Guillaume Gillet (architecte)

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Guillaume Gillet
une illustration sous licence libre serait bienvenue
Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 74 ans)
ParisVoir et modifier les données sur Wikidata
Sépulture
Nationalité
Formation
ENSBA, ateliers Pontremoli et Perret
Activité
Père
Fratrie
François Gillet, Simone Demangel, Louise Maroger, Jean Michel Gillet, Jérôme Gillet
Autres informations
Distinctions
Archives conservées par
Institut français d'architecture (152 Ifa, GILGU et 365 AA, GILLE)Voir et modifier les données sur Wikidata
Œuvres principales

Guillaume Gillet est un architecte français, né le à Fontaine-Chaalis (Oise) et mort le à Paris.

Grand prix de Rome, il est connu pour son architecture moderne, principalement dans le domaine de l'architecture religieuse et pénitentiaire.

Biographie[modifier | modifier le code]

Guillaume Gillet naît à l'abbaye de Chaalis où son père, Louis Gillet, est conservateur du musée Jacquemart-André pour l'Institut de France. Son grand-père maternel est René Doumic, académicien et ancien directeur de la Revue des deux Mondes. Sa sœur est la résistante montpelliéraine Simone Demangel. Il entre à l'École nationale supérieure des beaux-arts au sein de l'atelier d'Emmanuel Pontremoli puis d'Auguste Perret et est diplômé architecte en 1937. Il hésite un certain temps entre une carrière d'architecte et la peinture.

Mobilisé en 1939, il est prisonnier en Allemagne de 1940 à 1945. Emprisonné dans l'Oflag VI-A à Soest, réservé aux officiers, en Westphalie, il côtoie en captivité un certain nombre d'ingénieurs de l'École nationale supérieure d'arts et métiers, avec qui il travaille par la suite.

Il réalise, dans le camp, l'aménagement intérieur et la décoration de la chapelle française en collaboration avec un autre diplômé des Beaux-Arts, René Coulon[1]. L’Académie française leur décerne le prix Général-Muteau en 1942. Après sa libération, il est lauréat du premier grand prix de Rome en 1946, il effectue plusieurs séjours à Rome jusqu'en 1950.

Architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux en 1952, il monte un cabinet en partenariat avec plusieurs ingénieurs dont Bernard Laffaille et René Sarger. Il est nommé architecte conseil des villes de Paris et de Cannes, du département des Bouches-du-Rhône et de la principauté de Monaco, puis urbaniste conseil de la ville d'Antibes.

Il acquiert sa renommée dans la réalisation de bâtiments religieux et d'ouvrages d'arts. Il collabore particulièrement avec le ministère de la Justice et l'administration pénitentiaire pour laquelle il réalise une dizaine de prisons en France au cours des années 1960. En 1961, il conçoit avec René Coulon un projet d'hôtel pour remplacer la gare d'Orsay[2].

Académicien en 1968, enseignant à l'École nationale supérieure des beaux-arts en tant que chef d'atelier de 1953 à 1971, il est élu président de l'Académie d'architecture entre 1970 et 1973 et de l'Académie des beaux-arts en 1983, où il est élu en 1968 au fauteuil no 8.

À sa mort, il est inhumé, à sa demande et de manière exceptionnelle, dans l'église Notre-Dame de Royan.

Depuis le , une rue porte son nom à Caen[3].

À la suite d'une dation, l'ensemble des archives de son cabinet est conservé au Centre des archives d'architecture du XXe siècle de l'Institut français d'architecture à Paris.

Principales réalisations[modifier | modifier le code]

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • (de) Guillaume Gillet 1912-1987, Architekt Maler Literat: Die Französische Kapelle in Soest, Kultur in der Kriegsgefangenschaft ( = Guillaume Gillet, architecte, peintre, écrivain: la chapelle française à Soest, vie culturelle en captivité)", catalogue d'exposition, Wilhelm-Morgner-Haus, Soest. Bönen: DrückVerlag Kettler, 2000.
  • Christelle Frapier, Guillaume Gillet (1912-1987): un exemple de collaboration architecte-ingénieurs, mémoire de DEA d'histoire de l'architecture, dir. Dominique Rouillard, Université de Paris, IUFR 03, 2001. 2 vol.
  • Nicolas Nogue, Rose Gillet, Isabelle Debette, Guillaume Gillet: architecte, peintre, écrivain : 1912-1987, éd. Royan culture, 2002.
  • Henry Bernard, Hommage à Guillaume Gillet, membre de la Section d'architecture, en l'église Saint-Germain-des-Prés, Institut de France, Académie des beaux-arts, , 6 p.
  • Notre-Dame de Royan, Guillaume Gillet, architecte - Textes recueillis et présentés par Rose Gillet, Éd. Bonne Anse, Coll. 50e anniversaire de la Reconstruction de la ville de Royan, 106 pages, 2005.
  • Christophe Petitjean, L’Architecture religieuse de Guillaume Gillet à partir de l’exemple de Saint-Joseph-Travailleur d’Avignon, mémoire de maîtrise sous la direction de Claude Massu, Université de Provence, Aix-Marseille I, 1996 - 1997.
  • Colonnes : Archives d'architecture du XXe siècle; no 25 de : Guillaume Gillet (1912 - 1987), un architecte des trente glorieuses.

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Voir le site Mémoire et avenir sur l'histoire de la chapelle et le site allemand de la Chapelle.
  2. https://expositions-virtuelles.citedelarchitecture.fr/GILLET/05-CHAPITRE-PROJET-02.html
  3. « Inauguration officielle de la rue Guillaume-Gillet à la Guérinière (samedi 13 octobre) », sur http://www.caen.fr, ville de Caen.
  4. « Réservoir ou château d'eau de la Guérinière », notice no PA14000087, base Mérimée, ministère français de la Culture
  5. Archives communales de Bagneux, 30W234.
  6. « Bagneux : la barre des Tertres grignotée », sur Conseil général des Hauts-de-Seine (consulté le 18 mai 2010)
  7. « Église Notre-Dame », notice no PA00105154, base Mérimée, ministère français de la Culture
  8. Alain Charles, « Maison dite villa balnéaire », sur Patrimoine des Pays de la Loire (consulté le 2 février 2018).
  9. « Chapelle de la Solitude », notice no PA59000092, base Mérimée, ministère français de la Culture
  10. « Église paroissiale dite chapelle Sainte-Thérèse », notice no IA59002670, base Mérimée, ministère français de la Culture
  11. « Église Saint-Joseph-Travailleur », notice no PA00125728, base Mérimée, ministère français de la Culture
  12. « Notice : Avignon - Eglise Saint-Joseph-Travailleur », sur DRAC PACA (consulté le 22 octobre 2012)
  13. Le projet architectural de G. Gillet en est présenté dans la plaquette commémorative de l'inauguration de l'ENM le 12 décembre 1972. Voir la plaquette