Léon Couturier

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Couturier.
Léon Couturier
Photographie du peintre Léon Couturier.jpg

Ferdinand Mulnier, Portrait de Léon Couturier
(vers 1880-1890), photoglyptie.

Naissance
Décès
Nationalité
Activités
Formation
Maître
Mouvement
Distinctions

Léon Antoine Lucien Couturier, né le à Mâcon et mort le à Neuilly-sur-Seine, est un peintre naturaliste français, spécialisé dans les sujets maritimes et militaires.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Louis Marie Couturier, négociant, et Jeanne Marie Fontanelle, Léon Couturier est admis à l'École des beaux-arts de Lyon en 1860, puis se rend à Paris en 1864 où il est élève de l'atelier d'Alexandre Cabanel. Il participe à la défense de la capitale lors du siège de Paris par les Prussiens en 1870. Cette expérience traumatique de la guerre et de la défaite est la source d'inspiration d'une première série de tableaux consacrés au conflit puis à la représentation des soldats et de la vie militaire. Un séjour en Afrique du Nord semble être à l'origine d'un certain nombre d'œuvres dédiées aux troupes coloniales.

À partir des années 1880, il consacre son pinceau à la représentation des navires militaires et des marins de l'État. Ces productions lui valent des marques de reconnaissance officielle. Nommé peintre de la Marine en 1890 et décoré de la Légion d'honneur le , il bénéficie de commandes publiques de tableaux. Il croque les soldats français lors de la Première Guerre mondiale. À la fin de sa vie, sa peinture délaisse les navires de guerre pour la pêche et les pêcheurs.

Il expose avec régularité au Salon de la Société nationale des beaux-arts.

Il a aussi travaillé comme illustrateur de livres. Il signe les dessins de trois recueils du poète de la mer Yann Nibor : Chansons et récits de mer (1893, préface de Pierre Loti), Nos matelots (1895) et La Chanson des cols bleus, chants populaires de la flotte française (1901). Il illustre La Marine Française de l'historien militaire Maurice Loir (1893) et La Guerre Fatale France-Angleterre du capitaine Danrit (Flammarion, 1900, 2 vol.).

Également dessinateur et graveur, il popularise ses œuvres sous forme de lithographies et d'images livrées à la presse illustrée. Il conçoit l'affiche de la Société française de secours aux blessés militaires ainsi que les illustrations des menus des diners officiels organisés par le président de la République Félix Faure à l'intention du couple impérial lors du voyage du tsar Nicolas II en France en 1896.

Nombre de ses toiles consacrées à la guerre de 1870 (La Corvée de bois, Le Récit) ne semblent connues que par des reproductions[réf. nécessaire].

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

  • 1879 : L'École des tambours[1].
  • 1883 : Marche forcée dans le Sud Oranais (juin 1881)[2].
  • 1886 : Branle-bas de combat à bord de l'Amiral-Duperré[3].
  • 1887 : Le Dimanche à bord[4].
  • 1895 : Abandonné[5].
  • 1899 : L'Escadre française venue de Cherbourg à la rencontre du tsar escorte et salue les yachts impériaux russes, 5 octobre 1896[6].

Notes et références[modifier | modifier le code]

Annexes[modifier | modifier le code]

Sources[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :