Henry Bernard

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
image illustrant un architecte image illustrant français
Cet article est une ébauche concernant un architecte français.

Vous pouvez partager vos connaissances en l’améliorant (comment ?) selon les recommandations des projets correspondants.

 Ne pas confondre avec le baron Henri Bernard (1900 – 1987) et l'athlète Henry Bernard (1900-1967).
Henry Bernard
Image illustrative de l'article Henry Bernard
Présentation
Naissance
Albertville
Décès (à 82 ans)
Nationalité française
Activités Architecte en chef des bâtiments civils et palais nationaux, chef d'atelier à l'École des beaux-arts
Diplôme Architecte DPLG
Œuvre
Distinctions Premier grand Prix de Rome en 1938
Académie des beaux-arts (1968)

Henry Bernard, né à Albertville le et mort le , est un architecte et urbaniste français.

Famille[modifier | modifier le code]

Fils d'Henri Bernard né le 25 septembre 1880 à Albertville (Savoie) et de Louise Jeanne Marie dite « Lily » Vallat née le 22 août 1882 à Saint-Étienne (Loire), mariés le 22 mai 1911 à Sury-le-Comtal (Loire). Henry Bernard a deux frères, Pierre, né en 1913 et Jean, né en 1933 d'un second mariage.

Biographie[modifier | modifier le code]

Architecte diplômé par le gouvernement (DPLG) en 1938 et Premier Grand Prix de Rome, Henry Bernard est architecte des bâtiments civils et palais nationaux[1], urbaniste en chef de la ville de Grenoble puis de l'Atelier parisien d'urbanisme (APUR)[2] et chef d'atelier à l'École nationale supérieure des beaux-arts de Paris.

Après la Seconde Guerre mondiale, il participe, sous la direction de Marc Brillaud de Laujardière, à la reconstruction de Caen. En 1958, le général de Gaulle charge l'architecte de réfléchir à la reconstruction du palais des Tuileries afin d'en faire la résidence du président de la République[3].

Il est élu membre de l'Académie des beaux-arts en 1968 au fauteuil du peintre et décorateur Jean Dupas, transféré à la section d'architecture. Il en devient président de 1988 jusqu'à sa mort en 1994.

Œuvre[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Dossier de carrière conservé aux Archives nationales, sous la cote 19950176/1.
  2. Des archives relatives à ses activités d'urbaniste à Paris sont conservées aux Archives nationales sous la cote458AP (voir la notice relative à ce fonds dans la Salle des inventaires virtuelle des Archives nationales).
  3. Jean-Claude Daufresne, Louvre & Tuileries, architectures de papier, éd. Pierre Mardaga, Paris, 1987, p. 366.
  4. Site de la Direction des affaires culturelles de Basse-Normandie, Liste des sites et monuments protégés dans le Calvados - communes C [PDF]
  5. « Église Saint-Julien », base Mérimée, ministère français de la Culture

Lien externe[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :