AMX AuF1

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.

canon de 155 Automoteur modèle F1
Image illustrative de l’article AMX AuF1
Deux AuF1 du 40e régiment d'artillerie déployé au sein de l'Implementation Force.
Caractéristiques de service
Type Canon automoteur
Service depuis 1982 dans l'Armée de Terre française
Utilisateurs Drapeau de la France France
Drapeau de l'Arabie saoudite Arabie saoudite
Drapeau de l'Irak Irak
Conflits Guerre Iran-Irak et Guerres de Yougoslavie
Caractéristiques générales
Équipage 4 chef de pièce ; pilote ; pointeur et radio/artificier/chargeur (RAC)
Longueur 10,23 m (avec le canon)
Largeur 3,1 m
Hauteur 3,17 m
Masse au combat 43,5 tonnes[1]
Blindage (épaisseur/inclinaison)
Type caisse : de 15 à 80 mm d'acier
tourelle : 20 mm d'acier
Armement
Armement principal 1 canon d'artillerie GCT de 155 mm (42 obus)
Portée : 23,5km (obus à culot creux),
28km (munition à portée étendue, RTC)
Champ de tir : 360° en direction, 5° à 66° en hauteur
Délai de mise en batterie : 2 à 3 minutes
Changement de position d'une 1/2 portée : 50 minutes à 1 heure
Vitesse initiale obus : 810 m/s
Armement secondaire 1 mitrailleuse lourde M2 de 12,7 mm, en superstructure
Mobilité
Moteur Hispano-Suiza HS-110
AuF1 TA : Renault-Mack E9
Puissance 680 ch (500 kW)
AuF1 TA : 750 ch (552 kW)
Transmission AMX 5-SD-200D (manuelle)
AuF1 TA : SESM ENC 200 (automatique)
Suspension barres de torsion
Vitesse sur route 60 km/h
Puissance massique 15,6 ch/t
Autonomie 500 km (diesel) - 420 km (essence)

Le canon de 155 mm Automoteur modèle F1 (AuF1) est un système d'artillerie sol-sol français monté sur le châssis du char de combat AMX 30 (mais conçu pour pouvoir être adapté sur d'autres plates-formes : T-72, Leopard 2, etc...). Il était produit par l'Atelier de Construction de Roanne du GIAT (GIAT Industries puis Nexter Systems) pour le châssis et l'Établissement d'Études et de Fabrication d'Armement de Bourges pour la tourelle 155 Grande Cadence de Tir (155 GCT) et l'intégration de cette dernière sur le châssis fabriqué à Roanne. Il est en cours de remplacement par le Camion équipé d’un système d’artillerie (Caesar). En 2016, l'armée de terre française possédait encore 32 unités affectées au 40e RA de Suippes.

Historique[modifier | modifier le code]

Chargement des casiers à munitions d'un AuF1 de la SFOR à Mostar en 1995/1996. Chaque obus de 155 mm pèse 42 kg, on remarquera que les charges combustibles qui propulsent les obus sont rangées dans la partie gauche de la tourelle, coté artificier.

Au milieu des années 1960, face à la menace d'un déferlement de grandes masses mécanisées du pacte de Varsovie, l'OTAN prévoit de remplacer le calibre 105 mm des batteries d'artillerie de campagne par celui de 155 mm dont le pouvoir explosif est nettement supérieur. À l'époque l'AMX 13-155 AmF3 (Automouvant de 155 mm modèle F3) est en service dans les régiments d'artillerie, mais la faible longueur du tube (33 calibres) ne lui permet pas d'atteindre des objectifs au-delà de 20 km.

En France l'expression du besoin est fixée en 1970 autour de quatre spécifications fondamentales pour l’époque, soit une mobilité quasi égale à celle d’un char de combat, possibilité de traiter très vite des objectifs différents sur 360° d’azimut (à toutes les portées), haute cadence de tir avec une munition à performance suffisante et protection totale de l’équipage dans un milieu NBC et devant un feu d’armes portatives.

L'AuF1 est basé sur le châssis AMX-30B, avec adjonction d'un groupe auxiliaire de puissance Citroën AZ de 4 kW en châssis. Le châssis pèse 24 t. et sa tourelle portant le canon de 155 mm pèse 17 t. en ordre de combat.

Le premier prototype de l'AuF1 sort en 1972, et les premiers prototypes opérationnels ont commencé à tirer en 1973/74. À l'époque, le système de chargement semi-automatique permet une cadence de tir « normale » (dite « efficacité ») de six coups en deux minutes, « maximale » de trois coups en quinze secondes.

Au même moment, les développements de la douille combustible et du système de chargement automatique se poursuivent. Ces adaptations confèrent à l'AuF1 une capacité à tirer en atmosphère NBC pratiquement unique au monde.

Après la réalisation de six prototypes, une présérie de six engins sort pour expérimentation en régiment (le 40e RA de Suippes) en 1979. Mais le programme coûte cher et reste au point mort jusqu'au début des années 1980, la fourniture du système à l'Irak permettra de lancer l'industrialisation et d'en doter progressivement l'artillerie française. 76 exemplaires sont en ligne dans cette dernière en 1985[2]. En 1989, 12 des 13 régiments d'artillerie type « division blindée » en service en sont équipés[3].

Le système a été adopté par les artilleurs du Koweït, à la suite de la guerre du Golfe, les premiers matériels ayant été livrés le lendemain du cessez-le-feu. Un régiment à 17 pièces (contrat JAHRA 1) a été équipé d'AuF1T pré équipés CTI et a été en alerte lors de la seconde alarme SADDAM en .

L'AuF1 a suivi plusieurs évolutions, d'AuF1 en AuF1 T (en 1992) par modification du système de commande de chargement (PCH) qui passe de la technologie à relais à la technologie à microprocesseur, du groupe auxiliaire de puissance qui passe d'un moteur thermique (AZ Citroën) 4 kW à une turbine Microturbo Gévaudan 12 kW. Le gain en disponibilité opérationnelle (+ 30 %) amène ce matériel à forcer la décision lors de l'engagement en ex-Yougoslavie sur le Mont Igman lors du bombardement de la Bosnie-Herzégovine par l'Otan en 1995 où 8 obusiers automoteurs armés par le 40e régiment d'artillerie[4] et le 1er régiment d'artillerie de marine[5]) sont engagés[6].

Des versions intermédiaires ont vu le jour, l'AuF1 TM (T-Modex (Module Expérimental)) au 40e RA de Suippes qui a permis de valider l'implantation ATLAS en AuF1 qui avait un châssis équipé AuF1T avec turbine et une tourelle équipée ATLAS.

Le choix a été fait de monter la tourelle 155 AuF1 TA sur un châssis AMX-30B2 remotorisé avec un moteur Renault Mack E9 choisi en remplacement du moteur Hispano-Suiza HS-110 commandé à 500 exemplaires pour l'AMX-30B2 Brenus en 1998.

En 2013, l'artillerie française disposait de 157 canons de 155 mm : 77 Caesar et 80 canons automoteurs blindés AUF-1. Au , elle n'aligne plus que 121 canons de 155, les AUF-1 sont en cours de retrait avec seulement 32 unités en service en 2016[7]. Les derniers devraient disparaitre du tableau détaillant les « principaux équipements opérationnels » en 2019[8] et devraient rester en parc jusqu'au environ 2030[9].

Une commande supplémentaire de 64 exemplaires du CAESAR devait être incluse dans la loi de programmation militaire de 2015-2020 pour porter l'effectif total de pièces CAESAR dans l'armée française à 141 unités pour remplacer le TRF1 et l'AMX 30 AuF1[10], mais en 2013, elle a été abandonnée. Au mois d', le général Jean-Pierre Bosser annonçait qu'une commande de 32 canons Caesar en version lourde remplacerait les 32 AMX AUF1 restant, prévus pour être retirés du service en 2030[11].

La loi de programmation militaire 2018 (couvrant 2019-2025) prévoit un retrait des AUF1 et une livraison d'un complément de 32 canons CAESAR, pour un total à 109 de ce dernier type[12].

Caractéristiques techniques[modifier | modifier le code]

Armement[modifier | modifier le code]

Chargement automatique[modifier | modifier le code]

Lorsqu'il est entré en service en 1982, il se distinguait des autres canons automoteurs alors en service (à l'exception du Bandkanon 1 suédois) par son chargement entièrement automatique des obus et des douilles combustibles.

Les quarante-deux obus et leur douilles combustibles sont placés dans deux casiers (chaque casier comprend sept paniers verticaux contenant chacun six obus ou six douilles), respectivement à droite et à gauche à l'arrière de la tourelle. Dans la partie droite de de la tourelle se trouve un chariot de transfert qui glisse latéralement au-dessus des paniers à obus. Une pince mécanique montée au sommet du chariot prend un obus dans le casier et le transfère à l'avant de la tourelle en glissant sur un rail monté au plafond jusqu'à une civière montée sur un bras oscillant au-dessus de la culasse du canon. Le bras bascule ensuite pour s'aligner avec la culasse et l'obus est refoulé dans le chambre du canon.

Entre-temps, dans la partie gauche de la tourelle, une autre pince mécanique (également montée sur un chariot de transfert) saisit la charge propulsive et la transfère sur la deuxième civière qui va pivoter pour s'aligner avec la culasse, la douille combustible est introduite par un refouloir et pousse en même temps l'obus qui le met à poste définitivement.

En raison de la forme biseautée des bords du toit de la tourelle, les casiers situés aux extrémités ne sont pas accessibles par les chariots de transfert du système de chargement automatique[13].

Versions[modifier | modifier le code]

  • AuF1 expérimental : six exemplaires de pré-série construits et expérimentés en corps de troupe de 1979 à 1980 au 40ème régiment d'artillerie, cette version est quasi-définitive par rapport à la version produite en grande série et se distingue par un évacuateur de fumée sur le canon de 155 mm sur l'un des six exemplaire, la trappe d’aération sur le côté avant-droit de la tourelle étant absente. Ces six pièces d'artillerie ont été ensuite mises au standard "H" dès la mise en service de l’AuF1 et mis en service dans les corps d'artillerie.
  • AuF1 H : dénomination de l'AuF1 après l'arrivée de l'AuF1 T afin de distinguer les deux modèles. L’AuF1 H est équipé d’un groupe auxiliaire de puissance utilisant un moteur bicylindre Citroën AZ de 425 cm3 délivrant une puissance de 4 kW.
  • AuF1 T : possède une microturbine Gévaudan (T pour turbine) de 12 kW qui sert de groupe auxiliaire de puissance. L'AuF1 T peut être distingué du AuF1 H par la plaque bombée recouvrant le capot du groupe auxiliaire de puissance ainsi que son volumineux déflecteur latéral[13]. L'AuF1 T est également appelé AuF1 CTI pour Conduite de Tir Inertielle. Cette version est équipée d'un système de navigation inertielle SAGEM CITA 20 fonctionnant à l'aide d'un gyroscope.
  • AuF1 TM : vingt-quatre AuF1 T du 40ème régiment d'artillerie furent équipés d'un module expérimental (MODEX) comprenant le système de gestion et de transmission automatique d'informations ATLAS[14] (Automatisation des Tirs et Liaisons de l'Artillerie Sol/sol) remplaçant l'ATILA.
  • AuF1 TA : TA pour Tourelle ATLAS. L’AuF1 TA est construit sur le châssis de l'AMX-30B2 Brenus, ce dernier est renforcé et motorisé avec un Renault-Mack E9 de 750 ch. Ce moteur étant plus haut que l’Hispano-Suiza HS 110-2 d'origine, la tourelle a donc été ré-haussée par l'adjonction d'un anneau de 12 cm[13]. L’AuF1 TA est dépourvu de groupe auxiliaire de puissance mais il possède à la place une série de batteries tampon alimentant en électricité la tourelle quand le moteur est coupé. Quatre-vingt-quatorze AuF1 furent mis au standard TA entre 1998 et 2007.
  • AuF2 : concept d'AuF1 revalorisé proposé par Giat Industries à la fin des années 90, il est armé d'un canon d'artillerie de 155 mm allongé à 52 calibres (contre 39 calibres sur l'AuF1) permettant d'augmenter la portée du canon de 30 km à 42 km en employant l'obus à portée étendue. Le pointage et le chargement automatique sont entièrement automatisés. Ce dernier a également été amélioré afin d'employer des charges modulables au standard OTAN, il est également capable de façonner les charges modulable en vue d'un tir à impact simultané à plusieurs coups (MRSI).

Utilisateurs[modifier | modifier le code]

AuF1 et AMX-10P de la 20e brigade de la force terrestre saoudienne royale. L'AMX-10P à gauche est un véhicule d'observation de l'artillerie, celui qui est au centre est un engin adapté en PC de Batterie.

Nombres d'exemplaires reçus :

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Guide Technique Canon de 155 AUTOMOTEUR AUF1 (CN 155 AU F1) Tourelle MAT 4025/2, N°8250/STAT/DOC, Edition n°3 MAI 1992 page 11
  2. Benoits Bihan, « 1975 ou 1985 : à dix ans de distance, deux scénarios très différents », Guerres & Histoire, no 38,‎ , p. 44.
  3. David Delporte, « L'artillerie », sur http://armee-francaise-1989.wifeo.com/, (consulté le ).
  4. « 40e régiment d'artillerie », fiche de présentation de l'armée de terre française
  5. 1er régiment d'artillerie de marine, Marsouins et Bigors
  6. Service Militaire en Bosnie
  7. François Lamy, « no 3115 Avis de M. François Lamy sur le projet de loi de finances pour 2016 (no 3096) », sur Assemblée nationale, (consulté le ).
  8. « Exit les derniers AUF1, bienvenue au Caesar NG! », sur Forces Opérations Blog, (consulté le ).
  9. Laurent Lagneau, « Artillerie : 32 CAESAR blindés remplaceront les derniers canons AUF1 en 2030 », sur OPEX360, (consulté le ).
  10. « Loi de programmation militaire pour les années 2009 à 2014 », sur www.legifrance.gouv.fr, Légifrance, (consulté le )
  11. « Artillerie : 32 CAESAR blindés remplaceront les derniers canons AUF1 en 2030 », sur Zone Militaire (consulté le )
  12. « rapport annexé projet de loi de programmation militaire 2019 / 2025 »
  13. a b et c Jacques, « AMX 30 AUF1, French Self Propelled Gun. MENG, 1/35, ref TS-004. Plastique injecté et photodécoupe. Revue en 4 partie. 1ère partie. », sur france135.forumactif.com, (consulté le )
  14. « Le système ATLAS », sur defense.gouv.fr, (consulté le )
  15. (en) « AU-F1 GCT », (consulté le )
  16. (en) « Iraq - AMX-30 AuF1 / GCT 155mm », (consulté le )

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Julie Ludmann et Pierre-Yves Nicolas, AMX AuF1 : le canon automoteur de 155 mm sur châsis d'AMX-30, Model-Miniature (lire en ligne)

Liens externes[modifier | modifier le code]