TRF1

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche

TRF1
Image illustrative de l’article TRF1
Canon TRF1 de 155 déployé par le 93e régiment d'artillerie de montagne a Djibouti en 2010.
Caractéristiques de service
Utilisateurs Drapeau de la France France
Drapeau de Chypre Chypre
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite
Drapeau du Sénégal Sénégal
Drapeau du Maroc Maroc
Production
Concepteur GIAT Industrie puis Nexter
Année de conception 1979
Caractéristiques générales
Équipage 7 hommes
Longueur 12,27 m
18,3 m avec le tracteur TRM
Largeur 3,09 m
Hauteur 1,79 m
Masse au combat 10,5 tonnes
19 tonnes avec le TRM 10000
Armement
Armement principal Canon de 155 mm
Armement secondaire Mitrailleuse de 12,7 mm[N 1]
Mobilité
Moteur
Transmission VP 11 en liaison avec VAB préparation des tirs sur fréquence "téléaffichage"
Vitesse sur route
Puissance massique
Autonomie

Le canon tracté de 155 mm Tr F1 est une pièce d'artillerie sol-sol française. Il est produit par l'entreprise d'armement Nexter (ex Giat Industries). En 2006, l'armée de terre française en a reçu 105 au total.

Canon de calibre 155 mm destiné à équiper les régiments d’artillerie des divisions d'infanterie et des divisions légères blindées, il peut se déplacer seul grâce à son groupe motopropulseur (8 km/h). Son chargement est semi-automatique.

Conception[modifier | modifier le code]

Vue de la culasse juste après le tir d'un obus en 2013. Il est à chargement manuel.

Il est présenté lors du salon de l'armement de Satory de 1979 et destiné alors à remplacer les obusiers BF-50 de l'armée de terre[1].

Fabrication[modifier | modifier le code]

Il a été fabriqué à l'arsenal de Bourges par Nexter de 1984 à 1993 pour les modèles de série.

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Équipage et véhicule tracteur[modifier | modifier le code]

D'après le site du ministère de la défense, l'équipage est de 7 hommes : 1 chef de pièce, 1 chargeur, 2 pourvoyeur, 2 artificiers et 1 conducteur tracteur de pièce[2]. Le chargement de l'obus est semi-automatique[3].

Le transport et l'approvisionnement en munitions se fait à partir de camions TRM 10000 qui emportent, outre l’équipage de la pièce, 56 coups complets, dont 24 en casiers[3],[4]. Le véhicule tracteur possède une mitrailleuse M2 sur circulaire comme arme de défense[3].

Performances[modifier | modifier le code]

Le canon peut tirer tous les types de munitions de 155 de 39 calibres[N 2] à douille combustible[3], mais la munition normale est l'obus explosif. Avec cette munition, la portée est de 24 km mais elle peut atteindre 30 km avec des munitions à portée étendue[2]. La cadence de tir rapide est de 3 coups en 15 s[2] et celle prolongée de 6 coups en 1 min. Un tube est donné pour pouvoir être utilisé pour 3 000 coups[5].

La mise en batterie prend moins de 5 min. Le champ de tir horizontal est de 445 mil à gauche et 675 mil à droite tandis que le champ de tir vertical va de 90 mil à 1 170 mil[2]. Le pointage est hydraulique et le canon peut faire des tirs directs[3].

Le système peut franchir des pentes de 60 % et des gués de 1,20m de profondeur[2].

En service[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.
Un TRF1 du 3e régiment d'artillerie de marine lors d'un exercice de tir en Allemagne en 2013[6].
Canon TRF1 de 155

Il est mis en place au 11e régiment d'artillerie de marine et au 68e régiment d'artillerie au cours des années 1989-1990. 16 pièces furent servies par le 11e RAMa lors de la Guerre du Golfe et appuyèrent les combats de la division Daguet en tirant 1 640 obus[7]. Un total de 105 unités sont livrés à l'armée de terre française alors que l’objectif initial, avant l'éclatement du Bloc de l'Est était de 180 tubes.

En 2013, cinq régiments des forces françaises en sont équipés : le 11e régiment d'artillerie de marine, le 93e régiment d'artillerie de montagne, le 35e régiment d'artillerie parachutiste, le 3e régiment d'artillerie de marine ainsi que le 5e régiment interarmes d'outre-mer de Djibouti.

Aujourd'hui il est remplacé par le système Camion équipé d'un système d'artillerie « Caesar » et, en 2016, il n'en reste que 12 en service[8].

Opérateurs[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (mars 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Remplacement[modifier | modifier le code]

La loi de programmation militaire 2018 (couvrant 2019-2025) prévoit un retrait des AUF1 et une livraison d'un complément de 32 canons CAESAR, pour un total à 109 de ce dernier type[9].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Sur le tracteur TRM 10000
  2. Il s'agit de la longueur du canon (6,045 m divisée par diamètre de l'obus (155 mm)

Références[modifier | modifier le code]

  1. http://www.maquetland.com/article-phototheque/969-canon-155mm-tr-f1-montpellier-2000
  2. a b c d et e « Canon 155 TRF1 », sur defense.gouv.fr, (consulté le 30 octobre 2013)
  3. a b c d et e « TRF1 », ARTI « Équipements d’aujourd’hui et de demain dans l'artillerie »,‎ (ISSN 1639-9870)
  4. Henri-Pierre Grolleau, Les matériels de l’armée de Terre, Marines Éditions, 127 p. (ISBN 978-2-35743-029-7), p. 90
  5. « L'artillerie française - (Quelques possibles) tendances pour demain en opérations 3/3 », sur http://mars-attaque.blogspot.com/, (consulté le 10 décembre 2018).
  6. Quentin Michaud, « Le 3e RAMa à l’exercice Combined Endeavor 2013 », (consulté le 28 juillet 2017).
  7. Erwan Bergot, Opération Daguet : Les Français dans la guerre du Golfe, Presse de la Cité, , 273 p. (ISBN 978-2258034433), p. 237
  8. François Lamy, « N° 3115 Avis de M. François Lamy sur le projet de loi de finances pour 2016 (n° 3096) », sur Assemblée nationale, (consulté le 6 avril 2016).
  9. « rapport annexé projet de loi de programmation militaire 2019 / 2025 »

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens internes[modifier | modifier le code]