Emmanuel Lepage

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Emmanuel Lepage
Image dans Infobox.
Biographie
Naissance
Nationalité
Activité
Fratrie
François Lepage (d)Voir et modifier les données sur Wikidata
Conjoint
Autres informations
Distinction
Œuvres principales
signature d'Emmanuel Lepage
signature

Emmanuel Lepage, né le à Saint-Brieuc (Côtes-d'Armor), est un dessinateur, scénariste et coloriste de bande dessinée français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Emmanuel Lepage au Festival International de BD de Solliès-Ville.

Lorsqu'il a 13 ans, il rencontre Jean-Claude Fournier, auteur, à l'époque, de la série Spirou et Fantasio, qui le forme, comme André Franquin l'avait fait naguère pour lui[1]. Il a reçu également un apprentissage de Pierre Joubert, illustrateur (1910-2002) et de Christian Rossi, auteur de bande dessinée. Emmanuel Lepage a suivi une formation d'architecte.

Il publie ses premiers dessins à l’âge de 16 ans dans le quotidien Ouest-France et dans diverses revues bretonnes. Il réalise une première bande dessinée de trente-cinq pages pour Ouest-France, intitulée La fin du monde aura-t-elle lieu? . Un récit publié à moins de 40 exemplaires[2]. En 1987 et 1988, il réalise seul la série Kelvinn aux éditions Ouest-France[3]. Sur un scénario de Georges Pernin, il dessine le diptyque L’Envoyé aux éditions du Lombard[3]. En 1991 paraît le premier tome de la série Névé qu’il cosigne avec le scénariste Dieter (Glénat)[3]. En 1999, sur un scénario de l'écrivain Anne Sibran, il publie La Terre sans Mal chez Aire Libre (Dupuis)[3]. En 2000, Emmanuel Lepage dessine Alex Clément est mort (Vents d’Ouest)[4], sur un scénario de Delphine Rieu)[3] avant d’entamer un long voyage de près d’un an. Les nombreux croquis réalisé au cours de ce voyage sont publiés chez Casterman (Brésil et America) en collaboration avec l’écrivain Nicolas Michel[3].

En 2005, Les voyages d'Anna est un livre d’illustrations aux éditions Daniel Maghen sur des textes de Sophie Michel[3]. En 2004 et 2006 sort, aux éditions Dupuis, toujours dans la collection Aire libre, le diptyque Muchacho[3]. Emmanuel Lepage en assure seul, cette fois, le scénario, le dessin et la mise en couleur.

En 2008 et 2009, il revient à un travail de collaboration avec Sophie Michel pour les deux volumes de Oh, les filles, éditions Futuropolis[3].

Renouant avec le carnet de voyage, Emmanuel Lepage cosigne avec Gildas Chasseboeuf en 2008 le récit d’un séjour à Tchernobyl : Les Fleurs de Tchernobyl, publié par l'association les Dessin'acteurs[3]. L'ouvrage est republié en version augmentée chez l'éditeur la Boîte à bulles fin 2012.

En 2011 paraît Voyage aux îles de la Désolation[5], un récit dit de « bande dessinée de reportage » dans les terres australes françaises (île Kerguelen, archipel Crozet…) à bord du navire ravitailleur le Marion Dufresne. L’auteur associe au sein d’un même livre des illustrations, des planches de bande dessinée et des croquis de voyage.

Toujours dans cette veine du « récit du réel », il publie en 2012, seul à nouveau, Un printemps à Tchernobyl[6]. L'album reçoit un accueil critique favorable.

En 2014, c’est en collaboration avec son frère, le photographe François Lepage, qu'il publie La Lune est blanche, récit d’une mission en Antarctique. Pour le magazine Télérama, l'album « est le récit intime et puissant de leur mission scientifique en Antarctique[7]. » Fin décembre 2014, pour le même magazine Télérama, l'album fait partie des « 10 meilleures BD de l’année 2014[8] ». L'ouvrage est finaliste du grand prix de la critique de l'ACBD de 2015[9], et obtient le prix France Info 2015[10].

En 2016, sur un scénario coécrit avec Sophie Michel, avec laquelle il collabore à nouveau, il illustre avec René Follet l'album Les voyages d'Ulysse, qui obtient le grand prix de la critique 2017, désigné par l'ACBD[11]. En 2017, chez Futuropolis, il publie Ar-Men, l'enfer des enfers[12]. En 2019, il publie la suite des Voyages avec Les voyages de Jules ainsi qu'un livre avec son frère, Rencontres australes et antarctiques (éd. Locus Solus).

