Giovanni Lanfranco

Un article de Wikipédia, l'encyclopédie libre.
Giovanni Lanfranco
Image dans Infobox.
La Libération de saint Pierre (vers 1620-1621), Birmingham Museum of Art, Birmingham (Alabama)
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 65 ans)
RomeVoir et modifier les données sur Wikidata
Activités
Maître
Lieux de travail
Mouvement
Distinction
Norandino et Lucina découverts par l'ogre (1624), Rome, Galerie Borghèse.

Giovanni Lanfranco (Parme, - Rome, ) est un peintre et graveur baroque de l'école de Parme, qui a été autant actif à Parme, Rome et Naples et dont on a retenu la maîtrise des jeux de lumière et son « perspectivisme aérien[1]. »

Biographie[modifier | modifier le code]

Giovanni Lanfranco est d'abord l'apprenti d’Augustin Carrache, à qui Ranuce Ier Farnèse a passé commande pour la réalisation de la peinture des plafonds du palais ducal de Parme. À la mort d'Augustin Carrache, il part à Rome et intègre l'atelier d'Annibal Carrache. Il travaille sans doute sur la célèbre fresque mythologique de la galerie du palais Farnèse avec le Dominiquin et Sisto Badalocchio, appelés à Rome par Annibal Carrache. Son nouveau maître étant mort, il retourne à Parme pour deux ans où il domine l'art de la peinture. Là, il assiste Bartolomeo Schedoni et peint le retable du maître-autel pour l'église d'Ognissanti. Il peint également à Orvieto, Vallerano, Leonessa et Fermo.

Il retourne à Rome vers 1612-1615 où il évolue vers une peinture plus baroque, s'éloignant ainsi du classicisme du Dominiquin avec lequel il entre en compétition les décennies suivantes. Lanfranco remporte notamment la commande de la fresque décorant la coupole de l'église Sant'Andrea della Valle tandis que son rival bolonais le Dominiquin est chargé des fresques ornant les pendentifs de la coupole. Lanfranco y peint une somptueuse Gloire du Paradis (1621-1627) qui s'inspire des voûtes illusionnistes peintes par le Corrège au siècle précédent (notamment de sa fresque de même sujet pour la coupole de la cathédrale de Parme) et rompt ainsi avec la tradition classique de décoration des voûtes et plafonds romains : il crée un espace organique en peignant des groupes compacts de personnages, disposés par grappes et qui forment un mouvement concentrique ascensionnel, en spirale jusqu'au sommet du dôme, le tout étant uni par un chromatisme doré. Ce modèle illusionniste jouant avec la forme concave de la coupole sera fréquemment repris dans la décoration des dômes au XVIIe siècle comme par Pierre Mignard à l'église du Val-de-Grâce à Paris.

En 1631, Lanfranco, reconnu comme l'un des plus grands peintres du moment, est nommé Principe (Prince) de l'Accademia di San Luca. Il est fait chevalier de l'Ordre du Christ en 1628. De 1634 à 1646, il est à Naples. Dans celle qui est alors la plus grande ville d'Italie, précédé par sa réputation, il est chargé de grandes décorations à fresque dans les principales églises de la cité. Il entreprend les décorations de la coupole de l'église jésuite Gesù Nuovo (1634-1637) puis s'attelle aux fresques de la nef de la chartreuse de San Martino (1637-1638) puis à la décoration, toujours à fresque, de la nef de l'église des Santi Apostoli (1638-1646) ainsi que de la coupole de la chapelle royale San Gennaro de la cathédrale (1641-1643), chantier prestigieux où il collabore à nouveau avec le Dominiquin. Le décor qu'il réalisa pour l'église de l'Annunziata a été perdu à la suite de l'incendie qui provoqua l'écroulement d'une grande partie de l'église au XVIIIe siècle. Lanfranco rentre à Rome en 1646 et trouve encore le temps de réaliser des fresques pour l'église San Carlo ai Catinari avant de mourir dans la cité papale en 1647.

Hommages[modifier | modifier le code]

Giovanni Lanfranco est évoqué par le poète et essayiste Yves Bonnefoy dans Rome, 1630, Flammarion, 1970, réédité et augmenté en 1994.

Œuvres[modifier | modifier le code]

Giovanni Lanfranco a aussi été graveur. On connaît de lui 31 estampes, principalement réalisées à l'eau-forte, notamment pour la Bible peinte par Raphaël[2].

  • Pièces d'après la bible peinte par Raphaël d'Urbin
    • Dieu créant le soleil et la lune (7)
    • La création des animaux (8)
    • Dieu présentant Eve à Adam (12)
    • Eve donnant à son mari le fruit de l'arbre de vie (9)
    • Adam et Eve chassés du paradis terrestre (10)
    • Adam et Eve assujettis au travail (11)
    • Noé faisant construire l'arche (13)
    • Noé offrant un sacrifice d'actions de grâce au Seigneur (16)
    • Abraham adorant les trois anges (18)
    • Loth sortant de la ville de Sodome (19)
    • Dieu apparaissant à Isaac, et lui défendant d'aller en Egypte (20)
    • Jacob surprenant la bénédiction de son père Isaac (21)
    • Jacob voyant en songe une échelle mystérieuse (24)
    • Retour de Jacob vers son père Isaac (27)
    • Joseph racontant à ses frères les songes qu'il a eus (28)
    • Joseph échappant des mains de la femme de Putiphar (30)
    • Dieu apparaissant à Moïse au milieu du buisson ardent (33)
    • Moïse recevant les tables de la loi sur le mont Sinaï (36)
    • Dieu sous la forme d'une colonne de nuées, s'entretenant avec Moïse (38)
    • Le veau d'or adoré par les Israëlites (37)
    • La prise de Jéricho (41)
    • Josué commandant au soleil et à la lune de s'arrêter (42)
    • David recevant l'onction de Samuel (43)
    • David revenant en triomphe à Jérusalem, après avoir subjugué la Syrie (46)
    • Le jugement de Salomon (48)
    • Jésus Christ nouveau né adoré par les bergers (51)
    • L'adoration des Mages (52)
    • St Jean baptisant Jésus Christ dans le Jourdain (53)
  • Ste Marie Egyptienne
  • La harangue
  • Le triomphe

Dans les musées[modifier | modifier le code]

Notes et références[modifier | modifier le code]

  1. Marisa Dalai Emiliani, professeur de l'histoire de la critique d'art à l'université de Milan
  2. Bartsch, Tome XVIII p. 344-.
  3. Mina Gregori (trad. de l'italien), Le Musée des Offices et le Palais Pitti : La Peinture à Florence, Paris, Editions Place des Victoires, , 685 p. (ISBN 2-84459-006-3), p. 354
  4. (en) Nicola Spinosa, The National Museum of Capodimonte, Electa Napoli, , 303 p. (ISBN 88-435-5600-2), p. 123
  5. Vincent Pomarède, 1001 peintures au Louvre : De l’Antiquité au XIXe siècle, Paris/Milan, Musée du Louvre Editions, , 589 p. (ISBN 2-35031-032-9), p. 339
  6. Valérie Lavergne-Durey, Chefs d’oeuvre de la Peinture Italienne et Espagnole : Musée des Beaux Arts de Lyon, Réunion des Musées nationaux, , 58 p. (ISBN 2-7118-2571-X), p. 72-73
  7. Patrick Bessodes, « Le Lefranco venu de Versailles, au musée », L'Indépendant,‎

Annexes[modifier | modifier le code]

Sur les autres projets Wikimedia :

Bibliographie[modifier | modifier le code]

Liens externes[modifier | modifier le code]