Conflit frontalier entre le Cambodge et la Thaïlande

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Conflit frontalier entre le Cambodge et la Thaïlande
Description de cette image, également commentée ci-après
Informations générales
Date
(3 ans et 6 mois)
Lieu Frontière entre le Cambodge et la Thaïlande au niveau du temple de Preah Vihear
Changements territoriaux in statu quo ante bellum
Belligérants
Drapeau du Cambodge CambodgeDrapeau de la Thaïlande Thaïlande
Commandants
Norodom Sihamoni
Hun Sen
Tea Banh
Srey Doek
Chea Dara
Rama IX
Yingluck Shinawatra
Prayuth Chan-ocha
Nut Sri-in
Thanet Wongcha-um
Chayan Huaysoongnern
Thawatchai Changprachack
Pertes
498 militaires tués
3 civils tués
plus de 65 militaires et civils blessés
130 militaires tués
2 civils tués
plus de 140 militaires et civils blessés
Coordonnées 14° 23′ 46″ nord, 104° 40′ 49″ est

Le conflit frontalier entre le Cambodge et la Thaïlande est la conséquence d'un litige frontalier international entre le Cambodge et la Thaïlande, au niveau du temple de Preah Vihear. Ce temple est situé au Cambodge sur le bord d'une falaise, en arrière de la ligne de crête des monts Dângrêk qui marque la frontière entre les deux pays. L'accès routier à ce temple depuis le Cambodge ne peut se faire que via la Thaïlande. Les affrontements débutent en juin 2008 lorsque le Cambodge décide de fermer le poste frontalier à Preah Vihear alors que des manifestants d’origines thaïlandaises étaient organisés à cet endroit[1]. Les mois suivants sont marqués par une implication militaire qui fera des dizaines de morts et des centaines de blessés civils et miliaires[2]. Les deux camps se sont affrontés (officiellement) huit fois depuis juin 2008 jusqu’au 15 décembre 2011[3]. Les origines de ce conflit remontent à l’ère coloniale du Vietnam, au début du XXE siècle. Le Vietnam était alors sous la domination de la France et la Thaïlande était nommée « Royaume de Siam ». Ce sont ces deux gouvernements qui signèrent le traité de 1907 qui a redéfini les frontières entre l’actuelle Thaïlande et le Cambodge d’aujourd’hui. Plusieurs autres événements ont suivi et ont alimenté les tensions des populations dans le secteur du temple Preah Vihear. La période de 2008 à 2011 est finalement le paroxysme du conflit où plusieurs événements sont venus perturber la population.

Depuis 2011, aucun affrontement armé n’a été rapporté et la région semble plutôt calme. Le 6 juillet 2020 le Cambodge a célébré les 12 ans de Preah Vihear en tant que site du patrimoine mondial de l’UNESCO[4]. Par contre, malgré cette « paix retrouvée » affirmée par plusieurs, certains pays avertissent encore les voyageurs qui souhaitent aller visiter le région de Preah Vihear que la zone est à risque. En date du 16 avril 2021, le gouvernement du Canada avertissait les voyageurs que: « La Thaïlande et le Cambodge ont un différend frontalier qui perdure dans cette région. On a signalé la présence de mines terrestres dans les environs du temple de Preah Vihear. Exercez aussi une grande prudence si vous vous rendez dans toute autre région longeant la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge » [5].

Les origines du conflit[modifier | modifier le code]

Vue aérienne du temple de Preah Vihear en direction du Cambodge au sud, la Thaïlande se trouvant derrière le photographe, juste au-delà du rebord inférieur de la photographie.


Le conflit frontalier entre le Cambodge et la Thaïlande se déroule principalement dans la région entourant le temple Preah Vihear. Considéré par plusieurs comme un véritable joyau culturel, le temple Preah Vihear a une histoire qui accompagne celle du Cambodge depuis plus de 1200 ans[6]. Ce sanctuaire est l’une des plus grandes réalisations architecturales de l’empire khmer, autorité précédant l’État du Cambodge. Le Preah Vihear n’est pas qu’un temple parmi tant d’autres dans cette région, ce dernier est considéré comme un des plus impressionnants de l’Asie du Sud-Est [7]. De plus, ce sanctuaire a bénéficié d’un intérêt royal pendant plus de quatre siècles[6]. Ce domaine sacré qui a une importance historique, culturelle et politique pour la population cambodgienne est également témoin de plusieurs litiges au courant des derniers siècles.

Même si les forces siamoises ont envahi à de nombreuses reprises Preah Vihear après le XVe siècle, le conflit frontalier contemporain débute officiellement à la fin du XIXe siècle[7]. C’est lors du protectorat français que ces problèmes de territoire ont commencé. La propriété juridique du sanctuaire fut l’objet de nombreuses négociations entre l’État colonial français et le Royaume du Siam. Un accord fut finalement signé en 1907 et les deux partis s’accordèrent pour céder le temple Preah Vihear à la capitale cambodgienne, Phnom Penh. Par contre, le tracé des nouvelles frontières fut élaboré uniquement par la France. De plus, les siamois n’ont jamais vraiment vu les nouveaux plans puisqu’ils étaient incapables de lire les cartes occidentales. Près d’une trentaine d’années plus tard, en 1934, les siamois décidèrent de cartographier à nouveau les frontières dans cette région. Ils se rendirent comptent que les cartes léguées par les Français comportaient de sérieuses différences avec ce qu’ils avaient produit comme plans. Cette situation nébuleuse poussa la Thaïlande à réclamer le territoire en 1934[8] .

Cependant, malgré l’importance du temple Preah Vihear, le sanctuaire ne constituait pas la raison principale du mécontentement des Thaïlandais. Selon ceux-ci, l’état français n’avait pas respecté leur accord et avait enfreint les protocoles internationaux[8]. Dans l’année 1941, après plusieurs mois de manifestation populaire, la Thaïlande décide de profiter du climat de la Deuxième Guerre mondiale et envahit le nord-ouest du Cambodge. À la suite de combats violents, la Thaïlande, alors appelée Siam, regagne les provinces de Battambang et de Siem Reap. Avec le support du Japon, un traité de paix est signé entre la France et le Siam à Tokyo en 1941. Dans cet accord, la Thaïlande récupère plusieurs territoires, dont celui de Preah Vihear[7]. Néanmoins, avec la fin de la Seconde Guerre mondiale, le traité de Tokyo de 1941 est invalidé par Washington durant l’année 1946. Cela fait en sorte que le Cambodge récupère à nouveau son territoire. Les origines plus directes du conflit actuel débutent en 1953, alors que la Thaïlande établit un poste de police proche de Preah Vihear et place un drapeau au-dessus du temple. De sérieuses négociations sont entreprises entre la Thaïlande et le Cambodge, maintenant indépendantes entre 1954 et 1958. Malheureusement, aucun résultat positif ne ressort de ces échanges[7]. C’est seulement en 1962 que la Cour internationale de Justice (CIJ) de La Haye tranche en faveur du Cambodge et le décrète comme unique propriétaire du sanctuaire[6]. La décision de la Cour internationale de Justice provoqua de vives réactions en Thaïlande. Une importante campagne publicitaire et de nombreuses protestations s’opposèrent à l’arrêt de la CIJ. Des milliers d’étudiants ont manifesté pour protéger Preah Vihear. En réaction à tout ceci, le premier ministre thaïlandais de l’époque, Sarit Thanarat (1959-1963), affirma « Il en coûtera du sang et des larmes, mais un jour nous récupérerons le Phra Wihan (Preah Vihear) »[2].

Tant du côté cambodgien que thaïlandais, le conflit fût récupéré politiquement. Selon plusieurs experts, le temple Preah Vihear fut victime de l’ultra-nationalisme manipulé par les deux pays pour faire se faire entendre sur la scène internationale[9]. C’est pour cette raison que presque toutes négociations entre dirigeants cambodgiens et thaïlandais étaient perdues d’avance.  

Les années suivant l’arrêt de la Cour internationale de justice n’ont que très peu atténué le climat hostile dans la région du temple Preah Vihear. Autant dans l’espace médiatique qu’aux bords des frontières, les divisions entrent les deux camps étaient palpables. Les discordes frontalières, les bombardements et les pillages étaient encore fréquents dans la région. Ce conflit ne fit que s’accentuer lorsque les communistes khmers basés en Thaïlande opéraient contre le gouvernement cambodgien et que les communistes thaïlandais cherchaient refuge au Cambodge. Après plusieurs années d’occupation des communistes khmers, Preah Vihear a finalement été rouvert aux touristes en 1992[7]. La période suivante est plutôt tranquille jusqu’en 2001 où le Cambodge annonce de vouloir classer le temple Preah Vihear au patrimoine mondial de l’UNESCO. La Thaïlande s’oppose à cette candidature et les deux camps s’entendent pour déposer conjointement le dossier à l’organisation onusienne en 2008. Cependant, le gouvernement thaïlandais retire sa candidature à cause de conflits politiques internes au pays. Du côté du Cambodge, le gouvernement décide de poursuivre le processus et le temple est finalement classé au patrimoine mondial de l’UNESCO dans l’année de 2008[7].

