MO 120 RT

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
MO 120 RT
Image illustrative de l'article MO 120 RT
Équipe de mortier MO 120 RT du 2e régiment étranger d'infanterie durant l'opération Daguet avec un VTM 120.
Caractéristiques de service
Service 1973
Utilisateurs Drapeau de la France France
Conflits Guerre d'Afghanistan (2001)
Guerre du Mali
Production
Concepteur Thomson-Brandt
Constructeur TDA Armements
Caractéristiques générales
Équipage 6 hommes
Longueur 3.10 m
Largeur 1.94 m
Hauteur 3,70 m
Masse au combat 530 à 600 kg (selon plaque de base utilisée)
Armement
Armement principal Canon de 120mm
Mobilité
Moteur
Vitesse sur route
Puissance massique
Autonomie

Le Mortier 120 mm Rayé Tracté Modèle F1 (MO 120 RT), connu également sous le nom de son fabricant d'origine Brandt Thomson MO-120-RT-61, est une arme française de calibre 120 mm construit actuellement par TDA, entré en service en 1973[1]. Il remplace le mortier Brandt de 120 mm type A.M. 50.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

MO 120 RT

Sa masse est de 653 kg Tout Terrain et 635 kg Hors Terrain, son canon est un tube à âme rayée de 2,80 m de long, la portée maximale est, selon les munitions qui ont un effet équivalent à celui d'un obus d'artillerie de 155 mm, de 7 à 13 km. La flèche d'un obus modèle F1 (altitude maximale atteinte par le projectile) est de 1 896 m pour un tir à 4 km, 2 606 m à 8 km, et à une flèche maximale de 4 074 m[2].

Il est servi par une équipe de pièce de 6 hommes et a une cadence de tir maximale de 6 à 10 coups par minute. Son maintien en condition opérationnelle coûte, en 2013 en France, 2 000 [3]. Une version dédié du Véhicule de l'avant blindé pour sa mise en œuvre nommé VTM 120 embarque 70 obus.

Opérateurs[modifier | modifier le code]

Embarquement d'un mortier de 120 mm en position de transport dans un hélicoptère de manœuvre de l’ALAT en 2009.

Il est en service en 2011 dans 23 pays, notamment la France (361 exemplaires en 2007[4], 192 en 2011[5], 140 en 2013, 128 en 2014[6] d'un âge moyen de 40 ans et 171 fin 2016 avec un taux de disponibilité de 51 %[7]), l'Italie, la Belgique, les Pays-Bas, le Japon, les États-Unis (dans l'USMC sous la désignation M327), le Canada et la Turquie (version locale construit par MKEK, désignation HY 12 Tosam[8]).

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. (en) Celeste Dawn, « MO-120-RT-61: Marines, Fire for Effect! », sur State of Guns, (consulté le 19 juillet 2014).
  2. Fabrice Fayet, Détachement de Liaison, Observation et Coordination (DLOC), Centre interarmées de concepts, de doctrines et d’expérimentations, , 62 p., PDF (lire en ligne), p. 15.
  3. « Question N° : 47350 de M. François Cornut-Gentille ( Union pour un Mouvement Populaire - Haute-Marne ) », sur Assemblée nationale française, (consulté le 17 juillet 2014).
  4. « Les forces armées françaises 2007-2017 », Défense et Sécurité internationale, no 128,‎ , p. 78.
  5. « Les chiffres-clés de la Défense – édition 2011 », sur Ministère français de la Défense, (consulté le 3 octobre 2011)
  6. Assaut Hors Série Artillerie
  7. Jean-Dominique Mercher, « A peine 171 mortiers de 120 dans l’armée française... », sur L'Opinion, (consulté le 11 mai 2017).
  8. Jane's Information Group, « MKEK 120 mm HY 12 mortar (Turkey), Mortars », (consulté le 9 novembre 2011)

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :