Léon Ginain

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Léon Ginain
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 72 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Nationalité
Formation
Activité
Autres informations
Membre de
Distinction

Paul-René-Léon Ginain est un architecte français, né le à Paris et mort le dans la même ville.

Biographie[modifier | modifier le code]

Léon Ginain fut l'élève de Lebas à l’École des beaux-arts de Paris. Après avoir remporté le Premier prix de Rome en 1852, il est pensionnaire de la Villa Médicis à Rome de 1853 à 1857. Il a été architecte de la Ville de Paris, chargé du 6e arrondissement, et professeur à l’École des Beaux-Arts, où il a entre autres Emmanuel Masqueray comme élève. En 1881, il est élu à l'Académie des beaux-arts dans la troisième section — Architecture — au fauteuil 3, après le décès d’Hector-Martin Lefuel.

Principales constructions[modifier | modifier le code]

  • La construction de l’église Notre-Dame-des-Champs entre 1867 et 1876 dans un style qui s’inspire de l’architecture romane. L’intérieur de l’église a été décoré par des peintures exécutées par Joseph Aubert.
  • La réalisation de l’Hospice Ferrari à Clamart, établissement de retraite pour gens de maison, entre 1878 et 1888, à la demande de Maria de Brignole-Sale (1812-1888), duchesse de Galliera après son mariage avec le marquis Raffaele de Ferrari (1808-1876). Dans le parc, Joseph Monier a construit un château d’eau en ciment armé.
  • De 1875 et 1900, l’ancienne École royale de chirurgie dont la construction avait été décidée en 1769 et réalisée par Jacques Gondouin vers 1776, est enveloppée par de nouveaux bâtiments le long du boulevard Saint-Germain et des deux rues perpendiculaires conçus par Léon Ginain pour devenir la nouvelle faculté de médecine de Paris. Après la mort de Léon Ginain, les travaux sont terminés par les architectes Charles Duprez (1834-1903) et André Cornil-Lacoste.
  • Construction de la clinique Tarnier, 89 rue d’Assas et 10 avenue de l’Observatoire, dans le 6e arrondissement, entre 1877 et 1880.
  • Entre 1878 et 1894, à la demande de Maria de Brignole-Sale, il construit le Palais Galliera (aujourd’hui musée Galliera), 10 avenue Pierre Ier de Serbie dans le 16e arrondissement de Paris. Ce bâtiment à la façade en pierre inspirée par la Renaissance italienne a une structure métallique, réalisée par l’entreprise de Gustave Eiffel (1832-1923). À l’intérieur, la mosaïque du sol et des coupoles est l’œuvre de Dominique Faccina (1828-1903).
  • Agrandissement en 1886 de la Mairie du 6e arrondissement sur la place Saint-Sulpice, construite en 1849, le long de la rue Madame et de la rue de Mézières.

Concours de l'Opéra de Paris[modifier | modifier le code]

Le 29 décembre 1860, ouverture du concours d'architecture pour le nouvel Opéra de Paris. Les candidats n'avaient qu'un mois pour présenter un avant-projet, à remettre le 31 janvier 1861. Le jury du concours présidé par le ministre d'État, le comte Walewski, comprenait Louis-Hippolyte Lebas, Félix Duban, Jacques Hittorff et Hector-Martin Lefuel. 171 avant-projets furent présentés. Celui de Viollet-le-Duc fut éliminé au premier tour malgré la protection supposée de l'impératrice. Les lauréats ont été Léon Ginain, Botrel et Crépinet, Achille-Charles Garnaud, Joseph-Louis Duc et Charles Garnier qui ont été appelés à concourir à nouveau avec un programme complet. Le 29 mai 1861, à l'unanimité, le jury a choisi Charles Garnier.

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Dominique Leborgne, Saint-Germain des Prés et son faubourg : Évolution d'un paysage urbain, Parigramme (ISBN 2-84096-189-X) .
  • François Loyer, Histoire de l'architecture française : De la Révolution à nos jours, éditions du patrimoine. Mengès (ISBN 2-8562-0395-7) .