Yōkai

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Aller à : navigation, rechercher
Ukiyo-e estampe d'un yōkai d'Aotoshi Matsui

Les yōkai (妖怪?, « esprit », « fantôme », « apparition étrange ») sont un type de créatures surnaturelles dans le folklore japonais.

Origines[modifier | modifier le code]

Étymologie[modifier | modifier le code]

Le mot yōkai est composé des kanjis 妖, « attirant », « ensorcelant » ou « calamité », et 怪, « apparition », « mystère », « méfiant »[1]. Yōkai dérive du chinois : 妖怪 ; pinyin : yāoguài ; littéralement : « monstre bizarre », également appelé en coréen yogwi (hangul : 요괴), désigne un « être vivant, forme d'existence ou phénomène auxquels on peut appliquer les qualificatifs extraordinaire, mystérieux, bizarre, étrange et sinistre »[2].

Synonymes de yōkai[modifier | modifier le code]

À la place de yōkai, ils sont aussi appelés ayakashi (?), mononoke (物の怪?), ou mamono (魔物?). Le mot mononoke (écrit 物の怪) porte le sens de « monstre », « fantôme » ou « esprit », et le sens littéral signifie « l'esprit d'une chose » ou « chose étrange »[3]. Ce mot est utilisé pour parler d'un événement inexplicable ; en outre, à la fois les objets inanimés et les esprits des humains et des autres créatures peuvent être appelés mononoke. Plusieurs anime font usage des mononoke, le plus célèbre est probablement Princesse Mononoké (où le mot a été simplifié en hiragana : もののけ).

Caractéristiques[modifier | modifier le code]

Les yōkai ont un comportement qui varie de l'espièglerie à la malveillance et, occasionnellement, ils portent chance à ceux qu'ils rencontrent. Ils possèdent souvent des attributs d'animaux, comme le kappa, qui ressemble à une tortue, ou le tengu, qui a des ailes. D'autres fois, ils peuvent avoir des traits plus humains ; quelques-uns ressemblent à des objets inanimés et d'autres n'ont pas de formes perceptibles. Les yōkai ont ordinairement des pouvoirs spirituels surnaturels. La métamorphose est l'un des plus courants. Les yōkai qui ont la capacité de se métamorphoser sont appelés obake.

Les folkloristes et historiens japonais utilisent le terme yōkai pour désigner les « phénomènes surnaturels ou inexplicables pour ceux qui en sont témoins ». Durant l'époque d'Edo, de nombreux artistes, tel Toriyama Sekien, ont créé des yōkai, soit ex nihilo, soit inspirés du folklore. Plusieurs yōkai de leur création (kameosa et amikiri, voir ci-dessous) sont considérés à tort comme des êtres d'origine légendaire[4].

Types[modifier | modifier le code]

Il existe une grande variété de yōkai dans le folklore japonais. En général, yōkai est un terme générique, et peut être utilisé pour englober virtuellement tous les monstres et êtres surnaturels, pouvant même inclure des créatures du folklore européen (le bugbear du folklore anglais est souvent inclus dans le folklore japonais au point que quelques-uns croient à tort qu'il en est originaire).

Animaux[modifier | modifier le code]

Ukiyo-e, estampe d'un yōkai, par Kawanabe Kyōsai

On croit que de nombreux animaux japonais indigènes ont des qualités magiques. La plupart d'entre eux sont les henge (変化?), qui sont des métamorphes (o-bake, bake-mono[5]) et qui apparaissent souvent sous forme humaine, la plupart du temps incarnés en femmes. Quelques-uns des yōkai animaux les plus connus sont :

Oni[modifier | modifier le code]

Un des aspects du yōkai le mieux connu du folklore japonais est l’oni, qui est une sorte d'ogre descendant des montagnes, habituellement décrit comme ayant une peau rouge, bleue, marron ou noire, deux cornes sur la tête, une large bouche remplie de crocs et qui seulement revêtu d'un pagne en peau de tigre. Il porte souvent un kanabō en fer ou une épée géante. Les oni sont la plupart du temps décrits comme des êtres démoniaques, mais ils peuvent occasionnellement personnifier une force naturelle ambivalente. Ils sont, comme beaucoup d’obake, associés à la direction du nord-est.

