Eugène Beaudouin

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Beaudouin.
Eugène Beaudouin
Présentation
Naissance
Paris
Décès
Paris
Nationalité Drapeau de la France France
Mouvement Architecture moderne
Activités Architecte, urbaniste, enseignant
Diplôme DPLG en 1928
Formation École nationale supérieure des beaux-arts, atelier Pontremoli
Œuvre
Réalisations École de plein air de Suresnes
Maison du Peuple de Clichy
Résidence universitaire Jean-Zay à Antony
Quartier Maine-Montparnasse
Distinctions Grand Prix de Rome (1928)
Membre de l’Académie des beaux-arts (1961)

Eugène Élie Beaudouin, né le à Paris 5e et mort le à Paris 16e[1], est un architecte et urbaniste français. Précurseur de l'architecture moderne dans l'entre-deux-guerre, il est à l'origine de nombreux grands programmes architecturaux au cours des Trente Glorieuses.

Biographie[modifier | modifier le code]

Fils de Léon, architecte, et de Marie Durand, il a épousé Joséphine (Josette) Cals en 1928[1], artiste-peintre, connue sous le nom de Joséphine Beaudouin (1909-2005)[2]. Après des études à l'École nationale supérieure des beaux-arts dans l'atelier d'Emmanuel Pontremoli, il est lauréat du Premier Grand Prix de Rome en 1928. Il séjourne à la Villa Médicis de 1929 à 1932 : pendant cette période, il ne se contente pas de rester en Italie et effectue des relevés des monastères du Mont Athos et de la ville d'Ispahan.

Il prend la succession de son père et s'associe à Marcel Lods en 1930. Ils s'intéressent aux problèmes du logement collectif, de l'industrialisation du bâtiment et de préfabrication, en collaboration avec les ingénieurs Vladimir Bodiansky et Jean Prouvé. Au sein de cette association, jusqu'en 1940, il réalise une série de bâtiments considérés comme précurseurs de l'architecture moderne en France : la cité de la Muette à Drancy, dans la cadre des chantiers de cités-jardins de l'OPHLM de la Seine en 1935 y employant des carreaux de Lap, dont la fabrication est devenue industrielle (Sanilap)[3]; L'école de plein air de Suresnes (toujours à la demande d'Henri Sellier) et la Maison du peuple à Clichy.

Il mène en parallèle une carrière d'urbaniste : il travaille sur le plan d'urbanisme de La Havane (1928), sur le plan Prost pour l'aménagement de la région parisienne (1934). Il continue cette activité après guerre dans le cadre des plans de reconstructions de Marseille (dès 1941 et jusqu'en 1943), Monaco, Saigon, Toulon, Montpellier, Clermont-Ferrand.

Après la Seconde Guerre mondiale, architecte en chef des Palais nationaux et des bâtiments publics, reconnu internationalement, il est appelé à réaliser de nombreux projets architecturaux publics : ambassades, logements sociaux, lycées, bâtiments administratifs. Il remporte en 1951 le concours de la cité Rotterdam à Strasbourg, lancé par le gouvernement afin de développer les méthodes d'industrialisation du bâtiment. Il est par ailleurs urbaniste de la Zone à urbaniser en priorité (ZUP) des Minguettes et du quartier Maine-Montparnasse à Paris.

Beaudouin devient directeur de l’École d’architecture à l’Université de Genève, puis professeur à l’École nationale supérieure des beaux-arts et chef d'atelier de 1946 à 1968, où il a notamment pour élèves Fernand Pouillon, François Spoerry, Christian de Portzamparc, Antoine Grumbach, etc. Membre de l’Académie des beaux-arts en 1961, il est président de la Société française des urbanistes de 1958 à 1966 et élu président de l’Union internationale des architectes de 1960 à 1964.

Une petite partie de ses fonds d'archives sont conservés par l'Institut français d'architecture.

Principaux projets[modifier | modifier le code]

Une barre du quartier des Minguettes à Vénissieux

Tous les projets datant d'avant 1940 sont réalisés en collaboration avec Marcel Lods

Réalisation en indépendant :

Références[modifier | modifier le code]

  1. a et b Archives Départementales de Paris en ligne, acte de naissance N° 5e/1898/2275, avec mentions marginales du mariage et du décès
  2. Archives d'architectures du XXe siècle, op.cit., p. 33 et Avis d'obsèques en 2005
  3. Collectif, Lap, le ciment-roi de l'Art déco, catalogue de l'exposition éponyme de la Maison des Arts à Antony du 17 septembre au 2 novembre 2014, Impr. Le Réveil de la Marne, juillet 2014. 20. p., et dépliant de l'exposition
  4. Notice du bâtiment sur le site de l'Atlas du patrimoine de la Seine-Saint-Denis
  5. Présentation et historique du bâtiment sur le site de l'INSHEA
  6. Voir la Visite virtuelle et l'historique du bâtiment sur le site de l'Ambassade de France au Canada
  7. Voir la notice du bâtiment sur le site Patrimoine du XXe siècle du ministère de la Culture

Voir aussi[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Filmographie[modifier | modifier le code]

  • Ruben Ter-Minassian, Histoire d'Eugène Beaudouin, architecte et urbaniste, Prod. Ministère de l'Urbanisme, Vidéothèque de Paris, 60 min, 1983

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]