Léopold Pascal

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Pascal.
Léopold Pascal
Léopold Pascal 2.jpg

Maison de Léopold Pascal, Saint-Jean-du-Doigt

Naissance
Décès
Nationalité
Drapeau : France Française
Activités
Autres activités
Conservateur du Musée du soir Gustave-Geffroy, correspondant de guerre des Forces navales françaises libres
Mouvement
Distinctions

Léopold Pascal est un artiste peintre et dessinateur autodidacte français né à Morlaix le 8 juillet 1900, mort dans le quartier londonien de Chelsea le 30 décembre 1958. Il repose au cimetière de Saint-Jean-du-Doigt (Finistère) où il résida et où une rue porte aujourd'hui son nom.

Biographie[modifier | modifier le code]

Nous savons Léopold Pascal installé à Montmartre en 1922, année où sa première exposition personnelle à Paris est saluée par le critique d'art André Warnod[1]. Il participe aux principaux salons parisiens à partir de 1923 et devient le conservateur du Musée du soir conçu par Gustave Geffroy[2], demeurant cependant fidèle au Finistère par ses séjours à Saint-Jean-du-Doigt qu'il rejoint à bicyclette depuis la capitale[3] et où il réside sur l'actuelle place Tanguy-Prigent, « passant bien des étés à sillonner les grèves pour en fixer ces dégradés de gris dont il est le spécialiste »[4].

Léopold Pascal s'engage dans la France Libre en gagnant l'Angleterre avec ses fils le 19 juillet 1940. Il est affecté aux Forces navales françaises libres dont il devient correspondant de guerre en août 1942. Il rencontre Charles de Gaulle et Winston Churchill[5] et l'on trouve alors ses illustrations dans Sao Breiz, la revue éditée à Londres par l'association Sao Breiz evit ar vro Gallek (Debout, Bretagne, pour la France) d'Antoine Vourc'h, de même qu'il réalise des fresques murales au château écossais de Wemyss et dans les bases navales ou foyers du marin des F.N.F.L. à Greenock, Glasgow, Londres et Portsmouth[6]. Nommé peintre officiel de la Marine en 1945, il s'installe après la Seconde Guerre mondiale, avec l'artiste peintre Lucette Burgaud de la Fougère (1921-2010) qui restera sa compagne jusqu'à la fin[5], à Chelsea, devenant membre et président de la Chelsea Art Society, la Tamise constituant alors le thème majeur de son œuvre.

Expositions personnelles[modifier | modifier le code]

  • Galerie Reitlinger, Paris, 1922[1].
  • Galerie Saluden, Brest, expositions de 1926 à 1958.
  • Léopold Pascal - Époque anglaise, 1940-1957, Musée de Morlaix, 1957.
  • Hommage à Léopold Pascal - Les toiles de la période anglaise, mairie de Saint-Jean-du-Doigt, juillet 2008[7],[4].
  • Galerie Armel, Paimpol, juillet-août 2008[8].
  • Galerie Enora, Paris, décembre 2008 - janvier 2009[9].

Expositions collectives[modifier | modifier le code]

Réception critique[modifier | modifier le code]

  • « D'abord attiré par l'impressionnisme et le fauvisme, il devient bien vite maître d'une technique plus sobre et bien à lui, où la réalité s'allie au lyrisme. Correspondant de guerre et peintre de la Marine, on lui doit de belles toiles qui rappelleront le souvenirs de nos corvettes, de nos chasseurs et de nos sous-marins. Les carrés de nos bâtiments s'égayèrent avec ses paysages et bientôt la Royal Navy lui demande aussi son concours. À touches délicates, il excelle à saisir le charme des paysages ouatés de brume, il est le peintre de la pluie, des nuages et du vent et aussi de cette lumière des pays du Nord. » - Musée des Jacobins, Morlaix[10]
  • « Léopold Pascal a vécu les vingt dernières années de sa vie en Grande-Bretagne, où il a produit la plus grande partie de son œuvre (près de cinq mille toiles), aujourd'hui mal connue du public français : natures mortes, peintures de fleurs et paysages brossés avec force dans une pâte qui rappelle l'expressionnisme des Vlaminck, dernière période. » - Gérald Schurr[11]

Musées et collections publiques[modifier | modifier le code]

Le château écossais de Wemyss conserve des fresques de Léopold Pascal

Collections privées[modifier | modifier le code]

  • Émile Le Tendre, libraire, éditeur et bibliophile, Concarneau, cent cinquante-deux dessins sur le Finistère-Nord[13] .

Références[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jean de Trigon, Léopold Pascal, 200 exemplaires numérotés sur papier vélin constituant l'édition originale, sans nom d'éditeur, 1940.
  • Jean de Trigon (préface de Fanch Gourvil), Morlaix illustré par Léopold Pascal (soixante-dix dessins), Imprimerie commerciale de La Dépêche de Brest, 1941.
  • R. Moullec, G. J. Richard et Charles Michel, Sao Breiz evit ar bro Gallec, illustrations de Léopold Pascal, trois-cent soixante-sept exemplaires numérotés, édité à Londres, 1952.
  • Léopold Pascal - Époque anglaise, 1940-1957, Éditions de la ville de Morlaix, 1957.
  • Léopold Pascal, John Paddy Carstairs, Robert Brackman (en), Gerard Dillon (en), The Artist's Magazine, vol.53, 1957.
  • Jean de Trigon, « Léopold Pascal, le Morlaisien de Londres », dans Les cahiers de l'Iroise, n°4, octobre-décembre 1957.
  • Gérald Schurr, Le guidargus de la peinture, Les éditions de l'amateur, 1993.
  • Emmanuel Bénézit, Dictionnaire des peintres, sculpteurs, dessinateurs et graveurs, Gründ, 1999.
  • Olivier Levasseur, « La guerre de Léopold Pascal, peintre officiel des Forces navales françaises libres (1941-1945) », dans la revue Neptunia (Association des amis du Musée de la marine), n°235, septembre 2004, pages 51-62.
  • Olivier Levasseur, Léopold Pascal, Armelgalerie édition, 2008.

Fonds d'archives[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]