Tengu[modifier | modifier le code]

Ce sont des gobelins de la mythologie japonaise qui ont plusieurs pouvoirs surnaturels et des connaissances en arts martiaux. Les tengu sont originellement des démons extrêmement dangereux et des ennemis du bouddhisme. Mais, après des siècles, ils ont changé de nature en passant du stade d'esprits de damnés à celui de défenseurs actifs du Dharma.

Tsukumogami[modifier | modifier le code]

Les tsukumogami sont un type à part entière de yōkai et d’obake, comprenant ordinairement des objets domestiques qui prennent vie lors de leur centième anniversaire. Ce type inclut :

  • bakezōri, sandales de paille ;
  • biwa-bokuboku, luth ;
  • chōchin-obake (en) ou burabura, lanterne en papier ;
  • kasa-obake, vieux parapluies ;
  • kameosa, vieilles jarres de saké ;
  • morinji-no-kama, bouilloires ;
  • mokumokuren, écrans de papier avec des yeux.

Transformations d'humains[modifier | modifier le code]

Ukiyo-e, estampe de yōkai de Kawanabe Kyōsai

Un grand nombre de yōkai étaient des humains ordinaires à l'origine. Ils ont été transformés en quelque chose d'horrible, de grotesque à cause d'un état émotionnel extrême. Par exemple, es femmes qui souffraient de jalousie intense se transformaient en oni, démons femelles représentés par les masques hannya[6].

D'autres exemples de transformations d'humains ou de yōkai humanoïdes sont :

  • rokuro-kubi, des humains capables d'allonger leur cou durant la nuit ;
  • ohaguro-bettari, un visage spectral, habituellement féminin, affichant seulement une grande bouche noire et cruelle ;
  • futakuchi-onna, une femme qui a une gueule vorace et monstrueuse derrière la tête ;
  • dorotabō, le cadavre ambulant d'un fermier qui hante sa terre.

Autres[modifier | modifier le code]

Certains yōkai ont des habitudes extrêmement spécifiques, par exemple :

  • azuki arai, un yōkai qu'on découvrira toujours en train de laver des haricots azuki ;
  • akaname, trouvé seulement dans les salles de bain crasseuses, il passe son temps à lécher les salissures laissées par les propriétaires négligents ;
  • ashiarai yashiki, un pied gigantesque qui apparait dans les pièces d'une maison et qui demande au propriétaire terrifié de le laver ;
  • tōfu-kozō, un petit moine qui porte un plateau avec un morceau de tofu.

Histoire[modifier | modifier le code]

Temps anciens et Moyen Âge[modifier | modifier le code]

Au Ier siècle, un livre provenant de Chine, intitulé 循史伝, fait mention qu'un « spectre (yōkai) était à la Cour impériale depuis longtemps. Le roi en demanda la raison à Tui. Il répondit qu'il régnait là une grande anxiété et il recommanda de vider la chambre impériale » (久之 宮中数有妖恠 (妖怪) 王以問遂 遂以為有大憂 宮室将空), l'utilisation de « 妖恠 » signifie alors « phénomène qui surpasse la compréhension humaine ».

Hyakki yagyo emaki, artiste inconnu, période Muromachi

Dans le Shoku Nihongi (772), il est indiqué qu'une « purification shinto est réalisée car un yōkai apparait très souvent à la Cour impériale (大祓、宮中にしきりに、妖怪あるためなり) ». L'utilisation du mot yōkai ne signifie pas une chose en particulier, mais des phénomènes étranges en général. Dans les Notes de chevet de Sei Shōnagon (194-1192), il est noté qu’« il y a des mononoke tenaces (いと執念き御もののけに侍るめり) » ; il y a aussi une indication de Murasaki Shikibu selon laquelle « le mononoke est devenu assez terrifiant (御もののけのいみじうこはきなりけり) ». C'est la première apparition du terme mononoke. Dans le Taiheiki (1370), au cinquième volume, il est indiqué que « Sagami no Nyudo n'était pas du tout effrayé par les yokai ».

