Étienne Blandin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Blandin (homonymie).
Étienne Blandin
Naissance
Saint-Broladre
Décès
Saint-Servan
Nationalité Drapeau de la France France
Profession
Formation

Étienne Blandin, né à Saint-Broladre (Ille-et-Vilaine) en 1903 et mort à Saint-Malo (Ille-et-Vilaine)[1] le , est un peintre français.

Biographie[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Étienne Blandin a étudié à l'école régionale des beaux-arts de Rennes, puis à l'École des beaux-arts de Paris[2].

Professeur agrégé de dessin, il enseigne d'abord à Gap puis à Évreux avant d'être nommé dans un collège de Saint-Servan, aujourd'hui quartier de Saint-Malo. L'amiral Darlan, qui apprécie sa peinture, le fait agréer comme peintre de la marine en 1934. En décembre 1937, il expose une série de toiles maritimes à Brest[3]. Les ports peints par l'artiste sont en majorité ceux qu'il a visités à bord des contre-torpilleurs annexes de l'École navale.

Réformé pour malformation cardiaque, il prend un engagement volontaire en 1939. En 1944, malade il quitte la Bretagne pour Gap et ne reviendra à Saint-Malo qu'en 1950, où il a participé à la création du musée international du Long-Cours Cap-Hornier.

Le public de sa région le connaît surtout au travers de ses portraits de corsaires aux mines patibulaires et comiques, reproduites sur de très nombreuses cartes postales vendues à Saint-Malo. Il était très lié à l'Amicale internationale des capitaines au long-cours Cap-Horniers, dont il était membre d'honneur et illustra le livre d'or[4].

Le peintre Geoffroy Dauvergne (1922-1977) est l'un de ses élèves au collège de Saint-Servan[5].

Ses obsèques ont eu lieu en 1991 à l'église Sainte-Croix de Saint-Malo.

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Éditions en carte postale[modifier | modifier le code]

2017-fr.wp-orange-source.svg
Cette section ne cite pas suffisamment ses sources (septembre 2016)
Pour l'améliorer, ajoutez des références vérifiables [comment faire ?] ou le modèle {{Référence nécessaire}} sur les passages nécessitant une source.

Une série de 86 dessins a été reproduite en carte postale, avec le nom, le surnom, la fonction et le navire sur lequel naviguaient les personnages :

  • Alain Lemeilleur, dit Belle Viande, gabier sur La Fortune ;
  • Alcide Plouet, dit Feu & Flammes, maître voilier sur Le Renard ;
  • Jean Bart, capitaine corsaire ;
  • Julie Beaurobert, poulie coupée clandestine faisant fonction de Coq [6]sur la Belle Poule, n°55 ;
  • Théophile Berthelot, dit Gracieuse, bosco sur :La Sentinelle, n°43 ;
  • Joseph Camus, dit Fil à voile, gabier sur Les vainqueurs des jaloux ;
  • Baptiste Cornic dit Jambe de chien, canonnier sur Les Trois Pucelles ;
  • Léopold Le Coroler, dit Le Dogue ;
  • Eustache Faguet, capitaine corsaire, commandant le Poisson Volant, n°22 ;
  • Ernestine Joubert, dite Titine Joujou, servante à l'auberge: Au repos du corsaire ;
  • Félix Langlois, dit Nombril jaune, gabier sur La Luronne ;
  • Louis Adhémar Thimothée Le Goff, dit Borgnefesse, capitaine flibustier ;
  • Gustave Le Moulec, dit Babor amures, gabier sur La Belle Cancalaise ;
  • Arsène Manguy, dit Cul de cane, gabier sur la Curieuse, n°21 ;
  • Prosper Marigny, dit La Gargousse, corsaire à Saint-Malo ;
  • Valentin Ménard, dit Ma Mignonne, calfat sur Le Diable à quatre ;
  • Robert Morin, dit La Chique, canonnier sur L'Hirondelle ;
  • Mathurin Pévidie, dit Pisse tafia, bosco sur La Chétis ;
  • Jacques Robidel, dit Croche-au-Cul, capitaine corsaire, commandant L'Entêté ;
  • Anselme Thomas, dit Stropin, ancien canonnier sur le Beau Julesy ;
  • Marcel Lemée, dit Bras de Fer, chef d'hune sur L'Hermine.

Salons[modifier | modifier le code]

  • Salon de la Société nationale des beaux-arts : 1926, 1927, 1930.
  • Salon de la Marine de 1942, Vichy[7] :
    • no 54 : Vaisseau à trois ponts ;
    • no 55 : La « Bayonnaise » émettant un rideau de fumée ;
    • no 56 : Trois-mâts dans la tempête ;
    • no 57 : Le « Foudroyant » en convoi ;
    • no 58 : croquis divers.
  • Salon de la Marine de 1943, Paris, palais de Chaillot[8] :
    • no 109 : Combat de la frégate « L’Aréthuse » (Commandant Bouvet) et de la… ;
    • no 110 : Frégate anglaise « Amelia » (1813).
  • Salon de la Marine de 1944, Paris, palais de Chaillot[9] :
    • no 50 : Frégate XVIIIe en rade de Saint-Malo ;
    • no 51 : Trois-mâts doublant le Cap Wrath (Écosse) ;
    • no 52 : Escale en Chine.
  • Salon de la Marine de 1945, Paris, palais de Chaillot[10] :
    • no 168 : Le « Richelieu » ;
    • no 169 : Après le typhon.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dans le quartier de Saint-Servan.
  2. Ouest-France, 18 novembre 1991.
  3. Bulletin de l'AAMM, no 28, 1937.
  4. « L'adieu des capitaines cap-horniers », Chasse-Marée, n°162, juillet 2003.
  5. Alain Valtat, Catalogue Raisonné du Peintre Geoffroy Dauvergne, Sceaux, auto-édition, 1996, p. 16.
  6. terme de marine voulant dire : cuisinier sur un navire
  7. Salon de la marine 1942, Paris, secrétariat d'État à la Marine, 1942.
  8. Salon de la Marine 1943, secrétariat d'État à la Marine et aux Colonies, Paris, [G. Le Prat], 1943.
  9. Salon de la Marine 1944, Paris, Musée de la marine, 1944.
  10. Salon de la Marine 1945, avec le concours des peintres des Marines Alliées, Paris, Musée de la marine, 1945.

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dictionnaire Bénézit.
  • Louis Adhémar Thimothée le Golif, Cahiers du Golif dit Borgnefesse, capitaine de la flibuste, Bernard Grasset, 1952, 222 p.
  • (en) E.H.H Archibald, Dictionnary of Sea painters, Antique Collector's Club, 1980.
  • Neptunia, nos 157 à 160, Les amis du musée de la marine, 1985, p. 132.
  • Alain Berbouche, Pirates, flibustiers et corsaires de René…, Galodé, 2010, 318 p.

Liens externes[modifier | modifier le code]