Emmanuel Lepage collabore aussi à divers revues (La Revue dessinée, Long Cours...) ainsi qu'à de nombreux livres collectifs.

Il a reçu de nombreux prix en France et à l’étranger. Son travail a fait l’objet de plusieurs expositions à l'international. Le 30 septembre 2021, Emmanuel Lepage est le premier dessinateur de bande dessiné nommé peintre officiel de la Marine par le Ministre des armées[13],[14].

Œuvres[modifier | modifier le code]

Illustrations[modifier | modifier le code]

Récompenses et distinctions[modifier | modifier le code]

La Terre sans mal
Muchacho - tome 1
Muchacho - tome 2
Un printemps à Tchernobyl
La Lune est blanche
Les voyages d'Ulysse
Ar-Men, l'enfer des enfers
  • Grand prix de la BD bretonne au festival de Quimper[24].

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Télérama, n° 3383, p. 14
  2. « Emmanuel Lepage: Voyage chez un auteur en quête de sens (Interview 1/4) », sur Les Chroniques de l'invisible, (consulté le )
  3. a b c d e f g h i et j Gaumer 2010.
  4. a et b H. Le., « Alex Clément est mort », DHnet,
  5. a et b Laurence Le Saux, « Voyage aux Îles de la Désolation », sur BoDoï, .
  6. a et b Didier Quella-Guyot, « Un Printemps à Tchernobyl par Emmanuel Lepage », sur BDZoom, .
  7. « La bédéthèque idéale #71 : Les frères Lepage à l’assaut du grand désert de glace. », article journal Télérama, du 27/11/2014.
  8. « La bédéthèque idéale : les 10 meilleures BD de l’année 2014 », article Télérama du 22/12/2014.
  9. a et b Les cinq finalistes 2015, site officiel de l'ACBD.
  10. a b et c Prix France Info, article radio France Info, du 18/01/2015.
  11. a et b « Les Voyages d’Ulysse » d’Emmanuel Lepage : Grand Prix de la Critique ACBD 2017 !
  12. Yann-Armel Huet, « Il s'ancre en mer pour encrer un récit incroyable », Ouest-France,‎ .
  13. « Plourhan. Emmanuel Lepage, premier auteur de BD à être nommé peintre de la Marine (ouest-france.fr) », sur Ouest France, (consulté le )
  14. « Le Breton Emmanuel Lepage, premier dessinateur de BD nommé Peintre officiel de la Marine », sur France Info Culture, (consulté le )
  15. Olivier Maltret, « Jungle Fever », BoDoï, no 22,‎ , p. 6.
  16. Thierry Bellefroid, « Alex Clément est mort » (version du 8 août 2014 sur l'Internet Archive), sur BD Paradisio,
  17. Fabien Tillon, « Achevez-le », BoDoï, no 35,‎ , p. 12.
  18. Cédric Pietralunga, « Le voyage lumineux d’Emmanuel Lepage », Le Monde,
  19. Didier Pasamonik, « Emmanuel Lepage, Grand Boum du 35e Festival de Blois », sur Actua BD, .
  20. Olivier Cariguel, « Pascal Ory : « La bande dessinée peut être éducative » », sur Le Monde,
  21. La Rédaction, « Les prix Saint-Michel », Le Soir,‎
  22. Pierre Caille, « Lepage reçoit le prix du meilleur album à Chambéry », sur Actua BD,
  23. Jean Dufaux (int.) et Laurent Turpin, « Interview de Jean Dufaux, président du jury des prix Diagonale – Le Soir », sur BDZoom, .
  24. Thierry Charpentier, « Quimper. Emmanuel Lepage Grand prix de la BD bretonne », Le Télégramme,‎ .

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Vidéo[modifier | modifier le code]

  • Le film Quelques jours dans la vie d'Emmanuel, de février 2006 (réalisation Bernard-Marie Lauté) montre Emmanuel Lepage dans l'intimité de son atelier.
  • Lepage, Une monographie, par Serge Buch, Pierre Yves Lador et Gilles Ratier, éd. Mosquito, mars 2008
  • Volvera, retour à Managua, un film de Mehdi Ouahab, 2008

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :