dispose de son propre calculateur balistique intégré et autonome ainsi que de son système de navigation. Le pointage est automatique et ne demande aucune action humaine. La position de l'objectif peut être introduite par l'équipage ou par transmission de données radio depuis un centre de commandement ou un observateur avancé. Toutes ces opérations d'acquisition de données (objectif, paramètres météo…) et de calcul balistique sont effectuées en temps masqué lorsque la pièce rallie son point de tir.

L'ensemble de ces dispositifs permet de réduire à moins de trois minutes le délai entre l'arrivée sur le point de tir (moins de 60 secondes pour la mise en batterie) et le départ (moins de 40 secondes pour la sortie de batterie), après avoir délivré une salve de six coups, rendant inefficaces les tirs de contre-batterie.

Le CAESAR est basé sur un concept de mobilité qui répond aux nécessités de projection des forces sur des théâtres extérieurs. Son aéro-transportabilité sans préparation sur C-130 en version 6x6 en est la meilleure illustration. La version 8x8 est quant à elle aérotransportable par A400M.

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

CAESAR du 40e régiment d'artillerie sur la Place de la République de Metz le 13 juillet 2018
Pays utilisateurs
  • Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite : 76 exemplaires commandés le par un client non précisé par Nexter. Selon Liberation, il s'agirait de l'Arabie saoudite et les premiers exemplaires (une vingtaine) devaient être livrés en 2009[9] . La commande portait en fait sur 76 commandes fermes et 4 options (confirmées dès janvier 2007), les deux premières unités étant assemblées en France et les 78 autres sur place, en Arabie saoudite[10]. La Garde nationale d'Arabie saoudite a réceptionné les quatre premiers exemplaires en mars 2010[11]. Une seconde commande de 52 CAESAR permet à l'Arabie saoudite de disposer de 132 pièces d'artillerie, ce qui en fait le client le plus important.
  • Drapeau du Danemark Danemark : Le 14 mars 2017, ce pays annonce avoir sélectionné le canon CAESAR dans sa version lourde "haute intensité" sur châssis Tatra T815 8 × 8 pour remplacer les 32 M109A3 Paladin que compte son artillerie[12] Le contrat a été signé le 22 mai 2017 pour un montant estimé à 47 millions d'euros[13] pour « 15 CAESAR en version 8×8 devant être livrés au début de l’année 2020 et quatre systèmes supplémentaires en 2023 », précise l'Organisation danoise pour l'acquisition et la logistique de la défense en 2019, confirmant la levée de l’option prévue à l’origine pour un second lot de six canons qui équiperont le 1er régiment d’artillerie de l’armée danoise[14]. Le contrat pour ces 4 unités est signé le 28 octobre 2019[15].
  • Drapeau de la France France : 77 exemplaires commandés en 2004 pour 300 millions d'euros (trois aux écoles, les autres répartis à raison de 8 par régiment). Le 93e régiment d’artillerie de montagne de Varces (Isère) a effectué les expérimentations avec cinq pièces. En 2008, Nexter livre 16 CAESAR à l'armée française (1er exemplaire le [16]) et une trentaine en 2009. Le 68e régiment d'artillerie d'Afrique, implanté à La Valbonne est le premier régiment à percevoir ce matériel, validé opérationnellement et déclaré « apte à la projection sans restriction »[17] au camp de Canjuers le [18] ; Une commande supplémentaire de 64 exemplaires avait été envisagée dans la loi de programmation militaire de 2015-2020 ce qui aurait porté l'effectif total de pièces CAESAR dans l'armée française à 141 unités pour remplacer l'obusier tracté TRF1 et l'obusier automoteur AMX AuF1[19] mais en 2013, elle a été abandonnée[20]. Au mois d'octobre 2015, le général Jean-Pierre Bosser annonçait qu'une commande de 32 canons CAESAR en version lourde qui remplacerait les AMX AUF1 prévus pour être retirés du service en 2030[21]. La LPM 2019-2024 semble confirmer ces dires en annonçant un parc de 109 CAESAR en 2025.
  • Drapeau de l'Indonésie Indonésie : 37 exemplaires commandés pour une valeur de 170 millions de dollars pour équiper 2 régiments d'artillerie[22]. Les 4 premiers véhicules ont été livrés en août 2014, une démonstration avait eu lieu en 2012 avec deux CAESAR France repeints aux couleurs indonésiennes. Un contrat pour 18 autres unités est annoncé le 20 février 2017, ce qui porte le total des pièces déployées par l'Indonésie à 55[23], les 12 premiers sont arrivés le 31 janvier 2020 à Jakarta[24].
  • Drapeau du Liban Liban : En 2014, le Liban fait l'acquisition de 24 canons CAESAR[25], financés par l'Arabie saoudite. Ils seront repartis en deux batteries. Cet achat fait partie d'une aide financière de la part de l'Arabie saoudite à hauteur de 3 milliards de dollars pour lutter contre le terrorisme. Elle comprend l'achat de canons CAESAR, VBC-90, missiles Mistrals, des hélicoptères AS532 Cougar et autres[26].
  • Drapeau du Maroc Maroc : Début 2020, la royaume a fait l'acquisition de 36 canons CAESAR. Selon des sources concordantes, Nexter a signé un contrat de 200 millions d'euros portant sur la vente de systèmes d'artillerie sur camion (170 millions) et de ses munitions (30 millions)[27].
  • Drapeau de la Tchéquie République tchèque : 52 exemplaires en version 8x8 sur un châssis Tatra[28] sont commandés mi-2020, les livraisons sont quand à elles prévues entre 2022 et 2026. Le montant de la transaction s'élève à 224 millions d'euros.
  • Drapeau de la Thaïlande Thaïlande : En avril 2006, le pays commande auprès de la France, 6 canons CAESAR pour équiper l'Armée royale thaïlandaise. Les pièces d'artillerie ont été livrées en 2008. Les canons sont montés sur des châssis Sherpa 6x6.

