Félix Duban

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Félix Duban
Image dans Infobox.
Félix Duban, photographie anonyme,
Paris, Bibliothèque nationale de France.
Biographie
Naissance
Décès
(à 72 ans)
Bordeaux
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Autres informations
Membre de
Mouvement
Maître
Distinctions
Œuvres principales
signature de Félix Duban
Signature de Félix Duban.
Tombe Félix Duban, Cimetière du Montparnasse.jpg
Tombe de Duban au cimetière du Montparnasse.

Jacques Félix Duban, né à Paris le , et mort à Bordeaux le , est un architecte français. Avec Jacques Hittorff et Henri Labrouste, il fut le chef incontesté de la nouvelle génération romantique.

Biographie[modifier | modifier le code]

Il est l'élève de son futur beau-frère François Debret. Lauréat du grand prix de Rome en 1823, il est profondément marqué par son séjour en Italie. Il y découvrit notamment la polychromie des peintures antiques de Pompéi, les tombeaux étrusques nouvellement mis au jour, ainsi que la tradition des grands décors peints de la Renaissance.

À la faveur de la révolution de 1830, il devint l'architecte de l’École des beaux-arts de Paris. Il est élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1854.

Félix Duban est un remarquable coloriste et un grand connaisseur de l'architecture gréco-romaine et des ordres architecturaux.

Il est promu au grade de commandeur de la Légion d'honneur par décret du 14 août 1868[1].

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Château de Blois, chambre de la reine, restaurée par Félix Duban en 1845.
Médaille représentant Félix Duban.

Dessins[modifier | modifier le code]

Séjour à Naples et Pompéi, été 1825[modifier | modifier le code]

  • Masques pompéien, graphite, H 17 ; L. 23.7cm[2]. Paris, Beaux-Arts[3].
  • Mosaïque et puits de la maison de Pansa, graphite, H. 24.2 ; L. 19.2 cm[4]. Paris, Beaux-Arts[3].
  • Pompéi, maison de Pansa, graphite, gouache, aquarelle, H. 27.5 ; L. 26.1 cm[4]. Paris, Beaux-Arts[3].
  • Relevé d'une paroi de la maison de Joseph II, graphite et aquarelle, H. 28 ; L. 19.9 cm[4]. Paris, Beaux-Arts[3]
  • Frise pompéienne, graphite et gouache, H. 15.3 ; L. 24.7 cm[2]. Paris, Beaux-Arts[3].
  • A Pompéia, dessin synthétique, aquarelle, H. 50.3 ; L. 41.2 cm[2]. Paris, Beaux-Arts[3].

Hommage[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Jacques Pons, « Félix Jacques Duban, architecte du gouvernement (1798-1870) », in Positions des thèses de l'École nationale des chartes, 1986, p. 169-181.
  • (en) David Van Zanten, « Félix Duban and the Buildings of the École des beaux-arts », in The Journal of the Society of Architectural Historians, mars 1978, vol.XXXVII, no 3, p. 161-174.
  • Bruno Foucart, Félix Duban, les couleurs de l'architecte 1798-1870, Blois, Maisonneuve & Larose, 2001, 110 pages.
  • Sylvain Bellenger et Françoise Hamon, Félix Duban 1798-1870, les couleurs de l'architecte [catalogue de l'exposition], Gallimard / Electra, 1996, 264 pages.

Audiovisuel[modifier | modifier le code]

  • Catherine Adda, L'école des Beaux-Arts de Paris, DVD Arte France, 2003

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. « notice n°LH/809/6 », base Léonore, ministère français de la Culture.
  2. a b et c « Félix Duban : ses travaux pendant son pensionnat à Rome, 1823-1828 . Pompéi », sur Cat'zArts
  3. a b c d e et f Emmanuelle Brugerolles (dir.), Pompéi à travers le regard des artistes françaises du XIXe siècle, Beaux-Arts de Paris éditions, (ISBN 978-2-84056-502-4), p. 34-41
  4. a b et c « Mosaique et puits de la maison Pansa », sur Cat'zArts

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Article connexe[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]