Albert Tournaire

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Tournaire.
Albert Tournaire
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 95 ans)
Nom de naissance
Joseph Albert Tournaire
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Distinctions
Grand officier de la Légion d'honneur‎
Prix de Rome
Pensionnaire de la villa Médicis (d) (-)Voir et modifier les données sur Wikidata

Joseph Tournaire, né le à Nice et mort le dans le 16e arrondissement de Paris, était un architecte français.

Biographie[modifier | modifier le code]

Joseph Tournaire est entré aux Beaux Arts de Paris en 1879 où il est l’élève de Jules André. En 1888, il est lauréat du Grand Prix de Rome en architecture et devient pensionnaire de la Villa Médicis pour quatre années. Il participe ensuite aux fouilles du sanctuaire de Delphes, où il réalise relevés et reconstitutions graphiques du sanctuaire d'Apollon pour l'École Française d'Athènes sous la direction de l'archéologue Théophile Homolle.

À son retour en France, il mène une brillante carrière d’architecte en chef de la Ville de Paris et d’enseignant à l’École des Beaux Arts. Ses dessins sont exposés à l'Exposition Universelle de 1900 à Paris, et il obtient une médaille d'or.Il est élu membre de Académie des beaux-arts en 1919. Il est nommé architecte en chef de l’exposition coloniale de 1931 dont il supervise les travaux. Il est élu président de la Société des artistes français en 1939 et 1945 et reçoit la décoration de Grand officier de la Légion d'honneur en 1947.

Parmi ses plus importantes réalisations, on compte l’Hôpital Pasteur à Nice, l’École d’aviation de Salon, l'Institut médicolégal de Paris, la villa Ephrussi à Saint-Jean-Cap-Ferrat...

Plusieurs architectes importants du XXe siècle furent ses élèves, parmi lesquels Albert Laprade et Jean-Baptiste Mathon.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Hommage[modifier | modifier le code]

Iconographie[modifier | modifier le code]

Source[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Ligue maritime, « Exposition maritime et universelle de Bordeaux », (consulté le 27 septembre 2016).