Ogre

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Ogre (homonymie).
Ce modèle est-il pertinent ? Cliquez pour en voir d'autres.
Des informations de cet article ou section devraient être mieux reliées aux sources mentionnées dans la bibliographie, sources ou liens externes (indiquez la date de pose grâce au paramètre date).

Améliorez sa vérifiabilité en les associant par des références à l'aide d'appels de notes.

L'ogre égorge par erreur ses propres filles dans Le Petit Poucet.
Illustration de Gustave Doré, 1867.

Un ogre (du latin orcus, « enfer », fém. ogresse) est un personnage de contes et traditions populaires, sorte de géant se nourrissant de chair fraîche et dévorant les petits enfants.

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le roi Arthur rencontre un géant faisant rôtir un porc.
Enluminure du Roman de Brut de Wace, XIVe siècle, British Library, ms. Egerton 3028, fo 49.

L'étymologie du vocable « ogre » est incertaine.

L'attestation la plus ancienne du terme remonte à la fin du XIIe siècle, dans Perceval ou le Conte du Graal de Chrétien de Troyes :

et s'est escrit que il est encore
que toz li reaumes de Logres,
qui ja dis fu la terre as ogres,
ert destruite par cele lance.
Et il est écrit que viendra le jour
où tout le royaume de Logres,
qui fut jadis la terre des ogres,
sera détruit par cette lance.
— traduction contemporaine.

Le nom du royaume de Logres est une adaptation basée sur Lloegr ou Lloegyr, vocable en langues brittonique et galloise qui désigne l’Angleterre dans le roman. L'étymologie fantaisiste du royaume, ancienne « terre des ogres »[1], permet à Chrétien de Troyes une rime « facile mais riche[2] » de sens car probablement allusive à l’Historia regum Britanniae (vers 1136) de Geoffroy de Monmouth[3] et au Roman de Brut (XIIe siècle), œuvre littéraire dans laquelle Wace retrace en langue anglo-normande l'histoire légendaire d'une Angleterre autrefois habitée par des géants jusqu'à l'arrivée du mythique Brutus, héros fondateur troyen[4],[5],[6].

Le Dictionnaire de la langue française (1872-1877) d'Émile Littré mentionne une conjecture relative au vocable « ogre » censément dérivé de « Hongrois », en référence aux exactions commises au Moyen Âge par ce peuple parfois confondu avec les Huns, et dont les échos littéraires résonnent dans des chansons de geste[7]. Cependant, « le Littré » souligne le caractère erroné de cette « fantaisie étymologique[8] » puisque « la forme du mot dans les langues romanes ne se prête pas à cette dérivation[9] », réfutation développée par Sándor Eckhardt (hu), lexicographe et historien hongrois de la littérature[10], puis reprise par le mythographe français Henri Dontenville[11],[12].

On admet plus communément aujourd'hui que le terme dérive par métathèse du latin Orcus, vocable « lié au monde des morts » mais dont la signification précise demeure inconnue malgré des tentatives d'assimilation à Pluton ou Dis Pater[13].

Norandino et Lucina découverts par l'Ogre,
peinture baroque de Giovanni Lanfranco d'après Orlando furioso de Ludovico Ariosto, 1624[14].

« Ogre » se traduit orco en italien[15]. Les Romains s'inspireraient en cela des Étrusques qui, dans leur panthéon divin, représentent un démon des enfers sur la Tomba dell'Orco (parfois traduit incorrectement « la tombe de l'ogre » au sens de divinité infernale[16]), à côté d'autres dieux infernaux de leur mythologie.

Un exemple précoce du orco en italien apparaît en 1290 dans Jacomo Tolomei : orco… mangia li garzone (« ogre… [qui] mange les garçons »), Dans le dix-septième chant du poème épique italien de Ludovico Ariosto, Orlando furioso (Roland furieux, 1516), l' « orco » est décrit comme un monstre bestial et aveugle probablement inspiré du cyclope de l'Odyssée[17],[18],[19].

Giambattista Basile (1575-1632) utilise plus tard, dans son Pentamerone (1634-1636 ; conte n° I-1) le terme napolitain de uerco.

C'est à partir de 1697, année où il paraît dans Les Contes de ma mère l'Oye de Charles Perrault, que le terme se popularise en langue française. L'auteur en donne la définition suivante en note de l'un de ses contes : « Homme sauvage qui mange les petits enfants »[20]. Madame d'Aulnoy le reprend à son compte l'année suivante, en 1698, dans son récit l'Oranger et l'Abeille.

Folklore, contes et mythologie[modifier | modifier le code]

Les Ogres sont dépeints comme des brutes géantes, hirsutes, inintelligentes et cruelles. Si dans l'imaginaire breton, l'Ogre géant est constructeur de mégalithes et de dolmens, sa figure a été popularisée par Charles Perrault dans les Contes de ma mère l'Oye :

  • un des Ogres les plus fameux y est celui du conte le Petit Poucet.
  • un autre Ogre apparaît dans le Chat botté. Il a le pouvoir, tel Protée, de prendre une forme quelconque. Le Chat botté le mange après l'avoir mis au défi de se transformer en souris.
  • une des variantes de l'Ogre est le personnage de la Barbe bleue, qui tue les femmes qu'il épouse sans toutefois les manger.
  • un conte de Grimm, intitulé L'Ogre (Der Okerlo), fait intervenir un couple d'ogres. Il a été retranché du recueil dès la 2e édition (1819) en raison de sa trop grande proximité avec le conte de Madame d'Aulnoy intitulé L'Oranger et l'Abeille, dont il serait une version populaire simplifiée[21].

La mythologie grecque, à travers le personnage de Cronos (Saturne chez les Romains) dévorant ses propres enfants, préfigure l'ogre primaire, qu'on retrouve dans les peintures noires de Francisco de Goya.

Portrait d'ogres[modifier | modifier le code]

« L'Ogre le reçut aussi civilement que le peut un Ogre ». Le Maître chat ou le Chat botté, illustration de Gustave Doré de 1867.

Charles Perrault n’abuse pas de la figure de l’ogre et n’y a recours qu’à trois reprises, avec deux ogres mâles et une ogresse. Dans les trois cas, les ogres occupent une position sociale élevée et sont riches :

  • l’Ogre du Petit Poucet possède quantité d’or et d’argent dont le héros finit par s’emparer ;
  • celui du Chat botté est maître d’un château entouré de vastes terres et vit dans l’opulence;
  • quant à l’Ogresse de la Belle au bois dormant, elle n’est rien de moins que la reine.

Le cannibalisme, qui engraisse leur corps et les accroît jusqu’à en faire des géants, s’accompagne ainsi d’une profusion de richesses et de pouvoirs exceptionnels : mobilité extrême pour le premier grâce aux bottes de sept lieues, métamorphose pour le second et régence pour la dernière.

Les Ogres n'ont qu'une obsession : manger de la chair fraîche. Leurs mets de prédilection sont les petits enfants. À la différence du Loup, qui dévore ses victimes crues, l'Ogre aime que la viande soit préparée et cuite, en sauce, comme on accommode le veau ou le mouton.

On voit les Ogres bons amis. Celui du Petit Poucet se prépare à régaler ses amis Ogres de chair fraîche. Il est décrit comme « bon mari » et père de sept petites filles qu’il élève comme des princesses. Il finit cependant par s’évanouir, non par le trépas, mais dans son sommeil dès lors qu’on lui ôte ses bottes de sept lieues, comme s’il perdait alors tout pouvoir avec la disparition de ce signe extérieur de fortune et puissance.

Malgré leur taille, leur appétit, leurs richesses et leur position sociale élevée les rendant d'autant plus à craindre, les Ogres se laissent facilement berner : l’un par un enfant, l’autre par un chat, la dernière par son maître d’hôtel, même si elle finit par découvrir la supercherie : le Chat botté convainc sans mal l'Ogre de se transformer en souris, quant au Petit Poucet, il échange son bonnet de nuit et celui de ses frères contre les couronnes des filles de l'Ogre, ce qui conduira ce dernier à tuer sa progéniture.

Ogresses[modifier | modifier le code]

L'ogre et sa femme, illustration allemande de Der kleine Däumling, XIXe siècle

Dans les contes, le personnage de l’Ogresse est tour à tour le pendant féminin du personnage de l’Ogre, c'est-à-dire un être déployant un appétit féroce pour la chair fraîche (mère du prince dans la Belle au Bois dormant, sorcière dans Hänsel et Gretel des frères Grimm), ou bien plus simplement la femme ou les filles d’un Ogre (Le Petit Poucet).

La Belle au bois dormant[modifier | modifier le code]

L’Ogresse apparaît dans la seconde partie du conte de Perrault, bien souvent méconnue et abandonnée dans les adaptations postérieures. Elle est l’épouse du roi et mère du prince. Même si cette femme est d’un abord normal, quelques indices mettent le lecteur sur la voie : elle semble trop curieuse, des rumeurs courent sur son compte et son fils même se méfie d’elle :

« Le prince la craignait quoiqu’il l’aimât, car elle était de race Ogresse, et le Roi ne l’avait épousée que pour ses grands biens ; on disait même tout bas à la Cour qu’elle avait les inclinaisons des Ogres, et qu’en voyant passer de petits enfants, elle avait toutes les peines du monde à se retenir de se jeter sur eux »

Elle n’a qu’une idée en tête, assouvir sa pulsion cannibale en dévorant la petite Aurore et le petit Jour, c’est-à-dire ses propres petits-enfants et leur mère. Elle va pour cela s’aider de la complicité de son maître d’hôtel en profitant de l’absence du père des enfants :

« Je veux manger demain à mon dîner la petite Aurore. – Ah ! Madame, dit le Maître-d’Hôtel. – Je le veux, dit la Reine (et elle le dit d’un ton d’Ogresse qui a envie de manger de la chair fraîche), et je la veux manger à la Sauce Robert. »

Il suffit ainsi que sa rivalité de marâtre avec une bru trop belle se trouve renforcée par les pouvoirs de régente que lui donne l’absence du roi son fils pour que ses instincts se déchaînent. Comble de tout, sa perversion s’exerce au sein de sa propre famille. Le maître d’hôtel attendri prend cependant la précaution de mettre les enfants et la princesse à l’abri dans son propre foyer et d’accommoder un petit agneau en remplacement d’Aurore, un petit chevreau à la place de Jour et une jeune biche au lieu de la jeune reine[22].

Hänsel et Gretel[modifier | modifier le code]

Hänsel et Gretel, perdus par leurs parents, gagnent, après avoir erré dans la forêt, une maisonnette de pain et gâteau, demeure de l'ogresse, qualifiée de sorcière dans le conte. Celle-ci veut engraisser le garçonnet et utilise la fillette comme domestique. Gretel la pousse dans le four, allumé pour cuire Hänsel. Les deux enfants finissent par regagner la maison de leur père en voyageant à dos de canard, non sans avoir auparavant mis la main sur les perles et pierres précieuses de l’Ogresse.

Le Petit Poucet[modifier | modifier le code]

Les sept filles de l’Ogre sont qualifiées de « petites Ogresses » et présentées en ces termes dans le conte de Charles Perrault :

« L’Ogre avait sept filles, qui n’étaient encore que des enfants. Ces petites Ogresses avaient toutes le teint fort beau, parce qu’elles mangeaient de la chair fraîche comme leur père ; mais elles avaient de petits yeux gris et tout ronds, le nez crochu et une fort grande bouche avec de longues dents fort aiguës et fort éloignées l’une de l’autre. Elles n’étaient pas encore fort méchantes ; mais elles promettaient beaucoup, car elles mordaient déjà les petits enfants pour en sucer le sang »

La femme de l’Ogre est également présentée comme Ogresse, mais seul son mariage lui vaut ce statut. Loin de se nourrir de chair fraîche et de vouloir manger les enfants, elle se fait leur complice en tentant de les cacher à son mari.

Portée symbolique[modifier | modifier le code]

Le Petit Poucet s'emparant des bottes de sept lieues de l'Ogre (parc d'Efteling).

Le discours psychanalytique a tenté d'interpréter la figure de l'Ogre. Pour les disciples de Freud, il constitue l'image inversée et cauchemardesque du père, ce dernier ayant chez le conteur un rôle presque toujours extrêmement négatif. Aux yeux des mêmes interprètes, il s'agit du transparent symbole du retour au ventre maternel. La sauvagerie de l'Ogre serait une transposition symbolique de la violence affective contenue dans les rapports familiaux[20].

Dans sa Psychanalyse des contes de fées, Bruno Bettelheim voit dans l'Ogre un écho aux frayeurs des enfants en bas âge, au moment où joue la pulsion orale. Cette pulsion, qui pousse les enfants à porter tout objet à la bouche (le stade oral décrit par Freud), est perçue comme une puissance destructrice, qu'il faut réussir à surmonter. C'est ce que proposent les contes, en offrant aux enfants un scénario de victoire sur l'Ogre.

La figure de l'Ogre est très impressionnante pour les tous petits, renvoyant à la toute-puissance des adultes et la crainte de la dévoration. Elle est en cela assimilable à celle du Grand méchant loup dans les contes pour enfants ; ces archétypes fournissent une forme culturelle aux frayeurs enfantines, ressenties généralement à l'âge de 3 / 4 ans au moment du coucher[23].

Formes contemporaines[modifier | modifier le code]

Littérature[modifier | modifier le code]

Jeux de rôle[modifier | modifier le code]

Co-auteur de Donjons et Dragons (D&D), le premier jeu de rôle (publié en 1973), Gary Gygax[24] rappelle l'étymologie latine Orcus commune aux ogres et aux orques[25]. Son jeu de rôle prend soin de distinguer les deux sortes de créatures en les intégrant chacune dans le bestiaire. Dès la première édition de D&D, les ogres apparaissent en tant que monstres brièvement décrits comme grands et terrifiants. Dans les Règles avancées de Donjons et Dragons (Advanced Dungeons & Dragons, dit « AD&D »), les ogres figurent dans le premier Manuel des monstres (Monster Manual, 1978), bestiaire ludique qui les campe comme une catégorie de géants, cousins éloignés des trolls et insatiables butors susceptibles de monnayer leurs capacités guerrières. Des éditions ultérieures du jeu et de ses suppléments proposent d'autres espèces d'ogres, notamment les « ogres mages » à la peau bleue, variété asiatique plus intelligente et portée sur les arts magiques[26].

Dans Warhammer Battle, le jeu de batailles rangées entre des armées de figurines, et Warhammer le jeu de rôle fantastique, les ogres se présentent comme de grands humanoïdes impressionnants, enclins à la violence et vénérant la nourriture. Mercenaires capables de s'associer aussi bien aux régiments des humains qu'aux cohortes des orques, les ogres peuvent constituer une armée à part entière depuis la parution en 2004 du supplément Royaumes Ogres pour le wargame. Détaillant par le menu ces géants perpétuellement affamés, l'ouvrage leur procure en tant que peuple une histoire ancienne, une organisation sociale fruste ainsi qu'une cosmogonie vorace.

Dans le monde de Glorantha, les ogres sont des humains corrompus par le Chaos. Ils vivent au milieu des hommes dont ils ne se distinguent que par leur taille et leur force légèrement supérieures. Ils se considèrent comme les prédateurs naturels des humains, comme le Chaos est celui du monde. Ils savent même tromper les dieux pour s'intégrer aux cultes habituels.

En Harmonde, le monde du jeu de rôle Agone, les ogres forment un peuple né de la personnification de l'été. Fiers, orgueilleux et joueurs, ils choisissent souvent une carrière militaire ou bourgeoise, se livrant alors à une guerre commerciale farouche.

Jeux vidéo[modifier | modifier le code]

  • Dans Warcraft, un ogre est une créature humanoïde, monstrueuse, énorme et parfois bicéphale (une expérience d'un sorcier orc afin de leur permettre d'utiliser la magie). Ils sont répartis en clans et se sont autrefois ralliés à la Horde.
  • Dans EverQuest, les ogres naissent à Oggok et peuvent être Belluaire, Berserker, Chaman, Fléau d'ombre ou Guerrier. Ils sont encore plus puissants et massifs que les Trolls. Ils constituent la race la plus forte de toutes et sont donc de très bons guerriers.
  • Dans The Elder Scrolls IV: Oblivion, un ogre est un humanoïde démesuré gris à petite tête qui vit dans des lieux froids et humides, tels que les milieux nordiques et les donjons.
  • Dans Ogre Battle: The March of the Black Queen, l'ogre est le côté sombre de l'être humain. Il est décrit comme une personne normale et est avide de pouvoir.
  • Dans Tekken, True Ogre est la vraie forme de Ogre, considéré comme une légende des Amérindiens.
  • Dans RuneScape, l'ogre est un grand homme blanc sauvage vêtu d'un pagne, comme Tarzan.
  • Dans OGRE Computer Game (1986), l'ogre est un robot monstrueux qui à lui seul peut détruire toute une armée (le jeu OGRE est à l'origine un petit jeu sur carte en papier).
  • Dans l'univers fantastique de Warhammer Battle, les Ogres sont une race d'humanoïdes géants créée par les Anciens dans le but de résister au Chaos. Imparfaits, les Ogres, bien que grands et forts, souffrent de facultés mentales limitées, et se sont retrouvés exilés dans les Montagnes des Larmes, d'où ils migrent fréquemment pour parcourir le monde en tant que mercenaires.
  • Dans Cube et Sauerbraten, les ogres sont des êtres humanoïdes ventripotents de taille relativement petite (environ un mètre si l'on suppose que l'unité de base de l'éditeur de cartes, le cube, à la même valeur dans Cube et AssaultCube). Dans Sauerbraten, les ogres semblent avoir une taille plus humaine, surtout depuis l'ajout, dans la version Justice Edition, d'un personnage humain parmi les personnages jouables.
  • Dans Dragon Age: Origins, l'ogre est une créature décrite comme faisant plus de 3mêtres et possédant une paire de cornes "longues comme un bras". C'est l'une de ces créatures qui tue le roi Cailan.

Bandes dessinées[modifier | modifier le code]

  • Dans la série Garulfo (tome 4 : L'Ogre aux yeux de cristal), la princesse est amie avec un ogre timide et gentil, mais elle ne peut empêcher les stupides chevaliers d'aller se faire tuer par lui.
  • Dans le manga L'Attaque des Titans ("Shingeki no Kyojin"), de Hajime Isayama, les êtres immenses et ennemis de l'Humanité appelés "titans" peuvent être comparés à des ogres. Leur taille peut varier de trois à plusieurs dizaines de mètres, et le seul but de leur existence réside apparemment dans le fait de dévorer vivants des êtres humains, et ce par pur plaisir et non par besoin alimentaire. Ils n'ont pas l'air (sauf cas spéciaux appelés "déviants") intelligents ni très vifs. Ils sont nus et ont des bouches démesurées s'étalant toujours dans un sourire figé et carnassier. Ce manga est dans sa première partie très axé sur la peur primale de la dévoration.

Cinéma[modifier | modifier le code]

Le personnage de Shrek est un cas à part. S'il a l'apparence d'un ogre, il n'en a pas les habitudes ni les mœurs : il vit seul, isolé, dans une cabane au fond des bois, et ne mange pas les enfants (même si dans une vidéo officielle de DreamWorks, il dit que les bébés équivalent à des muffins pour les ogres). Les gens ont tout de même peur de lui, uniquement en raison des apparences : il ressemble à un ogre, donc il doit forcément en être un, avec tout ce que cela entraîne.

La portée du conte de Shrek tient en ce qu'il ne faut pas se fier aux apparences. Le message a toute sa valeur dans notre société moderne de l'image : l'ogre a ainsi en réalité bon cœur et souffre de son isolement, la Princesse a un côté public (belle le jour) et privé (difforme la nuit), le prince charmant est en réalité vaniteux, égoïste et insupportable, le roi ne doit sa majesté qu'à l'amour et au baiser de sa femme, lui-même n'est qu'une grenouille, etc.

Le Donjon de Naheulbeuk[modifier | modifier le code]

L'Ogre dans la saga du Donjon de Naheulbeuk, de John Lang, alias Pen Of Chaos, est un des membres de la compagnie de Naheulbeuk. Ces membres sont le Ranger, le Barbare, l'Elfe, le Nain, la Magicienne, le Voleur, le Ménestrel, le Paladin de Dlul, le gnôme des forêts du nord, Gluby, et, bien sûr, l'Ogre. C'est une grande créature qui a toujours faim et qui s'exprime par des borborygmes incompréhensibles. Il mange tout ce qu'il trouve et agit uniquement par instinct, ce qui le rapproche un peu du Barbare. Seule la Magicienne comprend sa langue et peut donc traduire ses paroles aux autres personnages. Malgré une apparente bêtise, il fait parfois preuve d'intelligence, d'affection (surtout avec la Magicienne), et de franche camaraderie avec ses compagnons (surtout le Nain et le Barbare). D'ailleurs, ceux-ci le voient à la fois comme un « copain », et comme un « monstre ».

Histoire[modifier | modifier le code]

Le terme demeure accolé à certains personnages historiques pour des motifs politiques ; ainsi, les Britanniques surnommèrent Napoléon Ier « l'Ogre »[réf. nécessaire].

Par ailleurs, le vocable « ogre » sert de surnom à certains tueurs en série d'enfants, tel Michel Fourniret dit « l'ogre des Ardennes ».

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Jean Marx, La Légende arthurienne et le Graal, Paris, Presses universitaires de France, , V-411 p. (présentation en ligne), p. 325, n. 2.
  2. Rupert T. Pickens, Perceval and Gawain in Dark Mirrors : Reflection and Reflexivity in Chrétien de Troyes’s Conte del Graal, McFarland, , 216 p. (ISBN 978-0-7864-9438-5), p. 134-135.
  3. Geoffroy de Monmouth, Historia regum Britanniae, chapitre 21, p. 13.
  4. Margaret MacLean Pelan, L'Influence du Brut de Wace sur les romanciers français de son temps, Paris, E. Droz, , 176 p., p. 66.
  5. Guillaume Bergeron, Les combats chevaleresques dans l'œuvre de Chrétien de Troyes, Oxford, Peter Lang, , 256 p. (ISBN 978-3-03911-012-4), p. 113.
  6. Cependant, Armel Diverres observe que Wace désigne les habitants du royaume sous le nom de « gaians » et jamais comme des « ogres » (Armel Diverres, « The Grail and the Third Cursade : Thoughts on Le Conte del Graal by Chrétien de Troyes », dans Richard Barber (dir.), Arthurian Literature X, D.S. Brewer, 1990, p. 46-47).
  7. Louis Karl, « La Hongrie et les Hongrois dans les chansons de geste », Revue des langues romanes, t. LI,‎ , p. 5-38 (lire en ligne).
  8. Fabre 1998, p. 313, n. 1.
  9. Émile Littré, Dictionnaire de la langue française, 1872-1877, [lire en ligne].
