Eugène Dauphin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Sauter à la navigation Sauter à la recherche
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Dauphin (homonymie).
Eugène Dauphin
DauphinEugeneNadar.jpg
Eugène Dauphin par Nadar
Naissance
Décès
(à 72 ans)
Toulon
Nom de naissance
Eugène Marie Baptistin Émile Dauphin
Nationalité
Activité

Eugène Dauphin, né Eugène Marie Baptistin Émile Dauphin le à Toulon (Var)[1], et mort dans la même ville le [2], est un peintre français .

Biographie[modifier | modifier le code]

Eugène Dauphin est le fils de l'entrepreneur Étienne Dauphin, qui réalisa de nombreux immeubles de la haute ville et du boulevard de Strasbourg à Toulon. En 1878 il abandonne la préparation à l'École Centrale pour se consacrer entièrement à la peinture[3].

Il fréquente l'atelier des beaux-arts de Toulon, fondé en 1873, qui reçoit entre autres Octave Gallian (1855-vers 1905), Gustave Garaud (1844-1914) et Frédéric Montenard (1849-1926) qui sera le chef de file des nouvelles expériences de cette jeune peinture toulonnaise avec François Nardi (1861-1936) et Louis Nattero (1870-1915). Il est formé à Toulon par Vincent Courdouan, puis à Paris par Henri Gervex.

Il débute à Paris au Salon des artistes français en 1880 où il obtient une mention honorable en 1887 et une médaille de 3e classe en 1888[4] et expose au Salon de la Société nationale des beaux-arts, dont il devient membre titulaire. Eugène-Baptiste Émile Dauphin est reçu peintre de la Marine par décret du 20 juin 1889 et est élu à l'Académie des peintres de la Marine en 1894. Il remporte une médaille de bronze à l'Exposition universelle de Paris de 1889[4].

En 1898, la décoration du foyer de l'opéra de Toulon est entreprise par Joseph Grandy et, en 1922, commande est passée à 16 peintres de 16 grandes toiles. Eugène Dauphin réalise l'une d'entre elles, Le Vaisseau Fantôme, inspiré de l'opéra éponyme de Richard Wagner.

Il participe à la décoration du restaurant Le Train bleu de la gare de Lyon à Paris, pour lequel il peint le panneau Toulon qui orne la grande salle. Il réalise aussi le décor du buffet de la gare de Nice-Ville et la salle des fêtes du Cercle naval de Toulon qui fut son dernier travail important[3].

Eugène Dauphin est nommé chevalier de la Légion d'honneur par décret du [5].

En 1929, il expose au Salon des artistes français les toiles Dans la rade de Toulon et Barques de pêche[4].

Il meurt dans sa villa Paradis, quartier du Cap-Brun à Toulon, le 27 janvier 1930[6].

Œuvres dans les collections publiques[modifier | modifier le code]

Salons[modifier | modifier le code]

Salon des artistes français[modifier | modifier le code]

  • 1880
  • 1884 : Les Sablettes (rade de Toulon), no 666, acquis par l'État.

Salon de la Société nationale des beaux-arts[modifier | modifier le code]

  • 1890 : Un coin du vieux Toulon, no 256.
  • 1894 : Escadre Russe en rade de Toulon en 1893, no 348.
  • 1907 : La Plage de Port-Méjean.
  • 1908 : Marine.
  • 1910 : Le Matin pêcheurs de Girelles en Méditerranée.
  • 1912 : La Brise de mer, guinguettes à Port-Méjean.
  • 1913 : Tartane rentrant au port ; La Drou, Bourgogne.
  • 1914 : Le Creux de Saint-Georges, rade de Toulon.

Expositions[modifier | modifier le code]

  • 1891 : exposition franco-russe de Moscou, Coucher de soleil sur le Cap Sicié.

Galerie[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Archives du Var, acte de naissance n°1747, vue 490 / 532
  2. Archives du Var, contrôle des actes et de l'enregistrement, cote 3q art. 11659, vue 42 / 146
  3. a b et c Jean-Roger Soubiran, André Alauzen, André Bourde, Marie-Claude Homet, Marie-Christine Gloton, Pierre Lesage et al. (préf. François Trucy, Pierre Perruchio et Édouard Pommier), La peinture en Provence dans les collections du musée de Toulon du XVIIe au début du XXe siècle, Musée de Toulon, , 360 p., 32 × 23,5 cm (ISBN 2-905076-09-7), p. 191
  4. a b et c René Édouard-Joseph, Dictionnaire biographique des artistes contemporains, tome 1, A-E, Art & Édition, 1930, p. 356-357
  5. « Cote 19800035/165/21136 », base Léonore, ministère français de la Culture
  6. Gallica, Le Figaro du 07/02/1930
  7. a et b Jean-Roger Soubiran, André Alauzen, André Bourde, Marie-Claude Homet, Marie-Christine Gloton, Pierre Lesage et al. (préf. François Trucy, Pierre Perruchio et Édouard Pommier), La peinture en Provence dans les collections du musée de Toulon du XVIIe au début du XXe siècle, Musée de Toulon, , 360 p., 32 × 23,5 cm (ISBN 2-905076-09-7), p. 192
  8. Jean-Roger Soubiran, André Alauzen, André Bourde, Marie-Claude Homet, Marie-Christine Gloton, Pierre Lesage et al. (préf. François Trucy, Pierre Perruchio et Édouard Pommier), La peinture en Provence dans les collections du musée de Toulon du XVIIe au début du XXe siècle, Musée de Toulon, , 360 p., 32 × 23,5 cm (ISBN 2-905076-09-7), p. 193
  9. « Un Coin du Vieux-Toulon », notice no 02650002325, base Joconde, ministère français de la Culture.

Annexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • André Alauzen et Laurent Noet, Dictionnaire des peintres et sculpteurs de Provence-Alpes-Côte d'Azur, Marseille, Jeanne Laffitte, (1re éd. 1986), 473 p. (ISBN 9782862764412), p. 151.
  • Collectif, Le Train bleu, Paris, éd. Presse Lois Unis Service, 1990, 114 p. (ISBN 2-908557-01-0)
  • Jean-Roger Soubiran, André Alauzen, André Bourde, Marie-Claude Homet, Marie-Christine Gloton, Pierre Lesage et al. (préf. François Trucy, Pierre Perruchio et Édouard Pommier), La peinture en Provence dans les collections du musée de Toulon du XVIIe au début du XXe siècle, Musée de Toulon, , 360 p., 32 × 23,5 cm (ISBN 2-905076-09-7, OCLC 13537808), p. 191.
  • Jean-Roger Soubiran, Denise Jasmin, Jean-Jacques Gloton, Jacques Foucart, Jean-Claude Lesage et al. (préf. François Trucy et Pierre Perruchio), Le musée a cent ans, Musée de Toulon, , 450 p., 32 × 23,5 cm (ISBN 2-905076-29-1, OCLC 165610992), p. 201.

Liens externes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :