Marius Roy

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Marius Roy
Image dans Infobox.
Portrait photographique par Anatole Louis Godet (1882). photoglyptie.
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Activité
Distinction

Marius Roy, né à Lyon en 1833 et mort en 1921, est un peintre français spécialisé notamment dans la représentation de scènes militaires dans un style académique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est l'élève de Gustave Boulanger et Jules Lefebvre à l'Académie Julian et obtient une Mention honorable au Salon de 1882. En 1901, il devient Peintre officiel de la Marine. Peintre de style académique, il se démarque quand même du style pompier par le choix de ses sujets où, derrière le thème de l'armée, il s'attache à dépeindre une vision plus humaine, presque sociale du soldat : « C’est un des rares peintres militaires qui étudient sérieusement et passionnément les types, du reste si variés et si intéressants, de notre armée, en faisant de la représentation du quotidien d’un soldat de véritables scènes de genre militaire. »[1].

En 1883, son atelier à Paris était au pied du versant sud de la butte de Montmartre au no 23 de l'ancienne rue Laval[Note 1].

Nommé maître de dessin à l'École Polytechnique, il s'est spécialisé dans la représentation de la vie militaire dans ses aspects les plus simples[2].

En 1912, il était domicilié au no 4 de la rue Vercingétorix[Note 2] dans le quartier de Plaisance, près de Montparnasse mais aux loyers bien plus modestes[3].

Quelques œuvres[modifier | modifier le code]

message galerie Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Le Rétamage (1884)[modifier | modifier le code]

Sur la toile, l’ouvrier qualifié recouvre lentement d’une couche d’étain un ustensile militaire de cuisine (pot) pour combattre l’oxydation, parmi divers autres ustensiles (gamelle modèle 1852, bouthéon etc)[5].

La part des pauvres (1886)[modifier | modifier le code]

Ce tableau a été exposé au Salon des artistes français de 1886 à Paris et à l'Exposition nationale et régionale de l'industrie du commerce et des beaux-arts à Rennes en 1887. Dans ce tableau se fait sentir l'influence du naturalisme, il montre le lien de solidarité entre l'armée et la population sous la Troisième République[2].

La Remise du drapeau à l'École polytechnique le 23 mars 1901 (1907)[modifier | modifier le code]

Remise du drapeau à l'École Polytechnique le par le président de la République Émile Loubet, Triptyque H. 102 x L 207 cm (achat de l'école par commande à l'artiste en 1907)[6].

Publications[modifier | modifier le code]

  • Capitaine Parquin, Récits de guerre, souvenirs du Capitaine Parquin 1803-1814, illustrations de plusieurs auteurs, dont Marius Roy, Paris, Roussod, Valadon et Cie, 1892, lire en ligne sur Gallica.
  • Marius Roy, Scènes de caserne en Allemagne lire en ligne sur Gallica.
  • Lieutenant-colonel Aristide Dally, Uniformes de l'armée anglaise, dessins de Marius Roy, Paris, Ludovic Baschet lire en ligne sur Gallica.
  • Lieutenant-colonel Aristide Dally, Uniformes de l'armée italienne, dessins de Marius Roy, Paris, Ludovic Baschet lire en ligne sur Gallica.

Notes et références[modifier | modifier le code]

Notes[modifier | modifier le code]

  1. Société des artistes français : Le livre d'or du salon de peinture et de sculpture, Librairie des bibliophiles, 1883, p. 17.
  2. Société lyonnaise des beaux-arts, Catalogue officiel du Salon de Printemps, Lyon, 1912, p. 150.

Références[modifier | modifier le code]

  1. Émilie Martin-Neute, « Au lendemain de Sedan, la fin de la peinture de guerre ? », Cahiers de la Méditerranée, n°83, 2011. Mis en ligne le 15 juin 2012, consulté le 28 mars 2016. [lire en ligne].
  2. a b et c Patrick Daum, « Une vision sociale de l'armée : étude détaillée du tableau La part des Pauvres », sur L'Histoire par l'image, (consulté le 26 décembre 2020).
  3. Jean-Louis Robert, Plaisance près Montparnasse : quartier parisien 1840-1985, Publications de la Sorbonne, 2012, p. 121 (lire en ligne).
  4. Le livre d'or du Salon de peinture et de sculpture (1882) par Georges Lafenestre, p. 35 et 36 sur Google Livres.
  5. Francis Combes, « Poésie d'utilité publique : Le Rétamage (Marius Roy – 1833-1921) », sur franciscombes.unblog.fr (consulté le 26 décembre 2020).
  6. Bibliothèque centrale de l'École Polytechnique, « La Remise du drapeau à l'École polytechnique le 23 mars 1901 », sur polytechnique.edu (consulté le 11 avril 2021).

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

icône vidéo Vidéo externe
Regard sur une œuvre - 37 - Marius Roy, Le rétamage sur le compte YouTube du Musée Paul-Valéry de Sète