Le conflit entre 2008 et 2011[modifier | modifier le code]

Avant les affrontements armés

En juin 2008, après l’inscription officielle du temple Preah Vihear au patrimoine de l’UNESCO, le conflit entre le Cambodge et la Thaïlande éclate de nouveau. Les tensions territoriales sont également propulsées par un sentiment nationaliste important des deux côtés de la frontière[9]. Dans l’ensemble des deux pays, le climat politique et social est plutôt tendu, ce qui n’aide certainement pas la paix dans la région de Preah Vihear. Du côté du Cambodge, le premier ministre qui est en pleine campagne électorale, à inviter les citoyens à fêter le nouveau statut international du temple. Ces festivités sont tout le contraire de la mobilisation thaïlandaise qui critique sévèrement la gestion de leur nouveau gouvernement (élu en décembre 2007) dans le dossier du temple Preah Vihear. Le Cabinet de la Thaïlande avait accepté la carte présentée par le Cambodge qui concédait notamment le temple Preah Vihear. Le 24 juin 2008, en réaction aux manifestations thaïlandaises au bord du sanctuaire, le gouvernement cambodgien a fermé sa frontière avec la Thaïlande[1].

Le 15 juillet 2008, les autorités cambodgiennes ont procédé à l’arrestation de trois manifestants thaïlandais qui tentaient de planter le drapeau de leur pays sur le domaine sacré. En guise de réponse, la Thaïlande a envoyé des troupes armées au bord des frontières de Preah Vihear. Selon les autorités thaïlandaises, ce déploiement avait pour unique objectif de contenir les débordements de manifestants. Par contre, le Cambodge a accusé les soldats thaïlandais d’avoir traversés illégalement la frontière, ce que le gouverneur de la province de Si Saket a démenti clairement [10].


Pendant les affrontements armés

Durant les mois de juillet, d’août et de septembre, les deux camps ont tranquillement militarisé la région et la présence de soldats est devenue permanente [11]. Les deux camps se sont accusés mutuellement de militariser l’endroit et d’empiétement. Cela a fait en sorte que lors du mois d’octobre, la population a été témoin des premiers accrochages armés. Les Thaïlandais et les Cambodgiens entreprirent des combats sporadiques qui ont dégénéré. Il y a eu des morts, des blessés et des pertes de matériel militaire. L’action demeura contenue dans la région de Preah Vihear, principalement sur le site du temple, même si quelques endroits connexes ont été touchés. Les tensions ont tout de même provoqué un déploiement militaire inhabituel, opposant jusqu’à des centaines de soldats avec des armes légères sur un terrain fortement miné[11].

L’année 2009 débuta avec un climat plus cordial, avec notamment, des poignées de mains amicales entre généraux adverses et le retrait d’ambassadeurs. Il y a même eu une rencontre pacifique le 6 février 2009 entre le ministre de la Défense thaïlandaise, Prawit Wongsuwan et les ministres de la Défense cambodgienne, Tea Banh et Hun sen[12]. Malheureusement, les hostilités recommencèrent dès le mois d’avril 2009. Selon les militaires thaïs, cette reprise a été causée par un « malentendu ». Les Cambodgiens ont accusé les Thaïs d’avoir procédé a une invasion agressive et intentionnelle. À ce stade du conflit, on pouvait remarquer un clivage important entre les discours officiels diffusés par les politiciens et les actions militaires sur le terrain. Toutefois, malgré cette dispute, les semaines suivantes ont poussé les responsables politiques des deux camps a négocié pour atténuer les tensions et minimiser les chances de récidives des évènements d’octobre 2008 et d’avril 2009 [12].

Durant le mois de juillet 2009, la population thaïe a célébré la première année d'inscription de Preah Vihear au patrimoine de l’UNESCO. Ces rassemblements ont également permis de fêter la « victoire » cambodgienne sur la Thaïlande dans cette guerre médiatique, diplomatique et militaire. De plus, malgré les discours pacifistes des deux côtés, les ennemis s’accusèrent de militariser encore plus le territoire et d’élaborer des stratégies belliqueuses aux bords des frontières[12].

En octobre 2009, le gouvernement cambodgien décide de réagir fortement à la lente, mais certains cours à l’armement dans la région de Preah Vihear. Le Cambodge décide de nommer l’ancien Premier ministre thaï Thaksin Shinawatra à un poste important, alors qu'il était considéré comme fugitif par le gouvernement thaï à ce moment. Cet appui officiel au politicien exilé offusque le camp thaïlandais et n’aide pas le retour possible d’une paix à Preah Vihear[12].

À la fin de janvier 2010, d’autres escarmouches militaires se sont produites. Plusieurs titres ont été rapportés et un soldat thaïlandais a péri[13]. Après la démission de Thaksin Shinawatra du cabinet cambodgien, les négociations diplomatiques entre le Cambodge et la Thaïlande reprirent au mois d’août 2010. Étant toujours dans une impasse, le premier ministre du Cambodge, Hun Sen, a décidé de contacter le Conseil de sécurité des Nations unies et l’Association des nations de l’Asie du Sud-Est (ASEAN). Mais comme l’ASEAN a un principe de non-ingérence, le Cambodge a attendu une conférence internationale pour régler cette question[14].

C’est en 2011 que le conflit dégénère au plus haut point et a le plus de conséquences négatives. Pendant la première montée du mois de février 2011, les combats sporadiques ont fait au moins six morts et des dizaines de blessés. De plus, des milliers d’habitants ont été obligés de fuir les lieux devenus trop dangereux[15]. Le 22 avril, un affrontement de cinq heures fait rage proche des temples Ta Krabey et Ta Moan, à quelques kilomètres de Preah Vihear. Cette escarmouche fait six morts et treize blessés. Encore une fois, les habitants à proximité sont dans l’obligation de s’enfuir[16]. Le mois d’avril fut sanglant, on compta un total de 16 morts, des dizaines de blessés et 85 000 villageois déplacés[17].

Ce conflit hautement politique témoigne des problèmes administratifs des deux pays. Selon Jaques Ivanoff, lors du conflit, le Cambodge n’était pas un État de droit et n’avait guère d’institutions auxquelles se fier. La politique cambodgienne était alors dominée par le népotisme, la corruption, l’omniprésence de Hun Sen et de ses affidés, et donc le système patron client est roi[9].

En juillet 2011, les Nations unies ont finalement ordonné à la Thaïlande et au Cambodge de retirer leurs troupes de la zone entourant Preah Vihear. La Cour internationale de Justice a ordonné aux deux pays d’autoriser l’accès aux officiers de l’ASEAN pour observer le cessez-le-feu[18].

En décembre 2011, les deux pays signent des accords prévoyant le retrait des troupes stationnées de chaque côté de la frontière[19].

L'affaire Preah Vihear de 2011 à 2021[modifier | modifier le code]

Bien que le conflit armé se termine en 2011, les démêlés juridiques de « l’affaire Preah Vihear » se sont étendus quelques années plus tard. Le 28 avril 2011, le Cambodge déposa une requête auprès de la Cour internationale de Justice pour une demande d’interprétation de l’arrêt de 15 juin 1962 rendu par celle-ci. Il aura fallu attendre jusqu’au 11 novembre 2013 pour que la Cour internationale de Justice conclue que « le temple de Preah Vihear est situé en territoire relevant de la souveraineté du Cambodge ». De plus, la conclusion de la CIJ oblige la Thaïlande à restituer tous les objets du temple Preah Vihear qui auraient peu être substitués depuis son occupation de 1954[20]. Ce dénouement juridique a bien inquiété certains villageois qui ont fui leurs maisons dans la région de Preah Vihear craignant des affrontements à la suite de la décision de la CIJ. Malgré le fait qu’il n’a plus eu d’accrochages armés, la décision de la CIJ a contribué au statu quo selon certains. La Thaïlande reconnaît le Cambodge comme propriétaire du temple Preah Vihear, toutefois, les deux camps revendiquent un terrain adjacent de 4,6 kilomètres carrés. « C'est un jugement mitigé qui permet aux deux pays de le considérer comme une « victoire », déclare Thitinan Pongsudhirak, politologue thaïlandais. »[21].  

Depuis 2011, aucun affrontement armé n’a été rapporté, la région semble plutôt calme. Le 6 juillet 2020 le Cambodge a célébré les 12 ans de Preah Vihear en tant que site du patrimoine mondial de l’UNESCO. De plus, l’UNESCO a réitéré son appuie au gouvernement cambodgien dans la sauvegarde du site archéologique et du monument historique, conformément aux principes des objectifs de développement durable[4].

En excluant le contexte exceptionnel de la pandémie du COVID-19, le temple Preah Vihear est maintenant ouvert aux touristes[22]. Par contre, malgré cette « paix retrouvée » affirmée par plusieurs, certains pays avertissent encore les voyageurs qui souhaitent aller visiter le région de Preah Vihear que la zone est à risque. En date du 16 avril 2021, le gouvernement du Canada avertissait les voyageurs que « La Thaïlande et le Cambodge ont un différend frontalier qui perdure dans cette région. On a signalé la présence de mines terrestres dans les environs du temple de Preah Vihear. Exercez aussi une grande prudence si vous vous rendez dans toute autre région longeant la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge. »[23]. Un avertissement similaire est annoncé sur le site des Affaires étrangères, Commerces extérieurs et Coopération au Développement de la Belgique ; « Depuis plusieurs années, la situation à la frontière entre la Thaïlande et le Cambodge est tendue, à la hauteur du complexe des temples de Preah Vihear. La frontière entre la Thaïlande et le Cambodge reste fermée dans cette région et l'accès au temple de Preah Vihear depuis la Thaïlande n'est pas possible[24].


Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b (en) Jonathan Head, « Political tensions driving temple row », BCC,‎ (lire en ligne)
  2. a et b Pavin Chachavalpongpun, « Le conflit thaïlando-cambodgien : L’affaire du temple Preah Vihear », CERISCOPE Frontières,‎ (lire en ligne)
  3. (km) VietBao, « Biên giới Cam - Thái lại vang tiếng súng », VietBao,‎ (lire en ligne)
  4. a et b (en) « Cambodia celebrates 12 years of Preah Vihear Temple as a UNESCO World Heritage Site », sur UNESCO, (consulté le )
  5. Gouvernement du Canada, « Thaïlande », (consulté le )
  6. a b et c Chuch Pheourn, Preah Vihear, une valeur universelle et exceptionnelle, Paris, Académie des Inscriptions et Belles-Lettres, (lire en ligne), p. 1331-1342
  7. a b c d e et f (en) Ronald Bruce St John, Preah Vihear and the Cambodia-Thailand Borderland, IBRU Boundary and Security Bulletin, (lire en ligne), p. 64-68
  8. a et b Marc-André Roy, « Les douloureux souvenirs de Preah Vihear », Redtac,‎ (lire en ligne)
  9. a b et c Jacques Ivanoff et Thomas Delage, « Thaïlande vs Cambodge », Areion Group,‎ , p. 20 (lire en ligne)
  10. (en) « Thai troops cross into Cambodia », BBC,‎ (lire en ligne)
  11. a et b Denis Gambade, L'Asie du Sud-Est 2009. Les événements majeurs de l’année, EchoGeo, , 313 p.
  12. a b c et d Arnaud Leveau, L’Asie du Sud-Est 2010. Les événements majeurs de l’année, EchoGeo, , 384 p., p. 141
  13. (en) « Thaï soldier killed in clashes with cambodian forces », Nam News network,‎ (lire en ligne)
  14. Arnaud Leveau, L’Asie du Sud-Est 2011. Les événements majeurs de l’année, EchoGeo, , p. 135
  15. Émilie Boulanger, « Le Cambodge et la Thaïlande en conflit pour un temple de 4,2 kilomètres carrés », Slate,‎ (lire en ligne)
  16. (en) Sopheng Cheang, « Thai, Cambodian armies clash on border; 6 killed », MSN BC,‎ (lire en ligne)
  17. (en) « Thailand, Cambodia clash for 9th day, 16 dead », The Nation,‎ (lire en ligne)
  18. (en) « UN orders troops away from temple  », Independent,‎ (lire en ligne)
  19. (en) « Thailand and Cambodia reach deal on temple border », BBC News,
  20. « Demande en interprétation de l'arrêt du 15 juin 1962 en l'affaire du Temple de Préah Vihéar (Cambodge c. Thaïlande) (Cambodge c. Thaïlande) », sur Cour internationale de Justice, (consulté le )
  21. (en) Maher Satter, « Ruling doesn’t quell Thai-Cambodia border row  », Aljazeera,‎ (lire en ligne)
  22. « Le temple de Preah Vihear, incontournable à visiter au Cambodge », sur Authentique Vietnam, (consulté le )
  23. « Thaïlande », sur voyage.gc.ca, (consulté le )
  24. « Thaïlande », sur Affaires étrangères, Commerces extérieurs et Coopération au Développement, (consulté le )

Articles connexes[modifier | modifier le code]