Échecs[modifier | modifier le code]

  • Drapeau de la Norvège Norvège : Le CAESAR ainsi que 3 autres systèmes d'artillerie ont été testés durant le mois de janvier 2016 auprès de l’armée de terre norvégienne. Il aurait pu s'agir d'un double contrat puisque le Danemark avait annulé son appel d'offres en 2015 et s'était joint au programme norvégien en vue de faire une commande groupée et diminuer ainsi les coûts[29]. Mais au final, c'est l'obusier autopropulsé sud-coréen K9 Thunder qui a été choisi pour la Norvège[30] et le CAESAR par le Danemark.
  • Drapeau de la Pologne Pologne : En 2010, Nexter Systems en collaboration avec deux entreprises polonaises, Centrum Produkcji Wojskowej Huta Stalowa Wola (CPW HSW) tube 155 mm /52 pour Krab et Jelcz Komponenty, proposa une variante du système CAESAR pour le programme d'artillerie expéditionnaire Kryl de l'armée polonaise. D'après les termes de l'accord, CPW HSW s'occuperait de l'intégration du canon de 155 mm CAESAR de Nexter sur un camion 6 × 6 produit par Jelcz Komponenty[4]. Le CAESAR ne fut pas retenu pour ce projet.
  • Drapeau : Royaume-Uni Royaume-Uni : L'armée française a prêté 2 CAESAR et 19 VBCI à ses homologues de la British Army fin 2014 pour une phase d'évaluation en vue d'une éventuelle acquisition[31]. Aucune commande n'a été effectuée à l'heure actuelle.

Prospection en cours[modifier | modifier le code]

  • Drapeau des États-Unis États-Unis : Au mois de juillet 2020, les États-Unis lancent un appel d'offre pour un lot de 18 canons automoteurs de 155 mm. Le but est de remplacer leurs canons tractés pour les troupes stationnées en Europe. Le canon CAESAR est proposé en 6x6 et 8x8, les autres candidats sont l'Archer de BAE Systems et le BRUTUS de AM General et Mandus Group. Les essais débuteront à partir de 2021 pour des premières livraisons prévues en 2023[32].

Engagements opérationnels[modifier | modifier le code]

Tir d'exercice d'un Caesar le 14 août 2009 en Afghanistan.

Le CAESAR est déployé en opération extérieure pour la première fois en Afghanistan. Durant l'été 2009, 8 canons sont déployés au profit des forces françaises en Afghanistan par le 3e régiment d'artillerie de marine et le 11e régiment d'artillerie de marine. Le premier tir a lieu le 29 septembre 2009 lorsqu'une douzaine d'obus de type LU211 modèle F8 avec kit RTC (Réduction de traînée de culot) ont été tirés à plus de 30 km pour dégager une compagnie du 3e régiment d'infanterie de marine ; la durée du vol parabolique des obus a été de 57 secondes à la vitesse de 954 mètres par seconde[33].

Des soldats français de la Task Force Wagram ouvrant le feu avec un CAESAR à al-Qaïm contre des positions tenues par l'État islamique en soutien aux Forces démocratiques syriennes lors de l'Offensive de Deir ez-Zor, à la frontière irako-syrienne, le .

Par la suite le CAESAR est déployé par l'Armée française au Liban au profit des forces de la FINUL. Le 18 janvier 2011, 5 CAESAR du 40e RA arrivent au Liban, afin de relever les canons automoteurs AUF1.

En 2011, dans le cadre d'un échange de tirs d'artillerie à la suite du conflit frontalier entre le Cambodge et la Thaïlande, l'armée thaïlandaise utilise le CAESAR contre des lance-roquettes multiples cambodgiens et affirme qu'elle en a détruit deux[34].

En février 2013, quatre CAESAR sont déployés au Mali dans le cadre de l'Opération Serval, où ils démontreront leur efficacité[35].

L'été 2016, six canons CAESAR (dont deux pour l'attrition) accompagnés de 150 hommes sont déployés à Qayyarah en Irak dans la perspective de la seconde bataille de Mossoul, sous le nom de « Task Force Wagram ». Ils connaissent leurs premiers engagements fin septembre 2016[36],[37],[38],[39]. En quatre mois, un tube a tiré 1 128 coups soit la moitié de sa durée de vie[40].

En avril 2019, le Ministère des Armées français a annoncé le retour en France de la Task Force Wagram et de ses canons CAESAR, dont la mission est terminée à la suite de la prise de Baghouz, le dernier bastion de Daech, ce qui a mis fin au califat territorial de l'organisation terroriste. Florence Parly, ministre des Armées, s'est rendue en Irak et a félicité les artilleurs français[41]. Entre septembre 2016 et mars 2018, la Task Force Wagram a assuré plus de 2 400 missions de tirs (que ce soit destruction, interdiction ou éclairement) et tiré environ 18 000 obus dont, pour la première fois en opération réelle, des obus BONUS (BOfors NUtating)[42].

