Marius Perret

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marius Perret
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 48 ans)
Java (Indonésie)
Nationalité
française
Activité
Maître
Mouvement

Marius Perret, né le à Moulins dans l’Allier et mort le à Sinanglaija (Java), est un peintre de marines français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Marius Perret, né le à Moulins (Allier)[1],[2],[3].

Marius Perret fut bachelier en lettres en 1869 avec la mention assez-bien et bachelier en sciences en 1871 avec la mention passable. Inscrit à la faculté de Médecine de paris, il fut reçu au concours pour l'Externat en 1873, arrivant 83e sur 159 candidats reçus. Parallèlement à ses études de médecine, Marius Perret intègre l’école des Beaux-Arts où il est l'élève d'Alexandre Cabanel.

De 1884 à 1886, il passe trois années dans le Sahara algérien, à Laghouat, au Mzab et chez les Châoumbas. Les toiles rapportées de ce voyage, sont récompensées à l'Exposition universelle de Paris de 1889 et cette même année il débute sa collaboration au journal Le Tour du monde[4].

En 1890, il obtient une mention honorable au Salon des artistes français pour une série de dessins sur les Algériens du Mzab, une bourse de voyage de la 4e exposition Blanc et Noir[5],[6].

En , Perret rejoint le Sénégal (sans mission payée) et se joint à l’expédition du colonel Alfred Dodds au cours de laquelle il doit suppléer le médecin du bataillon. Au cours de son séjour sénégalais, il peint le quotidien des pêcheurs de Guet n’Dar, quartier de Saint-Louis. En 1891, il suit toute la colonne du Fouta (colonel Dodds) et effectue une expédition chez les Maures Dowaïch avec les indigènes sénégalais.

« Au sujet de mon voyage au Sénégal (...) je suis le premier peintre qui ait séjourné dans la Colonie », écrit-il au ministre[7].

En 1892, il obtient une médaille de 3e classe au Salon des Champs-Élysées et le prix de Raigecourt-Goyon (paysage)[8] pour le tableau intitulé Le départ des pirogues pour la pêche à Guet n'dar au Sénégal. Ce tableau acquis par la Direction des Beaux Arts a été affecté au Musée naval du Louvre. Il est désormais conservé au musée d'Orsay[9].

En 1893, il participe au premier Salon de la Société des peintres orientalistes français au Palais de l'Industrie à Paris.

Après l'Afrique, il part en Asie[10] où il est emporté par un accès de fièvre chaude à Sindanglaija (Java) le [1],[2],[3].

Le diorama de Djibouti présenté à l'Exposition universelle de 1900 (Pavillon des quatre petites colonies) a été exécuté, non par lui, mais d'après ses maquettes, par Henri d'Estienne[11]. Il obtient à cette occasion une Médaille d'Argent dans la catégorie "Peintures, cartons et dessins"[12].

Peintre de la Marine[modifier | modifier le code]

Il est nommé Peintre de la marine et des colonies le [13].

Une exposition rétrospective de ses œuvres a eu lieu au Grand Palais du au à l'Exposition des peintres orientalistes[14].

Œuvres[modifier | modifier le code]

  • Tirailleurs sénégalais en arrière-garde, campagne du Fouta, colonne Dodds, vers 1894, huile sur toile, 0,745m x 1,655m, Paris, musée d'Orsay[15]
  • Tirailleurs sénégalais en arrière-garde, esquisse, Pau, musée des beaux-arts[16]
  • Le départ des pirogues pour la pêche à Guet n'dar au Sénégal, 0,805m x 1.605 m, longtemps exposé au musée national de la Marine, est conservé au musée d'Orsay[17]
  • Musicienne vietnamienne assise jouant du luth, vers 1902, aquarelle et gouache, 0,378m x 0,263m, Louvre[18]
  • Deux danseuses cambodgiennes, 1900, aquarelle et gouache, 0,475m x 0,336m, Louvre[19]
  • Bateau de fête vu de la proue, peinture à l'huile, 0,263m x 0,368m, Louvre[20]
  • Bateau de fête vu de la poupe, Louvre[21]
  • Musicienne vietnamienne assise, jouant de la flûte, Louvre[22]

Hommages[modifier | modifier le code]

Une rue portant son nom a été inaugurée dans sa ville natale de Moulins en [23].