  10. Eckhardt 1943, p. 53-71.
  11. Henri Dontenville, La Mythologie française, Paris, Payot, coll. « Bibliothèque historique », , 227 p., p. 119.
  12. Charrière 1980, p. 159.
  13. Bernadette Liou-Gille, « Divinisation des morts dans la Rome ancienne », Revue belge de philologie et d'histoire, t. 71, fascicule n° 1 « Antiquité — Oudheid »,‎ , p. 107-115 (lire en ligne).
  14. Giovanni Lanfranco. Un pittore barocco tra Parma, Roma e Napoli. Catalogo della mostra (Colorno, 8 settembre-2 dicembre 2001), Milan, Mondadori Electa, coll. « Cataloghi di mostre. Arte », 2001, p. 198-201.
  15. Louis Dupont, Les pièges du vocabulaire italien, Genève, Librairie Droz, , 201 p., p. 120.
  16. Franz de Ruyt, « Massimo Pallottino, La peinture étrusque » (compte rendu), L'antiquité classique, tome XXII, fasc. 2, 1953, p. 556, lire en ligne.
  17. D'après le médiéviste et philologue romaniste Gaston Paris, « ogre » dérive de l' « orco » italien, lui-même issu du terme Orcus (Gaston Paris, Revue critique d'histoire et de littérature, n° 27, 4 juillet 1868, p. 6, lire en ligne).
  18. Georges Charrière, « Du social au sacré dans les contes de Perrault », Revue de l'histoire des religions, Paris, Presses universitaires de France, t. 197, fascicule n° 2,‎ , p. 159-189 (lire en ligne).
  19. En 1839, le traducteur A. Mazuy rapproche l’orco de l'Arioste d'une « espèce de cyclope emprunté à l'antiquité ». Mazuy se base sur les similitudes entre ce récit particulier du Roland furieux et les mésaventures d'Ulysse avec Polyphème (Roland furieux : nouvelle traduction, avec la vie de l'Arioste et des notes sur les romans chevaleresque, les traditions orientales, les chroniques, les chants des trouvères et des troubadours comparés au poème de l'Arioste, traduit par A. Mazuy, Paris, F. Knab, 1839, 456 p., p. 57-58, note 2, lire en ligne).
  20. a et b Mémoire de la France, éditions Larousse
  21. Note de Natacha Rimasson-Fertin, Contes pour les enfants et la maison, José Corti, 2009.
  22. Charles Perrault, Contes (introduction, notices et notes de Catherine Magnien), éditions Le Livre de poche Classique
  23. Source : Paul Denis sur France Inter
  24. Didier Guiserix, Le Livre des Jeux de rôle, Paris, Éditions Bornemann, 1997, p. 13, (ISBN 2851825488).
  25. « Orc (from Orcus) is another term for an ogre or ogre-like creature. Being useful fodder for the ranks of bad guys, monsters similar to Tolkien's orcs are also in both games. » ((en) Gary Gygax, « On the influence of J.R.R. Tolkien on the D&D and AD&D games », Dragon Magazine, no 95,‎ , p. 12-13).
  26. Gary Gygax et Robert Kuntz, Greyhawk, TSR, 1975.

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

  • Arlette Bouloumié, « Le mythe de l'ogre dans la littérature », L'école des lettres II, n° 13, 1985-1986, 14 p.
  • Arlette Bouloumié, « La dimension politique du mythe de l'ogre chez Tournier, Chessex et Pennac », dans Sylvie Parizet (dir.), Lectures politiques des mythes littéraires au XXe siècle : [actes du colloque, 14-16 avril 2005, organisé par le Centre de recherche Littérature et poétique comparées de l'Université Paris 10], Nanterre, Presses universitaires de Paris Ouest, coll. « Littérature et poétique comparées », , 380 p. (ISBN 978-2-840-16040-3, lire en ligne), p. 339-354.
  • Arlette Bouloumié (dir.), Recherches sur l’imaginaire, n° 26, « Le Mythe de l’ogre et de l’androgyne », Presses universitaires d'Angers, 1996, 342 p.
  • Arlette Bouloumié, « L’ogre dans la littérature », dans Pierre Brunel (dir.), Dictionnaire des mythes littéraires, Monaco, éditions du Rocher, 1988 (traduction anglaise chez Routledge), p. 1071-1986.
  • Arlette Bouloumié, « Le retour du mythe : actualisation, inversion et parodie du mythe de l’ogre dans deux contes de Michel Tournier », dans Metka Zupančič (dir.), Mythes dans la littérature contemporaine d’expression française : actes du colloque à l’Université d’Ottawa, du 24 au 26 mars 1994, Ottawa, Le Nordir, , 321 p. (ISBN 978-2921365321), p. 237-246.
  • Arlette Bouloumié, « Le mythe de l’ogre et le bouc émissaire dans la littérature contemporaine », La Licorne, La Dimension mythique de la littérature, no 55,‎ , p. 189-193.
  • Arlette Bouloumié, « Représentations de l’ogre dans la littérature », Sens-Dessous, La Roche-sur-Yon, Paroles éditeur, no 12 « Manger »,‎ , p. 106-120 (lire en ligne).
  • Arlette Bouloumié, « Renouvellement du mythe de l’ogre dans l’œuvre de Michel Tournier », dans Marie-Hélène Boblet (dir.), Les mythes dans la littérature contemporaine : actes du colloque « Les mythes dans la littérature contemporaine », Université Paris III, Maison des Irlandais, 2011, Paris, Presses universitaires de la Sorbonne.
  • Édouard Brasey Le petit livre des ogres, Paris, Le Pré aux clercs, (ISBN 9782842283353).
  • Claire Caillaud et Madeleine Daire, « L’ogre en littérature : figure de l’Autre, peur du Moi », Textes et Documents pour la Classe (TDC), no 791, « L’ogre dans la littérature de jeunesse », Centre national de documentation pédagogique, 1er mars 2000, p. 1-37.
  • Georges Charrière, « Du social au sacré dans les contes de Perrault », Revue de l'histoire des religions, Paris, Presses universitaires de France, t. 197, fascicule n° 2,‎ , p. 159-189 (DOI 10.3406/rhr.1980.5033, lire en ligne).
  • Georges Charrière, « Du social au sacré dans les contes de Perrault (seconde partie) », Revue de l'histoire des religions, t. 197, no 3,‎ , p. 289-315 (DOI 10.3406/rhr.1980.5033, lire en ligne).
  • Sylvie Chausse (ill. Christophe Durual et Philippe-Henri Turin), Les ogres : encyclopédie thématique de l'ogritude, Paris, Albin Michel jeunesse, , 95 p. (ISBN 2-226-05121-X).
  • Sándor Eckhardt, De Sicambria à Sans-Souci : histoires et légendes franco-hongroises, Paris, Presses universitaires de France, coll. « Bibliothèque de la Revue d'histoire comparée » (no 2), , 294 p., « L'ogre », p. 53-71.
  • Daniel Fabre, « Une histoire d'ogre », dans Jacques Revel et Jean-Claude Schmitt (dir.), L'ogre historien : autour de Jacques Le Goff, Paris, Gallimard, , 353 p. (ISBN 2-07-075089-2, présentation en ligne), p. 303-333.
  • Gédéon Huet, « Ogre dans le Conte du Graal de Chrétien de Troyes », Romania, Paris, Honoré Champion, t. XXXVII,‎ , p. 301-305 (lire en ligne).
  • Louis Marin, « L'ogre de Charles Perrault ou le portrait inversé du roi », dans Jacques Revel et Jean-Claude Schmitt (dir.), L'ogre historien : autour de Jacques Le Goff, Paris, Gallimard, , 353 p. (ISBN 2-07-075089-2, présentation en ligne), p. 283-302.
  • Geneviève Massignonéd.) (préf. Marie-Louise Tenèze), De bouche à oreilles : le conte populaire français, Paris, Berger-Levrault, coll. « Territoires », , 410 p. (ISBN 2-7013-0520-9).
  • Adeline Menu, Le personnage de l'ogre dans la littérature de jeunesse, Mémoire de Master SID, Lille, 2003, lire en ligne.
  • Florina-Liliana Mihalovici, Le mythe de l'ogre dans la prose francophone contemporaine, thèse soutenue en 2013, université de Limoges, lire en ligne
  • Michel Peltier, Le personnage archétype de l’ogre, CPAIEN dans l’académie de Créteil.
  • Marie-Louise Ténèze, Les contes merveilleux français : recherche de leurs organisations narratives, Paris, Maisonneuve & Larose, , 164 p. (ISBN 2-7068-1789-5, présentation en ligne).
  • (en) Werner Schäfke, « Dwarves, Trolls, Ogres, and Giants », dans Albrecht Classen (dir.), Handbook of Medieval Culture : Fundamental Aspects and Conditions of the European Middle Ages, vol. 1, Berlin, De Gruyter, coll. « De Gruyter Reference », , X-696 p. (ISBN 978-3-11-026659-7 et 3110266598), p. 347–383.

Articles connexes[modifier | modifier le code]