En avril 2019, le site web Disclose a annoncé la présence de certains CAESAR appartenant aux forces armées saoudiennes à proximité de la zone de conflit yéménite. L'utilisation offensive de ces matériels est supposée sans qu'aucune confirmation officielle n'ait été apportée[43],[44].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. 52 calibres de 155 mm = 52 x 155 mm = 8,06 m
  2. (en) Marhalim Abas, « Sights on howitzer sale », The Malay Mail,
  3. (en) « Nexter Systems CAESAR 155 mm self-propelled gun (France), Self-propelled guns and howitzers (wheeled) », Jane's Armour and Artillery, (consulté le 7 janvier 2011)
  4. a et b (en) « Cry 'Havoc!' and Let Slip the Dogs of War », Forecast International Defense Intelligence Newsletters, Forecast International Weapons Group,‎
  5. Nexter, « Description du CAESAR sur le site de Nexter Systems », sur http://www.nexter-group.fr,
  6. Laurent Lagneau, « Irak : Les artilleurs français ont détruit une colonne de véhicules de l’État islamique avec des obus « BONUS » », sur http://www.opex360.com/, (consulté le 7 décembre 2018).
  7. Nathan Gain, « L’obus Excalibur bientôt qualifié sur CAESAR », sur http://forcesoperations.com/, (consulté le 18 janvier 2019).
  8. Fabrice Fayet, Détachement de Liaison, Observation et Coordination (DLOC), Centre interarmées de concepts, de doctrines et d’expérimentations, , 62 p., PDF (lire en ligne), p. 15.
  9. Jean-Dominique Merchet, « Des canons français pour l'Arabie saoudite », sur liberation.fr, Libération, (consulté le 20 décembre 2008)
  10. Janes.com; Déjà 163 "feuilles" de laurier à la couronne de Caesar
  11. « Saudi Arabia takes delivery of first CAESARs », sur Jane's Information Group,
  12. « Le Danemark sélectionne le CAESAR - FOB - Forces Operations Blog », FOB - Forces Operations Blog,‎ (lire en ligne, consulté le 15 mars 2017)
  13. Philippe Chapleau, « 15 CAESAR 8x8 pour les forces armées danoises », sur Lignes de défense,
  14. Nathan Gain, « Nexter lance la production des CAESAR danois », sur forcesoperations.com, (consulté le 28 octobre 2019).
  15. Nathan Gain, « Le Danemark commande quatre CAESAR supplémentaires », sur forcesoperations.com, (consulté le 28 octobre 2019).
  16. (fr) Bruno Daffix, « La DGA livre le premier canon CAESAR à l’armée de terre », sur defense.gouv.fr, Ministère de la Défense français (consulté le 20 décembre 2008)
  17. (fr) Jean-Dominique Merchet, « Au « 68 », le Caesar est prêt... pour l'Afghanistan », sur secretdefense.blogs.liberation.fr, Libération, (consulté le 19 décembre 2008)
  18. (fr) « Artillerie : Le Caesar validé », Défense et Sécurité internationale, no 43,‎ , p. 16 (ISSN 1772-788X)
  19. « Loi de programmation militaire pour les années 2009 à 2014 », sur www.legifrance.gouv.fr, Légifrance, (consulté le 23 décembre 2011)
  20. Ministère de la Défense, « projet de loi de programmation militaire 2014-2019 - Dossier Thématique », (consulté le 11 août 2013)
  21. « Artillerie : 32 CAESAR blindés remplaceront les derniers canons AUF1 en 2030 », sur Zone Militaire (consulté le 25 octobre 2015)
  22. Guillaume Belan, « IndoDefence : L’Indonésie s’équipe avec du lourd », sur Forces Opérations Blog, (consulté le 21 décembre 2012)
  23. Laurent Lagneau, « Nexter livrera 18 systèmes d’artillerie CAESAR de plus à l’Indonésie », sur /www.opex360.com, (consulté le 20 février 2017).
  24. Nathan Gain, « Douze CAESAR supplémentaires livrés à l’Indonésie », sur /www.forcesoperations.com, (consulté le 6 février 2020).
  25. « Lebanon to receive 24 CAESAR systems », sur IHS Jane's 360, (consulté le 9 novembre 2020)
  26. « Lebanese armed forces to purchase French VBC 90 armoured and CAESAR 155mm howitzers », sur Army recognition, (consulté le 9 novembre 2020)
  27. Modèle {{Lien web}} : paramètre « titre » manquant. https://www.latribune.fr/entreprises-finance/industrie/aeronautique-defense/armement-le-maroc-achete-un-peu-de-made-in-france-mais-enormement-de-made-in-usa-837558.html
  28. Laurent Lagneau, « La République tchèque choisit le canon automoteur français CAESAr pour moderniser son artillerie »,
  29. « Dernière ligne droite pour le CAESAR en Norvège - FOB - Forces Operations Blog », sur FOB - Forces Operations Blog (consulté le 9 février 2016)
  30. « La Norvège choisit le système sud-coréen K9 Thunder pour moderniser son artillerie », sur Zone Militaire, (consulté le 5 août 2019)
  31. « L’armée de Terre va prêter 19 VBCI et 2 CAESAR à la British Army », sur www.opex360.com, (consulté le 16 mars 2015)
  32. « Le CAESAR de Nexter tente l’aventure américaine », sur http://forcesoperations-blog.com/.com, (consulté le 10 novembre 2020)
  33. (fr) « 30/09/09 - Afghanistan : le CAESAR longue portée », sur https://www.defense.gouv.fr/ema, (consulté le 29 décembre 2010)
  34. (en) « Artillery CAESAR », sur http://rpdefense.over-blog.com (consulté le 27 avril 2015)
  35. Bernard Barrera, Opération Serval : Notes de guerre, Mali 2013, Paris, Éditions du Seuil, , 433 p. (ISBN 978-2-02-124129-7, notice BnF no FRBNF44326878)
  36. Thibauld Malterre, « Mossoul: les canons français en appui aux soldats irakiens », sur TV5, (consulté le 2 novembre 2016).
  37. « Le canon d'artillerie CAESAR arrive en renfort en Irak… », sur mywelkit.com,
  38. « CHAMMAL : dans la peau d’un artilleur de la Task Force Wagram », sur Ministère de la Défense, (consulté le 19 mai 2017)
  39. « Chammal – adaptation de la Task Force Wagram », sur Ministère de la Défense, (consulté le 19 mai 2017)
  40. « Combien de temps le fût du canon met-il pour être changé? -... - Un certain temps », sur lignesdedefense.blogs.ouest-france.fr (consulté le 10 novembre 2017)
  41. La Rédaction, « Fin de mission pour les canons Caesar au Levant : Florence Parly félicite les artilleurs français », sur Ministère des Armées, (consulté le 17 mai 2019).
  42. Laurent Lagneau, « La mission des artilleurs français déployés en Irak est officiellement terminée », sur Zone Militaire, (consulté le 17 mai 2019).
  43. Pierre Alonso, « Armes françaises au Yémen : le document missile », sur Libération.fr, (consulté le 5 février 2020)
  44. « Révélations : voici la carte des armes françaises au Yémen, selon un rapport "confidentiel Défense" », sur www.franceinter.fr, (consulté le 5 février 2020)

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Julie Ludmann et Pierre-Yves Nicolas, Caesar : le camion équipé d’un système d’artillerie Français, Model-Miniature

Liens externes[modifier | modifier le code]