Période Edo[modifier | modifier le code]

Toutes sortes de yokai volent hors d'un panier à linge en osier, Omoi Tsuzura (おもゐつづら?), Yoshitoshi

Le Bakemono chakutocho (1788) de Masayoshi Kitao était un livre diagramme kibyōshi de yōkai, mais il a été préfacé avec l'indication : « on peut dire que les soi-disants yōkai dans notre société sont une représentation de nos sentiments relevant de la peur (世にいふようくわいはおくびょうよりおこるわが心をむかふへあらわしてみるといえども…). » Déjà, à cette époque, alors qu'il y avait des recherches sur les yōkai, des personnes se demandaient si les yōkai existaient vraiment ou non.

En réponse à un développement massif des publications imprimées, les librairies kashi-hon (en), qui proposaient la location de tels ouvrages, essaimèrent et gagnèrent en popularité. Ces livres donnaient l'impression au public que les caractéristiques de chaque yōkai étaient les mêmes partout au Japon et cette vision erronée se répandit à travers le pays.

Par exemple, avant la période Edo, il y avait foule d'interprétations sur les yōkai, qui étaient classifiés comme kappa mais, à cause de ces parutions, la notion de kappa s'ancra dans ce qui est la notion actuelle de kappa. Alors, en incluant d'autres sortes de publications, en plus des yōkai nés de légendes populaires, beaucoup de nouveaux yōkai furent créés, à partir de jeux de mots. Le Gazu hyakki yagyō de Toriyama Sekien en est un exemple. Et, lorsque le Hyakumonogatari Kaidankai devint populaire à l'époque d'Edo, on pensa qu'une des raisons de l'apparition de nouveaux yōkai était due à une demande faite aux conteurs de parler des yōkai qui n'étaient pas encore connus de la société. Il y a eu des exemples où des individus ont simplement créé de nouveaux yōkai comme pour le karakasa et le tōfu-kozō[7].

Ils sont aussi fréquemment représentés dans les ukiyo-e. Des artistes comme Utagawa Kuniyoshi, Yoshitoshi, Kawanabe Kyōsai, et Hokusai ont dessiné des yōkai populaires ; on trouve également des livres, tel le Hyakki yagyō, créés par des artistes de l'École Kanō.

À notre époque, les jouets et les jeux comme le karuta, sugoroku, pogs utilisent fréquemment les yōkai comme personnages. En conséquence, avec le développement des publications, les représentations de yōkai qui étaient gardées au sein des temples et des sanctuaires sont devenues plus familières aux gens. C'est la raison pour laquelle les yōkai, après avoir été tant redoutés, sont devenus un symbole bienveillant[8].

Shinigami[9], figurant le choléra s'abattant sur l'armée.

Ère Meiji et après[modifier | modifier le code]

Avec la restauration de Meiji, les traductions et l’idéologie des publications occidentales commencèrent à avoir un impact et les contes étrangers étaient particulièrement recherchés. Les binbōgami, yakubyogami, et shinigami seraient issus de l’ouvrage des frères Grimm, Godfather Death et de l'opéra italien, Crispino. Le shinigami ayant été représenté dans des spectacles littéraires classiques (rakugo), entre autre par l’auteur San'yūtei Enchō, ces créatures furent identifiées à tort comme des sortes de yōkai ou de kami authentiquement japonais. Malgré cette méprise, ils ont tenu une place considérable dans la culture niponne.

Au même moment, la culture classique japonaise a été dévalorisée et des chansons, des danses et des livres de légendes ont été perdus. La pensée scientifique était considérée comme supérieure et les yōkai et autres superstitions furent remis en question. Mais, de la fin de la période Edo jusqu'aux périodes Showa et Heisei, les publications des folkloristes de l'époque, ainsi que le respect du folklore, jouèrent un rôle indéniable pour prévenir la disparition de la culture populaire japonaise.