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Bulletin de la Société d'émulation du Bourbonnais: lettres, sciences et arts, Volume 9., , p. 68.
  2. a et b Didier Hamel Dhaimeler, Les artistes francophones inspirés par l'Indonésie, , p. 90.
  3. a et b J. de Loos-Haaxman, Verlaat rapport Indië: Drie eeuwen Westerse schilders, tekenaars, grafici, zilversmeden en kunstnijveren in Nederlands-Idië, , p. 200.
  4. lire en ligne sur Gallica.
  5. Le Figaro, 30 novembre 1890, p. 1 lire en ligne sur Gallica.
  6. lire en ligne sur Gallica.
  7. Dossier personnel Marius Perret, Service Historique de la défense.
  8. Le Figaro, 3 juillet 1892, p. 1 lire en ligne sur Gallica.
  9. « Fiche de l'œuvre Le départ des pirogues pour la pêche à Guet n'dar au Sénégal », sur musee-orday.fr (consulté le 26 septembre 2015).
  10. « Archives Outre Mer », sur culture.gouv.fr (consulté le 26 septembre 2015).
  11. Jules-Charles Roux, Exposition universelle de 1900. Les colonies françaises. L'organisation et le fonctionnement de l'exposition des colonies et pays de protectorat, Imprimerie Nationale, 1902, p. 186 lire en ligne sur Gallica.
  12. Ministère du Commerce, de l'Industrie, des Postes et des Télégraphes Exposition Universelle de 1900 à Paris. Liste des récompenses, Imprimerie Nationale, 1901, p. 110 lire en ligne sur Gallica.
  13. Lynne Thornton, Les Africanistes peintres voyageurs, Paris, ACR éditions, 1990, p. 328.
  14. Art et décoration, tome XI, Éditions Albert Lévy, 1902, p. 69 lire en ligne sur Gallica.
  15. « Fiche de l'œuvre Tirailleurs sénégalais en arrière-garde, campagne du Fouta, colonne Dodds », sur musee-orsay.fr (consulté le 26 septembre 2015).
  16. « Fiche de l'œuvre Tirailleurs sénégalais en arrière-garde », sur Base Joconde (consulté le 26 septembre 2015).
  17. « Fiche de l'œuvre Le départ des pirogues pour la pêche à Guet n'dar au Sénégal », sur musee-orsay.fr (consulté le 26 septembre 2015).
  18. « Fiche de l'œuvre Musicienne vietnamienne assise jouant du luth », sur arts-graphiques.louvre.fr (consulté le 26 septembre 2016).
  19. « Fiche de l'œuvre Deux danseuses cambodgiennes », sur arts-graphiques.louvre.fr (consulté le 26 septembre 2015).
  20. « Fiche de l'œuvre Bateau de fête vu de la proue », sur arts-graphiques.louvre.fr (consulté le 26 septembre 2015).
  21. « Fiche de l'œuvre Bateau de fête vu de la poupe », sur arts-graphiques.louvre.fr (consulté le 26 septembre 2015).
  22. « Fiche de l'œuvre Musicienne vietnamienne assise, jouant de la flûte », sur arts-graphiques.louvre.fr (consulté le 26 septembre 2015).
  23. « Marius Perret peignait l’Orient », sur La Montagne, (consulté le 26 septembre 2015).

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Lynne Thornton, Les Africanistes peintres voyageurs, Paris, ACR éditions, 1990.
  • E. Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs... Paris, Gründ, 1976
  • Jean-Noël Le Marchand, Dictionnaire des Peintres français de la mer et de la marine, Paris, Arts et marine, 1997.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :