Jean-Jacques-Marie Huvé

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Huvé.
Jean-Jacques-Marie Huvé
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nom dans la langue maternelle
Jean-Jacques-Marie HuvéVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité
Père
Autres informations
Maîtres
Église de la Madeleine à Paris

Jean-Jacques-Marie Huvé est un architecte français, né à Versailles le , et mort à Paris, en 1852.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de l'architecte Jean-Jacques Huvé (1742-1808), il fut l'élève de Julien-David Leroy (1724-1803) et de Charles Percier (1764-1838).

Nommé inspecteur des travaux de l'église de la Madeleine en 1808, il fut chargé, au décès de l'architecte Pierre-Alexandre Vignon (1763-1828), de poursuivre la construction et de concevoir le décor intérieur, inspiré de l'architecture des thermes et basiliques antiques. Il acheva les travaux en 1842.

Proche de quelques grandes familles de la Restauration, les Hyde de Neuville, Clermont-Tonnerre, Louvois, et surtout les La Rochefoucauld-Doudeauville, notamment Ambroise-Polycarpe de La Rochefoucauld, Ministre de la Maison du Roi (1824-1827) et son fils, Sosthène de La Rochefoucauld, directeur des Beaux-Arts sous Charles X, il devient architecte des Hôpitaux de Paris (1819), du château de Compiègne (1823), et de l'administration des Postes. Il fut membre de l'Institut de France (Académie des beaux-arts, section d'architecture) où il succéda à Charles Percier en 1838. Au sommet de sa carrière sous la Monarchie de Juillet, il devint président de la Société centrale des architectes, président de la Société libre des Beaux-Arts, membre étranger du Royal Institute of British Architects, chevalier (en 1834) puis officier (en 1846) de la Légion d'honneur[1], chevalier de l'Aigle rouge en Prusse, etc.

Lié aux familles Delécluze et Viollet-le-Duc, il a accueilli dans son agence l'architecte Eugène Viollet-le-Duc (1814-1879). À l'École des beaux-arts, il fut le professeur notamment de Étienne Charles-Gustave Guérin dit Gustave Guérin et de Charles Laisné, architectes diocésains. Il forma aussi son neveu, Louis Lenormand (1801-1862), architecte du château de Meillant (Cher) et de la Cour de Cassation.

Il eut plusieurs enfants dont Félix Huvé (1816-1887), qui fut maire de Sablé-sur-Sarthe, et une fille, qui épousa le fils de l'ingénieur et architecte Louis Bruyère (1758-1831).

Il est inhumé au cimetière du Père-Lachaise à Paris (32e division) aux côtés de son fils Adrien Huvé (1819-1873), officier de marine.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

  • Église de la Madeleine à Paris, dont il termine, entre 1828 et 1842, la construction commencée par Pierre-Alexandre Vignon.
  • Château de Saint-Ouen construit pour la favorite de Louis XVIII, Zoé du Cayla. Il y conçoit également le mobilier, avec le bronzier Feuchère.
  • Comédie-Italienne, Paris (auj. Salle Ventadour) et magasins attenants.
  • Marché aux Vaches grasses, Paris.
  • Hôpital de La Rochefoucauld, Paris (commencé par l'architecte Viel de Saint-Maux).
  • Hospice Sainte-Thérèse, Paris (auj. Hôpital Saint-Vincent-de-Paul)
  • Église du couvent Saint-Thomas-de-Villeneuve, Paris, rue de Sèvres
  • Château d'Ancy-le-Franc : restauration du "Salon bleu".
  • Projets: hôpital à Cherbourg, salle de spectacle à Tours, Hôtel central des Postes à Paris.

Élèves[modifier | modifier le code]

(liste non exhaustive)

Sources et bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Bruno Centorame (dir.), Autour de la Madeleine: art, littérature et société, Paris, AAVP, 2005.
  • Sébastien Chauffour, ”L'église de la Madeleine”, Autour de la Madeleine: art, littérature et société, Paris, AAVP, 2005.
  • Pierre-François-Léonard Fontaine, Journal, 1799-1853, Paris, ENSBA/IFA, 1987.
  • Louis Hautecoeur, Histoire de l'architecture classique en France, Paris, Picard, 1943-1957.
  • R. P. Jean-Claude Huvé, Un architecte des Lumières: Jean-Jacques Huvé (1742-1808), Paris, L'Harmattan, 1994.
  • Jean-Michel Leniaud (dir.), Procès-verbaux de l'Académie des Beaux-Arts, 6 vol. (1815-1839), Paris, École des chartes, 2001-2007.
  • François Loyer, Histoire de l'architecture française. T. 3, De la Révolution à nos jours, Paris, Mengès-CNMHS, 1999.
  • Domenico Gabrielli, Dictionnaire historique du cimetière du Père-Lachaise XVIIIe et XIXe siècles, Paris, éd. de l'Amateur, , 334 p. (ISBN 978-2-85917-346-3, OCLC 49647223, notice BnF no FRBNF38808177)

Notes et références[modifier | modifier le code]