Époque contemporaine[modifier | modifier le code]

De l'époque moderne jusqu'à présent, les yōkai ont été réintroduits dans diverses sortes de médias et ils sont bien connus de tous, âges et sexes confondus. Le kamishibai d'avant-guerre, l'industrie des mangas, les magasins kashi-hon (en) (qui ont continué d'exister jusqu'en 1970) et la télévision contribuèrent à faire connaitre les yōkai et à les rendre familiers. De nos jours, ils sont un pôle d'attraction touristique pour redynamiser diverses régions, comme les endroits décrits dans le Tōno monogatari à Tōno dans la préfecture d'Iwate, et dans la préfecture de Tottori, lieu de naissance de Shigeru Mizuki. À Kyoto se trouve un magasin appelé Yokaido, un machiya (maison de style traditionnel de Kyoto) rénové, dont le propriétaire organise des visites guidées avec, pour thème, les yōkai de Kyoto.

Ainsi, les yōkai apparaissent dans les légendes sous diverses formes, mais les récits oraux traditionnels racontés par les anciens sont rares ; les situations régionales et l'arrière-plan uniques ne sont pas faciles à réunir. Par exemple, le yōkai classique représenté par le tsukumogami peut seulement avoir une réalité pour ceux qui vivent proches de la nature, tel le tanuki (chien viverrin), le kitsune (renard) ou le mujina (blaireau). De plus, dans les banlieues et les autres régions, même si les gens vivent dans un environnement agricole, certains objets ne sont plus utilisés, tels la pierre à encre, le kama (gros pot de cuisson), ou le tsurube (seau pour l'eau du puits). Et il existe des yōkai qui sont des réminiscences des anciens modes de vie tel l’azukiarai et le dorotabō .

Par conséquent, même les campagnards, nés entre 1925 et 1935 — exceptés ceux qui ont migré en ville — auront l'impression que ces choses qui se transforment en yōkai ne sont « pas familières » et « peu compréhensibles ». Cela se vérifie dans le rakugo classique car, bien que les gens comprennent les mots et qu'ils s'y réfèrent, ils ne sont pas capables d'imaginer que cela puisse avoir la moindre réalité. La modernisation de la société a donc eu un effet négatif sur la place des yōkai dans la culture classique japonaise.

D'un autre coté, les yōkai introduits par les médias ne sont pas limités à ceux des sources folkloriques classiques et, exactement comme à l'époque d'Edo, de nouveaux yōkai fictionnels font leur apparition, pour preuve les récits à propos de kuchisake-onna ou d'Hanako-san, donnant naissance à de nouveaux yōkai. À partir de 1975, en débutant par la popularité de kuchisake-onna, ces affabulations ont pris le nom de yōkai dans les médias[10]. Cette terminologie a aussi été utilisée dans de récentes publications sur les légendes urbaines[11] et l'auteur Bintarō Yamaguchi les utilise fréquemment[10].

Durant les années 1970, beaucoup de livres ont été publiés qui présentaient les yōkai, que ce soient des encyclopédies, des livres de références illustrés, des dictionnaires ou des livres d'horreur pour enfants mais, en parallèle avec les yōkai classiques comme le folklore, les kaidan et les essais, il a été démontré par les recherches contemporaines que ces yokai n'étaient pas issus de la culture classique et qu'ils avaient été nouvellement créés. Parmi les exemples bien connus, il y a le gashadokuro et le jubokko. Arifumi Sato par exemple est connu pour être un créateur de yōkai modernes et Shigeru Mizuki est un mangaka de yōkai.

Dans les écrits concernant les yōkai, il est possible de trouver des yōkai créés récemment[12],[13], et Mizuki lui-même, à travers GeGeGe no Kitaro, a créé 30 nouveaux yōkai[14]. Le fait que certaines critiques ont émergé à propos du mélange des yōkai traditionnels avec les yōkai récents a remis en lumière les traditions et les légendes[12],[13]. Cependant, étant donné que beaucoup d'écrivains de la période Edo, comme Sekien Toriyama, ont créé de nombreux yōkai, il y a aussi un autre avis selon lequel il est inutile de critiquer les créations contemporaines sans faire de même pour les créations classiques[12]. De plus, il y a une opinion favorable qui dit que d'introduire divers personnages yōkai à travers ces livres nourrit la créativité et le développement émotionnel des jeunes lecteurs actuels[13].

Dans les médias[modifier | modifier le code]

Diverses sortes de yōkai sont rencontrés dans le folklore et dans l'art et la littérature inspiré du folklore.

Travaux renommés et auteurs[modifier | modifier le code]

Le recueil de kaidan japonais de Lafcadio Hearn, titré Kwaidan ou Histoires et études de choses étranges, inclut des histoires de yūrei et de yōkai, telle Yuki-onna, et c'est l'une des premières publications occidentales de la sorte. Au Japon, les yōkai sont particulièrement dominants dans les mangas, les anime et la J-Horror.

Le mangaka Shigeru Mizuki, créateur de séries (GeGeGe no Kitaro et Kappa no Sanpei) contribue à maintenir la présence des yōkai dans l'imaginaire populaire. Drawn and Quarterly, pour la version anglaise, a publié quelques-uns de ses travaux sur les yōkai, tels Kitaro et NonNonBa, disponibles en version française aux Éditions Cornélius. Il en est de même pour Hiroshi Shiibashi, le mangaka créateur de Nura : Le Seigneur des Yokaï (ぬらりひょんの孫, Nurarihyon no Mago?).

Dans les ouvrages de fiction contemporains, les yōkai sont un thème récurrent. Ils ont été les vedettes de la série de films des années 1960 Yokai Monsters (en). Takashi Miike en a réalisé un remake en 2005 sous le titre The Great Yokai War. Ils ont souvent des rôles majeurs dans la fiction japonaise.

Dans le jeu vidéo[modifier | modifier le code]

La série de jeu, Touhou Project, a fait des yōkai des personnages prédominants dans l'intrigue, se nourrissant pour la plupart d'humains, dans le royaume de Gensokyo.

Les jeux Yokai Watch sont des RPGs où six yōkai sont utilisés dans les combats, mais à l'instar de Pokemon, on devient ami avec la plupart de ceux-ci.

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Youkai Kanji et Youkai Definition via Denshi Jisho at jisho.org Retrieved 22 July 2013.
  2. Yokaï, Bestiaire du fantastique japonais, Paris, Maison de la Culture du Japon
  3. Toyama, Ryoko: FAQ – What does “Mononoke Hime” mean?. Nausicaa.net. Consulté le 16 août 2012.
  4. « Toriyama Sekien ~ 鳥山石燕 (とりやませきえん) ~ part of The Obakemono Project: An Online Encylopedia of Yōkai and Bakemono », Obakemono.com (consulté le 30 avril 2013)
  5. Kenkyusha's New Japanese-English Dictionary (en), (ISBN 4-7674-2015-6)
  6. « Hannya - 般若 -はんにゃ - Japanese Folklore », SaruDama,‎ (consulté le 30 avril 2013)
  7. 多田克己 et 京極夏彦・多田克己編, 妖怪画本 狂歌百物語, 国書刊行会,‎ (ISBN 978-4-3360-5055-7), « 『妖怪画本・狂歌百物語』妖怪総覧 », p. 272–273頁.
  8. 湯本豪一 et 講談社コミッククリエイト編, Discover 妖怪 日本妖怪大百科, vol. 10, 講談社,‎ (ISBN 978-4-06-370040-4), « 遊びのなかの妖怪 », p. 30–31頁.
  9. Le Petit Journalコレラの蔓延を死神に例えた挿絵。
  10. a et b 山口敏太郎, 本当にいる日本の「現代妖怪」図鑑, 笠倉出版社,‎ (ISBN 978-4-7730-0365-9), p. 9頁
  11. Discover妖怪 日本妖怪大百科, vol. 10, « 都市伝説と妖怪 », p. 2頁.
  12. a, b et c と学会, トンデモ本の世界U, 楽工社,‎ (ISBN 978-4-903063-14-0), p. 226–231.
  13. a, b et c 妖怪王(山口敏太郎)グループ, 昭和の子供 懐しの妖怪図鑑, アートブック本の森,‎ (ISBN 978-4-7747-0635-1), p. 16–19.
  14. 水木しげる, 妖怪なんでも入門, 小学館,‎ (ISBN 978-4-092-20032-6), p. 17.

Annexes[modifier | modifier le code]

Articles connexes[modifier | modifier le code]

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]

Source de la traduction[modifier | modifier le code]